Lancement du programme des 1.000 kms de route solaire en France

Ségolène Royal a lancé lundi le programme des 1 000 kilomètres de route solaire en France. La ministre a posé la première dalle au centre d’entretien et d’intervention (CEI) des routes Méditerranée à Clérissy pour permettre de tester la production d’électricité du produit.

Le développement de la route solaire en France se fait en trois étapes :

1. Tests sur des petites surfaces avec circulation réduite (20 à 50 m2) et moyennes surfaces (100 à 150 m2) avec un trafic poids lourd.

2. Tests sur des surfaces plus importantes en conditions réelles de circulation routière et d’utilisation de l’électricité produite.

3. Réalisation des 1.000 kilomètres de route à énergie positive.

Les entreprises liées à la route à énergie positive seront accompagnées et soutenues par le plan d’investissement d’avenir (PIA) pour la réalisation des derniers tests opérationnels des technologies qu’elles développent pour d’autres fonctions, comme par exemple la récupération de chaleur.

Ségolène Royal organisera avant la fin de l’année un appel à propositions auprès des collectivités et des gestionnaires de voirie. Les projets présentés seront évalués afin de valoriser les expériences les plus réussies.

La route solaire s’inscrit pleinement dans les engagements de la France pour la réduction des gaz à effets de serre, elle a été saluée par un "coup de cœur" de la COP21. Ce programme conjugue technologie française, innovation et emploi de la croissance verte.

Comment fonctionne la route solaire ?

Ce produit est constitué de cellules photovoltaïques encapsulées dans une résine particulière et technique pour ne faire au total que quelques millimètres d’épaisseur. Il est collé à la route pour produire de l’électricité. Sa faible épaisseur permet, dès lors que la chaussée est en bon état et suffisamment plane, de l’utiliser facilement. L’énergie produite peut alors être récupérée pour des usages immédiats ou stockage.

( src – CP – MEEM )

>> Voir également : "Avec Wattway, la route solaire deviendra une réalité en France"

 

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
48 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Philouze44

La france pionnière dans La manière la plus chère et la plus inefficace d’utiliser des panneaux solaires ! Encore une mission pour canard. Un panneau seul c’est cher, fragile, doit être exposé idéalement au sud face au soleil, le plus loin du sol pour éviter les poussières et si possible en absence de tout masque. On nous propose 1000 bornes de panneaux à plat, soumis aux aléas du temps, de la crasse, du trafic, des masques en tout genre (herbes, glissières, véhicules. Non vraiment, brillante idée…

Pastilleverte

On ne” dit pas de mal de Madame EX. Ce n’est pas parce qu’elle a conduit son ancienne région au bord de la faillite à force de nombreuses intiatives verdâtres, qu’il faut l’accuser seulement parce que c’est une grande Visionnaire. Si la Dame a donné son accord, c’est que c’est viable, intelligent et productif Ah mais !

Philouze44

Vous avez raison, je suis incorrigible ! En revanche, j’ai pris une calculatrice, et pour 1000 kms linéaire * 6m de large * 300 €/m2 je tombe sur près de 2 milliards d’euros le projet hors pose, onduleurs, entretien et toutes ces petites choses de la vie des vrais projets. vous êtes sûr que l’EX a eu le GO du N°1 ? ma calculatrice est elle cassée ?

enerc77

C’est sur que la position horizontale n’est pas top pour produire du courant l’hiver quand on en a besoin. Et que l’été ça va chauffer au point que le PV va produire des clopinettes (pas ventilé par le dessous). D’un autre coté si cela pouvait durer réellement 15 à 20 ans, ça évitera plusieures réfections de la voirie. Je prend souvent des routes qui sont complètement refaites tous les 3 à 5 ans maximum. Si ça peut diminuer le coût de la voirie, pourquoi pas. Mais il faudra aussi que Colas baisse les couts (6 €/kWc, c’est énorme).

chiedo

Mme Royal … Reine des idées à la c.. :/ Je sais plus si il faut rire ou pleurer …. les deux peu etre.

Raymond

Installer du solaire à 9 euros le watt crète mais vous voyez bien le solaire n’est pas rentable ma petite dame. Allez arréter la circulation sur une rocade pour changer un panneau un jeu d’enfant… Au sol cela coute entre 1,5 et2,5 wc, intégré au batis solution déjà chere c’est entre 2,2 et 3,euros le wc. Quelle bande d’escrocs qui veulent par tous les moyens leur nucléaire pourris. Un peu comme les radiateurs électrique économe donné l’année dernière.

Tech

les études sur ce produits durent déjà depuis un certzin temps et les odnnées sur la fiabilité, les perf et l’usure commencent certainement à être connues. imaginez par exempe un feu triclore isolé. quel est le coût d’amené d’une tranchée oue de poteaux pour y apporter le secteur? comparé au “collage” de quelques dalles en amont et en aval du feu? combien d’entreprises d’hopitaux, d’écoles ou universités disposent de routes internes à leur campus avec très peu de circulation, n’est-il pas plus simple et plus rapide d’installer ces dalles que de travailler sur les toits? sur des aérodromes combien de pistes d’accès avec très peu de roulage? erc, etc, etc, et bien sur il y a aura un stockage associé , l’intermittence sera de moins en moins un problème. les pro-nuke l’avait résolu l’intermittence, car une centrale qui s’arrête c’est de la grosse intermittence 900 Megawatt d’un coup !!!) en construisant des centrales surnuméraires qui prennent le relais pendant les pannes ou maintenance! et en s’appuyant sur l’hydraulique qu’il doivent maintenant partager!

Luis

¤ Une gabegie de plus pour la soi-disant écolo-ministre, fossoyeuse des énergies renouvelables, grande baratineuse autour de la COP21. Elle passe son temps à endormir l’opinion en faisant croire qu’elle veut développer les énergies renouvelables, mais elle freine des quatres fers en limitant autant qu’elle peut le solaire photovoltaïque par exemple, afin de rendre très difficile la vie des PME honnêtes du secteur. La route Bouygues-Colas coûte plus de 6 euros/Wc, car c’est le coût pour les panneaux seuls, sans compter l’installation, les tranchées sur des kilomètres, le câblage, les onduleurs et transformateurs … La durée de vie estimée à dix ans est pour une route peu fréquentée. Pas de chance, sur les petites routes départementales la qualité du révêtement n’est pas adaptée à ces panneaux Colas. Pour eux, il faut une route de grande qualité qui coûte trois fois plus cher. En France, il existe 495.000 hectares de friches + 67.000 hectares de terrains vagues + 960.000 hectares de jachères agricoles dont 20% impropres à un usage agricole (192.000 ha). Au total, plus de 750.000 hectares (7.500 km2) disponibles pour des centrales solaire. Et aussi 360.000 hectares (3.600 km2) de parkings pour des ombrières photovoltaïques. Donc 7.500 + 3.600 = 11.100 km2 utilisables pour poser environ 5.500 km2 de panneaux photovoltaïques (à cause de l’espacement). L’équivalent à 1.100.000 km de routes avec 5 mètres de de panneaux Colas en largeur. Pour un coût tout compris 8 à 10 fois moins cher qu’une installation Colas, une durée de vie trois fois plus grande minimum et une production supérieure au watt crête (inclinaison, propreté …).

Luis

¤ Cela existe déjà, même pour un carrefour important comme en pays malouin : Un système qui travaille aussi avec la lumière diffuse, pas seulement l’irradiation directe. Cela existe aussi pour les feux tricolore temporaires de chantiers routiers : Plus facile de déplacer ce panneau qu’un morceau de route Colas. On trouve aussi de très nombreux panneaux radar qui indiquent votre vitesse à l’entrée d’une ville ou d’une rue à vitesse limitée, avec le panneau solaire au-dessus. Attention, c’est aussi utilisable pour les radars double PV (photovoltaïque et procès-verbal d’infraction). Décevant, ce Tech qui gobe toutes les annonces publicitaires greenwashing.

Philouze44

“Oeillères et manque d’imagination les études sur ce produits durent déjà depuis un certzin temps et les odnnées sur la fiabilité, les perf et l’usure commencent certainement à être connues. ” Justement, les “études” qui nous parviennent sont uniquement celles du fournisseur, en ravanche les calculs issus de spécialistes s’étant penchés sur la question valident la NON-pertinence de l’idée ” imaginez par exempe un feu triclore isolé. quel est le coût d’amené d’une tranchée oue de poteaux pour y apporter le secteur? comparé au “collage” de quelques dalles en amont et en aval du feu? ” combien de feux tricolores isolés non encore reliés au réseau ?? on parle de 1000 kms ! de 4 à 6 000 km² de panneaux, un truc gigantesque ! “combien d’entreprises d’hopitaux, d’écoles ou universités disposent de routes internes à leur campus avec très peu de circulation, n’est-il pas plus simple et plus rapide d’installer ces dalles que de travailler sur les toits? ” Et les ombrières, c’est pas plus logique que de coller les panneaux sur le sol ??? c’est orienté idéalement, ça coute moins cher au Watt-crète que ce projet, et ça mets les voitures à l’ombre en été et au sec en hiver. C’est pas ton imagination qui manque “sur des aérodromes combien de pistes d’accès avec très peu de r oulage? ” Bon exemple. combien de kms de piste ? “erc, etc, etc, ” non, je pense que tu as tiré toutes tes cartouches là…

Luis

Cette route consomme plus d’énergie pour être fabriquée qu’elle ne pourra en produire pendant sa courte durée de vie. Lire par exemple : Ce qui compte c’est l’EROEI (Energy Returned On Energy Invested). En français : TRE (Taux de Retour Energétique), l’énergie produite par l’installation divisée par l’énergie utilisée pour la construire, la mettre en service et la retirer. Le photovoltaïque en toiture a un taux de retour énergétique de un à trois ans selon le lieu d’installation (source IEA) pour une durée de vie de 25 à 30 ans avec 80% de puissance encore disponible (et plus longtemps avec une faible baisse annuelle des performances). Avec cette route Bouygues-Colas, l’énergie consommée pour sa construction n’est jamais remboursée. Qui paiera ce dilapidage d’argent public au seul profit du monopoliste Colas ?

Papijo

@Tech Je ne savais pas qu’on avait enfin inventé le procédé de stockage miraculeux qui va nous débarrasser du problème de l’intermitence des ENRs ! Qui est le génial inventeur ? Vous ? Vous pouvez nous en dire plus ?

Blu

Pas mieux que les autres avis, énorme coup de com bidon. Affligeant comment toute la presse grand public tombe à fond dans le panneau. Il serait tellement plus simple et moins couteux à la fois en termes d’investissement et d’entretien de placer des panneaux en bordure de route, sur des murs anti-bruit etc…

enerc77

Dans un concept de route intelligente, cela a son sens. Mais à minima il faut que la signalisation horizontale soit intégrée et que l’éclairage de nuit le soit aussi (led rouges et vertes de limite et bande centrale). Les informations d’obstacles et de trafic doivent être collectées pour être transmises aux futurs véhicules autonomes. Le concept n’est pas idiot. Ce qui est stupide c’est de vouloir le déployer dans moins de 5 ans et de l’utiliser comme “propagande” électorale. Laissons le temps aux industriels de valider ce concept et de développer la route 2.0. Laissons leur aussi le temps de réduire l’empreinte carbone et le prix de ces panneaux. Avec suffisamment de R&D, je ne vois pas pourquoi ils couteraient à terme plus chers que du PV standard. Par contre, plus de 100 kW implique appel d’offre et donc CSPE. Certains vont adorer….

Tech

a luis avant de publier un lien avec un titre accrocheur, il faudrait au moins lire le début: « aucune analyse de cycle de vie (ACV) n’a été réalisée sur ce produit. » et rien n’empêche en plus d’ utiliser toutes les autres surfaces avec les technologies plus appropriées ! et à Papy démontrez moi comment fonctionne le système nuke français tout seul sans l’hydraulique et le thermique !!!

Papijo

“démontrez moi comment fonctionne le système nuke français tout seul sans l’hydraulique et le thermique !!” Contrairement aux admirateurs des ENRs, les défenseurs du nucléaire n’ont jamais prétendu que le nucléaire allait assurer 100% de la fourniture à un coup raisonnable. Si on voulait le faire, à un coût 50 ou 60% plus élevé (les ENR quoique intermittentes et non pilotables ont un coût plus élevé de 700 ou 800%), cela serait néanmoins possible. Pour cela, il faudrait évidemment d’avantage de centrales, et accepter de moduler leur puissance en utilisant les “vannes de contournement turbine” dont les REP sont équipés. Cela permet de diminuer ou réaugmenter à la demande la quantité de vapeur envoyée à la turbine, aussi vite que l’on veut, tout en maintenant constante la puissance délivrée par le réacteur, et donc de passer en 100% nucléaire ! Un autre exemple si vous ne me croyez pas: avez-vous déja vu des sous-marins et porte-avions nucléaires qui ont besoin de transporter une éolienne afin d’être 100% autonomes ?

Philouze44

Mêmes les anglais se foutent de la tronche de Ségo et de ce projet absurde ! Et le pire, c’ets que c’est drôle !

enerc77

Pour la pose et le cablage, ça pourrait se faire avec des gros engins de travaux public capable de poser des km par jour. Pourquoi pas? le BTP a l’habitude de ce genre de procédés. Pour collecter l’électricité produite, c’est un vrai problème. Et avec les nouveaux tarifs ERDF 2016, ça va douiller! Pour les frais de R&D, ils se gavent tant sur les travaux actuels de voiries qu’ils peuvent bien financer ça. Si c’est globalement c’est moins cher pour l’automobiliste et le contribuable, avec un bilan ACV très favorable, pourquoi pas. Mais pas avant 2020 au mieux.

6ctsimple

que c’est assez drôle! et en plus très démonstratif, avec quelques chiffres simples dont les ordres de grandeur sont suffisants pour démonter le truc. Qu’on soit plus ou moins fan du PV, de toutes façons la surface disponible n’est pas vraiment un obstacle à son déploiement.

Lolex

Et oui du gaspillage qui provoque de belles poilades chez nos confrère outre rhin et outre manche…..Quand Ségo s’amuse….mais franchement, c’est de la trahison ca non? quand on dépense autant pour rien…sauf engraisser les concepteur du solaire le moins rentable au monde….”de la rentabilité négative” dirais les économistes qui nous parle d’inflation “négative”….

6ctsimple

“Un autre exemple si vous ne me croyez pas: avez-vous déja vu des sous-marins et porte-avions nucléaires qui ont besoin de transporter une éolienne afin d’être 100% autonomes ?” La Marine Nationale est de très mauvaise foi et pas du tout soucieuse de son empreinte écologique. Elle a pretexté que sur les porte-avions la présence d’une éolienne de quelques MW pouvait géner les opérations de décollage et d’appontage et que sur un sous-marin c’était pas très pratique en plongée. Vraiment des auguments d’un autre temps. PS: votre façon de faire de la régulation de puissance est quand même un peu bestiale, on peut faire un peu plus sophistiqué!

Tech

êtes vous sur qu’ill n’y a pas de batteire, de pile à hydrogène ou de générateur thermique dans ces sous marins là ne serait-ce que pour un backup de sécurité!!!

J.vorgnier

Vous dites à Papijo: “votre façon de faire de la régulation de puissance est quand même un peu bestiale, on peut faire un peu plus sophistiqué!” Comment s’y prendrait-on pour faire plus sophistiqué,qu’avec les vannes de contournement de turbines des REPs(dans le cadre hypothétique du 100% nucléaire) ? Je suis à votre écoute !

Tech
Tech
6ctsimple

Croyez bien que je ne suis pas contre l’innovation française et que je n’ai non plus aucun a priori vis-à-vis de nos majors du BTP. Mais regardez la vidéo proposée par Philouze44, elle me parait interessante. Je ne dis pas qu’il n’y a pas quelques applications de niches interessantes, mais pour du déploiement en masse, très franchement je ne vois pas l’intéret.

6ctsimple

Bah on ferait comme aujourd’hui, en faisant varier la puissance thermique du réacteur en fonction de la demande de vapeur….

Herve

Sinon vous avez le bon vieux REB type Fukushima. On en avait pas fait en France car ils sont un peu dangeureux en situation accidentelle mais mis à part cette “petite faiblaisse”, ils se modulent trés bien et trés rapidement.

6ctsimple

Il y a des batteries dans les sous-marins nucléaires! Bah oui….

J.vorgnier

Je crois que la méthode de Papijo concernerait des types de variations très rapides sur les REPs,alors que varier la puissance thermique du réacteur en fonction de la demande de vapeur,est plus lent que l’usage des vannes de contournement de turbines des REPs.

6ctsimple

vous confondez simplement deux choses: – des evénements internes à la centrale, du type déclenchement de la turbine, où là effectivement il faut évacuer de la puissance réacteur vers le condenseur très rapidement et si possible sans déclencher (arret d’urgence) le réacteur et c’est prévu pour. – les fluctuations de puissance programmées en fonction de la demande ( à la hausse ou à la baisse) et là ça se fait sans contournement de vapeut.

6ctsimple

Comme vous semblez être nouveau sur Enerzine, juste un élément de janvier 2012 concernant le nucléaire inflexible: “Comme Pamina demande des éléments de langage pour 2012, voici mon premier: ça concerne le nucléaire inflexible, vous savez, celui qui empèche le développement des renouvelables ( taper “Battle of the grids” si vous voulez en savoir plus). Eh bien je vous invite à consulter la page ECO2Mix de RTE du jour, c’est incroyable comme ces gens soit disant indépendants sont en fait à la botte, puisqu’ils annoncent une puissance nucléaire de 38181MW à 3h45,57013MW à 09h30 et encore pire 60198 à 19h00! Ils sont devenus fous, ou n’ont pas lu “Battle of the grids”! ” C’est ici:

Papijo

“Je crois que la méthode de Papijo concernerait des types de variations très rapides sur les REPs,alors que varier la puissance thermique du réacteur en fonction de la demande de vapeur,est plus lent que l’usage des vannes de contournement de turbines des REPs” En effet, en raison de l’effet Xenon les REPs ne peuvent pas varier rapidement leur puissance nucléaire. D’autre part, les vannes de contournement sont déjà installées, du moins en France, il n’y a qu’à les utiliser. C’est vrai que c’est une solution un peu “bestiale” … Déconnecter les ENRs me paraît plus élégant !

6ctsimple

L’effet xénon n’a pas disparu, certes, et peut ammener des limitations. Mais je pense que vos connaissances de la flexibilité des REP (en France) doit remonter à au moins une quarantaine d’années…

J.vorgnier

Merci à vous deux. à 6ctsimple: interessant votre lien de janvier 2012.

Tetra

Je ne peux qu’insister en vous invitant à visionner la vidéo proposée par Philouze44: Tout est résumé de manière simple et sans ambiguité sur cette immense bêtise. Je ne peux imaginer que ces si brillantes têtes pensantes puissent se lancer dans une telle impasse sans avoir un but précis: Enrichir COLAS ? Discréditer la filière solaire ? Promouvoir le nucléaire par l’échec des EnR ? La France, bientôt (ou encore) la risée du monde entier.

Papijo

“Mais je pense que vos connaissances de la flexibilité des REP (en France) doit remonter à au moins une quarantaine d’années..” Il se trouve que j’ai donné ma démission d’un constructeur de centrales nucléaires (mais il ne s’agissait pas de REPs) il y a tout juste 40 ans cette année !

Bachoubouzouc

Je vous confirme : La puissance d’un REP (hors CP0) est modulée durant la journée en insérant plus ou moins des grappes de régulation de puissance, et on compense les empoisonnements xénon (et samarium) en jouant sur la teneur en bore de l’eau du circuit primaire. On n’envoit pas des GW (et accessoirement des millions d’euros) aux petits oiseaux quand on peut faire autrement 🙂

lionelfr

Tout le monde est unanime sur l’importunité des routes solaires. Pour autant , ce serait dommage de ne pas pointer leur potentiel (et me faire quelques ennemis au passage) Ok, on ne manque ni d’électricité ni de foncier, et c’est bien là que le bas blesse. Il reste l’intéret de faire converger deux réseaux (routier et électrique) Cette solution n’est pas adaptée à la production de masse bon marché mais elle intéresse les marché de niche où le foncier est parfois inexistant. Puisque il existe au moins une bonne raison de le faire, il y a une opportunité pour développer quelque chose qui se vendra cher certes mais qui se vendra quand même. Et je rappelle aux gens qu’on a besoin de vendre à un moment où à un autre. C’est là que l’argent se fait et certainement pas dans les grimoires qui parlent du bien et du mal techno-économique. Je ne pense pas vraiment aux porte-aéronefs car leurs tarmacs sont appelés à supporter des engins autrement plus dévastateurs que les voilures tournantes : les F35 notamment , pourtant il y a aussi des surfaces non destinées à servir de support de décollage des engins , notamment pour permettre au personnel de déployer de la logistique et c’est un peu partout comme ça. Cette technologie me semble destinée au très haut de gamme très contraint mais ce genre de marché est plutôt bien vu par l’investissement en général. Bref il y aura des sous pour acheter mais pour l’instant , il faut franchir les dernières étapes de développement. allez, bonne bravades à tous

stephsea0

Quelle Honte! Comparable à l’Arbre à Vent soutenu par Montebourg ou même à l’avion renifleur. Cette idée de route solaire est une HÉRÉSIE, dont la réussite commerciale est financée par notre argent public. Et pourquoi ne pas aussi – pendent qu’on y est – intégrer des cellules au fond des cuvettes de wc ou dans les culottes de Grand-Mère, ou encore bien d’autres endroits ou il n’y a que très peu de lumière solaire, de manière intermittente et avec beaucoup de salissures? Les routes sont un des endroits les plus incertains en terme d’ensoleillement, mais aussi un des lieux les plus durs en terme de contrainte, d’usure, de mauvais traitements. On va donc faire avec MES impôts des routes solaires de milliardaires. Mais dans le même temps nous allons tous continuer à défoncer nos voitures sur les nids de poules qui sont là et perdurent depuis des années sur la route du travail que nous sommes de milliers à emprunter chaque jours. Mais pendant le mùême temps, on va liquider l’industrie PV en France et en Europe. Mia spendant le même temps on va baisser les tarifs de rachat de l’énergie hydraulique ou des toitures solaires. ETC… NON, NON !!! Comment ne pas imaginer derrière une telle ignoble absurdité un vaste complot de corruption? L’état pourrait pourtant “obliger” toutes les toitures d’établissement publiques à devenir solaires, avec une efficacité redoutable! Mais les routes… ABSURDE ! INCOMPRÉHENSIBLE ! DONC MALHONNÊTE ! Comment se débarraser de ces Ministres sinistres ? Ils se succèdent depusi des dizaines d’années pour spolier toujours avec plus de cynislme et de bpetise notre avenir et nos ressources à seule fin de rester au pouvoir A TOUT PRIX? Il semble que le vote, la pétition, le bon sens ne sert plus à rien… Pour seule preuve de cet ignoble complot qui vise à se servir dans la caisse, d’une manière ou d’une autre, il suffit de noter l’absence du seul chiffre qui nous intéresse, du seul chiffre à regarder, du seul chiffre à connaitre et à retenir : le prix au m² de cette “merveille technologique”. Si ce prix montre le bout de son nez dans une publication crédible, le projet est MORT! Si en plus on rajoute à ce cout au m² le rendement réel – qui n’est pas encore scientifiquement connu mais très facile à évaluer : parfaitement désastreux comparé aux ombrières ou toitures par exemple – alors, l’idée génialissime est non seulement morte mais enterrée. Enterrée en profondeur avec les déchets nucléaires, à 500m sous terre, et enterrée avec la Belle Ministre (et tout son staff) qui aura tenté de nous berner pour se faire mousser. Pourquoi une telle absurdité? Comment est ce tolérable? Il y a probablement pour d’autres raisons plus obscures à cette démarche promotionnelle autocratique et déraisonnable. Pour mémoire, le m² de panneau solaire en toiture coute 200€ environ (ça baisse !) et produit 130Wcr (ça monte !). Mais on préfère les routes… Plus chères, non durables, sans aucun intérêt énergétique. A ceux (les crétins et les malhonnpêtes) qui ramènent l’argument RIDICULE de l’électrification des sites isolés, je réponds siomplement ce qu’il auraient du trouver tous seuls : Il suffit alors de couvrir les dites routes d’un toit solaire, 10x plus durable, 10x plus solide, 10x plus productif, 10x moins cher, avec en plus l’avantage de protéger la route du soleil, des intempéries, de faire un écran anti-bruit, etc. etc. ETC. STOP à ces ploutocrates spoliateurs qui nous barrent la route vers l’idée même d’un futur! Qui ne pensent qu’a faire la guerre à une secte, qui ne souhaitent que diviser pour mieux régner, qui ne raisonnent plus que par autoristarisme, qui ne pensent plus que par prise d’intérêts personnels, qui nous entrainent dans la décadence et la nullité.

stephsea0

Quelle Honte! Comparable à l’Arbre à Vent soutenu par Montebourg ou même à l’avion renifleur (quelle rigolade). Cette idée de route solaire est une HÉRÉSIE, dont la réussite commerciale est financée par notre argent public. Et pourquoi ne pas aussi – pendant qu’on y est – intégrer des cellules PV au fond des cuvettes de wc ou dans les culottes de Grand-Mère, ou dans bien d’autres endroits encore où il n’y a que très peu de lumière solaire, où elle arrive de de manière intermittente et avec beaucoup de salissures pour faire écran? Y a t-il pire que les routes pour capter de la lumière et intégrer des cellules PV? Les routes sont un des endroits les plus incertains en terme d’ensoleillement, mais aussi un des lieux les plus durs en terme de contrainte, d’usure, de mauvais traitements. Simple à constater, non? On va donc faire avec NOS impôts des routes solaires de milliardaires. Mais dans le même temps nous allons tous continuer à défoncer nos voitures sur les nids de poules qui sont là et perdurent depuis des années sur la route du travail que nous sommes de milliers à emprunter chaque jours. Mais pendant le mùême temps, on va liquider l’industrie PV en France et en Europe. Mia spendant le même temps on va baisser les tarifs de rachat de l’énergie hydraulique ou des toitures solaires. ETC… NON, NON !!! Comment ne pas imaginer derrière une telle ignoble absurdité un vaste complot de corruption? L’état – si bienveillant et si attentif à la transition – pourrait TRÈS SIMPLEMENT “obliger” toutes les toitures d’établissements publics à devenir solaires, avec une efficacité redoutable! Mais les routes…? ABSURDE ! INCOMPRÉHENSIBLE ! DONC MALHONNÊTE ! D’où la question devant tant de folie : Comment se débarrasser de ces Ministres sinistres ? Ils se succèdent depuis des dizaines d’années pour spolier toujours avec plus de cynisme et de bêtise notre avenir et nos ressources à seule fin de rester au pouvoir A TOUT PRIX? Il semble que le vote, la pétition, le bon sens ne sert plus à grand chose… Dès qu’ils sont élus, nommer, en poste, ils se croient tout permis, et surtout le pire. Pour seule preuve de cet ignoble complot qui vise à se servir dans la caisse, d’une manière ou d’une autre, il suffit de noter l’absence du seul chiffre qui nous intéresse, du seul chiffre à regarder, du seul chiffre à connaitre et à retenir : le prix au m² de cette “merveille technologique”. Si ce prix montre le bout de son nez dans une publication crédible, le projet est MORT! Si en plus on rajoute à ce cout au m² le chiffre du rendement réel – qui n’est pas encore scientifiquement connu mais très facile à évaluer : parfaitement désastreux comparé aux ombrières ou toitures par exemple – alors, l’idée génialissime est non seulement morte mais enterrée. Enterrée en profondeur avec les déchets nucléaires, à 500m sous terre, et enterrée avec la Belle Ministre (et tout son staff) qui aura tenté de nous berner pour se faire mousser. Pourquoi une telle absurdité? Comment est ce tolérable? Il y a probablement pour d’autres raisons plus obscures à cette démarche promotionnelle autocratique et déraisonnable. Pour mémoire, le m² de panneau solaire en toiture coute 200€ environ (ça baisse !) et produit 130Wcr (ça monte !). Mais on préfère les routes… Plus chères, non durables, sans aucun intérêt énergétique. A ceux (les crétins et les malhonnêtes) qui ramènent l’argument RIDICULE de l’électrification des sites isolés, je réponds simplement ce qu’il auraient du trouver tous seuls : Il suffit alors de couvrir les dites routes d’un toit solaire, 10x plus durable, 10x plus solide, 10x plus productif, 10x moins cher, avec en plus l’avantage de protéger la route du soleil, des intempéries, de faire un écran anti-bruit, etc. etc. ETC. Quelle idée extraordinaire ! STOP à ces ploutocrates spoliateurs qui nous barrent la route vers l’idée même d’un futur! Qui ne pensent qu’a faire la guerre à une secte, qui nous mentent sans aucune sanction, qui ne souhaitent que diviser pour mieux régner, qui ne raisonnent plus que par autoritarisme, qui ne pensent plus que par prise d’intérêts personnels, qui nous entrainent dans la décadence et la nullité, qui utilisent notre argent et nos routes sans notre autorisation et en dépit du bon sens. STOP à la dictature du pire!

enerZ

Merci de mesurer vos propos. Dernier avertissement. Le modérateur.

Luis

¤ La seule solution valable si on veut étendre une installation photovoltaïque en longueur, c’est de le faire au-dessus d’une piste cyclable. Une piste cyclable recouverte de panneaux photovoltaïques, sur un tronçon d’autoroute en Corée (sud) entre deux grandes villes proches l’une de l’autre. Mais on peut aussi construire des pistes cyclables recouvertes de panneaux photovoltaïques sans avoir de voies autoroutières autour. Très bien pour relier des villages à la ville centre d’activité la plus proche, ou des villages entre eux. Des véloroutes abrités de la pluie, cela aidera à limiter les déplacements en voiture. Si vous ne voyez pas l’image, l’article est ici : Notons par ailleurs qu’en 2005 la Corée à déjà supprimé une autoroute urbaine de 6 km à Séoul pour la transformer en promenade verdoyante.

enerc77

– hay man, you see this? 92.5£ a MWh for the EPR in Hinkley Point, guarantied for 35 years? – what? – ya. Three times more than wind farm in Wales. It’s ridiculous. I says it again: it’s ridiculous! – who decided this? – … etc Juste pour montrer que les arguments s’inversent facilement. La route intelligente, c’est évidemment l’avenir. Refléchissons à sa construction.

Philouze44

@Lionel “pourtant il y a aussi des surfaces non destinées à servir de support de décollage des engins , notamment pour permettre au personnel de déployer de la logistique et c’est un peu partout comme ça.” C’est une forme d’humour ou tu as vraiment imaginé comme utile de coller du PV sur des navires de guerre ??? des engins qui développent la puissance d’une petite ville auraient un bénéfice quelquonque à moissonner quelques kWh à midi au soleil ??? pour charger les smarphones des marins ? j’ai parfois du mal à saisir l’ironie à l’écrit, si s’en était au temps pour moi

stephsea0

@ modérateur Précisez ce que vous entendez par “mesurer vos propos”. Merci. Si c’est le propos “crétin” qui vous gêne, je le retire bien volontiers. C’est le seul que je puisse éventuellement détecter comme offensant. Je précise bien que je l’utilise ici dans son sens médical et donc ironique, familier mais pas insultant. A mon tour donc de vous demander de bien mesurer votre apréciation de ce qui est mésuré ou ne l’est pas. Votre avertissement – dernier avertissement!- est un genre de police qui me semble dans sa forme parfaitemet déplacé, ici en public, une marque d’autorité qui tend à la censure. C’est aussi malheureusement bien dans l’air du temps et dans le groupe d’attitudes ou dérives que je dénonce très régulièrement. “Moi ENZ, Je publie un blog ouvert aux commentaires mais certaines idées ou approches seront bannies, par ma seule décision, sans appel”. Quand on ouvre sa maison, il faut accepter un certain brouhaha. Donc, si vous avez des répoches sérieux, ce qui semble le cas, documentez, argumentez, et si possible évitez a priori d’utiliser la voie des avertissements public pour me faire taire. C’est inélégant, discourtois, et disproportionné.

stephsea0

Merci à Luis pour cette très belle illustration de ce que je préconise en lieux et place des routes solaires. Cette réalisation de piste cyclade abritée est juste excellente! Eten effet, il n’et spas pbligatoire d’entouré toute piste cycable de voies d’autoroute. Je précise pour ségolène si elle nous lit. J’imagine les concéquence si elle prenait l’illustration au pieds de la lettre : des milliers de km d’autoroute (Vinci bien sûr!) pour permettre de proposer des pistes cyclables au milieu. Ce ne serait pas plus absurde que cette histoire de route solaire. Je me demande vraiment comment cette “idée” de mettre du PV dans le sol à pu passer au delà la première réunion chez le concepteur… C’est tellement BIIIIIIP (auto censure pour le modérateur).

Shinaga

La colère de stephsea0, très solidement argumentée, est non seulement légitime mais très nécessaire. Ce qui est inadmissible, ce sont les articles qui se limitent à reprendre la com de Bouygues, sans aucune analyse critique sur le plan énergétique, écologique et économique. Ce sont ces articles là qu’il faut modérer, et absolument pas les éco-citoyens reponsables.

48
0
Laissez un commentairex
Available for Amazon Prime