Les substituts au pétrole : pas avant 90 ans !

Une nouvelle étude de l’Université de Californie prédit qu’au rythme actuel des recherches, il faudra compter environ 90 ans avant que des technologies de remplacement à notre précieux pétrole ne soient réellement disponibles !

L’étude publiée lundi dans la revue "Science & Technology" se base sur  les attentes des marchés boursiers, une théorie selon laquelle les investisseurs sont de bons prédicteurs à long terme pour savoir quand de nouvelles technologies (énergétiques) deviendront matures.

"Nos résultats suggèrent qu’il faudra beaucoup de temps avant que des carburants renouvelables de remplacement puissent être autosuffisants, au moins, du point de vue du marché", a déclaré Debbie Niemeier auteur de l’étude.

La capitalisation boursière basée sur les cours de l’action et les dividendes en provenance des entreprises pétrolières publiques et des sociétés d’énergie alternatives demeurent les 2 éléments clés de cette théorie. D’autres analystes ont déjà utilisé des équations similaires pour prédire des événements dans la finance, la politique et le sport.

"Les investisseurs avertis ont tendance à employer des efforts considérables dans la collecte, le traitement et la compréhension des informations pertinentes sur les futurs flux de trésorerie payés par des titres", a déclaré Malyshkina. "En conséquence, les prévisions du marché concernant des événements futurs ont tendances à être relativement précises car elles regroupent le consensus d’un grand nombre d’investisseurs."

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
12 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
imagreen

Cet article donne froid dans le dos. En effet, on nous explique que ce sont les investisseurs (et donc la bourse) qui sont les “prédicteurs” des changements à venir et des évolutuons de la science… J’espère tout implement que cette étude se trompe, et que nous attendrons pas 90 ans de plus pour que les carburants “renouvelables” viennent substituer les carburants fossiles… (d’autant plus que les solutions existent !)

Pastilleverte

rassurez-vous Imagereen, c’est toute la joie des “modèles” et des “modèlisateurs”. Ces gens-là se font plaisir, et je comprends que des esprits affûtés en maths “prennent leur pied” à concevoir de tels “machins” Prenez les “modèles” de prévision repeat prévisions d’évolution du climat à 10, 50 voire 300 ans (ça existe), et dites vous simplement : rende-vous dans 10, 50 ou 300 ans, pour comparer la réalité. Comment , c’est un horizon trop éloigné , Ah oui ! est-ce bête, tout de même !

michel123

Tout le monde sait qu’il y aura du pétrole certainement au moins pour un siècle . L’inadéquation entre l’offre et la demande en rendra simplement le prix inabordable pour la consommation courante. Ce que veut dire cette étude c’est qu’un pétrole rare et trés cher permettra toujours de faire de l’argent

Pastilleverte

que le remplacement de TOUT le pétrole utilisé actuellement par des “ersatz” efficaces et relativement peu chers prenne 90 ans… peut être. Mais que d’ici 5, 10 (?) ans on ne sache pas faire des “vrais” bio carburant de 2,5° ou 3° génération (à partir d’algues, de déchéts, de champignons etc…), ce serait plus étonnant. Et il serait encore plus étonnant que les pétroliers n’investissent pas dans ces nouvelles technologies, même indirectement .

alternotre

On sait traiter des algues pour fabriquer de l’huile végétale brute depuis les années 70. Dans le pire des cas on sait traiter ce produit pour en faire du bio-diesel. Certes, cette technologie, en l’état, produit un baril à 120 / 140 USD… Mais après tout, ça ne fait que 0.70 Centimes d’euros le litre de produit en cout de production… Le reste c’est des taxes et de la politique !!! Dans moins de 10 Ans le produit batterie sera quasi-mature et quand bien même utilisé en hybride on pourra faire 1500 à 2000 km sur un plein de 50 litres… Bref, dans une approche hybride une voiture de l’an 2020 pourra consommer moitié moins qu’un véhicule identique de 2010… Et… rêvons un peu…. si nos politiques se réveillent, une bonne politique de développement économique et social devrait ouvrir grandes les portes du travail relocalisé au plus proche de nos domiciles…

bigbluejlr

il parait evident que tout ca ne tient pas la route, ils le voient pas à 6 mois et il faudrait leur faire confiance à 90 ans ! poser la question c est y repondre. allez leur parler de pic petrolier, ils vous diront qu ils ne connaisent pas ou qu il est dans 50 ans ! c est sur que si on ecoute le ministre du pétrole de l Arabie Saoudite, on pourrait croire que les solutions alternatives serong dans 90 ans. ce qui est triste dans cet histoire, c est qu on est tous convaincus qu il faut changer mais tant qu il y a du pognon à prendre, le prendre est le plus important et il faut tuer tout ce qui mettra en travers du chemin, y compris pere et mere si besoin pour y arriver. la plus mauvaise des mauvaises fois est autorisée tant que le dieu argent est derriere, malheureusement c est comme ca et on ne pourra rien y changer. a nous d etre plus malin, et de voir entre les lignes, de nous faire notre propre opinion de l avenir.  cette vague de dev des energies renouvelables et de stockage d energie intermitante ne pourra plus etre stoppée par le seul argent des petroliers, c est ca qui donne de l espoir, la vague est trop forte, elle ne pourra plus se faire stoppée par des poignées de $$$$ j attends le jour ou on demontrera qu un tiers des reserves mondiales sont surestimées et la ca va etre la panique et le debut de la flambée de prix …. il faudra etre pret …

moise44

je suis plutôt de votyre avis sauf sur l’argent des pétroliers. En effet j’ai eu l’ocasion de parler avec un représentant de TOTAL, qui s’ccupe de la logistique chez eux. Il m’a assuré que TOTAL est le premier investisseur sur le solaire en europe ! Non croyez moi, ceux qui ont les mains dans le camboui (au propre comme au figuré ;-)) , vont faire leur maximum pour garder le controle de l’énergie ! Et total fait la plupart de son chiffre d’affaire a l’étranger car en france c’est bien connu on a pas de pétrole !(la suite de cette fameuse ritournelle, je la garde pour l’instant et on verra a l’avenir.

fredo

bien d’accord avec bigblue sur le pouvoir de l’argent. reste que cet article montre le talon d’achille des marchés financiers: jouer avant les autres et sortir avant les autres, les autres étant le fameux consensus, ou le “financièrrement” correct. D’où le recours à des études pour faire des prévisions, prévisions qui servent maintenant à faire des études! Mais aucune source sur les études qui ont servi à faire les prévisions n’est ici citée. Autant jouer au casino!!

Lord predator

JE ME MARRE xD “une théorie selon laquelle les investisseurs sont de bons prédicteurs à long terme” Là on sait que on est aux ETATS UNIS D’AMERIQUE mdr Un investtisseur par définition, ne regarde que la rentabilité sur le court terme … Une étude pareille devrait faire la UNE des magazines de comique. Cordialement,

Pastilleverte

j’en connais d’autres qui feraient mieux de se taire avec leurs modèles “prédictifs” ((Les climatologues “autorisés”, par exemple). Si on savait prévoir les fluctuautions de la bourse à court, moyen , mais surtout longterme, ça se saurait. Or le chaos de l’économie boursière n’est pas moins désordonné que celui de climat.Pourtant, “yen a ki” osent prédire les évolutions du climat dans 10, 50, 100 et meême 500 ans pour certains aspects (acidification des océans par exemple). Et ces gens là sont y pas ridicules aussi ? ils méritent bien le surnom de “Climatomanciens” (copyright Benoit Rittaud)

Am

fusion nucléaire……….

christian

Il faut lire en creux ce que cela signifie : à moins d’infliger des pénalités fiscales sévères aux hydrocarbures fossiles, ils resteront mortellement compétitifs encore longtemps. Le niveau des pénalités en questions -taxation spécifique de ces sociétés ou taxation carbone- doit d’ailleurs pouvoir être déduit du modèle. Je rappelle que lors de la discussion sur la taxe carbone -finalement abandonnée- le niveau avait été fixé très empiriquement à 15 eur/tCO2… Quelques mois avant, on parlait de 60 eur/tCO2, voir 200… Pourquoi, d’où ? Voici ici un moyen de trouver une valeur, en fonction du rythme auquel on veut forcer le pétrole à diminuer dans le mix. C’est la conclusion de leur résumé :  The proposed market-expectations approach may allow policymakers to effectively develop policies and plan for long-term changes. PS : la référence complète est  Nataliya Malyshkina* and Deb Niemeier, Environ. Sci. Technol., ASAP, 

12
0
Laissez un commentairex