Areva favorable à un nouveau réacteur au Royaume-Uni

AREVA, leader mondial de l’industrie nucléaire, a rendu "le 17 mai" publique sa contribution aux réflexions menées actuellement par le gouvernement britannique sur l’avenir de sa politique énergétique.

Dans ce document, AREVA, qui a construit 98 des 443 réacteurs actuellement en exploitation dans le monde, affirme qu’une nouvelle génération de centrales nucléaires peut être construite au Royaume-Uni, sans subvention étatique, et dans le respect des règles de la concurrence. Du gouvernement dépend toutefois la mise en place d’un environnement favorable à une telle relance, notamment :

la modernisation de la réglementation pour rendre les procédures d’autorisations plus prévisibles et rapides. A cet effet, l’autorité de sûreté nucléaire britannique devra être dotée des ressources nécessaires pour réaliser ses évaluations dans un temps approprié ;

Une décision politique apportant une solution à la question des déchets nucléaires à vie longue, exigée par les citoyens comme par les investisseurs. Les premiers veulent l’assurance qu’une solution à la hauteur de l’enjeu soit apportée. Les seconds attendent une définition claire des coûts et des responsabilités à venir.

L’étude menée par AREVA conclut que, dans ce nouvel environnement, un nouveau réacteur nucléaire pourrait fonctionner au Royaume-Uni d’ici à 2017. Les Britanniques tireront partie de l’expérience accumulée par l’industrie nucléaire en Europe, aux Etats-Unis et en Asie, ainsi que de la standardisation de la technologie, rendant les coûts de production plus sûrs et la durée de construction des réacteurs plus courte.

Le démantèlement n’est pas un obstacle financier au lancement d’une nouvelle flotte nucléaire et ne nuit pas à la compétitivité du nucléaire, dans la mesure où ses coûts sont lissés sur les 60 ans de durée de vie des réacteurs.
Une fois mises en place les nécessaires réformes réglementaires et le cadre légal de gestion des déchets, il est quasiment certain que des électriciens prendront la décision d’investir dans le nucléaire. Celui-ci leur offre une production d’électricité en base compétitive, sans même tenir compte de l’avantage comparatif lié à ses très faibles émissions de CO2.

"Pour AREVA, l’énergie nucléaire apporte, aux côtés des énergies renouvelables et d’une meilleure efficacité énergétique, une solution au défi à venir pour le Royaume-Uni : sécuriser de manière compétitive son approvisionnement énergétique, tout en diminuant ses émissions de gaz à effet de serre", a déclaré Robert Davies, représentant d’AREVA NP au Royaume-Uni.

(src : CP – Areva)
Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz