Bangladesh : une nouvelle centrale électrique de 180 MW

Le groupe espagnol, Isolux Corsán, a obtenu son premier gros contrat de génération d’électricité en Asie grâce à la construction d’une centrale de production d’électricité à gaz (cycle ouvert), de 180 MW de puissance, à Khulna, la troisième ville industrielle du Bangladesh, située à 150 km de la capitale Dacca.

Le projet a été adjugé par la North-West Power Generation Company, compagnie publique d’électricité du Bangladesh, et son délai d’exécution est de 22 mois. Le montant du contrat est de 110,3 millions d’euros.

Cette action s’inscrit dans le cadre du Plan de développement énergétique du Bangladesh, lancé par le gouvernement de Hasina Wajed, actuelle présidente et fille du fondateur du Bangladesh, qui prétend réaliser d’ici à 2020 l’électrification totale du pays. Avec ses 168 millions d’habitants, le Bangladesh est le septième pays du monde pour sa population et l’un des premiers en termes de densité de population, avec d’énormes besoins d’énergie.

La production d’électricité de la nouvelle centrale électrique que va construire Isolux Corsán à Khulna devrait arriver à satisfaire la consommation d’une population de 5 millions d’habitants. L’installation, construite selon une technologie de dernière génération, sera reliée au réseau électrique et aux réseaux de gaz et diesel existant dans la zone.

Récemment, la compagnie a également exécuté, pour le gouvernement de l’Angola, une centrale thermique flottante avec deux turbines à gaz de 100 MW en cycle ouvert pour approvisionner la capitale Luanda, et elle met la dernière main à la construction de la centrale de double production de gaz et combustible de Futila, de 80 MW de puissance.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Bangladesh : une nouvelle centrale électrique de 180 MW"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Pastilleverte
Invité

et oui, c’est encor sans doute ce qui a de plus économique, même à moyen terme pour des pays pauvres. Si M Gates ou un autre milliardaire veut y financer des installations PV ou éoliennes, très bien, mais ce n’est qu’à cette condition (don…) que la production d’énergie “verte” sera “rentable” pour le Bengla Desh (ou tout autre pays de même niveau économique)

wpDiscuz