Enerzine

Une chaire de « Captage, transport et stockage du CO2 »

Partagez l'article

L’école des MINES ParisTech a inauguré le 30 juin 2009 au Havre et pour une durée de 5 ans, la chaire industrielle "Captage, transport et stockage du CO2".

Cette chaire a été cosignée par des partenaires locaux (Grand Port Autonome du Havre, Communauté d’Agglomération Havraise), des partenaires industriels (Air Liquide, EDF, GDF-Suez, Lafarge) auxquels s’est joint TOTAL et des laboratoires universitaires (MINES ParisTech, Université du Havre, Ecole des Ponts ParisTech, Bureau de Recherche Géologique et Minière).

Denis Clodic, responsable du Centre Energétique et Procédés (CEP – MINES ParisTech), est le titulaire de cette chaire.

Fortement impliqués dans l’amélioration de l’efficacité énergétique et le développement des procédés de captage et stockage du CO2, les partenaires vont mutualiser, à travers cette chaire, leurs compétences afin de développer la recherche dans le domaine de la réduction des émissions de CO2 , aussi bien sur les aspects sociétaux, économiques, techniques et scientifiques du captage, transport et du stockage du CO2 .

Cinq axes s’inscrivent dans les travaux de recherche de cette chaire : le captage et les technologies de rupture, la géologie et l’hydrologie des aquifères salins pour le stockage, l’économie liée à l’activité CO2, l’acceptation sociale du transport et du stockage, et le transport du CO2 avec les risques et les opérations de logistique. C’est donc toute la chaîne, de la production du CO2 par les procédés industriels à son stockage géologique que cette chaire prend en compte avec l’ensemble des aspects sociétaux associés à une telle stratégie de limitation des émissions.

Les techniques de captage sont nombreuses et font l’objet d’une compétition forte visant à la sélection des technologies les plus efficaces énergétiquement, dont l’impact environnemental est le plus faible et donc le coût est limité. Dans ce domaine, les travaux de la Chaire portent sur l’évaluation continue des résultats des laboratoires et surtout des pilotes déjà en fonctionnement ou en cours de construction. Bien que le stockage géologique du CO2 soit effectué par la nature depuis des millions d’années dans les gisements naturels de CO2, le stockage artificiel suppose la maîtrise des évolutions des aquifères profonds où vont être injectés de manière préférentielle les millions de tonnes de CO2 , ces stockages devant être suivis pendant des centaines d’années.

Le captage, le transport et le stockage du CO2
constituent un des moyens essentiels pour lutter contre le réchauffement climatique, préserver les ressources fossiles et naturelles et promouvoir une énergie respectueuse de l’environnement. Ces questions de captage, transport et stockage du CO2 sont la clé du développement d’industries fortement consommatrices d’énergie, ainsi que pour l’aménagement durable impliquant des transformations de territoires industriels.

Cette chaire financera également des travaux de recherche : une quinzaine de thèses, visant à développer des réflexions et des résultats nouveaux en matière de « captage, transport et stockage du CO2 ».


Partagez l'article

 



    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    2 Commentaires sur "Une chaire de « Captage, transport et stockage du CO2 »"

    Me notifier des
    avatar
    Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
    Guydegif(91)
    Invité

    Très bon plan et Très bonne initiative ! Parmi les protagonistes partenaires je me permettrai de suggérer de contacter et tenbter de rallier Schlumberger,(Rue St Dominique ou Montrouge) et tout particulièrement leur Dpt Géophysiques et Etudes de Réservoirs pour la partie maitrise des techniques géophysiques de mesure de débit in/out (flowmeters), constat des types de fluides en présence, mobilité, extension volumétrique, etc… C’est qd même le N=° 1 mondial dans la maitrise du savoir-faire d’évaluation des champs pétrolifères…..A ne pas négliger ou ignorer ! Just my suggestion ! A+ Salutations Guydegif(91)

    marcarmand
    Invité

    Pendant quelques milliards d’années, la nature a stocké le CO2 atmosphérique sous forme de calcaire dans les sédiments marins. J’aimerais savoir quelle quantité annuelle de CO2 a ainsi été stocké, et si le processus continue encore actuellement.

    wpDiscuz