262 000 panneaux solaires dans un village du Portugal

Pas une semaine ne se passe sans qu’un record mondial ne soit revendiqué en matière de solaire. Début mars, ce sera au tour du Portugal d’annoncer la mise en route de ce qui est présenté comme la plus grande centrale photovoltaïque au monde.

262 000  panneaux photovoltaïques installés sur une surface de 250 hectares dans le sud du Portugal. C’est ce qu’accueille sur son sol le village portugais d’Amareleja, souvent considéré comme "le village  le plus chaud du Portugal".

Dans un premier temps, la centrale disposera d’une capacité installée de 2,5MW pour atteindre 46,41 MW avant la fin d’année. De quoi fournir annuellement 93 GWh d’électricité, l’équivalent de la consommation de 30 000 foyers. Dès lors, 2 520 modules de 104 panneaux suivront la trajectoire du soleil.

La construction a été lancée il y a à peine un an par la société Amper Central Solar, filiale de l’espagnol Acciona. Le projet a représenté un investissement de 237,6 millions d’euros. Les panneaux ont été fournis en un temps record par le fabricant chinois Tingli.

            

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
14 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Bolton

Le solaire photovoltaique n’est pas au point : durée de vie limitée, polluant, fabrication énergivore, rendement ridicule… Encore une fois je trouve ces choix totalement stupides ! mieux vaut privilégier le solaire thermique dans le maisons !

stfou

Pas au point??? Une durée de vie supérieure à 25 ans et une occurence de panne extrèmement faible, un remboursement énergétique inférieur à 3 ans… Que faut-il attendre??

Rak

D’accord avec stfou: Tu dois être mal renseigné Bolton, une durée de vie de 25/30 ans c’est ridicule? quand à l’énergie grise nécessaire à la fabrication des modules, celle-ci est remboursé assez vite. certe le photovoltaique peu progresser en terme de rendement mais dans tout les cas on a déja vu pire comme choix stupide…non?

Propos

Crois-tu que les industriels qui se lancent dans de tels investissement le fassent à la légère et n’étudient pas la rentabilité du projet ? Crois-tu qu’ils se lancent la dedans que par militantisme écologique ? S’ils le font c’est que la rentabilité est au rendez-vous.

lepetit

et puis si personnes n’investient dedans , les prix et l’amélioration de la technologie ne risque pas de se faire…

Bolton

D’accord, ma vision du photovoltaique était fausse, mais je préfèrerais quand même se voir développer le thermodynamique et le solaire thermique dans les habitations, ça me parait mieux que de couvrir les champs de solaire photovoltaique… 3 ans pour la rantabilité energétique c’est encore beaucoup je trouve, et vous ne parlez pas des pollutions générées lors de la fabrication et du recyclage des composants. ?

Dan

Le solaire photovoltaique n’est pas aujourd’hui rentable et de loin si l’on prend des critères économiques classiques. Pour les particuliers, il faut 50 % de subvention sur l’installation et encore subventionner le kWh produit en le rachetant presque 20 fois plus cher qu’il ne coûte en production de masse (57 centimes contre 3 centimes en sortie de la centrale électrique) pour que l’affaire puisse être rentabilisée en moins de 10 ans. La rentabilité actuelle et les investissements des acteurs dits rationnels (les industriels)ne sont dus qu’aux énormes subventions. A titre indicatif, si je m’équipe de 2000 Wc de capteurs et que je revends ma production à EDF, au bout de 20 ans j’aurais touché plus 30 000 € de subventions pour une installation qui m’aura coûté 18 000 € et un achat de 9 000 euros d’électricité à EDF au prix normal ! Le problème des capteurs PV actuels n’est pas la longévité qui est plutôt bonne, mais plutôt le rendement et le coût. Avec 12 à 17 % et 5 à 8 € le WC, on est encore beaucoup trop loin de la rentabilité. Faut-il subventionner massivement les installations dont on connaît le fonctionnement ou bien la recherche pure pour aboutir plus vite à une solution mature et industrialisable en masse ? Je ne pense qu’il faille opposer le solaire photovoltaïque et le solaire thermique puisqu’ils répondent à des besoins et des logiques différentes. Ca me paraît peu pertinent de faire de l’électricité avec du thermique et inversement de l’eau chaude avec du photovoltaïque !

Bolton

Oui, je parlais de thermique car je pense que d’installer du solaire thermique dans les habitations permettrait d’économiser beaucoup d’énergie, qu’elle vienne du fioul, du gaz ou de l’électricité. (qui sont toutes émettrices de Gaz à Effet de Serre)

yp

la rentabilité n’a lieu que grace aux subventions, et c’est bien la fonction des subventions: c’est comme arroser un arbre pour avoir des fruits à manger. La rentabilité c’est bien, mais attention de ne pas oublier que l’objectif des énergies renouvelables est avant tout de ne plus “scier la branche sur laquelle nous sommes assis” et c’est bien ça la prise de conscience mondial qui est nécéssaire: on a pas le choix, il faut que les énergies renouvellables remplacent les autres, l’aspect financier est uniquement un obstacle à surmonter, et certainement pas un objectif, une motivation, ou une excuse. il s’agit de la survie de la planète, de nous, de nos environnements, pas de se faire des sous. Il y a largement assez de dollars ds les portefeuilles pour changer le monde chaque jour, certains semblent l’oublier, d’autres au contraire commencent à en prendre conscience, et les boîtes richissimes dont les bénéfices se comptent en milliards ont ce pouvoir, à elles de voir si elles sont capables juste d’oublier l’écosystème économique une seconde pour se soucier de l’écosystème planètaire

Bolton

Oui, mais dans un contexte où ce sont les actionnaires qui “décident”, je ne suis pas sur que beaucoup de dirigeants d’entreprises choisissent d’investir dans les eNr, sauf si bien sur c’est un bon investissement, économiquement parlant bien sur…

Dan

J’aimerai bien économiser beaucoup d’énergie en installant des capteurs thermiques. Malheureusement, lorsque j’ai fait l’analyse en 2005, je ne suis pas parvenu à un “taux de couverture solaire” supérieur à 15 % sur l’année pour le chauffage. En ECS, j’étais entre 50 et 60 % mais sur des volumes de kWh bien moindre. En conclusion, sur 2500 m3 annuel de gaz, je ne pouvais espérer espérer en économiser que 350 à 400 au prix d’une installation beaucoup plus compliquée et plus chère et plus subventionnée ! Je précise qu’il s’agit de rénovation avec des radiateurs en fonte. Pour avoir un taux de couverture supérieur, il aurait fallut une installation neuve avec un chauffage basse température par le sol. faut-il casser la maison pour installer des panneaux solaires ? D’un autre coté, si on fait une construction neuve, il faut surtout investir dans l’isolation pour moins consommer. Et là quand on fait les calculs, on s’aperçoit que le solaire fait moins économiser car… il y a moins de kWh à gagner ! Pas simple.

Dan

Je suis bien d’accord “il s’agit de la survie de la planète, de nous, de nos environnements, pas de se faire des sous”. Oui mais le monde est ce qu’il est et le moteur c’est l’économie avec ses règles d’investissement. Aujourd’hui, la question est de savoir si les subventions vont permettre d’atteindre l’objectif de produire plus propre ou si cela permet d’acheter une bonne conscience. J’aurais très bien pu installer 2000 ou 3000 Wc sur mon toit et gagner de l’argent… public. Qu’est-ce que cela aurait prouvé ? le PV, on sait que ça marche, mais on en connaît les limitations actuelles. En conclusion, faut-il augmenter considérablement le nombre d’installations de ce type ou attendre de meilleurs capteurs, plus performants et beaucoup moins chers (donc porter l’effort sur la recherche). Je crois également que le particulier est un acteur économique souvent rationnel et s’il fréquente assidument les salons des énergies renouvelables, ce n’est pas pour autant qu’il signe à tout va des contrats d’installation de systèmes solaires. L’argent que l’on hypothèque dans ces systèmes “complémentaires” est autant de moins de disponibles pour d’autres travaux peut être aussi, sinon plus urgents dont l’isolation qui économise l’énergie à défaut de la produire de façon écologique. Finalement, je me demande si une bonne dose de rentabilité encadrée par les contraintes de développement durable n’est pas la meilleure approche pour les enjeux actuels.

Margarita

Je vis depuis quelques mois ,a Mazuco,un village d’amazonie au Perou Suis dans une maison qui recueille des enfants de familles défavorisées. (40 a 50 enfants) Mazuco est un village ou seul des moteurs fournissent le courant électrique,le soir de 18h a 23h. Quand il n’y a pas de pannes… Je rêve de pouvoir les aider a installer, des panneaux solaires. Au moins pour un frigo, un congélateur,et peut-être internet, La ligne existe mais sans courant,elle ne sert a rien…Ici pas besoin de chauffage, ou d’eau chaude, il y fait constament entre 24 et 35 degrès.C’est trés humide pendant la saison des pluies, mais il y a du soleil tous les jours. Si un jeune ingénieur, ou une personne a la retraite,qui chercherait un projet passionant,et qui est tenté par un moment de vie hors du commun… Aventure a coup sur… Bouteille a la mer……. Margarita

Greg

arrêtons de triper si les panneaux photovoltaique avait un ROI (return on investment) de 3 ans ça se saurait, j’ai sous la main 3 énergéticiens qui ont bien rigolé quand je leur ai montré ton commentaire

14
0
Laissez un commentairex