Des compteurs communicants gratuits en France ?

Interrogé dimanche dernier sur Europe 1 dans l’émission « Le grand Rendez-vous » sur la polémique soulevée sur le financement des compteurs communicants qui doivent être à terme généralisés, Eric Besson a indiqué que leur coût serait « pris en charge par les entreprises publiques ».

L’Association nationale de consommateurs et usagers (CLCV) se réjouit de cette annonce et souhaite maintenant que le Ministre en charge de l’Energie confirme "la gratuité de la pose des nouveaux compteurs pour les consommateurs" et veille à ce que la mise en œuvre de ces nouveaux dispositifs ne conduise pas à "des augmentations masquées".

Par ailleurs la CLCV met en avant d’autres points qui méritent selon t’elle des clarifications avant leur généralisation :

  1. Les compteurs doivent être accessibles et fournir une information lisible aux consommateurs susceptible de leur permettre de réguler leur consommation ;
  2. La possibilité technique d’avoir jusqu’à 7 tarifications différentes de fourniture et 4 tarifications relatives au gestionnaire de réseau ne doit pas poser de problème de lisibilité et de comparabilité des tarifs ;
  3. Les consommateurs sont actuellement démarchés pour des produits concurrents qu’ils souscrivent afin de maîtriser leur consommation et la réduire aux périodes de pointe, comme par exemple le boitier « bluepod » de la société Voltalis. Il se pose alors la question de la cohérence entre ces différents dispositifs.

Sur ce dernier point, la CLCV s’interroge sur "l’installation du boitier « bluepod » dans de nombreux logements sociaux sans concertation préalable avec les locataires, la réalité de la maîtrise des coupures de courant et de leurs éventuelles conséquences sur les appareils électroménagers et autres dispositifs détenus par les particuliers".

En conclusion, la CLCV demande d’une part, "une confirmation de la gratuité de l’installation des nouveaux compteurs pour les consommateurs", puis "des garanties sur la fiabilité des compteurs, sur la cohérence de leurs fonctionnalités au regard des objectifs recherchés d’information du consommateur et de maîtrise des consommations d’énergie et sur la protection de leurs données personnelles", et enfin "une communication claire des pouvoirs publics sur les stratégies concernant la mise en place des différents compteurs".

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
9 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Oeil de cain

……………………………………………… Ce débat sur les nouveaux compteurs devrait être l’occasion d’une clarification ….. Dans le temps, . . . on nous expliquait que l’abonnement servait entre autres à la location et entretien des compteurs ……… mais maintenant que notre EDF national voudrait nous les facturer, il faudrait que tout ce petit monde nous explique, … en toute transparence …, le détail de chacun des coûts, ainsi que la marge bénéficiaire y afférant … Production, transport et livraison devraient être détaillés, et de même pour l’ensemble des taxes ainsi que leur utilisation …

Nonmaisdisdonc

On ne me retirera pass l’idée que ces compteurs seront facturés d’une manière ou d’une autre. Lorsqu’il est trop impopulaire de faire passer la note en une seule et unique fois , il convient de la saucissoner et de la diluer dans les paiements a venir afin de lui conferer un aspect politiquement correct. Cela se pratique un peu pour tout depuis des lustres. La malhonneteté, la désinformation et la manipulation sont de mise..!

simonc

Les compteurs seront bien entendu facturés d’une manière ou d’une autre aux abonnés, car leur coût sera bien entendu repercuté sur la facture. Malgré tout il est tout à fait normal que ces compteurs soient payés dans un premier temps par un gestionnaire énergétique. Car ces compteurs vont lui permettre de faire différents types d’économies, qui seront… elles aussi répercutées sur la facture. Bien sur, comme le dit Oeil de Caïn, il faudra assurer une transparence sur les coûts et les gains. Malgré tout cela va êre certainement assez complexe à mettre en oeuvre car lesdits gains ne sont qu’assez difficlement mesurable. Plus d’information sur les sujet sur les balbutiements d’un journal d’information lié à ce thème: distribenergie.info

xpair

Voici deux liens qui vous éclaireront sur la polémique des compteurs “intelligents”

Sicetaitsimple

Je suis plutôt d’accord avec vous: – la pose des compteurs communicants se retrouvera d’une façon ou d’un autre sur la facture. Personnellement, si il est bien prévu que l’ensemble des francais soient concernés, le TURPE me paraitrait le meilleur moyen de financer. -Concernant les chauufe-eaux, vous avez également raison dans votre constat, mais ça devient un peu plus complexe. Le système heures pleines /heures creuses est certes basique (parce que la technologie est basique), mais il permet d’être sûr que le chauffe-eau sera plein d’eau chaude le matin…Ce qui après tout est ce que le consommateur attend..Asservir l’heure de démarrage à la température résiduelle de l’eau serait certainement l’idéal, mais ça complique un peu le système chez le particulier. Et surtout, que deviennent ces gains, cette création de valeur? Elle reste dans la poche des commercialisateurs ou des producteurs, ou elle profite au consommateur? Pas vraiment évident, je ne suis pas sûr que les consommateurs (les particuliers) veuillent demain avoir une facture d’électricité totalement liée aux prix de marché..Les tarifs régulés, avec une option heure pleine/ heure creuse, restent relativement simples et compréhensibles…Si on commence à faire payer le vrai prix la nuit, il faudra aussi faire payer le vrai prix le jour, et là ça risque de coincer en certaines circonstances.

simonc

@marius76 J’ai mis votre commentaire ainsi que ma réponse à la suite de l’article concerné Tout d’abord, merci pour votre commentaire. L’idée de jouer sur les heures de mise en route des chauffe-eau est en effet astucieuse et permettrait en effet de créer une valeur ajoutée en régulant bien la demande en énergie lors de la période assez calme qu’est la nuit. Le BluePod, ou tout autre boitier du type, pourrait en effet, permettre la mise en place du lissage de ces dispositifs. On peut toutefois se demander encore une fois si le problème n’est pas économique ou juridique. Une amélioration de l’utilisation de l’énergie profite bien évidemment au producteur comme EDF, mais à l’heure actuelle, et vu la décision du CRE, je vois mal ce type d’acteur reverser une partie des bénéfices obtenus grâce à ce service à une société comme Voltalis. On voit donc bien que le sujet est épineux juridiquement, tous le monde peut y gagner, mais encore faut-il qu’il y ait une base légale derrière tout cela qui régule le dispositif, et met en évidence les droits et les devoirs des acteurs du secteur. Les problématiques sont d’actualités, les solutions sont peut-être pour bientôt.

Sicetaitsimple

Le gateau est là…Et le décollage probable des véhicules electriques va le faire grossir. Au même moment, les renouvelables massifs ( éolien et bientôt PV si les objectifs des plans d’action sont tenus, 51000MW de PV en allemagne annoncés par le gouvernement en 2020!) vont complètement chammbouler nos habitudes. L’heure creuse en allemagne, ce sera normalement 10h/17h en été en 2020.. Il y a plein de boulot pour les optimiseurs…Le relais heures pleines / heures creuses me parait un peu obsolète, même si son fonctionnement a l’avantage d’être compréhensible par quasiment tout le monde.

zelectron

Ces compteurs au cahier des charges étudié pour être “purement” français, en dehors de toute compatibilité avec une quelconque “espérience estrangère” franchouillards quoi, coùtent à l’unité environs 2 fois et demi plus chers que sur le marché international, d’où ma question innocente: qui se sucre au passage ?

simonc

@Marius76 Vous avez bien raison de souligner que le projet sera un echec si le consommateur se retrouve, ne serait-ce, qu’une ou deux fois, sous une douche froide le matin, et ce même si pour des raisons privées, il a décidé de se lever à 6h au lieu de 7h, comme habituellement. Vous dîtes qu’il n’y a pas à ce que l’abonné connaisse les prix du marché de l’énergie, oui et non. Je pense pour ma part qu’il y a tout à gagner à ce que le consommateur, devienne de plus en plus acteur de sa consommation. Je pense qu’à terme, après pose des compteurs, on devrait fournir des outils à l’abonné lui permettant de piloter réellement sa consommation et de dialoguer avec son(ses) fournisseur(s). Il pourrait alors mettre en place un petit planning(tous les jours il me faut de l’eau chaude pour 6h30, demain j’ai quelques chose, délivrez moi mon eau chaude pour 5h30) Cela pourrait s’adapter sur différentes consommations, et se les efforts consentis se repercutent direcetement sur la facture, je suis persuadé que beaucoup seraient prêts à jouer le jeu. Ce n’est pas encore d’actualité, mais les compteurs communicants sont la première brique du système. Après, bien entendu, il y a une multitude de problème juridico-econo-techniques derrière. @Sicetaitsisimple: Le décollage des véhicules électriques va certainement le faire grossir. Quant aux ENR, le photovoltaïque a en effet des possibilités de décaler le marché heure creuses/heures pleines, mais la problèmatique est différente pour l’eolien. Cette source produit aussi par intermittence, mais à des horaires indépendants du jour et de la nuit. L’évolution du mix énergétique tend ainsi à faire penser, à mon avis mais je pense qu’il est suivi, que le système HC/HP va plutôt s’écrouler en cas d’avènement réel des ENR. On aura ensuite plus un marché de l’énergie, avec différents prix, indépendament de l’heure, ou le consommateur deviendra réellement un pilote de sa consommation, aidé bien entendu par des services nombreux et innovants lui permettant de s’en sortir. Cet article est très en lien avec cette problèmatique: @zelectron: Ces compteurs sont un marché, tous les gens ne vendent donc pas au juste prix. Mais on peut aussi dire que cette fois, les spécifités francaises pourraient avoir du bon. En effet, le projet semble être pensé avec son temps et pourrait permettre les choses décrites dans mes commentaires ci-dessus. Toutefois, le projet final de compteur n’est pas encore fixé. on en saura plus en mars 2011. Le prix oscille à l’heure actuelle entre 120 et 240€, donc la marge est encore grande. Pour info, en Italie, les compteurs était bien moins cher, mais il n’avait que très peu de fonctionnalités et ils ont surtout été installés pour éviter le larcin énergétique, leur architecture était donc très simple mais le réseau avait besoin d’être maillé. On ne peut donc comparer que le comparable et vos prix me semblent assez majorés. Avez-vous des sources?

9
0
Laissez un commentairex
Available for Amazon Prime