Gaz : l’UE se prépare à faire face aux coupures

Le groupe européen de coordination pour le gaz a estimé que la coopération régionale et le remplissage des systèmes de stockage constituaient les meilleurs moyens de faire face à une éventuelle rupture de l’approvisionnement gazier européen.

Lors d’une réunion extraordinaire qui s’est tenue cette semaine à Bruxelles, le groupe de coordination pour le gaz, présidé par la Commission, a analysé les progrès accomplis par les États membres de l’UE et la Communauté de l’énergie pour mieux se préparer aux éventuelles ruptures d’approvisionnement. La Commission a souligné la nécessité de remplir les systèmes de stockage et de rechercher de nouvelles dispositions régionales avant toute perturbation potentielle.

La crise de janvier 2009 a mis en évidence la vulnérabilité de l’UE face aux ruptures d’approvisionnement et plusieurs États membres sont extrêmement dépendants d’un seul fournisseur ou d’une seule filière d’approvisionnement. Etant donnée la situation incertaine concernant le stockage du gaz en Ukraine, Bruxelles a notamment recommandé aux États membres de mieux se préparer à la prochaine période hivernale et de remplir leurs systèmes de stockage à partir de toutes les sources disponibles.

Le groupe a défini les risques que présente l’approvisionnement en gaz des différents États membres et des pays de la Communauté de l’énergie et a étudié les possibilités d’appliquer des mesures d’urgence de façon coordonnée. Il a mis l’accent sur le potentiel que recèle la coopération régionale pour atténuer les risques recensés.

Un exercice spécifique a également consisté à réaliser des scénarios de rupture d’approvisionnement pour déterminer quelles pourraient être les meilleures réponses possibles au niveau communautaire et régional au cas où cela se produirait dans les mois à venir.

Le groupe de coordination pour le gaz a été créé en 2006 conformément à la directive 2004/67/CE concernant des mesures visant à garantir la sécurité de l’approvisionnement en gaz naturel. Présidé par la Commission européenne, il se compose de représentants des États membres, des organisations européennes du secteur gazier et des consommateurs.

Le groupe se réunit régulièrement (au moins 4 fois par an) pour échanger des informations et élaborer des mesures à court et à long terme destinées à accroître la sécurité de l’approvisionnement en gaz de l’UE. Au vu del’incertitude concernant certaines filières d’approvisionnement extérieures, il se réunit désormais tous les mois.

La directive 2004/67 définit une approche en trois étapes en cas de crise d’approvisionnement : le secteur gazier prend les mesures nécessaires; si celles-ci ne suffisent pas pour atténuer la crise, les États prennent des mesures nationales; si cela ne suffit toujours pas et si l’indicateur de rupture d’approvisionnement majeure est atteint (déficit de 20% des importations), le dispositif communautaire est déclenché : le groupe de coordination pour le gaz est convoqué pour étudier les mesures supplémentaires à prendre et pour aider les États membres en difficulté. Le groupe peut ensuite proposer de nouvelles mesures au Conseil.

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
5 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
paul

Et il fallait des experts pour dire cela !!!!!!! Heureusement que pour le plein de ma voiture je n’ai pas besoin d’eux !!

Momo

Et vs. savez pourquoi ? Parce que depuis 100 ans environ des milliers d’experts et d’ingenieurs et de techniciens en tous genres se sont decarcasser ( et ont gagne leur vie ) pour que cela vs. soit facile et ” naturel ” ….. en tout cas ds. ( presque ) tout le monde occidental …. Allez donc faire la meme chose au Malawi , en Ethiopie , en Somalie , au Nepal ou en Birmanie ( je ne parle pas de la Coree du Nord ou meme de certains coins d’Inde ou de Chine profondes ! ) Vous verrez si votre commentaire vaut qq.chose …..

moise44

@Paul je suis d’accords avec le commentaire de Momo d’une part, et d’autre part ce que vous mettez dans votre voiture estil du GNV ? car le GPl est ce qui est repris en haut de l’alembic de distallation(raffinage) de pértrole ! Ce n’est donc pas la meme chose ! Sur les prix, c’est le pétrole qui sert de base pouir fixer le prix du gaz, mais je ne penses pas que l’inverse soit vrai…en touit cas je ne l’ai jamais lu nulle part. Quand a ces sois disant experts, ils ont servi a fixé un cadre de coordination des reserves en cas de fermeture du robinet par poutine (qui n’est QUE premier ministre comme on le sait) via la sociétée GazPROM qui a un chiffre d’affaire pas si loin de notre PIB ! Bref, ce qui n’est pas dit dans cet article mais seulement sous entendu, c’est que GazProm va sans aucune pitiée fermer le robinet l’hiver prochain et qu’il serait bien de commencer a faire les reserves pr cet hiver en attendant que les gazoducs passant au nord (avec une partie sous marine) de l’europe et au sud aussi (je n’ai plus les sources mais elle sont sur enerzine et je me rapelle bien les avoir lu) . L’europe a donc clairement décidé d’afficher qu’elle lache l’Ukraine dans son combat contre l’ancien grand frère russe… Ce qui peut se comprendre car les russes sont quand mêmes plus pres de nous historiquement que des chinois qui eux sont en revanches plus près des gisements exploités ! L’heure des choix est venu, ce signe nous montre, a mon avis, le choix (ou chantage subi ?) qu’a fait l’europe.

Zino

Le Quotidien D’Oran du 06/07/2009 Le Transsaharian Gas Pipe Service, un projet catastrophique                                                                                        Par : Y. Mérabet Au Nigeria, les violences dans le Delta du Niger, mais aussi la corruption et la désorganisation du tissu industriel freinent l’exploitation aussi bien du pétrole que du gaz, qui a souvent été brûlé au lieu d’être produit et exporté,  alors que la population nigériane meure de faim. Là-bas ! Au Nigéria c’est la guerre du pétrole, au Niger c’est El Qaeda, ici en Algérie c’est le flou des prix, tout cela sont des entraves à lever avant de penser à réaliser un projet de tel envergure.   Le Nigeria est potentiellement le plus grand producteur de pétrole en Afrique, mais dans la région du Delta du Niger, d’où presque tout le pétrole vient, les communautés locales affirment qu’elles ne profitent pas des milliards de dollars réalisés par an à partir des recettes, et accusent l’industrie pétrolière d’être la cause de l’appauvrissement de la population. Le Nigeria, situé dans le golfe de Guinée, est de loin le pays le plus peuplé d’Afrique avec plus de 140 millions d’habitants. Malgré une production de pétrole importante, le Nigeria demeure un pays relativement pauvre, en raison notamment d’une très forte corruption. La valeur de son PIB total le place à la troisième position en Afrique, derrière l’Afrique du Sud et l’Algérie. Malgré la tenue d’élections au suffrage universel, la démocratie n’est pas établie, le dernier scrutin ayant donné lieu à des fraudes massives, selon les observateurs internationaux. Les Ijaws, ethnie vivant dans le Delta du Niger, d’où sont extraits les hydrocarbures, se sont soulevés contre le gouvernement qu’ils accusent de connivence dans la pollution de l’environnement. Le MEND, mouvement d’émancipation du Delta du Niger, bien armé et bien entraîné aux tactiques commandos, s’en prend aux intérêts occidentaux au Nigéria, comme au Niger, pour eux c’est le seul  moyen possible de récupérer la souveraineté nationale  et  lutter contre la corruption interne, mais tout cela au détriment d’une paix nécessaire pour le développement du Nigéria.  Le MEND s’en prend aux intérêts étrangers en enlevant des ingénieurs contre rançons et perturbe la production pétrolière destinée à l’exportation, sabote les oléoducs : le vol et le crime deviennent l’économie du pauvre, ça ce n’est pas bon. Les ressources naturelles du sous-sol nigérian ne sont plus distribuées équitablement entre les populations défavorisées,  créant de sanglantes émeutes entre musulmans et chrétiens et aussi d’autres tribus, ça aussi ce n’est pas bon. Qu’importe les résultats de l’étude, les responsables du NEPAD foncent sur le déficit lorsque les intérêts des Occidentaux sont menacés par la guerre du gaz que leur imposent l’Iran et la Russie. Ce projet, qualifié de grande envergure par les ministres du NEPAD, est en fait un projet anti-NEPAD et anti-africain. Ce projet transsaharien doit répondre au besoin de transport du gaz naturel à partir des exploitations du Nigeria encore en litige de partage de richesse entre les renégats du gouvernement et la population autochtone, en transitant par le Niger et l’Algérie autant de flou et d’incertitude pour servir la vieille Europe en quête d’énergie. L’Afrique a besoin de son gaz pour se développer et non pour le brader ‘aux pilleurs de tombeaux’, ces européens, qui ont dépouillé l’Afrique de ses richesses. Le coût global du transsaharien est estimé à 10 milliards de dollars, en plus de 3 milliards de dollars que nécessitera la collecte le long de son parcourt, l’étude prévoit un délai pour le début de l’exploitation de l’ouvrage en 2015, quant au financement il reste encore posé à un moment difficile  avec la crise économique mondiale et la baisse des prix du pétrole   Beaucoup d’étapes restent à franchir, la cessation des combats au delta du Niger, du terrorisme frontalier, la signature d’accords intergouvernementaux, l’harmonisation des normes de réalisation du pipeline, les études sur l’impact du projet sur l’environnement, le calcul du prix réel de l’unité transportée, la signature d’une directive commune entre l’Union européenne et la commission africaine chargée de gérer ce projet et, principal destinataire du gaz nigérian, le problème des frontières, l’entrée en vigueur probable des accords de l’UMP, l’inexpérience des trois pays africains pour gérer rationnellement les grands ouvrages de transport, les droits juridiques, etc. La grande société russe Gazprom et Total France sont intéressés par ce projet pour véhiculer le gaz africain vers l’Europe via le Sahara : un chantier de 13 milliards de dollars et du gaz pour l’Union européenne, politiquement la Russie veut renforcer le front Nord-ouest pour serrer l’étau sur l’Union Européenne qu’il souhaite faire abdiquer . Alors où est là l’intérêt pour l’Afrique dans ce projet? «Total pense que c’est une diversification stratégique à long terme pour le Nigeria, qui est vraiment intéressante», a dit Guy Maurice, directeur général de la prospection et de la production de Total au Nigeria, lors d’une conférence. «Je saisis cette occasion pour déclarer publiquement que Total est prêt à s’engager dans ce projet». L’Union européenne, qui reçoit 40% de son gaz et le tiers de son pétrole de la Russie, estime que le projet pourrait lui permettre de diversifier ses fournisseurs d’énergie. Gazprom, qui a dit auparavant qu’il espérait signer en mars un contrat de prospection pétrolière et gazière avec le Nigeria de 2,5 milliards de dollars, a manifesté à nouveau son intérêt pour le projet et s’est dit prêt à travailler avec Total. Nous sommes également intéressés… «Les projets gaziers du gazoduc transsaharien nous donnent l’opportunité de démontrer notre expérience», a dit Vladimir Ilianine, patron de Gazprom Nigeria. «Nous avons travaillé avec Total sur bien d’autres projets et je ne vois donc aucun motif qui empêche qu’on travaille encore avec lui sur celui-ci». Alors, où est l’intérêt africain dans cette affaire, si ce n’est une complicité collective des responsables africains du NEPAD ? Transsaharien, un projet du NEPAD insensé Le Transsaharien Service Gaz Pipeline (TSGP), d’intérêt européen, est indéfendable pour être intégré dans l’agenda du NEPAD, c’est plutôt une entrave au développement socio-économique du continent africain de soumettre nos richesses et notre indépendance au diktat de l’Union européenne. Ce projet ne pourrait être nullement comparé au fameux projet le Transafrican Gaz Iranien (TGI), qui lui aurait un impact économique de grande envergure dans l’immédiat sur l’ensemble des pays qui composent le continent. Ce sont plus de 41 pays du continent noir africain qui émergeront tous à la fois de leur éternel  sous-développement. Qu’’importe les résultats de l’étude, les responsables du NEPAD foncent sur le déficit lorsque les intérêts des Occidentaux sont menacés par la guerre du gaz que leur imposent l’Iran et la Russie. Ce projet, qualifié de grande envergure par les ministres du NEPAD, est en fait un projet anti-NEPAD et anti-africain. Ce projet transsaharien doit répondre au besoin de transport du gaz naturel à partir des exploitations du Nigeria encore en litige de partage de richesse entre les renégats du gouvernement et la population autochtone, en transitant par le Niger et l’Algérie ou tout est flou pour servir l’Union européenne en quête d’énergie. L’Afrique a besoin de son gaz pour se développer et non pour de le brader pour faire la politique. , le coût global du transsaharien est estimé à 10 milliards de dollars, en plus de 3 milliards de dollars que nécessitera la collecte le long de son parcourt. Mais le financement reste posé. Beaucoup d’étapes restent à franchir, la cessation des combats au delta du Niger, du terrorisme frontalier, la signature d’accords intergouvernementaux, l’harmonisation des normes de réalisation du pipeline, les études sur l’impact du projet sur l’environnement, le calcul du prix réel de l’unité transportée, la signature d’une directive commune entre l’Union européenne et la commission africaine chargée de gérer ce projet et, principal destinataire du gaz nigérian, le problème des frontières, l’entrée en vigueur probable des accords de l’UMP, l’inexpérience des trois pays africains pour gérer rationnellement les grands ouvrages de transport, les droits juridiques, etc. La grande société russe Gazprom et Total France sont intéressés par ce projet pour véhiculer le gaz africain vers l’Europe via le Sahara : un chantier de 13 milliards de dollars et du gaz pour l’Union européenne. Le Transsaharien Service Gaz Pipeline (TSGP), d’intérêt européen, est indéfendable pour être intégré dans l’agenda du NEPAD, c’est plutôt une entrave au développement socio-économique du continent africain de soumettre nos richesses et notre indépendance au diktat de l’Union européenne. Ce projet ne pourrait être nullement comparé au Transafrican Gaz Iranien (TGI), qui lui aurait un impact économique de grande envergure dans l’immédiat sur l’ensemble des pays qui composent le continent Plaisanterie sur plaisanterie et mandat sur mandat  et bluff sur bluff, le NEPAD change de vocation de constructeur à un vulgaire destructeur de l’unité africaine. Il exagère en présentant  aux peuples d’Afrique noire le projet Transsaharien Gas Pipe Service comme un ‘plat de développement’ ou chaque pays du continent aura sa part, c’est complètement faux! Les parts sont bien comptées, il ny aura pas pour les plus pauvres. Le TGPS ne transporter que des ennuis du Delta du Niger à Alger, l’Algérie n’a plus l’envie de replonger sa population dans des années noires, aux empreintes encore fraiches, pour un projet qui rapporte presque rien.                                                                                                                                               L’étude de faisabilité pour la réalisation du gazoduc transsaharien devant relier le Nigéria à l’Algérie via le Niger, baptisé NIGAL, confiée à la société britannique Penspen/IPA pour la somme de 2,04 millions de dollars, sort avec des résultats technico-économiques non probants et deux grandes entraves: la sécurité liée à la guerre au Nigéria et plus précisément dans le delta du Niger et le prix de revient de l’unité de gaz transportée qui dépasse le seuil de rentabilité, le gaz nigérian transporté par le TGPS sera livré à l’Europe sera plus bas que les prix pratiqués par d’autres pays exportateurs de gaz . El Watan, (Des câbles électriques vers l’Espagne et l’Italie).                                                                             Les projets de liaison par câbles électriques entre l’Algérie et l’Espagne et l’Italie par voie sous-marine ont fait l’objet d’une conférence internationale organisée à l’hôtel Hilton. Cette rencontre a attiré plusieurs responsables, hauts fonctionnaires et diplomates des pays européens ainsi que les responsables des compagnies du secteur de l’énergie. Parmi les personnalités qui ont fait le déplacement, il faut noter la présence de Mario Valduci, ex secrétaire d’Etat au ministère Italien des Activités productives, Allessandro Ortiz, président de l’autorité pour l’électricité et du gaz italienne, les ambassadeurs d’Espagne et d’Italie, le directeur de l’énergie italien, le directeur général de l’énergie au ministère français de l’économie ainsi que les représentant des compagnies espagnoles et italiennes. Les projets de liaison qui sont conçus d’une manière intégrée avec centrales électriques devraient connaitre une issue favorable en 2006, selon les déclarations des différents responsables impliqués dans le dossier. Cette avancée serait marquée par la création de sociétés. Le premier projet avait fait l’objet d’un appel d’offres durant l’année 2000, sous la forme de deux ou trois centrales électriques d’une capacité totale de 2000 MW, avec un câble électrique sous-marin  reliant l’Algérie à l’Espagne est toujours d’actualité. L’étude de faisabilité par l’Algeran Energy Compagy a démontré l’intérêt du projet. Il en est de même pour le projet intégré de liaison électrique par câble et par voie sous-marine entre l’Algérie et l’Italie. Le projet intégré d’une capacité de 1000 MW, composé de centrales électriques et d’un câble sous-marin, est géré par Sonelgaz et l’étude de faisabilité a montré aussi son intérêt, selon ses promoteurs Au cours de l’allocation de l’ouverture de la conférence, le ministre de l’énergie et des mines, Chakib Khelil, a indiqué que « l’objectif essentiel de cette rencontre est de susciter l’intérêt de partenaires étrangers et mettre en place des sociétés de partenariat pour l’étude, la conception, la construction, l’exploitation et le financement de ces projets d’interconnexions électriques reliées à des centrales électriques» . Après avoir rappelé que la commission européenne a classé ces infrastructures comme projets prioritaires au regard de sa stratégie énergétique et que les études de faisabilité menés par AEC et Sonelgaz ont mis en évidence leur intérêt économique et stratégique, le ministre a indiqué que « l’Algérie propose pour leur réalisation une approche basée sur les principes de la commercialité et du partenariat économique et industriel avec les compagnies énergétiques, approche qui a déjà donné d’excellents résultats pour d’autres projets déployés au sein du secteur ».Ces deux projets devraient bénéficier de nouvelles dispositions contenus dans le décret portant fixation du prix du gaz naturel promulgué en 2005.         Ce décret fixe le prix des 1000 m3 à 1560 DA, ou 19,87 $, alors que la affirmant que “pendant une période de transition à des relations de marché dans le transport de gaz naturel à l’Ukraine, le prix peut être supérieur à 400 $ à partir 2009.

Abramhs

Stratégie militaire iranienne La Cinquième Flotte se rétracte devant la  puissance des  missiles iraniens                                                                  Par : Y. Mérabet L’Iran dispose d’une quantité de missiles de croisières amplement suffisante pour anéantir en grande partie, voire totalement, la Cinquième Flotte, qui se trouve à portée des lanceurs de missiles mobiles iraniens, stratégiquement installés tout au long de ses cotes montagneuses qui dominent le Golfe Persique. Par cette nouvelle ‘donne’ la Russie et les Etats-Unis sont arrivés à un accord du démantèlement du bouclier antimissile devant être installé en Europe de l’Est. L’administration Américaine minimise délibérément la vulnérabilité de sa flotte à la technologie avancée de l’Iran en matière de missiles, lesquels ont été achetés à la Russie dès le début du conflit et actuellement fabriqués en série sur le sol iranien, l’aide de la Chine et de la Corée du Nord complète la réussite de ce programme de défense. Les plus sophistiqués de ces missiles iraniens sont les « Sunburn » et les « Yakhonts », correspondants respectivement  au Shahab-4 et au Shahab-5. Ce sont des missiles contre lesquels les vaisseaux de guerre américains, devant eux ils fondent comme du beurre, car ils n’ont pas de parade efficace, avertissent tous les grands experts militaires du monde. Les néoconservateurs  américains provoquent  délibérément des représailles de riposte iraniennes négligeant aux conséquences dramatiques contre une intervention armée US ; ils veulent sacrifier la totalité de la Cinquième flotte. Cela risque d’aboutir à un nouveau Pearl Harbor, qui créerait l’environnement politique idoine en vue d’une guerre totale contre l’Iran et d’actions armées s’étendant à l’ensemble de la région du Golfe Persique. Toutes les bases militaires opérationnelles américaines se trouvent dans les pays arabes domestiqués par les américains et le sionisme. La cinquième flotte dont on vient de parler a son QG dans le petit Etat de Bahreïn, situé face à l’Iran, dans le Golf  Persique à une parfaite portée des missiles air-mer iraniennes. La base de la cinquième flotte,  au Bahreïn, n’est qu’à 150 miles marins de la côte iranienne, et elle serait elle-même facile à la portée d’une nouvelle génération de missiles air-mer iraniens. Par ailleurs, n’importe quel bâtiment de la Navy, dans le terrain d’opération confiné du Golfe Persique, aurait des difficultés à manœuvrer et se trouverait à faible distance de la côte rocheuse et en dents de scie de l’Iran, tout au long du Golfe Persique, jusqu’à la Mer d’Arabie. Cinq porte-avions et six portes-hélicos patrouillant dans les eaux du Golf Persique et de l’Océan indien seront mobilisés dans le cas ou les Etats-Unis persistent sur leur erreur pour envahir l’Iran, reste à comprendre que toute cette armada américaine massée dans la région, n’est qu’une forme d’intimidation connue et une ‘dissuasion périmée’ qui risquent  de mettre définitivement fin au mythe de la suprématie militaire des Etats-Unis, engagée déjà dans son déclin. La Russie n’accepterait  que l’armée américaine camperait américaine à ses frontières, dans le but d’envahir plus tard la le reste du monde,  dont la Russie blanche, ferait partie dans la prochaine étape.                                                                                                  Le projet de bouclier antimissile imaginé sous la présidence de George Bush prévoyait l’implantation de missiles d’interception en Pologne et d’une station radar en République tchèque dans le but d’intercepter en cas de guerre les missiles Russes et éventuellement ceux iraniens. L’éventualité d’une présence militaire américaine accrue dans une zone que la Russie considère comme faisant partie de sa sphère d’influence avait soulevé l’hostilité farouche de Moscou pour se dégénérer encore une fois en guerre froide. La Russie membre du conseil de sécurité et deuxième puissance militaire mondiale, reste éternellement méfiante à l’égard du des américains, d’Israël, de l’Union européennes et surtout de certains pays arabes égarés, alliés au sionisme et sous domination américaine comme: l’Egypte, l’Arabie Saoudite et le Maroc, elle est seul en mesure de  prendre des décisions fermes pour épargner la région du Moyen-Orient du pire. L’Iran pays musulman par excellence, deuxième puissance militaire et économique du Moyen-Orient, doit aussi se porter garante de l’unité du monde musulman et de son Islam et protéger la région de la convoitise des croisés; cet engagement lui  a valu qu’il soit mis dans l’œil du cyclone. L’Iran  a était discrètement surarmé par la Russie et la Chine faire face aux éventuelles attaques américaines et/ou européennes. L’Iran a commencé à acheter de la technologie militaire à la Russie peu après que celle-ci se soit rétractée, en 2000, du Gore-Chernomyrdin Protocol (Protocole Gore-Chernomyrdin), lequel limitait les ventes d’équipement militaire par la Russie à l’Iran. À la suite de quoi, la Russie se mit à vendre à l’Iran de la technologie militaire susceptible d’être utilisée dans n’importe quel conflit avec les États-Unis, notamment des systèmes de défense anti-aérienne et des missiles sol-mer, équipements dans lesquels la Russie s’était spécialisée précisément afin de contrebalancer l’écrasante supériorité maritime des États-Unis. Des usines de production de missiles ont étaient construites par les Chinois et les Russes spécialement pour faire face à une longue guerre contre les Etats-Unis et leurs alliés. L’Iran produit en série, le missile SS-N-22, dit « Sunburn », atteint la vitesse de mach 2,5, soit 1 500 miles/heure. Il utilise la technologie furtive et sa portée atteint les 130 miles. Il véhicule une tête explosive conventionnelle de 750 livres, capable de détruire la plupart des bâtiments de guerre, ce missile a était amélioré par les iraniens pour recevoir une tète nucléaire. Plus préoccupant encore est le SSN-X-26 de fabrication russe, dit « Yakhont ». C’est un missile de croisière d’une portée de 185 miles, qui rend tous les bâtiments de l’US Navy présents dans le Golfe Persique vulnérables. Plus grave : les Yakhonts ont été mis au point spécifiquement pour être utilisés contre des porte-avions, et ils ont été vendus par la Russie aux pays amis fidèle à la politique russe. Plus encore, les missiles Yakhont et  Sunburn sont conçus pour esquiver les radars de surveillance Aegis, actuellement équipant les bâtiments de l’US Navy, grâce à leur technologie furtive et à leurs manœuvres en vol à très basse altitude, qui épousent les aspérités du terrain. Dans leur approche terminale, ces missiles adoptent des trajectoires d’esquive qui leur permettent d’échapper aux tirs anti-missiles terre-mer. Si importante est la menace représentée par les Sunburn, les Yakhonts et d’autres missiles mis au point par la Russie et vendus par elle à la Chine, à l’Iran et à d’autres pays. Tout cela, fait mal au cœur Israël et Benyamin voyant la menace de sa sécurité s’élargissant à tous les horizons commencent à avoir la fièvre et reproche à poutine la vente de ces armes à ses ennemis. Une bonne nouvelle pour les pays en guerre avec Israël et les Etats-Unis ; le service de testage des armes du Pentagone a pris la décision, cette année, de cesser la production de tous les nouveaux types de porte-avions tant qu’une défense anti-missile efficace n’aurait pas été mise au point. A présent les Etats-Unis sont dans l’incapacité d’envahir l’Iran ni par mer, ni par air, si une attaque contre l’Iran devait intervenir, elle entrainement assurément la destruction sa marine de guerre, la destruction de l’USS entreprise fleuron de la Navy US Force entrainera la mort de 5000 hommes qui servent ce navire de soutien et le reste des forces navales. Des pertes ultérieurs en termes de croiseurs  par mer faire la guerre à l’Iran et doivent se retirer par la petite porte des négociations. Quant aux pertes ultérieures en termes de croiseurs de soutien et d’autres forces navales appartenant à la Cinquième Flotte dans le Golfe Persique, elles seraient catastrophiques. Les Etats-Unis veulent éviter une catastrophe similaire à Perl Harbor, ou l’attaque par missiles de croisières iraniens rééditerait la même catastrophe qui a envoyé au fond de l’océan cinq bâtiments, la destruction de 188 avions et la mort de 2 333 soldats américains ce qui a entrainé très rapidement la déclaration d’une guerre totale contre le Japon par le Congrès des Etats-Unis. Les Etats-Unis n’ont plus de moyens financiers et le soutient des Nations-Unis pour faire face à une éventuelle déclaration de guerre entre  les deux pays. Une  déclaration d’une guerre totale contre l’Iran par le Congrès US entraînerait une campagne de bombardements intensifs sans l’intervention de l’US Navy et une grave aventure qui mènera à la débâcle de l’armée américaine, comme au Viêt-Nam et n’entraîner aucun changement dans la région, bien au contraire elle renforcera la solidarité entre les pays du monde musulman. Le plan d’attaque de l’Iran par les États-Unis sous les mandats Bush prévoyait  de sacrifier la Cinquième flotte afin de justifier une réplique nucléaire. Il ne s’agit pas là d’un scénario hypothétique, mais d’une option discutée au sein de l’état-major interarmes US. Selon les informations, recueillis auprès de la presse américaine spécialisée,  l’amiral William Fallon a fait savoir que si un tel ordre d’attaquer l’Iran était donné, il refuserait de le suivre et présenterait sa démission, ainsi que celle de l’ensemble de l’état-major du Centcom. C’est pour une résistance des officiers supérieurs de la Navy et de l’Army qui ont empêché les néoconservateurs et l’Air Force de lancer ces opérations suicidaires. Des jeux stratégiques mis au point par le Pentagone   devaient servir à tester une série de nouveaux concepts opérationnels, recours à un ensemble d’attaques asymétriques, à des stratégies utilisant des navires civils maquillés afin de lancer des offensives, des avions sans pilote , des avions pour des attaques kamikazes , et des missiles de croisière Silkworm, c’est la quasi-totalité de la Cinquième Flotte qui s’est retrouvée par le fond et par le piège . Les simulations ont révélé à quel point des stratégies asymétriques étaient susceptibles de tirer profit de la vulnérabilité de la Cinquième Flotte face à des missiles de croisière terre-mer, en particulier dans les eaux confinées du Golfe Persique. Des fuites rapportées par la presse libre américaine font état de fait de ce qui suit : Prenant une décision éminemment discutable, le Pentagone choisit, tout simplement, de « remettre à flot » la Cinquième Flotte afin de poursuivre l’exercice, qui aboutit, au final, à la défaite du pays du Golfe Persique fictif choisi. Les résultats de ce test  amenèrent le lieutenant général Paul Van Riper, commandant de l’État du Golfe mythique, à qualifier les résultats officiels de cet exercice de « slogans creux ». Au cours d’une interview télévisée réalisée peu après, le général Riper a déclaré : «  les concepts en cours de test par le commandement ne s’étant pas révélé à la hauteur, le commandement s’est mis à réécrire le scénario de l’exerce à sa façon, afin de démontrer la validité de leurs concepts hypothétiques du départ. C’est là-dessus que porte essentiellement ma plainte. » Au début 2006, les néoconservateurs du Pentagone travaillant fidèles à  l’administration Bush ont commencé à faire une promotion vigoureuse d’une nouvelle guerre contre l’Iran, en raison de la menace alléguée censée qu’est nucléaire est parfaitement légal et qu’il respecte le traité sur la non-prolifération nucléaire (TNP). Depuis 2004, l’administration Bush cite des données provenant de ses services de renseignement selon lesquelles l’Iran serait en train de mettre au point des armes atomiques, et qu’il ne faut en aucun cas laisser ce pays y accéder. Bush a contraint les services de renseignement et l’AIEA à fournir de faux rapport sur l’évolution du nucléaire iranien, pour pouvoir motiver son agression. Un rapport bourré d’ambigüité fut présenté par Bush aux congrès  sur le plus gros du développement nucléaire de l’Iran, disant qui  aurait été mené à bien dans des usines souterraines construites à une profondeur de 70 pieds, avec des dalles de béton armé qui les protègent contre toute attaque par les armes conventionnelles connues. Quant à la protection des sites nucléaire elle sensée être protégée de nouveau par des missiles SS 330 fournis par la Russie et peuvent-être fabriqués dans les usines iraniennes. A la base des déclarations des responsables iraniens, la portée du missile iranien  Shahab-3 est d’environ, 3000 Km, irréparable par le système radar du bouclier antimissile européen, utilisable pour la défensive et l’offensive et dont l’Iran soit en mesure d’en produire des centaines. Un nouveau pas a était franchi par l’Iran avec les tests du Shahab-4, d’une porté de 5000 Km, ce missile est également capable de “frapper différentes cibles en même temps, alors que l’Iran est réputé disposer seulement au stade du Shahab-3, produit par centaines. Revenons au bluff américain sur la protection des installations nucléaires iraniennes, un succube qui a amené l’administration Bush à prétendre, que des armes nucléaires tactiques devraient être utilisées afin d’éliminer les installations nucléaires iraniennes.  Cela occasionna une controverse enflammée entre des néoconservateurs de premier rang comme Dick Cheney et Donald Rumsfeld, et les chefs des états-majors réunis, qui restèrent catégoriquement opposés à cette éventualité, ces derniers connaissent bien la capacité de riposte de l’Iran et les conséquences qui s’en suivent. Le Pentagone s’est défendu de céder aux exigences russes, et les deux parties se sont assuré avec un  accord secret a été conclu entre les deux parties rassurant Obama de ne pas vendre la technologie de missiles à longue portée aux iraniens nuisibles à la sécurité européenne. La sécurité des Etats-Unis sera également renforcée, a-t-il assuré Obama par cette phrase ; “Le meilleur moyen d’améliorer notre sécurité et la sécurité de nos alliés de manière responsable, c’est de déployer un système de défense antimissile qui réponde mieux aux menaces auxquelles nous faisons face et qui utilise des technologies éprouvées que nous paierons le juste prix”, a-t-il expliqué. Le chef de la minorité républicaine de la Chambre des représentants, John Boehner, a exhorté “le président à revoir cette mauvaise décision, à se ranger aux côtés des alliés des Etats-Unis, et à faire ce qui convient pour la sécurité des Américains”. M. Boehner a estimé que la décision de l’administration “renforce la Russie et l’Iran au détriment des alliés des Etats-Unis en Europe”. Le jour commence à se lever sur le faux problème du nucléaire iranien et prend l’allure de  la ‘ Crise de Cuba’ ou l’ex Union Soviétique utilisa la Havane pour résoudre ses différents avec Washington, la Russie vient de démanteler le bouclier anti-missile et améliorer ses relations avec les Etats-Unis, peut-être sur le dos des iraniens? Le secrétaire général de l’Otan Anders Fogh Rasmussen s’est prononcé vendredi le 11/sept./2009 pour relier “le moment venu” les systèmes de défense antimissile des Etats-Unis, de l’Otan et de la Russie. “Nos pays et nos armées vont toutes devenir de plus en plus vulnérables à des attaques de missiles et l’intérêt fondamental de l’Otan et de la Russie est d’explorer la possibilité de relier, le moment venu, les systèmes de défense antimissile des Etats-Unis, de l’Otan et de la Russie.”                       Les loups ne se mangent pas entre eux !   Conclusion Les tensions américaines secondées par celles  européennes, exercées sur l’Iran mènent à une escalade avec les autres puissances majeures, comme la Russie et la Chine, qui ont fourni à l’Iran des systèmes d’armes sophistiquées susceptibles d’être utilisées contre les avant-postes militaires américains. L’administration américaine  a caché à l’opinion publique états-unienne la gravité de la vulnérabilité de la Cinquième Flotte, ainsi que la manière dont elle risquerait d’être prise au piège et détruite, dans le cas d’un conflit de grande ampleur avec l’Iran. L’accord tacite du démantèlement du bouclier antimissile, n’est qu’un camouflet sur les graves erreurs commises par l’administration de Georges Bush pendants ses deux mandats.  Journaliste indépendant

5
0
Laissez un commentairex