Incendie sans conséquences dans une centrale espagnole

Un incendie s’est déclaré dimanche dans la centrale de Vandellos II, dans la province espagnole de Tarragone (Catalogne, Nord-est). Ni victime ni dégât ne sont à déplorer.

L’incendie s’est déclaré dans un générateur électrique, dimanche à 08h49. Le Conseil de Sûreté Nucléaire (CSN) a activé le plan régional d’urgence nucléaire PENTA, au niveau 0.

A 10:30, l’incendie était complétement éteint. Tous les systèmes d’alerte et de lutte ont correctement fonctionné, indique également l’autorité de sûreté nucléaire, qui mènera une enquête au cours des prochaines semaines. En attendant ses résultats, toutes les activités de la centrale ont été suspendues.

Vandellos II est l’une des 6 centrales en activité que compte l’Espagne. Elle est opérée par Endesa et Iberdrola.

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
10 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Bill

Lorsqu’une centrale nucléaire tombe en panne, pour plusieurs jours ou plusieurs mois, c’est pire que le manque de vent temporaire pour une éolienne ou la nuit pour un panneau solaire photovoltaïque. D’autant plus que les “incidents” semblent nombreux depuis quelques années, avec des arrêts de longue durée : Forsmark en Suède (juillet 2006, catastrophe évitée de justesse) et surtout Kashiwazaki-Karim au Japon (juillet 2007, sept réacteurs arrêtés depuis plus d’un an, 8.200 MW). Deux réacteurs pourraient “peut-être” redémarrer en 2009. Pour les autres, on ne sait pas. Lien :

Euk

ca m’étonnerait que – avec le souhait de relance du nucléaire, le réchauffement climatique, les enjeux financiers derrières – nous entendions un jour qu’un incident est survenu et qu’il y a des dégats environnementaux et humains, qu’il y a un nuage nucléaire ou que sais-je… le nucléaire est un tabou, leurs accidents aussi !

Momo

Allons , ne melangeons pas tout : cet incendie a eu lieu dans le turbo-alternateur classique generant l’electricite , totalement en -dehors de l’ilot nucleaire !  Ce genre d’incident peut arriver ( et arrive + souvent qu’on ne le pense ) dans n’importe laquelle des centrales electriques utilisant forcement ce genre de generateur ! Que la vapeur soit , elle , produite dans une chaudiere a charbon , a fuel , nucleaire ou geothermique ou thermo-solaire ! La fumee n’etait en rien un ” nuage nucleaire ” …. un peu de CO2 et de particules d’imbrules , infiniment moins que lors d’un ” banal ” incendie de forets ….il n’y a tout de meme  pas de nouveau Tchernobyl tous les jours , ni meme tous les ans !  Par contre il se rejette  chaque annee des milliards de tonnes de CO2 et autres CH4 ds. l’atmosphere  , sans aucune protestation vraiment importante …. Ou est le + gros probleme ( ou crime ? )Cordialement

renewable

Le nucléaire c’est bien!Et il est ou M “pasnaïf” pour nous expliquer qu’il n’y a aucun problème, que tout cela n’est que de la propagande alarmiste et que le vrai danger ce sont les éoliennes?

Bill

Ce n’est pas la première fois que des “incidents” et incendies se produisent dans une centrale nucléaire espagnole, en particulier à Vandellos. En mars 2005, un tiers des centrales nucléaires espagnoles ont dû être arrêtées à la suite de différentes pannes. En mai 2006, les responsables de la centrale de Vandellos ont écopé d’une amende de 1,6 million d’euros ” triplement sanctionnés pour leur mauvaise maintenance à l’origine de l’accident (de 2004), pour ne pas avoir effectué les réparations exigées par le CSN (Conseil de Sûreté Nucléaire) et pour avoir omis de signaler à ce dernier les premiers problèmes de corrosion de l’installation, qui remontaient à 1993. ” – Lien :

Pasbon

L’arrêt de la centrale Niponne est le résultat d’un fort séisme (6.8 pour une construction 6.5)…la condition pour le rédemarrage est de démontrer la solidité de l’ouvrage et cela face à un autre séisme en renforçant les structures   … autrement dit cela est bien complexe, il faut passer certainement en CND des miliers d’éléments bref c’est un “recalcul” du site complet… ceci explique en partie les délais pour remettre en service les tranches nucléaires… après c’est plus stupide… fuite de fûts stockés en hauteur, absence de bassin secondaire de rétention…ventilateur de refroidissement non arrêté….bref avec un minimum de “bon sens” … pas de fuites… celà dépend beaucoup de l’organisme de contrôle des sites nucléaires… en France l’ASN… c’est eux qu’il faut filler au train… ainsi que les DRIRES…quand leur travail est fait (il l’est…) ça fonctionne pas trop mal… ils touchent la sécurité de “toutes” entreprises avec risque d’impact sur l’environnement mais comme pour l’inspection du travail pas asser nombreux…

Bill

Revenons en France où les problèmes de réacteurs sont sans aucun doute aussi bien dissimulés qu’en Espagne, lorsque celà est possible. Le 12 janvier 1987, le réacteur n°1 de Saint-Laurent a failli bruler. A cause d’une toute bête histoire de gel de la Loire. Ce qui a empêché le refroidissement du réacteur (gel ou canicule, résultat identique). Les groupes diésel de secours étaient en panne. Les groupes de secours électriques ont fonctionné jusqu’au moment ou tout le réseau électrique régional s’est effondré. Par chance, les groupes diésel ont pû être remis en route juste avant. Sinon, le coeur du réacteur aurait fondu, sans doute avec des explosions et projections de produits radioactifs. – Lien :

Momo

Et ou avez-vous lu ou appris que les coeurs des reacteurs etaient refroidis directement par l’eau des fleuves ? Vraiment n’importe quoi comme info …. Desole , mais il va vous falloir reviser nettement vos connaissances en la matiere : aucune chaudiere haute pression , chauffee ” a la flamme ” ou par fission ou par rayonnement solaire concentre n’est alimentee  ( et donc refroidie )  par de l’eau brute !   Celle-ci ne sert qu’a refroidir a tres basse temperature le condenseur de la turbine …. Et celle -ci s’arrete de tourner si sa vapeur BP n’est plus re-condensee en eau ! Et c’est tout betement , tout simplement ce qui s’est passe SANS AUCUN RISQUE a St Laurent il y a …..21 ans ! En aucun cas le coeur ne pouvait risquer de ” bruler ” pour cela …. La preuve : il n’a pas ” brule ” ! Pas plus qu’a Vandellos quand un palier de la turbine a surchauffe …. a des dizaines de metres du coeur , qui s’est arrete comme toute chaudiere ” a flamme ” l’aurait fait a sa place lors d’un meme incident ds. une centale ” classique ” !  Ne melangeons pas tout  SVP !… et d’ailleurs un jour ou l’autre il y aura egalement un incident banal de ce type dans une centrale thermosolaire …. et pas un entre-filet nulle part pour le porter alors a notre connaissance !Et a juste titre , cela n’a aucune espece d’importance ( sauf pour le proprio qui y perd des KWh , donc du pognon ….) . Cordialement

Bill

Personne n’a jamais dit qu’un réacteur nucléaire était directement refroidi par l’eau des fleuves. Celle-ci est utilisée dans le circuit secondaire. Si le circuit secondaire n’est pas refroidi (par l’eau du fleuve), il ne peut pas refroidir le circuit primaire et celui-ci ne peut pas refroidir le réacteur. Un réacteur n’arrête pas de produire de la chaleur lorsqu’il est arrêté, de façon normale ou en urgence. Il continue de produire de la chaleur pendant des dizaines d’heures et s’il n’est pas refroidi pendant tout le processus, le coeur fond par surchauffe. C’est comme l’eau qui bout dans une casserole sur une cuisinière électrique. Vous pouvez couper l’électricité, la cuisinière continue à chauffer. Si la casserole possède un couvercle, la chaleur ne s’évacue pas et le contenu a vite fait de déborder. Faites la même chose avec une cuisinière au gaz, l’ébulition cesse très vite une fois le gaz coupé.

Momo

OK , le coeur continue d’etre chaud ( et pas ” de chauffer ” , nuance ) apres son arret , de quelque nature que soit cet arret , et il faut continuer a evacuer cette chaleur residuelle , et c’est prevu , depuis + de 50 ans …. quel que soit le constructeur !  Mais contrairement a votre exemple de la casserole sur une plaque electrique avec inertie thermique , le circuit primaire est refroidi en // meme si le circuit turbine est a l’arret pour X ou X raisons , c’est juste des MWthermiques perdus , cela se passe en permanence ds. les centales ” classiques ” ( car meme si vous coupez l’arrivee du gaz , il reste des centaines de tonnes d’eau et de vapeur a hautes temperatures qu’il faut bien refroidir si on veut intervenir ! …..c’est pareil avec votre casserole sur le gaz : vous ne pouvez pas la tripoter sans verser l’eau ou attendre que sa temperature baisse ….) . Certes , c’est infiniment moins dangereux que le nucleaire , PERSONNE NE DIT LE CONTRAIRE , et il n’y a pas de radioactivite potentiellement diffusable ,  mais thermiquement l’inertie est pratiquement la meme ….et de +  la combustion du gaz n’est possible que si vous vous fichez bien d’en payer le VRAI prix global , degats du CO2 produit y inclus ( + celui du CH4 perdu en amont , en production et en transports sous quelques formes que ce soit , et ce n’est absolument pas negligeable , vous le savez tres bien ! ) . Rien n’est simple …. mais il n’y a pas eu de fusion de coeur nucleaire civil a ma connaissance depuis 50 ans sauf cette con…… de Tchernobyl , helas

10
0
Laissez un commentairex
Available for Amazon Prime