“Un ralentissement inquiétant du nombre de parcs éoliens raccordés”

Les chiffres, publiés la semaine dernière par ERDF, confirment le constat des professionnels de la filière éolienne sur le terrain : "un ralentissement inquiétant du nombre de parcs éoliens raccordés au réseau électrique".

En effet, seuls 215 mégawatts éoliens ont été mis en service durant le premier semestre 2012.

Ce chiffre est inférieur à celui de 2011, qui fut également une année très décevante avec seulement 875 MW raccordés : "340 MW avaient été mis en service durant les six premiers mois de l’année 2011, soit près de 100 MW de plus que durant ce dernier semestre."

Les professionnels de la filière éolienne, regroupés au sein du Syndicat des Energies Renouvelables (SER*), rappellent que pour atteindre les objectifs du Grenelle de l’environnement fixés à l’énergie éolienne – 19 000 MW terrestres en 2020 – ce sont près de 1 400 MW annuels qu’il faudrait raccorder.

Pour le SER, plusieurs causes expliquent ce blocage. Tout d’abord, la multiplication des démarches administratives nécessaires au dépôt des projets ralentit considérablement le nombre de ces derniers. Par ailleurs, les recours contre les parcs et contre les ZDE (Zones de développement de l’éolien) se multiplient et retardent la mise en route des installations : en 2011, leur nombre atteignait 42 % contre 35 % en 2009. Sur le terrain, les délais de raccordement augmentent du fait du manque de capacité d’accueil des réseaux électriques. Et enfin, il faut également citer les difficultés de financement, liées à la crise économique.

L’incertitude qui pèse, depuis plusieurs mois, sur l’avenir du tarif d’achat de l’électricité d’origine éolienne, va encore aggraver la situation selon le SER : "le volume des MW éoliens raccordés pour les deux derniers trimestres 2012 risque de diminuer encore. Cette incertitude affecte l’ensemble de la chaîne de valeur et compromet, d’ores et déjà, des milliers d’emplois**."

« Face à cette situation très préoccupante, il est de la responsabilité des pouvoirs publics de prendre des mesures d’urgence visant à alléger le cadre réglementaire, réduire les contraintes qui pèsent sur les infrastructures de réseau et à sécuriser le cadre économique. Il est également important que des décisions soient prises pour empêcher les dérives liées aux possibilités de recours abusifs des tiers. Les professionnels recommandent l’adoption d’un dispositif tel que celui proposé par le sénateur COURTEAU, dans sa proposition de loi déposée le 5 juillet dernier », a alerté Jean-Louis BAL, Président du Syndicat des énergies renouvelables.

L’accomplissement de l’objectif des 23 % d’énergies renouvelables en 2020, voté à la quasi-unanimité par le Parlement en 2009, ne pourra être atteint sans l’éolien terrestre qui doit représenter 10% de notre bouquet électrique à cette échéance contre moins de 2,5% aujourd’hui.


* Au 1er août 2012, le Syndicat des énergies renouvelables regroupe 450 adhérents, représente un chiffre d’affaires de 10 milliards d’euros et 80 000 emplois. Elle est l’organisation professionnelle qui regroupe les industriels de l’ensemble des filières énergies renouvelables : biomasse (FBE), bois, biocarburants, éolien, énergies marines, géothermie, hydroélectricité, pompes à chaleur, solaire photovoltaïque (SOLER), solaire thermique et thermodynamique.

** L’énergie éolienne est entrée dans une phase industrielle marquée par un dynamisme important et une croissance mondiale de près de 30 % en 10 ans. En Europe, malgré la crise, en 2011, les installations éoliennes ont représenté plus de 21 % de nouvelle capacité électrique installée. Aujourd’hui, la filière emploie 200 000 personnes en Europe. (source European Wind Energy Association) et 10 000 en France.

            

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
44 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Bachoubouzouc

que ce ralentissement qui peut n’être que passager, ce sont les indices de plus en plus nombreux que la Chine commence à faire à l’industrie éolienne ce qu’elle termine de faire à l’industrie PV. Voir le § “Une vive concurrence chinoise” :

Goulu

Malheureusement la france aurait pu développer sa filière éolienne il y a 10-15ans maintenant d’autres pays bcp plus réactifs sont sur le marché… Nous n’avons aucun constructeur français d’éolienne “on shore” pouvant rivaliser avec enercon ou vestas. Les zde sont une pure fumisterie qui n’engage en rien car elles souvent crées sans prendre en compte habitations, radar militaire, météo, faisceau ANFR, relief etc qui rendent impossible l’implantation de machines…D’autant plus que les fermes éolienens sont classées ICPE depuis aout dernier ce qui ralonge les délais de dépot de PC… Bref ils sont entrain de tuer la filiale “on shore”… Maintenant le raccordement et le tarif d’achat sont sur la sellette… Et entre nous le Grenelle…mon c.l sur la commode…une belle fumisterie

Ambiel

Qui bloque le développement de l’éolien en France? Qui a empêché le rachat de Repower, coulé Jeumont, pour finir par acheter Multibrid dont les usines sont en Allemagne? Quand aux chinois, ils vont avoir du mal à s’interesser au marché ultra complexe qu’est la France… Et exporter des éoliennes de Chine jusqu’en France, c’est une autre logistique que pour des panneaux PV ! Pas pour rien qu’ils investissent dans des usines en….europe! Si cela peut permettre de faire encore baisser le prix du MWh éolien, pourquoi pas? EDF songe aussi à des rapprochement stratégiques sur le nucléaire avec les chinois pour essayer de rester compétitifs.

Samivel51

Je me demande ce que les Verts font encore dans ce gouvernement. Subvention de l’essence (!!), abandon de l’eolien, maintien du bridage du solaire, soutien au nucleaire (la, je suis plutot d’accord), soutien a l’aeroport de Nantes… Ils avalent tellement de couleuvres que l’espece va etre menacee d’extinction!

Bachoubouzouc

@ Goulu : Qu’on ait une réglementation complexe ne changera pas grand chose si quoi qu’il arrive au final la concurrence chinoise tue les vestas et autre enercon. A la rigueur cela nous aura même évité de mettre en pure perte des dizaines de milliards d’euros de subvention dans une industrie nationale vouée à disparaitre (comme l’ont fait les allemands ou les danois). @ Ambiel : Idem : peu importe les politiques, les chinois semblent détruire tout sur leur passage. Ainsi si même Vestas commence à souffrir de cette concurrence, ce n’est pas juste la faute de notre gouvernement ! Et quant à la complexité de notre marché, elle ne les a pas effrayé quand ils ont pris la quasi totalité de notre marché PV. Pourquoi cela changerait avec l’éolien ? Pour la logistique c’est pareil. Et quant à faire baisser le prix du MWh éolien, je veux bien, mais il faudra alors aller convaincre nos compatriotes de subventionner une industrie non seulement chère mais aussi étrangère. Et ça je ne suis pas sûr que ce soit acquis !

Democrate

Je trouve hallucinante la citation de Jean-Louis Bal, qui propose un régime dictatorial extrajudiciaire pour imposer les éoliennes. Imaginons un instant le président d’EDF, confronté aux lenteurs administratives et aux blocages judiciaires qui ont fortement ralenti Superphénix tenir le discours suivant : “Face à cette situation très préoccupante, il est de la responsabilité des pouvoirs publics de prendre des mesures d’urgence visant à alléger le cadre réglementaire, réduire les contraintes qui pèsent sur les infrastructures de réseau et à sécuriser le cadre économique. Il est également important que des décisions soient prises pour empêcher les dérives liées aux possibilités de recours abusifs des tiers.” (souligné par moi) Il est facile d’imaginer le tollé que cette déclaration provoquerait chez les écologistes, qui crieraient immédiatement à l’attentat contre la démocratie. Pourtant, le même discours appliqué aux éoliennes les laisse froids…

Bachoubouzouc

Allez donc en parler aux pauvres gens qui essayent tant bien que mal de démanteller Brennilis…

Bachoubouzouc

Bah tient ! D’un côté vous avez les méchants nucléaristes dont les chantiers sont bloqués administrativement parce qu’ils ne respectent pas la loi, et de l’autre vous avez les gentils entrepreneurs éoliens dont les chantiers sont bloqués administrativement pour une mystérieuse raison ! Je suis mort de rire ! Pour votre histoire d’enquête publique, Wikipedia (éaire_de_Brennilis) me dit qu’il y a bien eu une enquête publique locale, du 27 octobre 2009 au 11 décembre 2009 (vous racontez donc comme d’habitude n’importe quoi). En revanche, Wikipedia dit aussi que lors de cette enquête publique, les écologistes ont obtenu un blocage temporaire du chantier car (entre autres) il n’y avait pas eu d’enquête publique nationale, comme exigé selon eux dans la directive européenne 85/337. Qu’apporterait donc une enquête nationale en plus de l’enquête locale, on se le demande ! Un rapide coup d’oeil à la directive en question () montre qu’elle ne l’exige absolument pas, puisqu’elle dit à l’article 6 : “Les modalités de cette information et de cette consultation sont définies par les États membres, qui peuvent notamment, en fonction des caractéristiques particulières des projets ou des sites concernés: -déterminer quel est le public concerné” L’état français avait donc parfaitement le choix de faire une enquête locale plutôt que nationale, ce qui était d’ailleurs totalement pertinent. Le blocage que vous citez est donc l’exemple parfait (on se demande si vous l’avez fait exprès) pour illustrer mon propos : Ne venez pas pleurer sur les obstructions administratives pour les éoliennes, alors que votre camp utilise exactement les mêmes méthodes pour le nucléaire. Votre camp est d’ailleurs sournois au point de bloquer administrativement ces chantiers nucléaires et en même temps de reprocher aux industriels de ne pas maitriser les retards et les dépassements de budget que ces blocages induisent !

Lionel_fr

Salut à tous et bon retour ! C’est bizarre, Bachoubouzouc aurait il eu maille à partir avec des moulins pendant ses vacances ? Il y a peu, EDF venait de décrocher les contrats offshore avec Dong energy et ce même Bachou trouvait les éoliennes plutôt sexy. Voilà que la ministraille nous rappelle que la France a la tête dans le nuke jusqu’aux rotules et notre Bachou , en bon aboyeur , de nous emberlificoter avec un péril jaune hypothétique et largement inspiré d’un “nationalisme industriel pour les nuls” Bon ! Je vous ai connu de meilleures interventions Bachou, j’espère que ce n’est qu’un effet du retour aux affaires. Merci à Ambiel, l’anonyme ci-dessus et Chelya pour leur info synthétique. Je n’ai pas vraiment la tête à entrer dans le syndrôme chinois en regression foetale pour l’instant , même si les JT’s s’y essayent en choeur sous la pression gouvernementale et que Bachou s’y essaye maladroitement. Pourquoi cet “effet de meute” les syndicats ? ce sont les mêmes à France Télévision et à EDF ? oops

Bachoubouzouc

“…dis le gars qui défend une industrie dépendante de l’approvisionnement du Niger et de réacteur sous licences de Westingtonhouse.” Quel rapport entre une industrie PV où on achète pratiquement tout en Chine (bonjour le déficit commercial) et une industrie nucléaire où on achète certes du minerai à l’étranger (300M€ par an) et où les premiers réacteurs étaient sous licence américaine, mais où on exporte pour des milliards d’euros de matériel et de service ??? Ne cherchez pas à faire mentir les chiffres : l’industrie PV et éolienne est largement importatrice alors que l’industrie nucléaire est largement exportatrice. “Quand je vois que les coréens (Hanwha) et les américains (Rocket associé à Isofoton) sont en train de se battre pour racheter Qcells,” Amusant ce genre de commentaire méthode Coué, alors que même les journaux les plus pro-ENR se rendent compte de la tendance : Voir l’article de La tribune que j’ai cité plus haut, Le Monde, Les échos et Le figaro en sortent des équivalents chaque mois maintenant. “Vous êtes tous simplement en train de nous dire qu’il aurait fallu arrêter de construire des locomotives en 1893, ” Si l’industrie des locomotives, créée à coups de milliards d’euros de subvention, s’était faite ravager par la concurrence chinoise quelques années après, avant même que la technologie n’atteigne la maturité et la rentabilité, alors oui cela n’aurait pas valu le coup. Surtout si nous avions déjà une autre technologie nationale, marchant très bien pour le coup. Vous cherchez ici à manipuler le débat en citant d’autres cas qui n’ont rien à voir. “Dans l’éolien je vois mal un chinois être capable de concurrencer un européen. Par définition pour avoir de la concurrence il faut qu’il y ait un marché, hors il n’y pas de marché en Chine puisque ce sont les constructeurs chinois qui ont un accès exclusif.” M’enfin ce que vous dites est débile ! C’est pas parce que le marché chinois nous est fermé que ça empêche les chinois de venir conquêrir notre marché à nous ! C’est quoi ces raisonnements à la mord-moi-le-noeud ???

Bachoubouzouc

Mon premier commentaire ne faisait que rappeler un problème tangible, dont Enerzine n’a de mémoire jamais parlé (pour l’éolien), et qui commence à inquiéter du monde : Les ENR sont cannibalisées par l’industrie chinoise, doit-on continuer à les subventionner ? Par la suite, j’ai répondu à des contre-argumentaires (qui me semblaient hors sujet), et maintenant vous (après toutes les loborés anti-nucléaires que vous nous avez fait subir) venez me reprocher de parler du sujet ! Pire encore, vous reprochez à la presse, jusqu’à présent béate face à la mode des renouvelables, de traiter ce sujet suffisamment gênant pour qu’aucun de vous ne puissiez y répondre ! Vous nous avez souvent dit que le nucléaire était non transparent et non débattu démocratiquement. Et maintenant qu’il y a de l’eau dans le gaz ENR, vous refusez d’en parler ??? C’est bien la meilleure !

Jean17

Je ne sais pas si ce Bachoubouzouc est un habitué de la sorte mais il à l’air bien en forme aujourd’hui ! Tellement de mauvaise foi dans ses interventions qu’en reprendre le catalogue est fatiguant d’avance… Ainsi le nucléaire n’a jamais géné le développement des ENR en France, l’absence d’industrie n’a aucun rapport avec l’absence de soutien, et l’absence d’industrie (ce qui est on ne peut plus faux) justifierait de continuer à foncer dans le mur nucléaire… Et dire que ce sont des zinzin pareils qui sont à la DGEC et dans les directions prospective des grands groupes de l’énergie en France…. Autrmeent dit, nous ne sommes pas sortis de l’auberge!

Jean17

Et Hargneux avec ça, toujours avoir le dernier mot, toujours rajouter une couche de mauvaise foi. J’imagine déjà la réponse, mon post ne pouvant rester “impuni” avec ce genre de bizarres

Peeka

je trouve léger de parler de percée chinoise en Europe en s’appuyant sur 2 lignes tirées de “La Tribune”… Surement que la cocurrence chinois egène les constructeurs européens sur les marchés asiatique et américain, mais en Europe, pas vraiment… Pour info le nº1 chinois Sinovel est en train d’implanter ses 2 1eres éoliennes en Suède: Et le même nº1 n’est pas vraiment en excellente santé financière, à cause de la concurrence chino chinoise: Bref, aucun rapport avec la main mise chinoise sur le photovoltaïque… Et totalement d’accord avec Ambiel : pour une sérieus concurrence chinoise en Europe, il faudra fabriquer en Europe. Différence logistique entre éolien et photovoltaïque? Quelques centaines de tonnes et de mètres, une paille quoi…

Lionel_fr

Vous déformez subtilement: Vous nous avez souvent dit que le nucléaire était non transparent et non débattu démocratiquement. Et maintenant qu’il y a de l’eau dans le gaz ENR, vous refusez d’en parler ??? C’est bien la meilleure ! Le nucléaire a été non-transparent pendant des décennies. Aujourd’hui qu’il tombe en obsolescence, il n’en finit plus de faire des kilos de transparence .. Quant à en débattre démocratiquement, je n’y voie aucun intéret : 2 français sur 3 sont contre ! Inutile de chercher à simuler un pseudo débat. Vos interventions ici démontrent votre vision d’un débat : une joute verbale où celui qui biaise le mieux à gagné… Le débat est parfaitement inutile : démantelez tout tout de suite on gagnera du temps… Cela dit, le démantèlement complet est voulu par les français mais personnellement je suis plus mitigé. Une telle démarche ne peut que s’inscrire dans la durée et d’ici là il faut bien cohabiter avec les centrales nukes… Je vous ai dit que l’abandon du projet EPR de Penly me satisfait. Pour ma part, je n’en demande pas plus en cette période de crise de debt. Les 1650MW à 0.8 de ratio de charge seront à trouver dans des installations PV et systèmes de stockage. Le développement de cette substitution mérite des fonds publics car il crée de l’emploi et de la maitrise industrielle à long terme. La maitrise du nuke française sera totalement obsolète dans une dizaine d’années , il serait temps de penser à la remplacer par une techno aussi imposante (que seuls les géants industriels peuvent envisager)

Didoux

En parlant de ventilateurs géants parai que nos voisins, de l’est, avaient estimés un temps de fonctionnement moyens de l’ordre de 30%, mais le retour des derniers 10 ans montre en réalité un temps de 16%… J’ai loupé une brève? Me rappelle d’aucun article sur ce sujet chez Enerzine… Ni aucune sur les 23 centrales à charbon qu’ils prévoient d’ouvrir pour compensé la fermeture des nukes… parait qu’il en a une de 2GW qui vient juste d’ouvrir d’ailleurs…

Bachoubouzouc

“Le nucléaire a été non-transparent pendant des décennies. Aujourd’hui qu’il tombe en obsolescence, il n’en finit plus de faire des kilos de transparence ..” Allélouïa on vient de vivre une percée !!! Si ce n’était le cas qu’autrefois (époque où franchement personne n’était transparent, industrie nucléaire comme chimique, aéronautique, tabac…), alors nous avez vous rabattu tant de fois les oreilles sur ce sujet ? “Quant à en débattre démocratiquement, je n’y voie aucun intéret : 2 français sur 3 sont contre !” En êtes vous si sûr ? Les résultats de l’élection présidentielle ne m’ont pas vraiment donné cette impression… Et les débats actuels au parti socialiste ne vont pas pour vous rassurer… Moi j’ai bien envie que les français en débattent, maintenant que l’industrie ENR européenne se casse la gueule, maintenant qu’on commence à voir les glorieux résultats de la “transition énergétique” en Allemagne et que même en France la facture devient de plus en plus salée 😀

Pastilleverte

en tout cas premier (et presque unique) producteur de “terres rares”, lesquelles sont indispensables pour les générateurs des éoliennes (mais pas que…) Pas de bol, car là, il s’agit de matières premières !

Jojo

Le problème du stockage est réglé :

Sicetaitsimple

Il y a de l’ambiance dans la cour de récré! Bachou pête la forme et va casser la gueule à tout le monde (sur ce fil et le fil “Montebourg”), voilà qui promet! A ce propos, Bachou, je vous rappelle que “si c’était simple” est une appelation controlée! Juste pour mettre un peu d’ambiance, je vous soumets ce lien sur les interrogations en cours au sein du gouvernement Allemand. Les allemands se rendent compte que les renouvelable coutent cher ( il ne faut pas les prendre pour des idiots, ils le savaient mais tant que ça supportait leur industrie ça allait) et aussi que leur développement ne peut pa aller plus vite que le développemet des réseaux nécessaires à leur intégration.

Bachoubouzouc

@ Jean17 Je n’avais pas vu vos commentaires autour de 14h, j’y répond donc maintenant : “Psycopathe Je ne sais pas si ce Bachoubouzouc est un habitué de la sorte mais il à l’air bien en forme aujourd’hui !” 1) Oui, j’ai souvent tendance à être agressif, et je présente régulièrement mes excuses pour cela. L’occasion se présente : Excusez moi tous pour cela. 2) Si vous suivez un peu ce forum, vous remarquerez que je ne l’ouvre quasi exclusivement que pour répondre à des attaques sur ma personne ou (plus souvent) sur mon industrie. Quand on voit que je suis en ce moment le deuxième plus gros commentateur du site, ça laisse songeur… 3) Autant Chelya et Lionel_fr sont des habitués, nous avons notre histoire, nos discussions deviennent toujours rapidement passionnées, autant vous, vous êtes nouveau. Et vous débutez votre première journée sur ce site en me traitant de psychopathe, de zinzin et de niais. Dans le genre hargneux, vous n’êtes donc pas mal non plus. “Tellement de mauvaise foi dans ses interventions qu’en reprendre le catalogue est fatiguant d’avance… Ainsi le nucléaire n’a jamais géné le développement des ENR en France, l’absence d’industrie n’a aucun rapport avec l’absence de soutien, et l’absence d’industrie (ce qui est on ne peut plus faux) justifierait de continuer à foncer dans le mur nucléaire…” Je comprend rien à ce que vous dites. On reprend depuis le début : 1) Je dis : Je suis pas convaincu que ça valait le coup de dépenser des milliards pour créer une industrie ENR en parallèle de l’industrie nucléaire si c’est pour que les chinois la détruisent quelques années après. 2) L’inconnu dit : Avec un tel raisonnement, on aurait jamais créé les locomotives, les bagnoles, etc. 3) Je répond : C’est pas comparable. On n’a pas subventionné ces industries là, il s’est passé un bout de temps avant que les chinois ne s’en emparent et en plus il n’y avait pas d’alternative à leur création. Contrairement aux ENR (on avait le choix de rester sur un mix nucléaire+hydraulique+le reste, sans subventions). Où est la mauvaise foi là dedans ? @ Sicétaitsimple : “Il y a de l’ambiance dans la cour de récré! Bachou pête la forme et va casser la gueule à tout le monde” La mer, ça m’a surexcité. Traitez ma famille et jvous jure les cahiers vont voler ! Plus sérieusement, vous réalisez que si je dois vous donner un euro chaque fois que “Si cétait simple” me vient aux lèvres, tout mon salaire de suppôt du grand capital risque d’y passer ?

Mjvented

Oh pas si sur, et pour cause, par exemple en Equateur, ils installe des wind-farms, en exportant directement le matériel de chez eux, sous licence Repower, et les banques chinoises financent elles-memes le projet pour le gouvernement equatorien

Ambiel

Tout à fait, ils proposent la même chose partout en europe, l’idée étant de prendre pied sur le marché sur fonds propres, et ensuite, si le matos fonctionne bien de se faire référencer pour reprendre le circuit classique! Mais ils doublent ça avec une stratégie balbutiante de rachats d’usines en Europe, sinon ils perndent une bonne partie de leur avantage comparatif. On a un peu de temps (2/3ans) avant que ça commence à devenir significatif, mais surtout ça restera très difficile pour eux de percer des marchés matures, étroits et bien trustés par les fabriquants tradi. A l’inverse du solaire ou tout est en maturation. Après, s’ils fabriquent du matos de qualité chez nous 20% moins cher, pourquoi pas, ça permet de faire un MWh encore moins cher pour le consommateur, puisque le prix de l’électricité semble être un problème alors qu’il n’a jamais été ausi bas en euro constants depuis 40 ans!

Nature

Le nombre croissant de recours contre les zones éoliennes est une forme de manifestation de la démocratie.L’émotion devant le cadre de vie dégradé est parfaitement légitime. On comprend mal qu’une industrie s’efforce d’échapper à la loi ou du moins multilplie les protestations et les maneuvres lobbyistes.

Ambiel

Démocraite??? quelle blague, il s’agit juste de l’expression des 3 zozo de chaque village, les même qui s’opposent à toute nouveauté, tout changement d’un paysage qu’ils voudraient immuable, la carte postale qu’ils ont achété pour leur retraite. Tant pis si leur même commune n’a plus de budget, les jeunes aucun emploi, si on peut empêcher l’agriculteur du coin de faire un aménagement, le voisin une extension, un usine de s’implanter, une centrale hydro/solaire/éoliennne se construire… Dans chaque village il y a des énervés, des associaux des flippés de tout, prêt à l’ouvrir dès qu’une nouveauté se présente. Pendant ce temps la majorité silencieuse n’est pas celle qui se déplace pour des projets qu’lle approuve ou qui l’indifèrent. Trouvez un seul sondage d”opinion qui place l’éolien à moins de 80% d’opinion favorable. Et trouvez un seul sondage d’opinion qui atteigne le même score pour votre nucléaire…

Bachoubouzouc

Une réponse un peu tardive : “Et totalement d’accord avec Ambiel : pour une sérieus concurrence chinoise en Europe, il faudra fabriquer en Europe. Différence logistique entre éolien et photovoltaïque? Quelques centaines de tonnes et de mètres, une paille quoi…” “Parce que c’est plus gros” ne tient pas comme argument : On transporte bien des fuselages d’avions, des cuves de réacteurs, des engins de terrassement et quelques millions de panneaux PV par bateau, les chinois arriveront donc bien à transporter quelques milliers d’éoliennes de la même manière !

Bachoubouzouc

“Trouvez un seul sondage d”opinion qui place l’éolien à moins de 80% d’opinion favorable. Et trouvez un seul sondage d’opinion qui atteigne le même score pour votre nucléaire…” Méfiez vous avec ce genre d’affirmations. Elles pourraient bien venir vous mordre les fesses d’ici un an ou deux. Après tout, d’autres anti-nucléaires avant vous ont prédit juste après Fukushima sur ce forum que l’opinion publique allait balayer le nucléaire partout. On voit aujourd’hui que c’est faux. Puis après ils nous ont prédit que les élections présidentielles et législatives verraient la victoire large des anti-nucléaires, avec les verts et un PS enfin de leur bord. On voit aujourd’hui que ce n’est pas tout à fait le cas, avec une EELV à 2,3% et un PS disposé à tout sauf les écouter. Qui sait demain ce que penseront les français, surtout si les subventions ne servent au final qu’à alimenter des usines en Chine ?

Jp du c

Evidement Ambiel. C’est plus facile sous cet angle et avec ces arguments. Mais tout n’est pas noir ou blanc. Si les gens s’opposent c’est qu’ils ont des arguments et ceux-ci sont souvent retenus devant les tribunaux administratifs. C’est la première fois que je vois pleurer des industriels…Sortez vos mouchoirs.

Ambiel

Tiens une question pour le pro-nucléaire de service : Qu’implique le stockage des saloperies que vous produisez chaque jour (en étant bien payé pour le faire j’espère au moins)? On va stocker vos déchets pendant des milliers d’années, mais pour l’instant on essaie déjà d’imaginer sur 100 ans ce que cela implique. Vous avez une idée? – Un extracteur d’air d’une capacité de 500 000m3 par seconde avec dégagements de gaz radioactifs – des dizaines de km de galeries – l’équivalent de la consommation d’eau d’une ville de 50 000 habitants – une centrale électrique de 72MW qui tourne H24, 365jours par an et….3000ans Ok je m’égare, on essaie pour l’instant que ça ne crame pas pendant un siècle. Et votre irresponsabilité bien connue va surement vous faire dire que “aucun souci” on assure tout ceci sans problème pendant 100ans, vous et vos congénères du nucléaire nous le garantissez pendant 100 ans (même si ça devrait être des milliers d’années). Vous serez bien entendu morts avant, vous n’en avez rien à cirer, votre écran plat, votre maison, vos vacances dans le sud payé par votre industrie incapable de garantir quoi que ce soit à nos enfant achètent tranquillement votre conscience, si jamais vous en avez eu une un jour. J’ai hpate de lire vos commentaires outrés, expliquez-nous comment vous garantisser le fonctionnement d’une telle installation sur ne cerais-ce que 100 petites années?

Bachoubouzouc

“@bachoubouzouc : Ca fait plus de 10 ans que le nucléaire est passé d’une industrie en crise à une industrie en faillite avec un grand nombre d’acteurs qui abandonne la filière (du sous-traitant jusqu’au gros industriel)” Est-ce bien vrai ? Êtes vous capable d’en citer un seul en France ? Ou dans n’importe quel pays qui n’aurait pas imposé à ses industriels d’en sortir ? “Et beaucoup de monde préfère payer quelques centaines de millions de subventions aux EnR dont le cout diminue chaque années quitte à avoir des usines en Chine” Je n’en suis pas si sûr. Je ne suis même pas sûr que les Allemands, pourtant si anti-nucléaires et pro trucs verts soient prêt à cela. L’avenir nous le dira.

Bachoubouzouc

Je ne suis pas un expert du sujet, aussi je vais m’attaquer à la lecture de ce document () qui m’a l’air très intéressant. Néanmoins pour répondre à vos questions avec le peu que je sais, les fonctions dont vous parlez (production d’électricité, extraction d’air, traitement des eaux, etc) sont technologiquement archi simples. Elles sont maitrisées depuis des décénies, sont facilement secourues et maintenues. Deuxièmement ces fonctions ne sont là que pour assurer la réversibilité du site, càd la possibilité pendant 100 ans que des travailleurs retournent dans ces galeries chercher les colis si d’ici là on met au point une méthode plus efficace pour les traiter (transmutation, etc). Si demain tous les humains disparaissent comme par magie, alors il se produira ce qu’il se serait produit si on avait choisi la solution du stockage définitif simple : Le centre se dégraderait pendant quelques millions d’années, pendant lesquelles les radionucléides migreraient au travers des couches argileuses dans lesquels ils sont enfermés, et le temps qu’ils arrivent à la surface ils seraient devenus inoffensifs. C’est toute la raison pour laquelle on se fait autant chier à chercher un milieu géologique aussi stable et imperméable. Par ailleurs, votre discours pueril et moralisateur m’est allé droit au coeur. C’est donc avec la conscience lourde (Dieu que vous m’avez ouvert les yeux !) que je vais retourner au travail éviter l’émission de quelques millions de tonnes de CO2, la mort de quelques dizaines voire centaines de personnes par pollution, et l’augmentation de moitié de notre déficit commercial. Ciel, que mon travail est vain, j’en ai les larmes aux yeux !

Ambiel

COmme si les ENR n’existaient pas…. Je comprend mieux votre acharnement à les combattre, cela révlèerait à quel point ce que vous faites tous les jours est nuisible. Je suis quand même extremement étonné de votre légereté, ainsi vous produisez quantité de déchets mais vous n’avez AUCUNE idée de la façon dont ce sera géré ensuite???? Vous vous posez les questions maintenant?? Décidement, moins vous en savez sur les problèmes de votre industrie, mieux vous vous portez. Vous ne savez vraiment rien du problème puisqu’il s’agit ici, non pas d’assurer uniquement la reversibilité, mais d’empêcher tout incendie. Si vous étiez un tant soit peu au courant, vous sauriez que vos saloperies chauffent et qu’il faut les refroidir, sur des temps très très longs. 2 solutions : soit on espace grandement les colis mais du coup le cout explose car il faut multiplier par 2,3 4 les km de galeries, soit on reste raisonnable de ce coté et alors il faut refroidir le système (flotte, extraction d’air) pendant des siècles. Mais sur 100ans, qui vous dit qu’une énorme crise économique, une guerre, un accident, un acte terroriste ne vont pas survenir? Vous ne pouvez pas le garantir, vous nous imposer ce risque à tous. Franchement, je préfère remplacer le charbon par du gaz que de mettre du nucléaire, au moins le gaz on peut ensuite en faire drastiquement baisser l’utilisation par des ENR, ce qui n’est pas possible avec du nucléaire qui ne peut pas se moduler avec des ENR (couts qui explosent).

Ambiel

Autre info puisque vous ne connaissez pas grand chose, votre cher EPR vient de se faire barrer comme anoncé depuis 3 ans aux US…. bye bye le marché américain, vous ne vouliez pas le voir, vous n’allez toujours pas le croire et garder un espoir, mais c’est too late. Ce truc ne sera pas construit à plus de 6 ou 7 exemplaires dans le monde, c’est notre ouveau minitel ou concorde. Merci pour le gâchi financier ou votre aveuglement nous a encore conduit.

Bachoubouzouc

Ca y est, j’ai terminé la lecture du document cité plus haut : “COmme si les ENR n’existaient pas….” Déjà dit 100 fois sur Enerzine : Elles existent mais sont quasiment négligeables. A cause de leur intermittence, leur intégration au réseau est limitée et leur production est faible. Ainsi même en Allemagne ou au Danemark, qui pourtant y consacrent des dizaines voire des centaines de milliards d’euros depuis des décénies, la part des ENR y est toujours largement minoritaire. Et vu les problèmes qu’ils rencontrent en ce moment (voir article d’Enerzine d’aujourd’hui), ce n’est pas près de changer. “Je suis quand même extremement étonné de votre légereté, ainsi vous produisez quantité de déchets mais vous n’avez AUCUNE idée de la façon dont ce sera géré ensuite???? Vous vous posez les questions maintenant??” 1) En effet, je ne suis pas un expert du stockage des déchets. Mon métier demande déjà assez d’années d’apprentissage et d’expertise comme ça, et je n’avais jamais eu jusqu’à présent le temps ou l’occasion d’en savoir plus sur celui de mes petits camarades de l’ANDRA. Fort heureusement, notre discussion est une occasion rêvée pour rattraper le retard. 2) Ne vous foutez pas de la gueule du monde : Vous non plus ne connaissez pas dans le détail les procédés utilisés pour traiter les déchets que vous produisez (depuis vos déjections jusqu’à la paperasse de votre bureau), même si certains sont aussi dangereux (huile de vidange, acide de batterie de votre voiture, etc). Et cela ne vous empêche pas de continuer à vivre. “Vous ne savez vraiment rien du problème puisqu’il s’agit ici, non pas d’assurer uniquement la reversibilité, mais d’empêcher tout incendie. Si vous étiez un tant soit peu au courant, vous sauriez que vos saloperies chauffent et qu’il faut les refroidir, sur des temps très très longs.” Deux ans sur Enerzine m’ont appris que quand un anti-nucléaire affirme quelque chose sans source, c’est généralement qu’il raconte n’importe quoi. Les premières pages du document cité plus haut m’en apporte la confirmation sur l’exigence réglementaire. P16/113 : “Les recherches sur le stockage en formation géologique profonde s’’inscrivent dans l’’objectif de « prévenir ou limiter les charges qui seront supportées par les générations futures » (loi n° 2006-739 du 28 juin 2008, article 2). Aussi, le stockage est conçu de manière à pouvoir être fermé. Après cette fermeture, la protection de l’’homme et de l’’environnement sera assurée par la mise en œœuvre de dispositions passives. En effet, le Guide de sûreté (Guide de sûreté relatif au stockage définitif des déchets radioactifs en formation géologique profonde (ASN, 2008)) précise : « Après la fermeture de l’’installation, la protection de la santé des personnes et de l’’environnement ne doit pas dépendre d’’une surveillance et d’’un contrôle institutionnel qui ne peuvent pas être maintenus de façon certaine au-delà d’’une période limitée ».” L’ASN (dont les demandes ont force de Loi suite à la loi TSN de 2006) exige bien un stockage définitif passif, ne nécessitant pas la moindre intervention humaine. Donc en phase de stockage définitif, il n’y aura pas la moindre ventilation, pas la moindre production d’électricité nécessaire, etc. Pour la partie pratique, on trouve la confirmation plus loin dans le document : P62/113, vous trouverez expliqué comment sont scellées les alvéoles MAVL (y compris la gaine de ventilation). Et p85/113, vous trouverez le principe des alvéoles HA, sans gaine de ventilation. La ventilation n’est donc bien utilisée quand dans la phase d’exploitation, comme je vous le disais, et en phase de stockage définitif le site est complètement scellé et coupé du reste du monde (le reste du détail à partir de la p97/113), contrairement à ce que vous disiez. En conclusion, Ambiel, vous n’êtes pas différent de tous les anti-nucléaires venus sur ce forum avant vous. Vous avez une idéologie, et vous êtes prêt à raconter n’importe quoi, y compris à mentir platement, pour la défendre.

Bachoubouzouc

“Autre info puisque vous ne connaissez pas grand chose, votre cher EPR vient de se faire barrer comme anoncé depuis 3 ans aux US…. bye bye le marché américain, vous ne vouliez pas le voir, vous n’allez toujours pas le croire et garder un espoir, mais c’est too late.” Encore une fois vous racontez n’importe quoi, et cela a été prouvé par un article d’Enerzine quelques jours plus tard : Ce n’est pas l’EPR qui a été “rembarré” et encore moins définitivement. C’est EDF qui ne remplit pas les conditions réglementaires américaines pour être exploitant. Et comme l’ont dit beaucoup en commentaire de cet article, c’est une complication qu’EDF finira bien par lever un jour. Les projets nucléaires d’EDF aux Etats Unis ne datent pas d’hier et ne sont pas près de mourir. Le temps passe simplement plus lentement dans le nucléaire qu’ailleurs.

Ambiel

Vous avez effectivement raison, sauf que vous ne répondez pas à ma question comme d’habitude : “Mais sur 100ans, qui vous dit qu’une énorme crise économique, une guerre, un accident, un acte terroriste ne vont pas survenir?” Je vous proposais dès le départ de ne répondre que pour 100 ans ou même 50 ans… Mais là bien sur vous n’avez pas de répone car vous ne pouvez pas nous garantir qu’il ne se passera rien. Pour info, il y a 100 ans, nous étions à la veille de la 1ere guerre mondiale… Eh oui il peut s’en passer des choses en 100ans… Sur l’EPR votre industrie était très affirmative il y a seulement un an, sure d’avoir la certification. Comment expliquez-vous l’échec? Un petit élément qui peut peut-être vous permettre de commencer à ouvrir vos yeux vraiment bien fermés : L’avenir du nucléaire selon EDF : la chine…. Et les transferts de technologie qui vont avec. Autre point, décidement je fais beaucoup pour votre culture générale ces temps-ci : Vous y lirez aussi qu’EDF ne croit plus dans les projets d’AREVA et cherche encore et toujours du côté de la Chine. Aucun autre pays au monde n’offre autant d’opportunités, les 60 à 120 projets en chine des 40 prochaines années sont le quasi-cumulé des tout ce qui est en projets dans l’ensemble des autres pays du monde. La Chine va se faire un plaisir de bien nous pomper toute notre techno et notre savoir faire en échange de quelques miettes sur les 2/3 premiers projets, et ensuite fini la filière d’avenir française. Et vous serez encore là pour le voir.

Bachoubouzouc

“Vous avez effectivement raison, sauf que vous ne répondez pas à ma question comme d’habitude : “Mais sur 100ans, qui vous dit qu’une énorme crise économique, une guerre, un accident, un acte terroriste ne vont pas survenir?”” Tiens, ça change de “Vous ne savez vraiment rien du problème”… Sinon, la question est traitée tous les 6 mois sur Enerzine : 1) Crise économique : on scelle le centre, comme c’était prévu pour la phase finale. Ça ne coûte pas grand chose et c’est efficace. 2) Guerre/acte de terrorisme : il y a une infinité de moyens plus efficaces pour causer la désolation que de se faire chier à aller chercher des déchets 400m sous terre. Machettes+population extrémisée, fusils, produits chimiques, etc. Comme d’habitude, des millions de gens sont tués chaque jour de tas de manière différentes, mais les écolos s’inquiètent du seul truc qui ne tue quasi personne. Pour le reste, prévoyez l’échec ou la fin de tout ce que vous voulez de nucléaire, mais comme pour tous vos prédécesseurs, le temps, les contraintes techniques, écologiques et économiques vous donneront tort.

Ambiel

Vous avez pris le temps de lire lesarticles en question? ça ne vous pose aucun problème cette volonté tenace d’EDF à s’associer avec la Chine? SUr l’avenir du nucléaire, pas de souci, il va encore nous faire peur et nous polluer très longtemps, et il y aura aussi pendant bien lontemps encore des centrales qui tourneront. Mais la France n’a plus aucun chance sur ce marché. C’est ça que vous n’arrivez pas à voir, j’imagine bien que vous n’etes pas dans la haute direction d’Areva et d’EDF, mais vous devriez justement vous intéresser à tout ceci. Vous n’avez plus vendu de réacteur depuis 5ans et vous n’avez que des début de spéculations sur 2/3 possibles ventes d’ici au mieux quelques années ans et dont vous annoncez l’imminence immédiate depuis 10 ans. Pendant ce temps il s’est vendu pour 250milliards d’euros d’équipements ENR dans le monde sur la seule année 2011…

Ambiel

Tiens un autre point dont on parle peu, l’Espagne va elle aussi sortir du nucléaire (aucun projet de remplacement prévu et des réacteurs très vieux). L’exploitant de la plus vieille centrale avait obtenu en 2011 une prolongation de 10 ans à compter de 2013 sous réserve de travaux de sureté, et bien il a décidé de ne pas y aller et son premier réacteur, de 466MW près de Burgos fermera donc dans moins d’un an. L’Espagne a installé 21GW d’éolien, 5GW de solaire dont 1,5 de solaire thermodynamique et produit plus de 20% de son électricité avec l’éolien sans aucun problème de réseau…

Macmarmaille

Ralentissons l’expansion de ces horreurs dans nos paysages… Les Allemands n’ont rien que leurs yeux peuvent contempler, pas nous !

Bachoubouzouc

“ça ne vous pose aucun problème cette volonté tenace d’EDF à s’associer avec la Chine?” Quand EDF s’associe avec la Chine sur le nucléaire, c’est essentiellement pour leurs capitaux et qu’ils prennent une part minoritaire (Angleterre). Quand vous vous associez avec la Chine dans le PV, c’est pour qu’ils prennent 80% du marché européen et qu’ils coulent toute notre industrie. Mais pas de doute : c’est nous qui avons tort ! “C’est ça que vous n’arrivez pas à voir, j’imagine bien que vous n’etes pas dans la haute direction d’Areva et d’EDF, mais vous devriez justement vous intéresser à tout ceci.” Allez on retrouve le naturel de l’antinucléaire : il n’a pas plus d’argument donc il passe à l’attaque ad hominem et me dit que je ne suis pas assez haut en grade pour comprendre mon industrie aussi bien que lui (au passage, là aussi vous n’êtes pas le premier antinuc à me sortir cette réplique pathétique). “Vous n’avez plus vendu de réacteur depuis 5ans” Vous ne voulez toujours pas comprendre qu’on ne vend pas des reacteurs comme du chocolat et que les cycles sont plus longs dans l’industrie nucléaire. Pendant ce temps là, l’industrie nucléaire exporte pour des milliards d’euros de combustible et de services, tandis que les industries ENR agonisent. Sinon super, les espagnols annoncent la fermeture de leur petit et vieux réacteur de 500 MWe. Mais c’est comme les belges : ils parlent beaucoup de sortie du nuc et d’ENR, mais c’est surtout leurs problématiques de CO2 et de pénurie énergétique qui prennent les décisions à leur place. Ils changeront 20 fois d’avis dans les années à venir, tout comme le belges et les allemands ne savent plus sur quel pied danser en ce moment.

Ambiel

En Angleterre rien n’est encore fait, d’ou tenez vous l’info que les Chinois accepteraient de rester simplement minoritaires? Et si c’est le cas, ce n’est plus ce qui compte aujourd’hui dans le nucléaire, l’essentiel du bout de gras se faisant dans l’exploit et l’appro… Quand au PV et la Chine, vous rigolez? S’il y a aujourd’hui contentieux c’est bien parcequ’il n’y a pas eu d’association… Et le PV n’est pas le nucléaire, la production d’un panneau c’est à peine 25% du cout total d’une centrale solaire. Sur votre position dans le nucléaire loin de moi l’idée de vous rabaisser, j’ai sans doute été maladroit, je voulait dire que vous n’êtes sans doute pas dans leur conseil d’administration, sinon vous ne seriez pas ici à discuter avec moi de choses et d’autres qui ne changeront rien à la face du monde, et qui seront peut-être lues au mieux par 3 ou 4 personnes (à 47messages, même le plus acharné risque de lâcher).. Les industriels ENR agonisent bizarrement, en continuant à créer des emplois partout en Europe (+15% en allemagne), sauf en France grace à vos efforts je vous l’accorde. Parlons de la santé d’Areva dans ce cas, une usine à la Hague qui n’a presque plus de commandes et tourne pour partie à vide, aucun réacteur signé depuis 5ans, une valeur en bourse qui a fait -80% en 1 an, ça c’est de la santé! Et le futur chez vous c’est quoi? L’ATMEA qui n’a quasi plus de partenaires? Les USA ou vous n’en trouvez pas depuis 3ans? le RU ou ils ont tous fui en moins d’un an? L’Inde et ses belles zones sismiques que vous jugez inadaptées au Japon mais pas chez ces pauvres Indiens? Quand aux Espagnols ils ont réussi à faire 20% avec leur éolien, soit plus que leur nucléaire, chose que vous jugiez certainement impossible il y a 2minutes…

Dan1

Comme ça fait longtemps que je n’ai pas cité REE, je redonne le lien : Voilà donc ce que fait le vent en Espagne en ce moment. Sur l’ensemble de l’année 2011, c’est la même tendance : 16,6% d’éolien et 21,1% de nucléaire + 15,5% de charbon + 18,9% de cycle combiné gaz. Autant dire que notre voisin carbure encore bien au charbon + gaz + nucléaire… un peu comme notre voisin ultrarhénan alias le “géant vert” ou “l’olive”.

Sicetaitsimple

L’histoire que vous racontez à propos de Garona n’est pas exacte. En fait Garona avait demandé en 2009 une extension de 10 ans, extension bénie (sous conditions de travaux bien sûr) par “l’ASN” espagnole, et le gouvernement Zapatero avait accordé une extension de 4 ans (donc jusqu’en Juin 2013) pour des motifs “politiques”. Ce qui était en jeu, c’était de redonner les 6 ans qui manquaient, donc une extension jusqu’en 2019, pour lequel le nouveau gouvernement avait donné son accord de principe il y a quelques temps. Mais vu les circonstances, les discussions sur une taxation du MWh nucléaire, la necessité de faire des travaux importants pour seulement 6 ans, la crise et donc la baisse de consommation et des prix de l’electricié, plus le fait que la cuve de Garona a été fabriquée par l’entreprise hollandaise qui a fabriqué celle de Doal, l’exploitant a effectivement préféré jeter l’éponge, ce qu’on peut comprendre.Bon, 42 ans quand même. Il est certain que les incertitudes politiques ne sont jamais une bonne chose dans le domaine énergétique , ça vaut aussi bien pour le nucléaire que pour l’éolien ou le solaire. Heureusement, la béquille gaz est là, faudra juste éviter de pleurer dans quelques années si nos principaux fournisseurs abusent un peu de la situation…

44
0
Laissez un commentairex
Available for Amazon Prime