Des inquiétudes dans la filière pompe à chaleur

L’AFPAC, un collectif rassemblant les représentants de la filière génie climatique ont interpellé 2 ministres du gouvernement Mme Kosciusko-Morizet (Ecologie) et M. Eric Besson (Industrie), concernant des décisions pouvant remettre en cause la pérennité de la filière.

La Loi du "Grenelle Environnement" a fixé 3 objectifs majeurs : un mix énergétique équilibré faiblement émetteur de CO2, une avancée technologique significative de l’ensemble des solutions de génie climatique, et un fort développement des solutions exploitant les énergies renouvelables.

Aussi, parmi les principales technologies citées comme d’avenir, les Pouvoirs publics avaient mis en exergue les technologies thermodynamiques appliquées au chauffage et à l’eau chaude sanitaire. Dans les faits, les signataires** constatent l’écart croissant entre le discours des Pouvoirs Publics et les réalités administratives et économiques vécues par les professionnels.

Après un démarrage prometteur qui est allé jusqu’à la mise sur le marché de 150 000 machines en 2008 (hors PAC Air/Air), dont 85% en aérothermie, les marchés de ces produits connaissent depuis deux ans des reculs très significatifs (prévision pour 2010 : 55.000 à 60.000 PAC). Dans les années fastes, cette filière a même représente 15 000 emplois pour 2 milliards d’euros de chiffre d’affaires.

Selon l’AFPAC, "ce niveau de résultats met en péril l’atteinte des objectifs de la PPI chaleur consacrés à la Pompe à chaleur (programmation pluriannuelle des investissements de production de chaleur)".

Dans un second courrier adressé à M. Philippe Pelletier, Président du Comité stratégique du Plan Bâtiment Grenelle, L’AFPAC conteste les niveaux de performances des matériels installés qui sont affichés dans le rapport établi par le groupe de travail « Energies renouvelables appliquées au bâtiment », mis en place dans le cadre du Plan Bâtiment Grenelle.

L’AFPAC alerte sur le fait que, dans ce rapport, toute l’argumentation qui conduit à proposer d’exclure les pompes à chaleur aérothermiques (hors air extrait) des systèmes de subvention (proposition 30) entraine la filière entière vers un naufrage économique. Des suppressions d’emplois et des fermetures d’entreprises sont d’ores et déjà en cours ou en prévision.

Faute de volumes significatifs, L’AFPAC craint que l’industrie française se désengage rapidement de ces technologies de chauffage et de production d’eau chaude sanitaire : "Ce qui serait contraire aux ambitions du plan Grenelle de l’environnement".

C’est pourquoi, l’AFPAC a sollicité une entrevue auprès des ministres concernés afin de définir un plan, à long terme, "permettant à la fois de pérenniser la filière et de tenir les engagements du Grenelle".

** l’AFPAC, UNICLIMA, Le GIFAM, L’UECF-FFB, La CAPEB UNA CPC et Le SNEFCCA

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

7 Commentaires sur "Des inquiétudes dans la filière pompe à chaleur"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
michel123
Invité

Cela dit entre une pompe à chaleur aerothermique et un radiateur électrique il n’y a pas photo non plus.

Claudio
Invité

trop d’installations n’ont pas tenu leurs promesses . Quand on a payé très cher et que le résultat n’est pas là , on le fait savoir . Quand les installateurs ne sont pas capables d’expliquer pourquoi il n’y a qu’une économie marginale ( 25 % seulement par exemple dans un cas ) ou même une dépense d’énergie supérieure à l’installation précédente au fioul dans un autre cas , on peut se demander si cette technique est vraiment au point où si les installateurs sont qualifiés . Il ne faut donc pas s’étonner du retour de bâton . cordialement .

michel123
Invité
La pluspart du temps les pompes à chaleur sont sous dimentionnées ce qui déclanche la résistance additionnelle dés que le froid se fait vif. Et si votre chauffage était au fioul vous risquez alors de payer plus cher. Si vous avez monté de simple clim réversibles vous même , avec une grosse unité et une petite , vous pouvez faire tourner la petite aux intersaisons la grosse en hiver et les deux ensemble lorsque le froid se fait mordant. En procèdant ainsi pour une maison de 120 m2 isolée normalement votre consommation électrique doit baisser de 50 % pour un… Lire plus »
xpair
Invité
Il y a plusieurs facteurs qui expliquent le naufrage annoncé de l’industrie de la pompe à chaleur. 1 les premiers à s’être équipés sont les ménages aisés qui ont installé une PAC pour ses avantages environnementaux et pour bénéficier du crédit d’impôt. Il faut en effet pouvoir débourser une somme importante et avoir des impôts à payer pour bénéficier de ce système avant de pouvoir être remboursé plusieurs mois plus tard. L’étât a donc investi sur une minorité de personnes qui en avaient le moins besoin. 2 la dépense d’une PAC géothermique est hors de portée des ménages modestes, crédit… Lire plus »
Ggen 29
Invité
Pour XPAIR, Entièrement daccord avec toi sur toute la ligne. Si le prix des Pompes à chaleur était raisonnable et si l’on expliquait clairement aux gens, par l’intermédiaire des médias, le gain aujourd’hui et dans cinq, dix ou vingt ans d’une installation de chauffage…en comptant le prix futur des énergies fossiles… L’état se trompe en subventionnant les filières, arrêtons ce financement et investissons dans la recherche, la production et la mise en oeuvre des énergies rentables dans le temps pour le particulier, pour l’état et pour la planète. La création de “Coopérative Locales de l’énergie” avec des gens du cru… Lire plus »
Dso
Invité

@xpair Qu’est-ce que tu veux dire par la phrase ci-dessous au sujet des chaudières à condensation ? 4 l’état s’est complètement trompé en subventionnant certains équipements (comme les chaudières à condensation) qui sont moins chers à l’installation et qui favorisent une économie immédiate et non à long terme.

Oeil de cain
Invité

. . . . . . . . . . . . Nous avons une PAC eau/eau qui a maintenant 23 ans pour chauffer 200 m² via un plancher chauffant … Que du bonheur bon chauffage … pas une seule révision, ni le moindre frais en 23 ans … et touchons du bois pour que cela continue …. Tout ceci pour confirmer que cela est très rentable à long terme, et que ce n’est peut-être pas la peine d’aider par les impots de tous un secteur qui est déjà rentable en lui-même …..

wpDiscuz