“Données actuelles sur le photovoltaïque en Allemagne”

Selon les données et résultats de recherche actuels du photovoltaïque en Allemagne mise à jour en octobre dernier par l’Institut Fraunhofer pour les systèmes énergétiques solaires (ISE), à la fin de l’année 2013, 1,4 millions d’installations photovoltaïques étaient installées en Allemagne, pour une puissance globale de 35,7 GW.

Les 30 TWh produits en 2013 correspondaient ainsi à environ 5,7 % de la consommation nette d’électricité en Allemagne. La puissance installée du photovoltaïque a entre-temps dépassé tous les autres types de centrales électriques en Allemagne.

Pour les installations photovoltaïques mises en service en octobre 2014, le tarif d’achat varie en fonction de la taille et du type de l’installation entre 8,76 et 12,66 ct/kWh sur les 20 prochaines années, couvrant au moins 90 % de la quantité d’électricité produite.

La baisse du tarif d’achat déjà mise en œuvre, la dégressivité décidée pour les mois à venir et la fin programmée du tarif d’achat EEG pour les nouvelles installations photovoltaïques une fois le seuil d’une puissance installée de 52 GW dépassé permettent de garantir que la somme versée dans le cadre du dispositif EEG restera limitée à 10 à 11 milliards d’euros par an pour la part photovoltaïque. La poursuite du développement photovoltaïque dans le cadre du dispositif EEG existant n’augmente plus que modérément la somme des coûts liés à l’EEG. Toute réduction supplémentaire du développement photovoltaïque ne ferait pas baisser la somme des coûts liés à l’EEG, mais créerait un frein à la mise en place d’installations photovoltaïques très peu chères.

L’Allemagne a perdu de nombreux emplois dans la filière photovoltaïque au cours des dernières années. La filière photovoltaïque allemande employait en 2013 environ 56 000 personnes, pour un taux d’exportation d’environ 65 %. En 2011, les équipementiers allemands du photovoltaïque (fabricants de composants, de machines et d’installations) atteignaient 46 % de parts de marché au niveau mondial, pour un taux d’exportation de 87 %.

Le temps de retour énergétique des installations photovoltaïques est de deux ans environ, pour un rayonnement global horizontal de 1 055 kWh/m² par an (valeur moyenne pour l’Allemagne). La durée de vie des panneaux solaires est de l’ordre de 20 à 30 ans.

>> Document original en allemand (ici)

>> Un achat de la traduction est disponible (ici)

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

40 Commentaires sur "“Données actuelles sur le photovoltaïque en Allemagne”"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Pastilleverte
Invité

craignant, pour une fois, de dire des bétises… Pour 2013 on parle bien de 35,7Gw installés et d’une production annuelle de 30TWh. Cela veut il bien dire un rendement annuel moyen de 9,59% ou me planté-je dans les calculs ? Merci éclairer ma lanterne (qui fonctionne aux renouvelables, promis)

Blu
Invité

Non, c’est un taux de charge annuel moyen de 9,59%, ce qui n’a rien à voir avec un rendement. Par exemple, les panneaux couches minces CdTe se vantent de meilleurs taux de charges (kWh produits par capacité en kWc installés), et ont pourtant des rendements bien plus faibles que les panneaux silicium (dans les 12%, contre plus de 15% pour le silicum cristallin). Mais sinon le calcul est juste.

crolles
Invité

En Allemagne le productible doit etre d’environ 900kWh par kWc installés. Donc pour 35.7 GWc on produira environ 32 TWh. En fait un peu moins car certaines installations sont opérationnelles en fin d’année. Bon je ne sais pas comment tu calcules ? Cdlt

Blu
Invité

Le calcul est simple: 30 000 GWh par an / 35.7 GW = 840 h de production par an (h équivalentes pleine charge). 840 h / 8760 h dans une année = 9.59%

Luis
Invité
¤ Avec des panneaux photovoltaïques construits avant 2006, l’énergie retournée sur l’énergie investie (EROEI – energy returned on energy invested) ou taux de retour énergétique (TRE) est de 9,0 à Berlin, de 8,6 à Cologne, de 10,4 à Munich. Le temps pour “rembourser” l’énergie investie est (était avant 2006) de 3,0 ans à Berlin, de 3,1 ans à Cologne, de 2,6 ans à Munich. C’est pour la production, l’installation et le recyclage d’un système photovoltaïque complet : panneaux, onduleur, fixations, cablâge … Nettement mieux que les sables bitumineux (tar sands / bituminus sands) au Canada pour faire du pétrole. L’EROEI/TRE… Lire plus »
Contrarien
Invité

QUAND IL N’Y A PAS DE SOLEIL, OU PAS ASSEZ? QUE FAIRE ? ON MET EN ROUTE LES CENTRALES A CHARBON ET LIGNITE QUI SONT TRèS POLLUANTES ! DE PLUS LA PLUS FORTE DEMANDE A LIEU EN HIVER AVEC L’ENSOLEILLEMENT LE PLUS FABLE ! C’EST BEAU LA STRATEGIE VERTE ! MAIS CA POLLUE ET COUTE CHER !

wangfa
Invité
Bonjour, Un puissance installée en photovoltaïque correspond à la capacité de production du panneau à l’instant t. Comme la puissance de votre moteur de voiture. Si le soleil éclaire le panneau, alors il va produire de l’énergie dont la quantité dépend de la puissance du panneau. Si le soleil éclaire eu (angle d’incidence, nuages, ombres) alors la quantité d’électricité produite sera moindre que si le soleil éclaire directement le panneau. S’il fait jour longtemps, beaucoup d’électricité produite en une journée comme en été. S’il fait chaud (canicule) le panneau produit moins d’électricité. Il faut mettre tous ces éléments disparates et… Lire plus »
Pastilleverte
Invité

Oui,merci, en fait, je voulais dire taux de charge et pas rendement, sans connaitre le mot exact ! Quelqu’un connaitrait-il le taux de charge du PV en France sur la même période ? (à priori supérieur en raison de la géographie, modullo la localisation des panneaux en F)

Yann
Invité

Le taux de charge est d’environ 12 %. Un sysètme photovoltaïque produit 1100 heures équivalent pleine puissance pour 8760 h dans l’année. Inévitablement le taux de charge est meilleur en france qu’en Allemagne vu les conditions d’ensoleillement. Cela étant, ce taux de charge ne donne pas vraiment d’indication utile dans le cas de photovoltaïque (=> peu de problematiques de surproduction pour l’heure, pas de contrainte d’exploitation majeure…).

Luis
Invité

¤ En France, le taux de charge moyen sur quatre ans, de 2010 à 2013 est 22,7 % pour l’éolien et de 13,8 % pour le photovoltaïque. Pour la biomasse, il est de 47,8 % en cinq ans, de 2009 à 2013. Pour l’hydraulique le taux de charge moyen est de 28,4 % sur dix ans.

Dan1
Invité

A propos de facteur de charge, juste pour vous signaler que le parc nucléaire 2G a fait 93% (précisément 92,92%) en janvier 2015. En moyenne sur 31 jours, c’est 58,66 GW de puissance avec une pointe à 61,51 GW le 19 janvier à 11h15. Pas encore vraiment bon pour la ferraille le parc historique 2G.

Steph
Invité
A 8.76 c€ / kWh pour un prix de marché de 5 c€, le PV au sol de grande taille (qui n’a rien a voire avec celle du nuke), le sructout a charge de la CSPE allemande est de 3.76 c€, sans hypotheque sur l’avenir ni besoin de stocker des dechets pendant 4-5 * 24 000 ans. Se rappeler qu’avec un vraie taxe carbone sur les centrales a gaz-fiuoul-charbon, le prix de marche serait bien plus haut, donc les des sont pipes. Rappel cout de revient du nuke ancien selon la CdC sans inclure demantelement ni stockage : 5.6 c€… Lire plus »
I. lucas
Invité
Le prix de revient du Nuke ancien selon la cour des comptes inclu le démantellement et le stockage ; par ailleurs, elle n’a pas tenu compte des amortissements réalisés dans son calcul de “loyer” (dans son calcul, elle fait comme s’il y avait 70G€ d’actif net pour le nucléaire historique dans les comptes d’EDF alors qu’on n’en trouve que 15G€! Pour l’avenir, celui de l’EPR est bel et bien compromis, pas celui du nucléaire historique Enfin il faut tenir compte des limites de pénétration des ENR solaire et éolien (environ 30% de l’énergie électrique) au delà on commence à avoir… Lire plus »
Temb
Invité
Le PV progresse vite et bien presque partout dans le monde (la France fait figure d’exception). Les chiffres 2014 pour l’Allemagne sont de 6,5% de l’electricité du pays, à ce rythme en 2030 près de 20% de la conso allemande sera couverte par le PV, ce d’autant plus facilement que 80% des nouvelles installations PV résidentielles allemandes sont équipées de stockage. En Italie 7,5% de la production est issue du PV en 2014, aux US Obama fait du PV un axe de développement de croissance et d’emploi du pays, au Chili comme aux Emirats Arabes Unis des PPA sont signés… Lire plus »
edc10
Invité

Comme d’hab, comparaison entre productions pitlotables et fatales. La pillule est de plus en plus grosse, et plus c’est gros, mieux ça passe ! Bon, pour remettre la tête de certains dans leurs inutiles calculs, vu qu’ils ne semblent toujours pas entrevoir qu’on est dans un réseau électrique: petit aperçu du service rendu des enr en hiver 2011 en allemagne (c’est exactement ce qui arrive en ce moment, mais pas envie de refaire des copies d’écran)

Temb
Invité

Ha ha ha 2011… Nous sommes en 2015 Edc10, et la transition allemande c’est sur la durée, il faut regarder une tendance! Aujourd’hui il y a 15GW de PV en plus, 15GW d’éolien en plus, 4,5GW de biomasse en plus, quelques centrales nucléaires/charbon/gaz en moins.

Luis
Invité
¤ En moyenne sur dix ans, le taux de charge du nucléaire est de 75% en France. Pour l’année 2014, le taux était de 75,2%. Un bon cru pour les amateurs de nucléaire. En août 2014, c’était 66,0%. On a beau arrêter des réacteurs pour le dépoussièrage annuel, le manque de clients est certain. Si le taux de charge nucléaire est si faible en France, c’est que la part du nucléaire dans le mélange (the mix”) de l’électricité française est trop élevé. La fermeture d’une partie des réacteurs pourra augmenter le taux de charge, ce qui réduira les frais. Pour… Lire plus »
Luis
Invité
¤ En France, le tarif pour les installations de 100 kWc et plus (T5) était de 10,51 c€/kWh au 3e trimestre 2012. Au 4e trimestre 2012, il a commencé par être de 10,24 c€/kWh. Puis, il a été brusquement abaissé de 20% au mois de novembre 2014, entraînant l’arrêt de tous les projets. Baisse assumée par la ministre de l’époque en janvier 2013. Aujourd’hui, le tarif T5 est de 6,62 c€/kWh, ce qui empêche tout projet supérieur à 100 kWc d’être viable économiquement. C’est le but recherché. Car si ce tarif T5 était augmenté de 20%, ce qui ferait 7,94… Lire plus »
edc10
Invité
Faites semblant de ne pas comprendre… Tous les ans c’est pareil, il existe des épisodes où la prod enr s’annule quasiment en hiver, que vous ayez 200 GW de solaire et 200 GW d’éolien, ça ne changerait rien. Je ne vais pas refaire des graphiques tous les ans, c’est inutile, d’autant plus que leur site a changé et qu’il est moins pratique qu’en 2011, toujours sans historique, histoire de bien noyer le poisson. Maintenant, en France chez RTE, on peut afficher directement sur 3 semaines (eux ils sont transparent au moins), et c’est flagrant. Allez, continuez avec vos taux de… Lire plus »
Temb
Invité

COmparer un peu la période de 2011 avec la même en 2014 : 5GW de biomasse en permanence en base, entre 1 et 2GW d’hydro, bien plus de PV et bien plus d’éolien. 2015 sera un bien meilleur cru encore, 2016 encore mieux, 2017, 2018, 2019, etc…. la trajectoire allemande va jusqu’en 2050

edc10
Invité

ok. Site quand même plus transparent. Bonne initiative de ces allemands. On en reparle au prochain anti-cyclone ! A bientôt

Dan1
Invité
On peut toujours comparer des facteurs de charge moyens annuels, mais cela ne dit rien du service réel rendu par les différentes filières. Quand j’annonce un facteur de charge de 93 % pour le parc nucléaire historique français, je précise bien qu’il s’agit de janvier 2015. Et là, ça prend toute son importance, car cela veut dire que le nucléaire adapte son facteur de charge au besoin. 75 % annuel, c’est peu pour du nucléaire car la parc français de 63 GW fait pas mal de suivi de charge (la fameuse modulation journalière et hebdomadaire dont certains ne veulent pas… Lire plus »
Dan1
Invité

Le meilleur pour l’Allemagne est le Pr Bruno Burger que Sicetaitsimple cite souvent dans le cadre de la “révolution verte” :

Dan1
Invité
Certes, parfois il n’y a ni vent ni soleil en Allemagne, mais cela n’a pas vraiment de conséquence, car il y a abondance de lignite, charbon, gaz et bien sûr encore du nucléaire. Sachant que l’électricité n’est qu’une partie non majoritaire du problème de l’énergie (en Allemagne comme ailleurs), la conclusion est simple : L’Allemagne, comme tous les autres grands pays industrialisés, carbure à plus de 80 % aux FOSSILES + FISSILE. Et dans ce registre, la France et l’Allemagne sont à peu près à égalité avec plus 85 % d’énergie FOSSILE + FISSILE. Rien de nouveau sous le soleil,… Lire plus »
O.rage
Invité

+1 Le même plan COM qui consiste à dire que le PV c’est renouvelable avec au minimum 70 kg de ressources non renouvelables consommées par MWh…

O.rage
Invité

C’est votre parole d’humoriste contre celle de l’étude parue dans Nature Geosciences su laquelle est basée l’article, qui comprend les parcs photovoltaïques industriels sur socle de béton….

O.rage
Invité

5 secondes de recherche sur Google pour voir à quoi ressemble un parc photovoltaïque type en Chine… oui, c’est à ce point que vous paraissez autiste.

O.rage
Invité
Lionel_fr
Invité

Un MWh, c’est ce que fournit un panneau de 100w en dix ans à Paris. Qu’est ce que c’est que ce graphe complètement à la masse ? En utilisant le MWh, il faut préciser la durée. Qui dit durée dit aussi durée du béton (des siècles) de l’alu, cuivre ou fer (recyclables à l’infini) Ce serait sympa si O.rage voulait bien cesser de balancer des bitmaps trop grands, complètement absurdes et politiquement orientés sur les pages publiques : faites votre propre forum : phpBB est gratuit et un hébergement chez ovh coute moins de 2euros par mois

Reivilo
Invité

@Dan1, oui la com est un produit miracle ! EDF le sait bien qui se situe dans le top 50 des budgets pub en France (pas loin derrière Coca-cola !) et on voit assez bien que les plus de 100 millions dépensés ici, (40% dans la presse) sont surtout destinés à soigner son image en “informant” le consommateur sur tout le bonheur qu’elle apporte à son foyer. ??? Autre grand spécialiste de la PUB éhontée, Areva et sa fameuse “épopée de l’énergie” 20 millions d’Euros pour une propagande trompeuse et d’ailleurs retirée sous la pression de nombreuses associations.

Dan1
Invité
Ben EDF fait peut être de la pub, mais côté nucléaire les records ne sont pas hyper médiatisés…. puisque c’est Dan1 qui s’y colle sans être payé par EDF ! Je n’ai rien entendu sur le facteur de charge moyen de 93% en janvier 2015 et pas plus sur les plus de 12 000 milliards de kWh déjà produit par le parc nucléaire 2G (et pas plus pour le passage symbolique des 10 000 milliards de kWh). Dans le registre des records, il faut bien reconnaître que l’éolien et le photovoltaïque sont beaucoup plus offensifs, à une époque on entendait… Lire plus »
Dan1
Invité

Sujet déjà abordé ici : Je ne vois pas ce qu’il y a d’extraordinaire dans le budget d’EDF compte tenu de la surface financière de l’entreprise… française. La comparaison avec Coca Cola est risible si on tien compte du budget mondial de Coca Cola dont la France n’est pas la cible unique ! Enfin AREVA est à la traîne semble-t-il. l’EDF bashing doit a minima s’appuyer sur des arguments chiffré percutants, sinon c’est du verbiage.

Reivilo
Invité

Il doit aussi s’appuyer sur des arguments un peu plus subtils SVP sinon c’est “risible” comme vous dites. Concernant le montant des pubs coca/EDF on compare bien sûr les budgets France des deux entreprises. (mais vous l’aviez bien compris n’est-ce pas ?)

Reivilo
Invité

Et ça c’est vrai, c’est pas une info hélas. On pourrait même dire à l’arrêt va…

Dan1
Invité

Bon EDF a un budget COM de 100 millions d’Euros pour un chiffre d’affaires d’environ 75 milliards d’Euros dont au moins 40 milliards en France. 100 millions pour 75 000 millions c’est 0,13 % du chiffre d’affaire. Où est le problème ?

lr83
Invité

Le graphique que vous donnez est le comble de la stupidité. Et on peut le démontrer en 2 secondes ! Un panneau de 250 Wc pèse 20 kg (dont plus de la moitié est du verre). Ce module produira sur 20 ans 5 MWh (base simple de 1000 kWh / kWc pour la France, sans compter qu’un module produira encore dans 30 ans) soit 4 kg par MWh !

Herve
Invité

Le graphque ne montre pas que le poids du panneau, il inclue les élements structurels et les equippement annexes (cables onduleurs…). Cela dit, les valeurs me paraissent suspectes à moi aussi. J’avais en tête que par exemple coté beton l’éolien et le nucléaire sont dans les mêmes ordres de grandeur. Ce n’est pas ce que montre le graphique ou il semble qu’il n’y a pas de béton dans le nucléaire???

lr83
Invité

Ramener à un module, les équipements annexes représentent pas grand chose : environ 2 kg pour l’onduleur et aller, soyons large, disons 2 kg pour les rails de fixation. Donc, on est à tout casser à 5 kg/MWh. En tout cas absolument rien à voir avec ce que prétend le graphique !

vd69
Invité
Luis est certainement beaucoup plus savant que moi qui utilisais jusqu’ici vulgairement le temps de retour , en l’occurrence ici temps de retour “énergie”. L’obsolescence des sciences est aussi programmée. Pour mon compte, ce calcul sur l’unité informelle de l'”énergie” n’a que très peu d’intéret, je préfère et de loin m’intéresser aux réserves énergétiques et surtout aux conséquences sur l’environnement et donc les rejets de CO2. Et si je calcule le temps de retour carbone du PV, en reprenant les chiffres de Luis pour Paris, EROI de 9.4, remboursement (ou temps de retour ) de 2.9 ans; en tenant compte… Lire plus »
lr83
Invité

Le temps de retour énergétique, c’est-à-dire le nombre d’années de production pour compenser l’énergie nécessaire à produire le panneau est d’environ 3 ans. Peu importe la source initiale !!

wpDiscuz