Gaz et pétrole ne sont pas menacés, assure Moscou

La Russie tente de rassurer l’Europe : en dépit de la crise diplomatique déclenchée par le conflit géorgien, elle n’entend pas utiliser l’énergie comme moyen de pression.

Reçu par l’Agence France Presse, le porte-parole du premier ministre russe Vladimir Poutine a démenti les informations parues dans la presse britannique, selon lesquelles Moscou s’apprêterait à réduire les exportations de pétrole et de gaz vers l’Allemagne et la Pologne.

Selon le porte-parole M.Peskov, la Russie restera "le fournisseur sûr et fiable des ressources énergétiques, notamment pour nos partenaires occidentaux."

Dans un entretien accordé à la chaîne de télévision Rossia, le premier ministrea  assuré que la Russie allait "strictement respecter [ses] obligations contractuelles, mais [allait] élargir et diversifier [ses] possibilités d’exportation de ce produit, si nécessaire à l’économie mondiale."

L’Agence Internationale de l’Energie (AIE) adopte également un ton rassurant. Selon elle, le fait que les bombardements russes aient épargné le gazoduc Bakou-Tbilissi-Cayhan (BTC) confirme les propos tenus par Moscou.

Les importations européennes en provenance de Russie assurent 20% de ses besoins en pétrole et 40% du gaz.

Partagez l'article

 



Articles connexes

2
Poster un Commentaire

avatar
  Souscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
dede29
Invité
dede29

  Par une telle déclarasion ,voila le moyen élégant de rappeler qu’on pourrait le faire … 

Guillaume77
Invité
Guillaume77

me voila rassuré. Etdire que je me faisais du soucis pour notre approvisionnement à long terme. J’ai vraiment pu être idiot. Grace à ces très sincères déclarations, je vais enfin pouvoir dormir tranquille.