Enerzine

La Russie fait payer son gaz naturel au prix fort à l’Ukraine

Partagez l'article

Le géant gazier russe Gazprom a annoncé hier avoir annulé des rabais sur les livraisons de gaz naturel à l’Ukraine, soit une réduction de plus de 100 dollars pour 1.000 mètres cubes qui avait pourtant été accordée en décembre 2013 par la Russie.

"Au deuxième trimestre de 2014, le prix du gaz fourni à l’Ukraine s’élèvera à 385,5 dollars (pour 1.000 mètres cubes)", a précisé le chef de la direction de Gazprom Alexei Miller lors d’une conférence de presse, avant de rétorquer que "Gazprom n’appliquera pas la remise convenue avec Kiev en décembre dernier (…) La remise a été annulée en raison de la non-réalisation de la partie ukrainienne de ses titres de créance et les non paiements en totalité pour les livraisons actuels, ce qui augmente davantage la dette."

D’après Gazprom, la dette ukrainienne pour l’approvisionnement en gaz s’élève à 1,71 milliard de dollars à la fin de mars.

Par ailleurs, à partir du deuxième trimestre, la Russie va augmenter de 10% les frais de transit de gaz par le système d’oléoduc ukrainien vers l’Europe.

Rappelons qu’en 2010, la Russie et l’Ukraine avaient signé un accord de "gaz de la flotte". Moscou offrait un rabais pour le gaz en échange d’étendre son bail de la flotte de la Mer Noire en Crimée pendant 25 ans. La semaine dernière, le Kremlin a annoncé une mesure qui vise à supprimer cette remise, en argumentant que l’accord passé devenait caduque. La Crimée vient tout juste de réintégrer la fédération de Russie après avoir provoqué un référendum populaire le 16 mars dernier.


Partagez l'article

 



    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    8 Commentaires sur "La Russie fait payer son gaz naturel au prix fort à l’Ukraine"

    Me notifier des
    avatar
    Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
    Samivel51
    Invité

    C’est logique. Plus de Crimee, plus d’influence sur le port russe strategique de Sebastopol, plus de rabais! Et dans la foulee on augmente de 10% les tarifs pour tous ceux qui sont derriere! La renovation energetique des batiments n’est plus qu’une question ecologique, mais une question d’independant politique de toute l’Europe. Et le silence de Bruxelles est assourdissant! Et en Belgique, Pays-Bas, Angleterre, on continue de construire des maisons sans volets…

    Luis
    Invité

    ¤ En 2011, la Région de Bruxelles-Capitale a pris la décision de principe d’appliquer, à partir de 2015, le standard passif pour tout projet de construction ou de rénovation lourde. Précisions ici : Les mêmes décisions semblent avoir été prises en Wallonie et en Flandre (de mémoire).

    Samivel51
    Invité

    Dans ce cas c’est encore pire que ce que je pensais!

    Nicias
    Invité

    pour l’économie et l’écologie qui ont tout à gagner de la vérité des prix. Les subventions politiques à l’énergie favorisent l’inefficacité. Par ailleurs, à partir du deuxième trimestre, la Russie va augmenter de 10% les frais de transit de gaz par le système d’oléoduc ukrainien vers l’Europe. Les seuls a fixer les prix du transit par les gazoducs ukrainiens sont les ukrainiens et non les Russes. Une nouvelle étrange et qu’on ne peut lire nulle part ailleurs.

    Nicias
    Invité

    Les gazoducs ukrainiens sont la propriété de Naftogaz, détenue à 100% par le gouvernement ukrainien.

    Pastilleverte
    Invité

    Quelle surprise ! Le (ex) « grand frère » impérialiste russe donne une fessée au turbulent petit frère ukrainien. Et encore heureux que ça arrive début avril et pas en plein hiver ! PS : Z’ont pas de gaz de schiste en Ukraine (ricanements)

    Herve
    Invité

    Poutine culotté?, Non sans blague malin, Oui! Je serais pas surpris qu’au prochaines élections, si le nouveau « pro russe » l’emporte, les prix vont redescendre!!! Au fait, la rébellion de l’occident contre la « recupération de la Crimée », les sanctions ça en est ou??? Réponse dans l’évolution du prix du gaz en Europe… Moralité: quand on est tenu par les c*****es, on la ferme…

    Bachoubouzouc
    Invité

    Il me semble que tout cela ne fait que valider notre choix du « tout nucléaire » dans les années 70. Donc OK pour développer les ENR (dans des conditions techniques, économiques et industrielles convenables), mais baisser la part du nucléaire au profit du gaz et du charbon serait d’une connerie incroyable. Car ne nous y trompons pas, c’est au moins en partie ce qu’on va faire lorsqu’on va baisser à 50% la part du nucléaire d’ici 2025. Pire : C’est ce qu’on va faire pour toute l’Europe, à qui on exportait 40TWh par an jusqu’à présent.

    wpDiscuz