Le parc éolien de Greneville couvra la consommation de 45.000 personnes

Vendredi prochain, le gorupe Vestas et VSB énergies nouvelles inaugureront le parc de Greneville-en-Beauce d’une capacité de production de 24 MW et situé à 80 km au sud de Paris, dans la région Centre, quatrième région française en termes de capacités installées avec 692 MW en service.

Il s’agit du deuxième parc doté des turbines Vestas V112-3.0 MW en France. Le parc éolien de Greneville, 20ème ferme éolienne développée par le producteur d’énergie verte VSB énergies nouvelles, répond à la demande croissante du marché français pour des plus grandes tailles de rotor.

Les V112-3.0 MW sont les turbines onshore possédant les plus grands diamètres de rotors en France. "La V112-3.0 MW est une turbine éprouvée, adaptée aux sites à vents moyens et faibles, donc parfaitement adaptée au potentiel éolien de la région Centre, territoire ayant pour objectif 2600 MW installés à l’horizon 2020" a commenté Nicolas Wolff, Directeur Général de Vestas France avant d’ajouter : "La performance de cette turbine vise à contribuer à la réduction du cout de l’énergie pour nos clients et à l’accomplissement de leur objectifs financiers et d’investissements".

Le parc éolien de Greneville produira environ 71.000 MWh par an, ce qui correspond à une économie de 24.900 tonnes d’émissions de CO2 causées en moyenne par la production d’électricité au sein de l’union Européenne. Ce parc produira assez d’électricité pour couvrir la consommation domestique annuelle de presque 45.000 personnes, équivalent à la ville de Chartres.

La réalisation du parc éolien de Greneville permettra également l’emploi de plusieurs techniciens Vestas, au sein du département Service de Vestas France, qui comprend actuellement 165 employés et effectue la maintenance de 1.600 MW (soit plus de 800 machines).

"Nous sommes ravis de pouvoir annoncer, après plusieurs années d’instruction et de traitement administratif, l’inauguration du parc de Greneville. Nous sommes très satisfaits de la bonne collaboration et le support mises en place par les équipes Vestas" a affirmé de son côté Emmanuel Macqueron, gérant de la société VSB énergies nouvelles.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

22 Commentaires sur "Le parc éolien de Greneville couvra la consommation de 45.000 personnes"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
De passage
Invité

71000 pour 24Mw = 3000heures par an d’équivalent pleine puissance, dans un pays où la moyenne atteint péniblement 2100 heures. Encore une désinformation

traonvouez
Invité

Un problème de calcul, ces 45000 foyers alimentés par 24 MW éoliens. Le même jour Le Danemark annonce 400 MW installés pour 40000 foyers soit 1 kW installé par foyer, de l’autre VSB installe 24 MW et alimente 45000 foyers, soit 0,5 kW installé par foyer. Espérons que ça n’était pas volontaire pour se faire mousser!

Jean
Invité

@De passage Avez-vous des sources précises pour décrier le productible annoncé sur ce projet ? L’analyse de productible d’un site nécessite une campagne de mesure poussée d’au moins 12 mois coûtant plusieurs dizaines de milliers d’euros, l’installation d’un mât de mesure instrumenté et l’expertise d’ingénieurs dédiés. Ne soyez donc pas trop prompt à balayer ces résultats d’un revers de main. Compte-tenu du potentiel éolien consistant sur cette partie de la région Centre, il n’est pas étonnant ni déconnant d’atteindre 3000h de fonctionnement équivalent pleine puissance avec un diamètre de rotor de 112m. Cordialement.

trimtab
Invité
J’èspère qu’on ne va pas chipoter encore pendant des jours sur les KEF (Kilowatt Equivalent Foyer) ! Car l’important, au moins pour moi, n’est pas là. Ces parcs de taille ‘consequent’, partout ou ils se trouvent font ‘pas mal’ de jus à certains moments. D’accord, c’est intermittant mais assez prévisible – et il faut gérer ça au niveau du ‘reseau’, que ça soit au niveau local, national ou avec nos voisins interconnectés, mais comme on dit si souvent sicetaitsimple ! Et il est à éspèrer (se n’est pas le but du jeu ?) que pendant ce temps là d’autres sources… Lire plus »
s4m
Invité
je reste sceptique sur les 34% de charge annoncés ((71 GWh /24Wh) / (365j*24h)) pour de l’éolien onshore.En 2011 et 2012, la moyenne française était inférieure à 25% … (source RTE) Par ailleurs, je rejoins les commentaires précédents sur l’abus de l’équivalent consommation/foyer (non seulement sur le principe mais aussi sur le chiffre) : 71GWh pour 45 000 hab, cela revient à une conso de 1.5MWh par hab/an, ce qui me semble vraiment peu (je ne trouve pas de stat pour le résidentiel pure, mais pour en prenant résidentiel/tertiaire, j’arrive à 4.5MWh/hab et d’après le site de l’ademe un foyer… Lire plus »
gaga42
Invité

Il suffit de regarder n’importe quelle carte de potentiel éolien pour présumer que la productibilité sera inférieure à la moyenne nationale. Je dit bien présumer car je rappelle que toute information de production éolienne à une granularité inférieure au territoire national est impossible à obtenir, ce qui est un comble pour un domaine subventionné. Concernant le KEF (Kilowatt Equivalent Foyer), que je dénonce depuis longtemps, il est digne de figurer dans la célèbre norme UNM 00-000

Balo
Invité
On peut dire que ceux qui nous gouvernent nous prennent pour des idiots, et ils ont bien raison. Le plus important dans les EnR serait de stocker l’électricité produite pour s’en servir à nos besoins quotidien qui se résument à environ 8 à 15 kWh /jour tout compris. Voila ce que souhaite le citoyen lambda comme moi .Je sais bien qu’il faut du carburant pour alimenter un pays et donner du travail à tout le monde , mais force et de constater que sans avoir fait de grandes études, et depuis que les énergies renouvelables existent , et cela est… Lire plus »
Jean
Invité
@gaga 42 Bonjour. Justement, “n’importe quelle carte de potentiel éolien” n’est pas exactement la définition même d’une source d’information fiable sur le potentiel éolien. Les cartes de potentiel éolien à l’échelle régionale, nationale…utilisent des sources de données de qualité très variables et parfois pas du tout adaptées (c’est le cas par exemple de stations météo enclavées en ville ou près de bâtiments), voire des extrapolations de données satellites, et ce pour aboutir à des mailles de calcul parfois très larges (plusieurs km), ne tenant de plus pas toujours compte des effets locaux (relief, végétation, bâti…). Je rappelle aussi que toutes… Lire plus »
trimtab
Invité
Bonjour, Je suis trop honoré de voir le KEF proposer pour être inclu dans une NF sur la pifometrie ! Et je veut bien proposer d’autres candidats pur TOC (Trimtab Original Creations): Pour les ‘moulins’: le PIB – Production Instantanée Bordélique qui donne bien sur en English: le GDP – Ghastly Differing Production Pour la production de ‘jus’ en gros, vu mon obession anglo-saxonne avec le thé: le NEB – Nombre Equivalent Bouilloires ou le KEN – Kettle Equivalent Number Et pour la sobriété: le USE – Unused Saved Energy – c’est plus court que négawatt ! Et si Enerzine… Lire plus »
s4m
Invité
En fait, je cherchais d’où pouvais provenir de si basses consommations et je présume qu’il ne s’agit ici que de la consommation résidentielle (hors industrie, hors transport, hors tout), puisqu’il est précisé “domestique”. Or je ne trouve ce chiffre nul part ! (le résidentiel est toujours associé au tertiaire). Cependant, même si cela aurait pu expliquer les chiffres présentés dans l’article (sans prendre en compte le taux de charge visiblement surestimé), ne considérer QUE le résidentiel est intellectuellement malhonnête puisque la consommation d’un foyer ne se limite pas à la consommation résidentielle (à moins de vivre comme un hermite). In… Lire plus »
Dan1
Invité

A propos du KEF, on a déjà des références. En fait, en France, on se moque un peu de savoir si tel ou tel parc éolien alimente X ou Y foyers, puisque nous savons tous ceci : A partir du moment où le nucléaire alimente plus de 180 millions de Français depuis des décennies, le reste est accessoire !

Dan1
Invité
A S4m. “ce qui me semble vraiment peu (je ne trouve pas de stat pour le résidentiel pure, mais pour en prenant résidentiel/tertiaire, j’arrive à 4.5MWh/hab et d’après le site de l’ademe un foyer c’est 2.7MWh hors chauffage et eau chaude). Si quelqu’un trouve des chiffres, je suis preneur !” Pour le résidentiel (ou les usages domestiques) RTE publie les données dans les bilans annuels (on a même le détail régional) et s’en sert aussi dans les bilans prévisionnels. Grosso modo cela tourne autour de 150 à 160 TWh pour 27 millions de foyers… et cela a souvent fait l’objet… Lire plus »
climax1891
Invité

La consommation d’électricité en france en 2008

Sicetaitsimple
Invité

Si on avait le même par exemple pour le gaz, il y aurait bien entendu beaucoup plus de cases à “0”, mais ce serait très interessant pour sortir du débat toujours electrocentré.

Dan1
Invité

A s4m. Je vous signale aussi que RTE diffuse les consommations des particuliers (les fameux foyers ou ménages si courtisés par les éolistes) sous forme de carte interactive : Je crois que nous l’avions déjà évoqué pour apprécier la notion d’énergie locale que l’on colle sur l’éolien. Au moins vous pourrez visualiser le déséquilibre production consommation que dois absorber notre réseau. De toute façon, l’éolien c’est “à consommer sur place, ou à emporter… très vite” En Allemagne et en Espagne, c’est même parfois ni à consommer, ni à emporter !

s4m
Invité

Merci pour les chiffres ! Donc en prenant 150TWh avec un taux de charge de 25% pour ma part j’arrive à une équivalence de … (suspense…) 22 000 habitants. Sans commentaire

Ecologique
Invité
C’est un classique des marchands de vent (voir leur dossier argumentaire ) de parler de foyers alimentés en oubliant de donner le contenu de cette alimentation, il s’agit d’impressionner les foules en dehors de toute réalité. En oubliant aussi de dire qu’il faut des centrales thermiques pour assurer la continuité du service quand il y a peu ou pas de vent, que ces centrales coûtent très cher en exploitaton car elles fonctionnent par intermittance et à puissance réduite. Mais tout cela n’est pas grave, les zinvestisseurs engrangent les profits (rentabilité de 10à 15% sans risques, un vrai paradis financier), les… Lire plus »
climax1891
Invité

Ce sont les chiffres détaillés de 2007 pour l’énergie finale. Il faut y ajouter 3,4 millions de TEP utilisées dans les centrales électriques.

Sicetaitsimple
Invité

Ce qui est bien dommage, c’est de ne pas avoir le même format de tableau ni la même unité. Mais bon, on voit que le chauffage electrique total ( 72TWh) c’est quand même pas grand chose par rapport au chauffage total gaz ( 18MTEP), soit à la louche 200TWh.

jumper
Invité

inexact : la moeynne française est bien de 2100 h de Pmax mais il y a de fortes disparités entre régions françaises. 3000 heures de Pmax est possible.

jumper
Invité
Sur la forme vous avez raison : l’éolien on shore est une rente pour ceux qui ont des fermes, l’intermittence est un problème, les verts sont (inutilement) contents etc. sur le fond vous avez tort à 100% : – l’éolien off shore est là pour ensuite permettre de passer à l’éolien on shore. – un mix énergétique français efficace, voire même efficient DOIT avoir une composante On shore pour gommer entre autres le problème d’intermittence. Le problème donc n’est pas dans l’éolien on shore de cette centrale, il est dans la totale absence d’éolien off shore et le total désengagement… Lire plus »
Tassin
Invité

3000h avec une V112 dans cette région est tout à fait envisageable.

wpDiscuz