Le premier think tank français sur les Smart grids

La Commission de Régulation de l’Energie (CRE) lance le premier think tank institutionnel français dédié aux Smart grids, un cercle d’échanges et de réflexion sur les réseaux d’électricité du futur.

Les réseaux électriques connaissent des évolutions et des changements : augmentation de la consommation, diversification des usages, nécessité de décarboner l’environnement, augmentation de la production d’électricité décentralisée à partir de sources renouvelables.

Parce que les infrastructures actuelles ne permettent pas de répondre à ces évolutions, les réseaux doivent être adaptés, modernisés, pour devenir des réseaux intelligents qui gagneront en souplesse et en efficacité grâce à l’intégration des nouvelles technologies de l’information.

Les enjeux liés aux réseaux électriques intelligents sont industriels, sociétaux et économiques. Les réseaux intelligents constituent un champ d’innovations et d’applications industrielles majeures, qui demande une coopération entre les entreprises des nouvelles technologies de l’information et de la communication et les entreprises de la filière électrique. En effet, les équipements et matériels qui composent actuellement le réseau électrique ne sont pas adaptés pour intégrer cette nouvelle intelligence. Les réseaux intelligents sont aussi facteurs d’innovation sociale. En effet, les consommateurs deviendront des acteurs de leur consommation
d’énergie en apprenant à mieux la maîtriser, notamment grâce au compteur électrique évolué qui constitue un premier pas vers des réseaux plus intelligents.

La CRE lance le 1er think tank sur les Smart grids
[ Cliquez sur l’image pour zoomer ]
 
La CRE lance le 1er think tank sur les Smart grids

En tant qu’autorité publique indépendante, le régulateur s’est très tôt saisi de la problématique Smart grids. Compétent en matière de réseaux, il veille au bon fonctionnement et au développement des réseaux publics de transport et de distribution d’électricité. En outre, il lui semble important d’informer sur les changements énergétiques à venir et d’expliquer la nature et les formes que prennent ces changements. La CRE favorise l’interaction des différents acteurs du système électrique : transporteur, distributeur, industriels, spécialistes de l’information et de l’informatique. Pour ce faire, elle organise la réflexion et la concertation grâce au site internet www.smartgrids-cre.fr et aux forums qui en alimenteront le contenu. La collaboration des acteurs concernés par le sujet Smart grids assure la richesse et la diversité des informations et points de vue.

Les réseaux électriques intelligents sont aussi appelés Smart grids. Ce sont les réseaux électriques publics auxquels sont ajoutés des fonctionnalités issues des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC). Le but est d’assurer l’équilibre entre l’offre et la demande d’électricité à tout instant et de fournir un approvisionnement sûr, durable et compétitif aux consommateurs.

Comment fonctionne le réseau actuellement ?

Le rôle du réseau électrique est de connecter les producteurs d’énergie, tels que les centrales nucléaires et thermiques, les panneaux solaires ou les éoliennes, avec les consommateurs d’électricité (particuliers, industries, …). La caractéristique de l’électricité est qu’elle est très difficile à stocker : à tout moment, la quantité d’électricité demandée par le consommateur doit être égale à la quantité injectée sur le réseau de manière quasi-immédiate pour éviter le black out. Cet équilibre entre l’offre et la demande est aujourd’hui atteint de deux manières : en prévoyant la consommation électrique sur la base des données historiques et des conditions climatiques et en ajustant en permanence la production. Sur le réseau actuel, l’électricité circule principalement dans un sens unique : des producteurs aux consommateurs.

Depuis quelques années, de plus en plus de sources d’électricité d’origine renouvelable (éolien, photovoltaïque) sont reliées au réseau électrique. L’intermittence de cette production (l’éolien dépend du vent, le photovoltaïque du soleil) la rend très difficile à intégrer au réseau et ne correspond pas forcément aux périodes de consommation de pointe (19h). L’électricité produite, ne pouvant être stockée, est alors perdue. Le développement des énergies de sources renouvelables est ainsi souvent freiné par une inadéquation des moyens de production avec le fonctionnement du réseau actuel.

La CRE lance le 1er think tank sur les Smart grids
[ Cliquez sur l’image pour zoomer ]

Les consommateurs deviennent des consom-acteurs : ils contrôlent leur consommation et consomment et produisent de l’électricité. Demain, l’électricité fournie par leur éolienne ou leurs panneaux photovoltaïques sera directement injectée sur le réseau ou dans le circuit énergétique de leur maison, immeuble ou usine. Elle servira, par exemple, à la recharge des batteries de leurs voitures électriques. Grâce aux compteurs intelligents, les consommateurs et les gestionnaires de réseaux connaîtront précisément la consommation d’un site ou d’un foyer : les fournisseurs d’énergie pourront proposer aux consommateurs de nouvelles offres selon leur profil de consommation, ainsi que de nouveaux services d’efficacité énergétique ou de maîtrise de la demande d’énergie.

Les centres de contrôle des gestionnaires des réseaux d’électricité sont informés en temps réel des besoins en énergie des consommateurs : ils distribuent alors la juste quantité d’électricité sur le réseau. Grâce aux nouvelles technologies de l’information, les gestionnaires de réseaux détectent et localisent facilement les pannes sur le réseau et effectuent les opérations de maintenance, relève et conduite à distance.

 

La CRE lance également un site dédié à ce Think Tank : à découvrir >>>> ICI

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

5 Commentaires sur "Le premier think tank français sur les Smart grids"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
mell
Invité

Et le scénario négawatt dans tout ca ? Encore un raté. C’est tellement dommage de se fixé des objectifs dès le départ limités.

trimtab
Invité

“L’électricité produite, ne pouvant être stockée, est alors perdue”………. PERDUE ? Existe t il une sorte de ‘poubelle à jus’ pour tous ces electrons orphelins ? Je croyait que TOUTE l’électricité ‘produite’ devrait etre TOUJOURS ‘consommé’ quelque part (parce qu’on vous dit qu’il ne peut pas etre stocker !) quitte à ‘voguer’ sur le ‘réseau’ à la recherche d’une âme charitable qui à besoin de lui ! Même  jusqu’au ‘frontieres’ pour être ‘troquer’ (Money, money, money !) avec nos voisins dans le besoin !!! ? PERDUE ! Ca m’étonnerai ! trimtab

trimtab
Invité

Comme il est question de THINK est SMART ! Quand ‘on’ à répondu à mon interogation ‘perdue’, un coseil d’ami: THINK SMART ! THINK BIG ! Car notre ‘jus national’ (comme des nuages ‘génantes’ de types radio actives ou poussière de volcans !) se moque de nos ‘frontières’ géographique ! C’est la nature même de ‘la bête’, et la ‘taille’ même du problème ! THINK BIG les gars, sinon votre TANK sera petit et pas tres SMART ! trimtab

trimtab
Invité

Est ce que les 2932 MV d’eolien produit à 12h00 hier (4% de la production quand même !) ont été ‘perdus’ ou sont ils pour quelques choses dans les 1675 MV qu’on ‘exportés’ à ce moment là ? trimtab

zelectron
Invité

Pour couroner le tout EDF va arréter en 2011, 9 centrales toutes en même temps, pour “visites décénales” comme si personne à EDF n’avait prévu quoique ce soit pour étaler ces contrôles. (mais ce n’est pas grave on va acheter du courant à nos voisins, au “meilleur prix” grâce à leurs centrales au charbon poluant) Bravo Mr Proglio pour votre gestion “si fine et si raisonnable” sans parler de vos projets de constructeur nucléaire alors qu’il s’agit d’abord et avant tout d’exploiter le parc actuel avec un peu de serieux.

wpDiscuz