Les facettes méconnues des déchets d’agrumes

Les chercheurs du monde entier tentent actuellement de trouver des méthodes de recyclage des déchets organiques, dont l’objectif est d’améliorer notre vie au quotidien d’une manière plus "éco-compatible".

Mohammad Taherzadeh et son équipe de chercheurs de l’Université de Borås en Suède se sont penchés ces dernières années sur des déchets de toutes sortes en vue de produire des sous-produits comme par exemples, l’éthanol et le biogaz.

"De nombreuses matières candidates ont été utilisées dans le processus, mais nous avons choisi de nous concentrer sur une petite portion, à savoir les déchets d’agrumes", explique Daniel Yar Hamidi, directeur général d’Inicia, détenteur de l’université. Avec des milliers de tonnes de déchets d’agrumes produits chaque année, les chercheurs ont sélectionné les types de déchets qui avaient un faible impact sur l’environnement.

L’objectif d’Inicia est de commercialiser la méthode qui a permis de générer quatre sous-produits à partir des déchets d’agrumes : le limon (une substance antibactérien), la pectine (un gélifiant très employé dans les produits alimentaires) et, surtout le biogaz et l’éthanol qui peuvent tous deux être mis à profit dans la production de chauffage et d’électricité.

Par ailleurs, et contrairement à d’autres formes de déchets organiques, il faut savoir que le compostage des déchets d’agrumes demeure impossible, car ils contiennent une substance antibactérienne qui ralentit voire annhile le processus.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz