Enerzine

RTE : l’équilibre énergétique est assurée cet hiver

Partagez l'article

La semaine dernière le RTE a alerté sur une situation énergétique "tendue", entre l’offre d’électricité disponible sur le réseau et la demande en très nette hausse à cause notamment de la vague de froid qui a sévi sur le territoire français.

Mercredi 16 décembre, Dominique Maillard, le Président du Directoire de RTE a été auditionné publiquement par l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et techniques sur la thématique : La France manquera-t-elle d’électricité cet hiver ?

Il en ressort que le RTE a anticipé "une situation très tendue sur l’équilibre offre-demande jusqu’à la fin janvier".

Chaque hiver, une analyse prévisionnelle de l’équilibre entre l’offre et la demande est réalisée par le RTE en comparant des prévisions de consommations et des données fournies par les producteurs. Ainsi, concernant la Demande : la tendance générale est à une hausse des pointes plus rapide que la consommation moyenne. En conséquence, les prévisions pour cet hiver sont similaires à l’hiver dernier. Pour l’Offre (disponibilité du parc de production), la situation est restée très dégradée par rapport à l’hiver précédent (- 5 500 MW en moyenne, – 8 000 MW la semaine du lundi 14 au vendredi 18)

RTE - hiver : équilibre énergétique assurée en France

Le RTE avait anticipé la semaine dernière comme étant l’une des plus tendue pour l’équilibre entre l’offre et la demande. A fin octobre, le solde des échanges pour garantir l’équilibre France au risque de 1% était perçu nettement importateur (au moins 3500 MW pour la semaine 51)

RTE - hiver : équilibre énergétique assurée en France

Par ailleurs, les faibles températures ont entraîné des niveaux de consommation proches du plus haut historique. Avec des températures prévues de 6 à 8°C en dessous des normales saisonnières, la consommation prévue était d’environ 90 000 MW mercredi 16 et jeudi 17 (plus haut historique : 92 400 MW le 7 janvier dernier) après « effacements » de consommation (baisses volontaires contractualisées).

RTE - hiver : équilibre énergétique assurée en France

Par contre, un recours massif aux importations s’avère nécessaire pour réaliser l’équilibre production-consommation

A température normale, le solde importateur d’environ 3 500 MW contre un solde importateur compris entre 4000 et 8000 MW pour la semaine 51

La limite maximale d’importation du système français (environ 9 000 MW) et pourrait être atteinte en cas de diminution supplémentaire de la température (dans ce cas, l’utilisation de nouveaux moyens de sauvegarde s’avèrerait nécessaire)

RTE : l'équilibre énergétique est assurée cet hiver


Partagez l'article

 



    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    7 Commentaires sur "RTE : l’équilibre énergétique est assurée cet hiver"

    Me notifier des
    avatar
    Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
    michel123
    Invité
    il manque 4 à 5000 mw de production pour faire face aux pics de consommation c’est à dire 4 à 5  tranches de centrales nucléaires ou 5000 eoliennes de 5 MW sachant que le rendement d’une éolienne est de 20 % en moyenne contre 80 % pour une centrale nucléaire. Je ne parle même pas du solaire qui coûte pour l’instant hors de prix et qui , malgré ce , garde une production insignifiante. Quand on pense qu’il y a peu nous étions largement exportateurs d’électricité et que ce solde exportateur se réduit comme une peau de chagrin. Il serait temps de… Lire plus »
    Sylba
    Invité

    à Michel 123 : ben voyons, continuons à foncer dans le mur, à promouvoir cette aberration qu’est le chauffage électrique, à faire comme si les réserves de combustible étaient inépuisables (alors que nous peinons déjà à couvrir nos besoins en uranium), à prolonger les schémas de pensée qui nous ont menés à la situation actuelle.  Pas un mot sur les économies d’énergie, l’efficacité énergétique et la priorité (finances, recherches, législation…) qu’il faudrait donner à une révision fondamentale de notre politique énergétique !

    Yc
    Invité
    Contruire de nouvelles centrales nuke, éoliennes, solaire etc… ne sert malheureusement à rien lorsque l’on parle de pic de consommation. Le nucléaire comme les ENR servent avant tout à produire de la base électrique (soit par impossibilité de modulation soit par le côté intermittent). Pour couvrir les pointes il n’y a que deux solution :  – construire de la centrales thermique et faire une croix sur les réduction d’émissions de gas à effet de serre – ou bien arrêter de faire de construire des passoires chauffées à l’électrique (70% du marché actuel de la construction), et lancer une politique d’isolation… Lire plus »
    Dan1
    Invité
    L’affirmation suivante est séduisante mais fausse : « Contruire de nouvelles centrales nuke, éoliennes, solaire etc… ne sert malheureusement à rien lorsque l’on parle de pic de consommation. Le nucléaire comme les ENR servent avant tout à produire de la base électrique (soit par impossibilité de modulation soit par le côté intermittent) » Le nucléaire, comme les autres moyens de production, participe au suivi de charge. Par exemple le 16 décembre, il a modulé sur une plage de 1 508 MW (et pourrait ou a déjà fait beaucoup plus). Ce même jour le fioul + pointe a modulé sur 1 824 MW et… Lire plus »
    Dan1
    Invité

    Les liens vers RTE : Courbe de charge : Production réalisée :  

    Sicetaitsimple
    Invité
    Il vaudrait mieux parler de « base » et de « fatal ». Toutes les energies fatales ( eolien, solaire, hydraulique au fil de l’eau) sont des energies qui sont par définition  en « base », au sens ou ce sont les energies modulables ( nucléaire dans une certaine mesure, thermique, hydraulique d’éclusée et de lac) qui vont assurer l’équilibre production/consommation. A noter que la cogénération, du fait de ses contrats d’achat (plein pot du 1/11 au 31/03), peut être considérée comme une energie fatale durant la période d’hiver ,ce qui est un scandale dans la mesure ou elle se substitue à certains moments à des… Lire plus »
    Dan1
    Invité
    Le scénario Négawatt est intéressant car assez précisément chiffré. J’ai déjà dit à maintes reprises que c’était un scénario orienté (on présuppose l’arrêt du nucléaire très vite) et risqué (on prévoit de grosses économies d’énergies). Le risque d’appliquer à la lettre ce scénario est que si les économies espérées ne sont pas au rendez, on se trouve dépendant du gaz comme les italiens. Justement à propos de gaz, je note une contradiction amusante entre le scénario Négawatt qui prévoit une production d’électricité en 2030 avec 164 TWh de gaz (une vingtaine actuellement) et la diapositive 11/21 du document suivant : Le risque majeur… Lire plus »
    wpDiscuz