SEM-REV, site d’essai en mer pour les énergies marines renouvelables

SEM-REV est devenu le premier site d’essai en mer pour les énergies marines renouvelables (EMR) au monde, raccordé au réseau électrique, disposant de toutes les autorisations administratives préalables et multi-technologies.

Opéré conjointement par Centrale Nantes et le CNRS, SEM-REV dispose des équipements en mer et à terre permettant la mise au point, en conditions opérationnelles, des démonstrateurs et des prototypes à l’échelle 1.

SEM-REV a été inauguré officiellement mardi au Croisic en Loire-Atlantique.

Ce site d’essai opérationnel est équipé d’un câble électrique d’une puissance de 8 MW raccordé au réseau français.

La concrétisation cet été du projet HUB, système de raccordement sous-marin, a été une étape importante pour SEM-REV en 2015. Cet équipement innovant et spécifique permettra dès le mois de septembre de connecter, en une journée et en toute sécurité, les différents dispositifs de production d’énergie. Les prototypes concernent aussi bien les éoliennes offshore (projet Floatgen de la société Idéol, en cours de conception) que les démonstrateurs houlo-moteurs (comme le projet GEPS Techno).

Suite aux derniers travaux réalisés en mer cet été, le site SEM-REV va être complètement opérationnel pour accueillir jusqu’à trois démonstrateurs EMR simultanément et devenir une pièce maîtresse de la filière française des énergies marines renouvelables en Pays de la Loire.

Le budget global de SEM-REV, démarré en 2007 dans le cadre du contrat de projets Etat-Région 2007–2013, devrait avoisiner les 20 millions d’euros : il est financé aujourd’hui à hauteur de 17 millions d’euros par plusieurs partenaires au premier rang desquels la Région des Pays de la Loire (9,9 ME), l’Etat (3,2 ME dont 1,75 ME au titre des Investissements d’Avenir) et le Département de Loire-Atlantique (1,25 ME). Des fonds européens (FEDER) ont par ailleurs été sollicités à hauteur de 2,5 millions d’euros.

"Fort de ce succès, je souhaite engager un nouveau pari collectif sur l’avenir. Une évolution du site est déjà souhaitable pour répondre aux nouvelles demandes de la filière EMR et tester des éoliennes posées et flottantes de grandes dimensions, jusqu’à 10 MW. Pour cela, il faut augmenter encore la puissance du câble et du poste électrique. Je souhaite donc que la Région contribue au financement des études préalables nécessaires pour lancer cette nouvelle phase du site d’essai SEMREV" a déclaré Christophe Clergeau, vice-président de la Région des Pays de la Loire.


Le SEM-REV en chiffres

• 8 ans de négociations, procédures et travaux
• une centaine de réunions de concertation
• 17 millions d’euros d’investissement financés
• 25 millions de vagues mesurées sur 5 années
• 750 tonnes de câbles sous-marin (le poids de 2 A380)
• 25 km de câbles sous-marin d’une puissance de 8MW connectés au réseau électrique et équipé de
24 fibres optiques pour le suivi et le contrôle des tests en mer
• 1km² de l’espace maritime en concession de l’état pour 20 ans, interdit à toute activité nautique hors SEM-REV, dans 35m à 40 m de profondeur, soit près de 40 milliards de litres d’eau de mer en concession
• plus de 125 km/h de vent mesuré pendant une tempête
• 2 tempêtes majeures (sur les 4 dernières années): Joachim et Xynthia
• environ 10 projets en négociation pour s’implanter sur le site
• une énergie (vent + vagues) disponible sur le site permettant d’alimenter 15 000 foyers

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

3 Commentaires sur "SEM-REV, site d’essai en mer pour les énergies marines renouvelables"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
stephsea0
Invité

Super! Un outil magique en état de marche pour enfin mettre en route les démonstrateurs EMR. Que demander de plus? Et en plus ça fera de l’énergie réellement utilisable sur le réseau.

Guydegif(91)
Invité
OK, enfin, pourrait-on dire !!!! EMEC (Orcades, GB) existe et tourne depuis 2003 !!! et propose ses sites d’expérimentations, REX sur différentes filières EMR, vagues, houle, courants et vents ! Donc SEM-REV, qui arrive 12 ans après, OK, c’est TRès Bien ! mais un peu de modestie et de respect pour les anciens (EMEC) s’imposent ! Ceci dit, les perspectives, travaux, iDs mises en place sont tout à fait intéressantes, diversifiées et prometteuses et les MWhs résultant des campagnes de tests peuvent alimenter qqs milliers de foyers. Très Bien ! YA+KA souhaiter Bon Vent!, Bons courants!, Bonnes vagues et Bonne… Lire plus »
Trikouze
Invité
100 réunions de travail… 8 ans de négociations…. pour seulement 17M€ d’investissements, et en plus on est fiers de l’écrire! Avec un tel volume de travail, de voyages effectués, de rapports rédigés et de temps investi, il manque 2 voire 3 zeros à l’investissement. Sans parler des emissions de CO2 directes et indirectes Ridicule… Par ailleurs comme précédemment indiqué par Guy, EMEC fonctionne depuis plus de 10 ans en Ecosse, a accueillis déjà bien des démonstrateurs et est déjà considéré comme le centre européen des énergies marines. 10 ans de retard et de paperasse inutile. Vive la France. Quand l’administration… Lire plus »
wpDiscuz