Ukraine : “future plaque tournante énergétique de l’Europe orientale”

Avec en ligne de mire son intégration européenne, l’Ukraine a rejeté la proposition de la Russie offrant du gaz moins cher en échange d’une coopération économique et politique plus étroite avec les pays voisins.

Ce refus ainsi que les prix élevés du gaz importé de Russie force l’Ukraine à déployer des efforts supplémentaires visant à explorer les réserves de gaz internes, à stimuler la production locale de gaz, à prendre des mesures pour diminuer la consommation de gaz ainsi qu’à diversifier ses voies d’approvisionnement.

Par conséquent, l’Ukraine coopère avec des sociétés énergétiques qui devront développer les gisements gaziers des régions occidentales et orientales de l’Ukraine, ainsi que ceux situés sur le plateau de la mer Noire. Shell a obtenu en mai 2012 le droit d’exploration gazière du gisement d’Iouzovske dans l’est de l’Ukraine. En août 2012, Shell, ExxonMobil, la compagnie roumaine OMV Petrom et la société publique ukrainienne Nadra avaient obtenu conjointement les droits d’exploitation des gisements sous-marins du plateau ukrainien de la mer Noire.

Par ailleurs, il est intéressant à noter qu’en 2012 les usines métallurgiques ukrainiennes ont diminué d’un quart leur consommation de gaz, soit une baisse de près de 1,3 milliard de mètres cubes par rapport à 2011.

Ukraine : "future plaque tournante énergétique de l'Europe orientale"

Selon un représentant américain, "l’Ukraine serait la future plaque tournante énergétique de l’Europe orientale."

"Les réformes actuellement en cours en Ukraine pourraient transformer le pays en une importante plaque tournante énergétique de l’Europe orientale", selon les déclarations faites par Carlos Pascual, envoyé spécial du département d’État américain et Coordonnateur des affaires énergétiques internationales, lors de sa rencontre avec le premier ministre ukrainien Mykola Azarov. "Les démarches de l’Ukraine cadrent avec les mesures et les priorités de l’Europe", a souligné le représentant du département d’État américain.

Pendant la réunion, Carlos Pascual a fait référence aux négociations et accords récents entre l’Ukraine et les sociétés énergétiques et pétrochimiques de premier plan au monde Shell et Chevron. Il a fait remarquer que grâce à cette coopération, l’Ukraine pourrait obtenir dans 7 ou 8 ans, 25 milliards de mètres cubes de gaz de schiste supplémentaires par an.

Les États-Unis ont augmenté significativement leur production de gaz de schiste, ce qui leur a permis de renoncer à l’importation d’hydrocarbures. Ils ont réussi à augmenter leur production de gaz de schiste, qui est passée de 1 % en 2005 à 35 % de la production totale de gaz en 2012.

Avec 1.200 milliards de m3, l’Ukraine posséderait les troisièmes gisements d’Europe en gaz de schiste, selon les estimations américaines.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Ukraine : “future plaque tournante énergétique de l’Europe orientale”"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Pas naif
Invité

“Avec 1,2 milliard de mètres cubes, l’Ukraine posséderait les troisièmes gisements d’Europe en gaz de schiste”: cette quantité serait consomméeen Ukraine en quelques jours, donc pour une Réserve c’est une goutte d’eau. Il y a faute de frappe quelque part, merci de tenter de la trouver, Amicalement

wpDiscuz