Stockage de déchets nucléaires : l’Andra choisit Gaiya

Le groupement Gaiya (Technip-Ingérop) annonce avoir remporté auprès de l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (ANDRA) le contrat de la maîtrise d’œuvre du futur Centre industriel de stockage géologique (Cigéo) prévu en Meuse/Haute-Marne (est de la France).

Technip et Ingérop ont décidé d’associer leurs compétences et leur savoir-faire respectifs pour accompagner l’ANDRA dans la réalisation de ce projet jugé exceptionnel par son ampleur et sa technicité. En effet Cigéo est conçu pour permettre de confiner durablement ces déchets et garantir que le stockage puisse être réversible.

Ce contrat s’inscrit dans le cadre de la loi de programme française du 28 juin 2006, chargeant l’ANDRA de concevoir et d’implanter un centre de stockage pour les déchets radioactifs de haute activité (HA) et de moyenne activité à vie longue (MA-VL), issus principalement du traitement du combustible usé des centrales nucléaires. Il couvre les phases conceptuelles et d’avant-projet de Cigéo.

Ce contrat sera réalisé par les centres de Technip à Lyon et à Paris, et d’Ingérop à Courbevoie, Clermont-Ferrand (France).

La première phase d’études à réaliser en 2012, devra permettre la préparation du débat public qui aura lieu en 2013.

Par décret (n° 2011-1910) paru le 20 décembre au 2011 au Journal Officiel, L’Andra a obtenu l’autorisation de poursuivre jusqu’au 31 décembre 2030 l’exploitation de son Laboratoire souterrain** implanté sur la commune de Bure.

Stockage de déchets nucléaires : l'Andra choisit Gaiya

[ Cigéo : installations liées à la construction du stockage – sous réserve d’autorisation en Meuse et Haute-Marne vers 2017 ]

Ce décret permet à l’Andra de poursuivre ses recherches, expérimentations et observations, en vue de la création d’un centre de stockage profond pour les déchets radioactifs de haute activité et de moyenne activité à vie longue. Selon l’Andra, cet équipement qui a été autorisé par décret du 3 août 1999, aurait permis de "démontrer la faisabilité et la sûreté d’un stockage géologique dans une couche d’argilite à 500 mètres de profondeur et de définir une zone géographique propice à son implantation."

La poursuite de l’exploitation du Laboratoire souterrain permettra à l’Andra d’intégrer à ses activités de recherche et développement, un volet démonstration en vue de la construction et de mise en service du Centre industriel de stockage géologique Cigéo. L’instruction de la demande de création de Cigéo est prévue en 2015, elle sera suivie du vote d’une loi sur les conditions de réversibilité du stockage. Si l’autorisation est donnée, la mise en en service du centre de stockage est prévue en 2025.

 

Le principe de stockage profond


Cas des déchets de haute activité (HA)

Le concept de stockage de référence pour les déchets HA est celui d’une alvéole horizontale de 40 mètres de longueur et d’environ 70 cm de diamètre. Cette alvéole est revêtue d’un chemisage métallique en acier et les conteneurs de stockage sont placés à l’intérieur de ce chemisage au moyen d’un dispositif automatique. Ce dispositif permet également de retirer le conteneur de stockage dans le cadre de la réversibilité.

Stockage de déchets nucléaires : l'Andra a choisi Gaiya

Cas des déchets de moyenne activité à vie longue (MA-VL)

Le concept de stockage étudié par l’Andra pour les déchets MA-VL est celui d’alvéoles de stockage horizontales d’une longueur de l’ordre de 250 mètres et d’un diamètre extérieur d’environ 10 mètres. La section utile au stockage est réduite à 5-6 mètres après mise en place de la structure de soutènement et du revêtement en béton. Dans l’alvéole, les conteneurs de stockage sont empilés et juxtaposés.

Stockage de déchets nucléaires : l'Andra choisit Gaiya

** Le Laboratoire souterrain emploie aujourd’hui 310 personnes (Andra et prestataires permanents).

[ Infographie – Andra ]

            

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
7 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Steph

Ca a l’air sexy presente comme mais repondez donc a ces questions : sachant que la demi-vie du plutonium est de 24 000 ans, il faudra surveiller ce bazard pres de 100 000 ans : – qui paiera l’enfouissement ? – qui paiera la supervision ? – qui m’assurera qu’il n’y aura jamais aucune infiltration, que le protection de beton, verre, a une duree de vie equivalent au Pu ? – comment empecher l’acces a ce site a un fou-furieux tel que Hitler pour les millenaires a venir ? J’attends avec interet les reponses des adorateurs de l’idole nuke. Pour ceux qui veulent aborder la problematique, je leur suggere de visionner les film ‘into eternity’ sur youtube, premier volet ici : Comment s’assurer que personne n’accedera jamais a ce site ? Reponse dans le film.

rouget

Avec le stockage en profondeur des déchets on a aussi le démantèlement des installations dans le cycle aval. Voir ce document avec des cas concrets au titre explicite “Démantèlement : c’est possible et ça a été fait”

Pastilleverte

l’ANDRA ne manque pas d’humour : donner le marché à un groupement qui a pris, à une lettre près, le nom symbolique des fanatiques du “retour à al Terre”, fallait oser ! Bien, joué Technip et ingérop.

Bachoubouzouc

Pour commencer : “sachant que la demi-vie du plutonium est de 24 000 ans, il faudra surveiller ce bazard pres de 100 000 ans” Le plutonium est un élément fissile qui est recyclé dans le combustible usé. A moins que je ne me trompe, il ne se retrouve donc pas dans les éléments qui seront enfouis à Bure. “- qui paiera l’enfouissement ?” Principalement EDF, qui a déjà provisionné 15 milliards pour cela. Si la facture venait à s’alourdir, faisons confiance à notre état pauvre pour la présenter à EDF, qui lui est riche. De plus le principe du pollueur payeur est inscrit dans la loi, donc pas d’échappatoire possible. “- qui paiera la supervision ?” Principalement EDF aussi (toujours facile à deviner : l’état est pauvre, EDF est riche). La réversibilité n’est exigée, si mes souvenirs sont bons, que pendant 100 ans. Je doute donc que ce site nécessite une surveillance excessive après (tout au plus la surveillance environnementale, mais c’est pas ces quelques milliers d’euros par an qui vont ruiner un pays ou une entreprise). “- qui m’assurera qu’il n’y aura jamais aucune infiltration, que le protection de beton, verre, a une duree de vie equivalent au Pu ?” Les chercheurs de l’Andra qui conduisent en ce moment même des études et des expériences pour le démontrer. Et l’ASN qui les vérifie. De plus par définition la matière radioactive se transforme avec le temps (en fonction de sa demi-vie). Donc n’importe quel autre matériau inerte et non radioactif lui survit. “- comment empecher l’acces a ce site a un fou-furieux tel que Hitler pour les millenaires a venir ?” Si un fou furieux venait à prendre la tête de notre pays, ces déchets n’auraient aucun intérêt pour lui, comparés à tous les moyens meurtriers déjà à sa disposition (bombes atomiques, produits chimiques, armée, machettes et villageois en colère, etc). Il n’y a pas besoin de chercher midi à 14h.

Devoirdereserve

Z’êtes même pas assez virulent comme opposant au nucléaire. Si un Hitler accède au site, ce sera bien la faute des anti-nucléaires, qui ont imposé les concepts de réversibilité et de “récupérabilité”. Ceci a été fait à cause de l’idée fantaisiste qu’on trouverait un moyen de transmuter les déchets, comme si on allait continuer de former des physiciens atomistes après être sorti du nucléaire… Cherchez la cohérence. Mais Bachoubouzouc vous a déjà répondu.

Dassein

Dans l’EPR,le plutonium recyclé une fois en Mox,peut être encore recyclé plusieurs fois en Mox, jusqu’à être totalement consommé.

Dassein

D’autre part l’américium pourrait être fissioné dans les futurs RNR.

7
0
Laissez un commentairex