Accord PS – Vert : la part du nucléaire passera à 50 % en 2025

Un accord inédit scellé mardi 15 novembre entre le Parti socialiste et Europe Ecologie-Les Verts (EELV) pourrait bien faire vaciller de son pied destal la puissante industrie nucléaire en France.

En effet, sur les 58 réacteurs nucléaires actuellement en exploitation, l’accord prévoit la fermeture d’ici 2025 de 24 unités, soit une puissance cumulée de 21,6 gigawatts  (GW) : 900 MW x 24. Au total, le parc nucléaire perdrait un tiers de ses capacités passant de 63,1 GW à 41,5 GW. La part du nucléaire dans la production électrique passerait alors de 75 % actuellement à 50 % en 2025

Ce n’est pas tout ! A part l’EPR de Flamanville (1650 MW) actuellement en cours de construction, aucun nouveau projet de réacteur "ne sera initié".

Par ailleurs,  les écologistes et le PS voudraient mettre un terme immédiat à la plus vielle centrale nucléaire du parc, à savoir, celle de Fessenheim. Cette dernière dont la construction a débuté en 1970 pour une mise en service le 1er janvier 1978 fait l’objet de polémiques sur l’opportunité d’une pousuite ou non d’exploitation des réacteurs. Dans tous les cas, l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) donnera son avis à ce sujet courant 2012.

Hormis ces annonces fracassantes, les deux parties se seraient également mis d’accord sur l’arrêt de l’activité "retraitement" qui vise à extraire le plutonium des combustibles usés dans l’usine de la Hague (Manche), et sur la fabrication du combustible MOX, un combustible nucléaire fabriqué à partir d’environ 7 % de plutonium et 93 % d’uranium appauvri. Au niveau gisement d’emplois, la première usine emploie 5.000 personnes, contre 1.300 pour la seconde. En fait, les Verts et le PS veulent une reconversion des effectifs "en centre d’excellence du traitement des déchets et du démantèlement." Ce dernier point est à mettre au conditionnel, car les paragraphes concernés ne seraient plus cités dans le document final, selon Le Monde.

Eric Besson – Ministre de l’industrie et de l’énergie – a réagi mercredi à cette annonce et a qualifié l’accord de "régression absolument invraisemblable", tout en précisant que "des centaines de milliers d’emplois" pourraient être menacés. "C’est pas se tirer une balle dans le pied sur le plan industriel, c’est carrément une amputation", a t-il dégainé à la sortie du Conseil des ministres à l’Elysée. Et d’ajouter une phrase choc : c’est "incohérent et dangereux", c’est "une arme de destruction économique massive."

De même, Nathalie Kosciusko-Morizet, la Ministre de l’écologie voit dans cette décision "l’illustration d’un échec" dont le parti écologiste s’est fait "une spécialisation". Elle a précisé sa pensée : "dans un premier temps le Parti socialiste se désintéresse de l’écologie parce qu’il sous-traite, et donc vous ne trouvez rien dans le programme du PS sur l’écologie, et dans un deuxième temps l’écologie est une deuxième fois perdante parce que les Verts échangent des objectifs environnementaux contre des objectifs politiques, là ce sont des centrales contre des circonscriptions".

En effet, en échange de certaines concessions – dont la poursuite de l’EPR de Flamanville – les écologistes ont obtenu l’assurance de pouvoir former « un groupe parlementaire » à l’Assemblée avec 60 circonscriptions réservées, qui correspondent à "25 – 30 députés" en cas de victoire de la gauche et de "15 députés en cas de défaite".

 

MAJ – 17 novembre 2011 – 16h30

Communiqué commun PS – EELV

Des interprétations divergentes ont été données sur l’avenir des filières de retraitement des déchets nucléaires et de fabrication des combustibles nucléaires dont le MOX, au cours des cinq prochaines années. Il nous paraît donc nécessaire d’en rappeler le sens.

« Nous renforcerons les garanties de sûreté du parc nucléaire français et engagerons une reconversion à emploi constant de la filière de retraitement de la fabrication du MOX, et des moyens de stockage des différents types de déchets, notamment du laboratoire de BURE en centres d’excellence du traitement des déchets et du démantèlement. »

"Il est prévu dans l’accord, que la part du nucléaire dans la production d’électricité en France passera à l’horizon 2025 de 75% à 50 %. En conséquence et concomitamment avec cette diminution, la quantité de combustible nécessaire à l’approvisionnement des centrales en activité sur notre territoire, ainsi que les besoins de retraitement de ces combustibles se poursuivront mais diminueront. C’est pourquoi il est prévu d’accompagner cette évolution progressive, d’un plan de reconversion permettant de maintenir le nombre d’emplois, par la mise en oeuvre de centres d’excellence du traitement des déchets et du démantèlement."

"Au cours de la prochaine législature, les activités dans les filières concernées de retraitement et de production de combustible avec les emplois afférents seront maintenus dans les deux sites de production, La Hague et Marcoule."

Partagez l'article

 



            

Articles connexes

Poster un Commentaire

76 Commentaires sur "Accord PS – Vert : la part du nucléaire passera à 50 % en 2025"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Teredral
Invité

Je ne suis pas sûr que le “pied destal” de la puissante industrie nucléaire en France vacille après le vrai-faux accord PS-EELV. Il déclenche au contraire une réaffirmation des principaux responsables politiques du pays que le nucléaire doit être préservé pour de nombreuses années encore. Et la petite phrase devant passer inaperçue de “tentative de réorientation à emplois constants du retraitement” illustre l’esprit de responsabilité et la transparence des Verts. Bref, pour l’opinion publique sur l’avenir du nucléaire, c’est plutôt un bon accord.

Bachoubouzouc
Invité
Cet accord signe la mort complète du nucléaire civil français, et le PS s’en tire en réaffirmant pour le principe qu’il ne veut pas en sortir. Le problème de cet accord est d’une part l’échéance trop courte (à peine plus de 10 ans) pour reconstruire un tiers des capacités de production française ! C’est de la folie, c’est même pas réaliste ! Les Allemands pouvaient se permettrent de compenser en important massivement de leurs voisins, nous non. Il est d’autre part sur l’interdiction de nouveau chantier, ce qui tue dans l’oeuf tous les projets de la filière en France et… Lire plus »
gaga42
Invité

C’est quand même lamentable que les uns et les autres négocient sur le nucléaire uniquement, sans vision globale de notre avenir énergétique. Dans le projet PS (et EELV d’ailleurs), les 20 GW éliminés sont remplacés par quoi? charbon? EnR?, “négawatt”?, dans tous les cas, on finance comment? Qui sont les experts en énergétique des uns et des autres? (si tant est qu’ils appuient leurs décisions sur des expertises technico-économiques… le parachutage de Duflot tendrait à prouver le contraire)

Bachoubouzouc
Invité

Ah et j’oubliais ! Tous ces écologistes qui disaient que la construction du nucléaire avait été anti-démocratique : ils décident de sa fin d’exactement la même manière !!!

oeildecain
Invité

. …………………… la seule divergence restante étant ” sous quel délai ? ” Un retour à 50% vers 2025 signifie qu’en 2055 il n’en restera que des souvenirs …….. Et plus de 40 ans laisse suffisamment de temps pour que tout se passe dans la douceur à la fois pour l’extinction et les renouveaux ENR ….

maxxxx
Invité

Je pense effectivement que c’est un problème. Les politiques nous sortent si souvent des plans totalement aberrants et inapplicables… Je crois faudrait instaurer un programme obligatoire de formation au produit en croix et à la logique plus un minimun de culture générale et scientifique pour tous les responsables politiques.

Steph
Invité

Le nucleaire n’est pas bon marche, une fois tous les couts de R+D, une fois le couts de demantellement integres ,qu’on tient volontairement secrets pour ne pas devoiler le scandale du non-provisionnement, une fois integre le cout du stockage des dechets, on se rendra bien compte du scandale nucleaire. J’en suis convaincu et je me battrai pour cela : une fois toute la lumiere faite sur le nuke la population prendra conscience de ses consequence et O combien nous avons joue a l’apprenti-sorcier.

Oxx
Invité

Si on multiplie de 5 à10 la production d’ENR (notamment en construisant des milliers d’éoliennes Offshore au milieu de la Manche), on pourra avoir 50% de nucléaires en gardant autant de centrales qu’aujourd”hui et en exportant à nos voisins tout le surplus d’élec. C’est une autre facon de penser, sans prendre le grave risque que fait peser le nucléaire.

Tomtom22
Invité

Sarkozy sera ré-élu en 2012, et tout ira bien : le nucléaire continuera à faire la gloire et la richesse de la France !!!

chelya
Invité

Où vont-il trouver l’argent pour conserver 34 réacteurs ?! Ca veut dire qu’il va falloir trouver à la fois quelques milliards pour les remettre aux normes et des dizaines de milliards pour en reconstruire… Ce plan n’est pas crédible, on arrivera jamais à trouver assez d’argent pour garder une part de 50% de nucléaire en 2025.

dgewai
Invité

Tout à fait d’accord. Rendez-vous sur

Raoul-78
Invité
Doit-on se réjouir ou pas de cet accord ? Et cet accord tiendra-t-il jusqu’aux élections ? Et si les élections confirment le choix de Hollande comme Président, appliquera-t-il le programme ? Une chose est sûre : compte tenu de l’acharnement des pro et des anti nucléaires, le sujet mériterait d’être débattu publiquement et pourquoi pas sous forme de référendum… Sauf que, si référendum il y avait la décision, quelle qu’elle soit, cette décision serait de toute manière sujette à caution. Il suffit de lire Bachoubouzouc qui crie déjà au déni de démocratie (ceci étant il semble assez bien placé pour… Lire plus »
Bachoubouzouc
Invité

“Où vont-il trouver l’argent pour conserver 34 réacteurs ?!” J’avoue ne pas comprendre : où est le problème financier pour conserver des réacteurs qui sont ultra rentables ? (même au tarif réglementé)

dede29
Invité

D’accord ,je comptais rappeler la meme chose :Les promesses électorales, c’est bien connu, n’engagent que ceux qui les écoutent . Deplus ,il n’y a aucune raison d’arreter une centrale nucléaire en France tant qu’il y aura une centrale à lignite en Allemagne .

Bachoubouzouc
Invité
“Ensuite, si par miracle on trouvait des investisseurs, au prix de l’EPR, l’électricité nucléaire n’est pas compétitif avec la production d’électricité locale en régie…” Pour le cas des réacteurs “historiques”, c’est très simple : pratiquement n’importe quels travaux de prolongation sont plus intéressants financièrement que de construire de nouveaux moyens de production. Pour le cas des nouveaux réacteurs EPR, la question ne se pose pas : dans le cadre de cet accord (et si le PS est élu), il ne s’en construirait plus. Et les problèmes de capital immobilisé dans les moyens de production d’énergie sont les mêmes pour tout… Lire plus »
Pastilleverte
Invité

ce qui m’interpelle, c’est cette poitique “anti vieux”; C’est pas parce que Fessenheim est la centrale la plus ancienne qu’il faudrait la fermer, mais c’est parce qu’elle n’aurait plus le niveau de sécurité “post Fukushima” (par exemple son mur anti tsunami ne serait pas assez haut). Et a contrario, il est possible que des centrales ou des tranches bien plus récentes devraient être fermées pour des causes de sûreté, exclusivement ! Le reste n’est que de la basse politique politicienne (combien de circonscriptions contre combien d’arrêt de réacteurs… quelle classe ces verts, ils la jouent “placé” ou quoi ?)

Teredral
Invité

J’approuve bien entendu et comme d’habitude vos arguments. Mais j’avoue apprécier de voir et entendre dans les medias des informations un peu plus sensées et objectives sur le nucléaire qu’on en a eu depuis Fukushima. Et je doute fort que le principe réalité permette vraiment à M. Hollande s’il est élu de mettre cet accord en application.

Besson tete de
Invité
Bon, je vais faire vite car contrairement à Bichibouzouc, je ne suis pas payé par mon employeur pour occuper les réseaux sociaux et j’ai du travail ! Quel bonheur de voir enfin les questions d’énergie venir sur le terrain politique. Le problème, c’est cette 5ème République et sa foutue élection présidentielle qui ne laisse la parole qu’aux partis majoritaires. Vivement la 6ème République et la mise en place de la proportionnelle qui sera une réelle avancée démocratique. Car oui, pour exister, les écologistes sont obligés de s’allier avec d’autres partis politiques. Sinon sur le fond, arrêtez toutes ces contres-vérités :… Lire plus »
enr100pc
Invité
Votre commentaire sur la capacité ou non des EnR à compenser d’ici 2025 la part de la production nucléaire “débranchée” oublie un détail essentiel : les économies d’énergie. L’arrêt progressif du nucléaire marque un tournant dans la logique de la consommation débridée de l’électricité en France (pour exemple nous détenons le record dans la part de l’électriqcité dans le chauffage et tout cela installé dans des passoires thermiques). Ne pensez-vous pas que cela va faire prendre conscience que produire de l’énergie a un impact ? Les jeunes générations le savent : la planète ne peut pas nous apporter une énergie… Lire plus »
Nicias
Invité

Le plus inquiétant pour moi est bien que l’objectif peut être atteint. D’abord en tapant dans les exportations puis en important du gaz. En tous cas on a largement les moyens de commencer durant un quinquennat. Reste a savoir si on peut se permettre de ruiner notre commerce extérieur en ce moment… Si les Belges sortent aussi du nucléaire, on va bien se marrer, et les politiques non coopératives en Europe, on a l’habitude avec la crise systémique de l’euro.

Uk
Invité

L’age moyen du parc francais est inférieur de 10ans au parc américain… donc c’est plutot “nos jeunes centrales”. Par contre, nucléaire ou pas je vous rejoint sur le fait que notre objectif principal est l’efficacité énergétique et stopper a court terme la croissance de la consommation d’électricité. Ceci devrait apparaitre dans n’importe quelle proposition “écologique” !!!

ecoenergie
Invité

Le monde est affecté par de graves defis, le rechauffement climatique du aux emissions de CO2, la biodiversité qui se retrecit, l’esu potable qui va manquer. Les ecologistes pour arriver au pouvoir oublient tout et se concentrent sur la peur du nucleaire. C’est honteux de voir une demagogie pareille poussée par le gout du pouvoir -pas mieux que Sarko – qui joue sur la peur et passe a coté de l’essentieln

renewable
Invité

Et bien dites-donc! Cela vous met en forme! Tout ça pour un accord qui ne fait que suivre la réalité, il y aplus de 30 réacteurs qui dépasseront les 40ans en 2025, à moins de vouloir les prolonger à 50ans il faut bien les fermer. Vous voudriez donc les prolonger à 50 et même 60ans pour les plus vieux? Position interessante. Et par contre on ne vous voit pas bcp sur l’injection d’H2 et de CH4 sur le réseau gaz, solution pourtant extremement interessante pour dépasser les 30% d’ENR variables sur le réseau. Sans doute votre problème est-il là.

Nicias
Invité

“pour exemple nous détenons le record dans la part de l’électricité dans le chauffage et tout cela installé dans des passoires thermiques” Il est statistiquement avéré que les logements se chauffant à l’électrique sont mieux isolé que les autres, même en tenant compte de la date de construction des habitations. Pour mémoire, s’équiper en chauffage electrique est une évolution naturelle qui tient d’un calcul économique rationnel:

Bachoubouzouc
Invité
Je suis parfaitement d’accord avec vous sur la nécessité de faire des économies d’énergie. Dans la pratique si vous isolez correctement votre maison, si vous faites attention à éviter les gachies, etc, vous économisez du courant…. mais pas tant que ça ! J’en tiens pour preuve la consommation électrique allemande : Les allemands payent deux fois plus cher leur électricité que nous, ils sont en pointe sur tout ce qui est écologique, ils se chauffent massivement au gaz et non à l’électricité… et pourtant ils consomment par habitant à peine moins que nous ! Encore une fois, les économies d’énergie… Lire plus »
Wilfried
Invité
Le choc de Fukushima, avec la mise en cause toute particulière du modèle énergétique français qu’il implique, provoque un effet de sidération sur nos élites. Convaincues qu’il n’y a pas d’autre option possible que la poursuite des politiques engagées, elles se réfugient dans une communication qui se veut rassurante mais qui peine à convaincre les citoyens. Il n’y aurait pour la France pas d’autre issue qu’une poursuite d’une politique énergétique essentiellement fondée sur l’offre d’énergie, la centralisation, le nucléaire. Au contraire, on peut comparer avec l’Allemagne : qui, ne l’oublions pas, a commencé sa sortie du nucléaire avec la loi… Lire plus »
Bachoubouzouc
Invité
@ Wilfried : “sortir du nucléaire tout en diminuant la part du charbon dans l’électricité” Mouais, ces 20 centrales fossiles en construction en Allemagne me semblent bien réelles pourtant… A environ 500MW chacune, cela nous fait en tout 10GW… soit la puissance des centrales nucléaires qu’ils viennent de fermer. Conclusion : La sortie du nucléaire en Allemagne se fait quasi exclusivement au profit du fossile. @ tous : A priori le désaccord sur le MOx entre PS et EELV s’est soldé… au profit des verts. Petite question : les verts gagnent dans l’affaire la fin du nucléaire civil français et… Lire plus »
Bachoubouzouc
Invité

Ah et j’oubliais : Pas de soucis pour les salariés de la Hague : on va détruire leur activité en les empêchant de recycler du combustible usé. Mais par un curieux tour de magie ils conserveront leurs emplois, et le local dans lequel ils se tourneront les pouces sera appelé “Centre d’expertise du traitement des déchets nucléaires”… alors que ce même traitement des déchets sera interdit ! Logique !

Anonyme
Invité
Je rejoins l’avis de Teredral … grâce à cet accord, on va pouvoir enfin sortir du nucléaire progressivement, ce qui laissera suffisament de temps à nos experts pour imaginer l’architecture du future réseau électrique qu’il faudra mettre en oeuvre et pendant le même temps développer les économies d’énergies et les EnR. De toute façon, il est clair que nous ne pouvions continuer à polluer notre environnement avec des déchets radioactifs que nous enfouissons en héritage pour nos enfants. C’est pas sérieux et surtout irresponsable pour les générations à venir … Ne faisons pas à autrui ce que nous ne voudrions… Lire plus »
Max76
Invité
C’est sur qu’avec des programmes tel que nous les proposent les vert et le PS cela va nous couter extrémement chère pour 2 raisons. Première, les centrales ont était calculé pour être rentabilisé au bout de 30 à 40 ans (on inclue la R&D et la construction car EDF et assemblier et exploitant de centrale pour info). Au moment où nos centrales sont rentabilisé, nos chère dirigeant de génie veulent démentelé ces centrales. Aucune logique économique, on comprend mieux pourquoi nous avons des milliards de déficite. Au final nous consommateur n’allons pas bénéficier de cette rente en investissant lourdement dans… Lire plus »
Bachoubouzouc
Invité
“grâce à cet accord, on va pouvoir enfin sortir du nucléaire progressivement, ce qui laissera suffisament de temps à nos experts pour imaginer l’architecture du future réseau électrique qu’il faudra mettre en oeuvre et pendant le même temps développer les économies d’énergies et les EnR.” 1) Sauter de l’avion et ensuite se soucier d’inventer le parachute est une méthode qui serait qualifiée de folle pour un individu lambda. Mais rassurez vous, on ne parle ici que de l’approvisionnement énergétique du pays… 2) Fermer 24 réacteurs en 12 ans consiste à détruire chaque année 1800MW de capacité de production, soit 13… Lire plus »
Dan1
Invité
J’observe encore une fois que les prétendus débats sur l’énergie sont en fait, en France centré sur le nucléaire électrogène. Le débat sur l’électricité est hypertrophié au détriment du reste. Or la France hypernucléarisée c’est un entre un quart et un cinquième du problème… comme dans beaucoup de pays. L’avantage c’est qu’avec cela on émet nettement moins de CO2, mais il reste à traiter les trois autres quarts du problème… comme partout. Or, on parle assez peu des trois autres quarts (ou quatre cinquième). Au bilan, on a des débats tronqués et la France comme l’Allemagne restent pour l’instant à… Lire plus »
Bachoubouzouc
Invité
“contrairement à Bichibouzouc, je ne suis pas payé par mon employeur pour occuper les réseaux sociaux” L’accusation maintenant classique, à défaut d’argument sur le fond. Les anciens d’énerzine peuvent juger de sa véracité en fonction de mes horaires de commentaires et de leur contenu technique. Sinon pour le reste : -“”les prix à terme (Annuel – Y+1 base) de l’électricité en France étaient traditionnellement légèrement supérieurs à ceux sur le marché de gros allemand”” Les tarifs pour les entreprises allemandes sont moitié plus élevés qu’en France et deux fois plus élevés pour les particuliers : -“non, les allemands ne vont… Lire plus »
Eloi
Invité
En réalité les résolutions de Hollande sont bien pratiques pour son mandat : * ne pas prendre de décision pour Penly, non pas en n’autorisant pas la construction, mais en n’autorisant pas les études économiques et consultations qui permettraient de décider. * 28 tranches fermées en 2025, cela correspond exactement aux tranches qui arriveront à 40 ans en début 2025. Autant dire simplement : “nous n’autoriserons pas des centrales de plus de 40 ans”, ce serait plus lisible. Cela correspond à une puissance installée de 25 GW, qui, sous réserve d’autorisation de prolongation de durée de vie à 50 ans… Lire plus »
Eloi
Invité

EELC est un parti qui réunit 5% des intentions de vote (BVA 4-5 nov), dont seulement 43% sont pour la sortie du nucléaire, soit une minorité de 2,5%. La fermeté de Hollande vis-à-vis de ce petit parti face auquel il est en position de force (il est à 36%) laisse augurer de résultats désastreux, lorsqu’il s’agira de négocier face à Poutine, Hu Jintao et Obama.

Sneaker
Invité
D’accord sur la sobriété, soit l’acte 1 de Négawatt (pour les autres actes je suis beaucoup plus dubitatif), c’est à dire tout simplement intégrer les normes et réglementations prévues par le grenelle (certaines sont très bien et vont être appliquées avec efficacité … je pense au batiment … même si on peut toujours aller plus vite) Le problème reste toutefois que l’exemple des appareils electriques domestiques monterent que si en 10/15 ans les produits on réduits très fortement leur consommation (A+++) les ménages ont augmentés les volumes, et sont très friands des nouvelles technologies…. comme nous tous. Ne pas croire… Lire plus »
Zgfabien
Invité
on te dit que les parachutes existe déjà depuis bien longtemps. Tout est volonté politique d’obliger les aveugles consommateurs à les mettre en oeuvre… localement et sans l’aide des multinationales de l’énergie ne leur en déplaise. démonstration rapide : détruire chaque année pdt 12 ans 1800MW : détruire 21600MW de capacité de production: ou les trouver sur 12ans ? réponse rapide: 24,8millions de logements en france en 2002 (56% de pavillons) avec un acroissement de 180000 logements par an avec en moyenne (62% de pavillons) , ça fait 26millions de logements en 2012 ((extrapolation chiffres insee, voir )). capacité de… Lire plus »
Raoult-78
Invité

: Quand vous comparer la consommation électrique par habitant des français et des allemands, vous ne prenez bien en compte que les besoins “domestiques” (et non la production électrique du pays divisée par le nombre d’habitant qui incluerait tous les besoins inductriels et autres).

jeff_1982
Invité
Pour faire mal à l’atome il faut commencer par faire du bien aux autres filières. Modifions les définitions de priorité sur l’injection d’electricité au reseau de transport nationnal : En 2011 c’est premier construit, premier injecté = si le réseau est saturé par de l’atome, les EnR sont arrêtées. En 5 ans il est possible de passer à une mode différent du type : EnR prioritaire. Modifions les modalités liées au tarif d’achat visant à stimuler les EnR: un tarif fixe et défini sur 5ans (pour le PV entre autres), la possibilité de vendre l’energie produite à d’autres fournisseurs qu’EDF… Lire plus »
Bachoubouzouc
Invité

En êtes vous si sûr ? Dans la page google que j’ai cité, où on retrouve les courbes pour la France et pour l’Allemagne, vous pouvez cliquer sur “?” puis sur “plus d’infos”, et vous arrivez ici : De ce que j’en comprend, il s’agit bien de la conso totale du pays divisée par le nombre d’habitant. Et même s’il ne s’agissait que de la consommation domestique, cela soutient aussi mon propos : malgré tous leurs investissements dans les économies d’énergie et bien que les allemands se chauffent au gaz, on constate qu’ils consomment à peine moins que nous.

renewable
Invité
Décidement vous avez des difficultés à comprendre la critique… Votre courbe est JUSTEMENT la conso totale du pays divisée par les habitants. pour la conso domestique l’écart est de 20% en faveur des allemands, ils ont bien davantage d’industrie lourde et pourtant ils arrivent malgré tout à être plus économes. le signal prix y est bien pour quelque chose et tout l’effort MDE mis en place montre de bons résultats, certes perfectibles mais à des années lumières de notre modèle nucléaire avec chauffage électrique, logement passoire et industrie qui comme pour Eurodi met un temps fou à prendre les devants… Lire plus »
Bachoubouzouc
Invité

“pour la conso domestique l’écart est de 20% en faveur des allemands” D’une part citez vos sources, et d’autre part 20% ce n’est pas gigantesque quand on voit que leur prix de l’électricité est juste deux fois plus cher ! Cela justifie bien mon propos : les économies d’énergie sont indispensables, mais elles ne font pas tout. “ils ont bien davantage d’industrie lourde” Citez vos sources aussi.

renewable
Invité

Evidement que les économies d’énergie ne font pas tout! Encore une fois nous sommes d’accord! Il faut aussi réglementer en interdisant progressivement le chauffage électrique par exemple et en étendant les dispositions du tarif social pour les plus précaires, et mettant enfin en place une tarification progressive de l’électricité! l’écart entre français et allemands est en fait de 36% et non pas de 20% mes sources pour l’allemagne et la france :

Aurel
Invité
Je me souviens que mes grands-parents habitaient une maison des années 70, absolument pas isolée, mais il y faisait tellement chaud en hiver (chauffage à fond dans toutes les pièces), que les fenêtres étaient bien souvent ouvertes. Des immenses radiateurs sous chaque fenêtre et également dans les 2 garages (dès fois que les voitures s’enrhument). Papy travaillait chez EDF, donc la chaudière était électrique et tournait à plein régime en permanence. La régulation de la température à l’intérieur de la maison se faisant en ouvrant les fenêtres. J’imagine si les 26 millions de foyers en France avaient le même rythme…… Lire plus »
Nicias
Invité

“Il faut aussi réglementer en interdisant progressivement le chauffage électrique par exemple et en étendant les dispositions du tarif social pour les plus précaires, et mettant enfin en place une tarification progressive de l’électricité! ” Ben voyons, vive la pauvreté et le rationnement 🙁 On va citer votre lien (bourré de biais par ailleurs): Les consommations (d’énergie) par habitant (pour le chauffage), par logement et par m2, sont inférieures pour la France à celles de l’Allemagne. C’est quoi l’objectif, le modèle allemand pour consommer moins d’électricité et plus d’énergie ?

Dan1
Invité

Pour mesurer les écarts entre l’Allemagne et la France en matière de chauffage résidentiel, il n’est pas inutile de faire et refaire quelques calculs : On part du début : un Allemand consomme 0,84 tep d’énergie et un français 0,71 tep et après on met les pondérations.

Dan1
Invité
Comme l’un des commentaires est pollué je le reprends ci-dessous : Comparaison climatique : Ma comparaison n’a pas de défaut scientifique car… elle n’est pas scientifique. Je voulais, simplement et sommairement, montré que les statistiques européennes ne montrent pas une surconsommation française due à une politique de gabegie car le chauffage qui n’est pas alimenté par l’électricité dans les autres pays, l’est manifestement à partir de ressources fossiles et dans des proportions qui sont largement comparables à la France. La politique du chauffage électrique en France a donc eu pour effet d’opérer un transfert des combustibles fossiles vers l’électricité avec… Lire plus »
pasnaif
Invité
Avant 1981 Mitterand était apparemment anti-nucléaire (alors que son parti participait au concensus pro-nucléaire), puis une fois élu, il vira casaque et c’est sous ses deux septennats que l’essentiel des centrales françaises fut construit. Alors le PS fera pareil, et une fois au pouvoir il “découvrira” les bienfaits du nucléaire et la folie de s’en séparer. EELV renvoyé à ses peurs, boudant. D’ailleurs il n’y a pas de logique dans le discours PS actuel: * Si le nucléaire est estimé trop dangereux, alors pourquoi ne le réduire que vers 50% ? Cela sera toujours presque aussi dangereux ! * Donc… Lire plus »
Dan1
Invité

Avant de voter, je regarderai d’abord attentivement la cohérence écologique des candidats et la voie qu’il nous propose à moyen et long terme. Pour moi, l’antinucléarisme dogmatique n’est pas de l’écologie même si le parti en porte le nom… un peu comme les démocraties populaires sont rarement des gouvernement démocratique au service du peuple !

Pierrotb001
Invité
Cela fait plusieurs jours que je surveille les différents forums ayant rapport avec le nucléaire. Schématiquement voici ce qu?on y trouve ; Les Pro-nucléaires avec comme seuls arguments ou inepties : « Les anti nucléaires sont des rêveurs, ont ne va pas s?éclairer à la bougie, il faudrait couvrir la France de panneaux solaires ?. » Les Anti- nucléaires qui avancent argument, chiffres, faits techniques. Cela donne déjà une idée de la situation? Mais il ne faut pas oublier l?aspect économique. Le Nuke va couter de plus en plus cher, c?est irrémédiable à causes des futurs démantèlements. L?alternatif, et notamment… Lire plus »
wpDiscuz