Airbus développe du “biojet” de 2nde génération

Airbus annonce faire équipe avec Honeywell Aerospace, UOP, société filiale d’Honeywell, International Aero Engines (IAE) et JetBlue Airways, afin de poursuivre la recherche sur les biocarburants de seconde génération destinés à l’aviation civile.

La recherche conjointe menée par ces sociétés devra permettre de mettre au point une technologie d’énergie renouvelable pour la transformation d’huiles végétales et d’huiles à base d’algues en carburants aéronautiques, et de mesurer le chemin à parcourir avant d’obtenir l’homologation de ce type de carburant par les organismes de normalisation.

JetBlue, IAE, Honeywell et Airbus étudient les avantages issus de carburants avion dérivés de sources de biomasse renouvelables, tout en insistant sur la non concurrence avec la production existante de denrées alimentaires et l’absence de menace sur les terres cultivables et les  ressources en eau.

Ce carburant "biojet" de seconde génération sera produit grâce à une technologie développée par UOP, spécialiste du développement de technologies et de produits destinés à l’industrie du raffinage. UOP a développé un processus de transformation de matières biologiques en carburant avion renouvelable, qui se comporte de manière identique aux carburants traditionnels, mais répond aux spécifications de performances les plus strictes en matière de vol.

“Des millions de barils de kérosène sont utilisés chaque jour pour alimenter les avions, et la demande mondiale ne fait que croître", commente Sébastien Remy, directeur des programmes de recherche sur les carburants alternatifs à Airbus.

"Pour remplacer une partie de ce carburant avion par du biojet, nous devons nous tourner vers un produit ayant un rendement beaucoup plus élevé que les sources de biomasse actuellement disponibles. Nous sommes convaincus, à Airbus, que ce biojet de seconde génération pourrait satisfaire jusqu’à 30% du besoin total en carburant de l’aviation civile d’ici 2030.”

A en croire Airbus, les avantages de ce biojet sont considérables : réduction des émissions et des particules, de l’empreinte carbone, de la traînée de condensation notamment.

Outre la recherche à visée environnementale, ce partenariat a pour but de conduire des recherches sur les améliorations potentielles issues des biocarburants : optimisation des performances des avions au niveau charge marchande/rayon d’action, réduction de la consommation de carburant et augmentation de la fiabilité et de la durabilité des moteurs – autant d’éléments jugés critiques du point de vue des utilisateurs.

Partagez l'article

 



         

Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz