Conférence sur la sûreté nucléaire : les 4 propositions de la France

La Ministère de l’énergie et du développement durable, Delphine Batho qui a participé ce week-end à la conférence sur la sûreté nucléaire, au Japon, a détaillé dans une allocution la position officielle de la france sur le sujet tout en révélant 4 propositions.

"Le premier enseignement de la catastrophe de Fukushima est la nécessaire révision des critères de sûreté pour intégrer des situations extrêmes et revoir les référentiels" a t-elle indiqué dans son intervention. "Un autre enseignement de la catastrophe de Fukushima est le nécessaire renforcement du cadre international."

"Deux éléments, pour lesquels l’AIEA aura un rôle central à jouer, sont à distinguer : les normes de sûreté appliquées et la promotion d’un cadre et d’une culture de sûreté internationale de haut niveau."

Les 4 propositions de la France

La première consiste à renforcer la transparence, en rendant public le suivi de la mise en œuvre du plan d’action sur la sûreté de l’AIEA. "La France rendra public aujourd’hui sur le site internet de mon ministère le tableau de suivi des actions menées pour appliquer le plan d’action de l’AIEA" a t-elle précisé.

La deuxième entend rendre obligatoire les revues par les pairs (IRRS, OSART**) et dans un premier temps former un groupe de pays volontaires qui seraient d’accord pour s’engager sur cette obligation. "La revue par les pairs nous permet de comparer nos pratiques avec l’expérience cumulée des autres pays et d’en bénéficier" a ainsi expliqué la Ministre.

La 3ème proposition évoque la création d’une force d’action rapide à l’échelle internationale en cas de crise. La Ministre française a rappelé que sur le territoire français, cela se traduisait par la constitution de forces d’action rapide mobiles capables d’être déployées en moins de 24h sur site.

Enfin la quatrième proposition souligne l’importance d’aller vers un régime mondial de responsabilité civile nucléaire.

Le tableau de mise en oeuvre du plan d’action sûreté de l’AIEA est téléchargeable ICI

** IRRS : « integrated regulatory review service » ; OSART : « operational safety review team »

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

5 Commentaires sur "Conférence sur la sûreté nucléaire : les 4 propositions de la France"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
einstein30
Invité

la ministre de l’energie Delphine Batho a-t-elle obtenu des diplomes concernant l’energie nucleaire de haut niveau ou est-elle un pion sur l’echiquier de president ;

Tech
Invité

à einstein30 rien à voir! combien de français ont-ils un diplome d’éducation d’enfants et pourtant! c’est la majorité! mais 100% de diplomés dans ce domaine vous voyez bie que c’est impossible. ne jugez pas la personne, jugez plutôt les mesures, qui pour moi ont l’air d’être de bon sens! Un peu plus de transparence et un peu plus d’interactions internationales. Une force internationales d’action rapide sur catastrophes serait souhaitable, pas seulement pour le nucléaire. beaucoup de jeunes préfèreraient cela à un service “militaire ou même civique”

s4m
Invité
autant je suis d’accord que le diplôme ne fait pas tout, autant sur des questions aussi techniques que la sûreté nucléaire et la radioprotection, je pense qu’il est nécessaire de disposer de certaines connaissances de base pour avoir un minimum de crédibilité. Sans ce savoir, on arrive très vite à des approximations voire des erreurs (qui sont rarement pardonnées en cas de crise). Ce que NKM a bien su éviter lors de ses interventions post Fukushima, peut être que sa formation d’ingénieur (X) y était pour quelque chose. (je ne juge pas ici ses positions politiques). Par contre, concernant la… Lire plus »
Tech
Invité

à s4m , on ne demande pas à un ministre de tout savoir, mais d’avoir le pouvoir de s’entourer de spécialistes pour prendre les meileures décisions. sur les forces d’intervention rapides, je dis bien qu’il ne faut pas les cantonner au seul domaine nucléaire, mais aux autres catastrophes, tremblements de terre, inondations, feux, accidents, etc.etc. … Exemple dans le cas de fukushima, il fallait des spécialistes en tout! les jeunes sont souvent altruistes et aiment se sentir utiles pour de grandes causes et je pense encore plus à l’international. le service civique français, de ce coté est un peu étriqué.

zelectron
Invité

UN MINISTRE QUI N’A PAS SUFFISAMMENT DE CULTURE NE PEUT CHOISIR QU’A L’AVEUGLETTE.

wpDiscuz