Enerzine

Droit de véto : Le Maire de Fleury-Mérogis, ‘défie’ Arnaud Montebourg

Partagez l'article

A quelques jours de la sortie nationale de son ouvrage "Finances : la révolution des possibles", David Derrouet défie le Ministre de l’Economie et du Redressement productif sur ses choix politiques.

Loin de servir un "Patriotisme économique", David Derrouet estime qu’Arnaud Montebourg ne sert aujourd’hui que de puissants lobbys énergétiques et s’interroge quant à l’obstination du Ministre à privilégier la piste de Siemens sur le dossier Alstom qui, sans offre sérieuse, "aurait de graves conséquences pour l’emploi".

La loi sur le "Droit de véto sur les investissements étrangers" est un "écran de fumée" qui ne sert qu’à protéger des puissants lobbys financiers énergétiques, dont l’Etat est aujourd’hui pour partie actionnaire.

Par cette loi, le Ministre du redressement productif enterre en réalité l’engagement de mettre la finance spéculative à contribution pour redresser la croissance et l’emploi. Pire, la proposition du Ministre hier d’inciter les entreprises françaises à "investir davantage dans le CAC 40" laisse perplexe sur la stratégie du redressement industriel du pays. S’il n’est pas nouveau que Bercy laisse fructifier l’épargne privée dans l’actionnariat et, plus dangereux encore l’argent public, il est particulièrement grave qu’Arnaud Montebourg souhaite désormais que les bénéfices nets des multinationales soient investis en bourse et non plus dans les investissements d’avenir et le pouvoir d’achat.

Si on veut réellement protéger nos puissantes industries dans le domaine de l’énergie, il faut utiliser plusieurs leviers : demander que les bénéfices nets des entreprises soient réinvestis dans les investissements, et que ceux réalisés à l’étranger sans respect de normes sociales et environnementales n’échappent pas à l’impôt. Sur ce point, ni GDF Suez ni Total, deux géants français, ne sont inquiétés par le Ministre ni même invités à embrasser la cause du patriotisme économique. Si Arnaud Montebourg est réellement attaché au développement industriel, il doit proposer d’abolir la Contribution au Service Public de l’Energie, taxe qui freine les investissements dans les énergies renouvelables ou en donne le monopole aux multinationales.

L’état peut également augmenter la part de son capital dans les secteurs de l’énergie, pour maîtriser les choix et politiques énergétiques de notre pays.

Je mets au défi le Ministre de montrer que le "Droit de véto" sur les investissements étrangers est favorable à la maîtrise de notre politique énergétique et aux salariés français. Je mets au défi Arnaud Montebourg de démontrer en quoi l’offre de Général Electric desservira Alstom. C’est le contraire ! Les savoirs faire et marchés à conquérir sont différents. Dans ce dossier, la discussion avec Général Electric doit être claire sur les engagements de développement des investissements et de l’emploi durable chez Alstom. Un autre choix conduirait à un plan social chez Alstom. Comment le Ministre peut-il encore défendre une telle position ?

Alors que la gauche est majoritaire au parlement, le Ministre du redressement productif a toute légitimité pour faire adopter une nouvelle loi permettant de geler les prix de l’électricité, du gaz, et les prix des carburants. Pourquoi n’a-t-il pas défendu la Ministre Ségolène Royal dans ce combat face au Conseil d’Etat ? Est-ce parce que le "Droit de véto" sur les investissements étrangers formalise en réalité la connivence de l’Etat dans la préservation des intérêts des actionnaires au sein de GDF Suez et Total ? Connivence qui a pour conséquence une facture énergétique insoutenable par la France et les ménages alors qu’une loi permettrait de mettre fin à cette supercherie ?

David DERROUET
Maire de Fleury Mérogis et Député suppléant


Partagez l'article

 



    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    1 Commentaire sur "Droit de véto : Le Maire de Fleury-Mérogis, ‘défie’ Arnaud Montebourg"

    Me notifier des
    avatar
    Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
    Sonate
    Invité

    Mais bien sûr .. et imposer par la volonté toute-puissante de l’Etat aux producteurs de pétrole de vendre moins cher ! On pourrait ajouter que monsieur Montebourg devrait imposer aux nuages de pleuvoir sur les bassins versants de nos centrales hydroélectriques afin qu’elles produisent plus.

    wpDiscuz