Eaux usées : 20 x plus d’électricité grâce aux nanos

Les ingénieurs de l’université de l’Etat de l’Oregon ont réalisé une avancée significative dans la production d’électricité à partir des eaux usées, grâce à l’utilisation de nouveaux revêtements d’anodes – cellules électrochimiques microbiennes.

L’étude qui vient d’être publiée en ligne dans le journal spécialisé "Biosensors and Bioelectronics", montre que cette technologie pourrait résoudre le problème des biodéchets tout en produisant un niveau acceptable d’électricité – une innovation prometteuse dans le traitement des eaux usées et des énergies renouvelables.

Les ingénieurs ont constaté que lorsque les anodes en graphite étaient enduites d’une couche de nanoparticules d’or, la production d’électricité augmentait de 20 fois. Un autre revêtement en palladium cette fois avait également entraîné une augmentation, mais dans une proportion moindre. Les chercheurs croient qu’un revêtement avec des nanoparticules de fer – beaucoup moins couteuses – pourrait entraîner une hausse de production d’électricité similaire à celle de l’or, mais pour certains types de bactéries seulement.

"C’est une étape importante vers notre objectif", a déclaré Frank Chaplen, professeur agrégé de génie biologique et écologique. "Nous avons encore besoin de quelques améliorations dans la conception de la cathode, et une meilleure compréhension dans l’interaction entre les différentes espèces microbiennes. Mais la nouvelle approche est clairement de produire plus d’électricité."

Dans cette technologie, les bactéries issues des biodéchets comme les eaux usées sont placées dans des chambres d’anode, où elles forment un biofilm, consomment des nutriments et se développent tout en libérant des électrons. Dans ce contexte, les eaux usées deviennent littéralement le combustible nécessaire à la production d’électricité.

Une approche similaire consisterait à produire de l’hydrogène au lieu de l’électricité, avec comme objectif d’être utilisé par les piles à combustible.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

6 Commentaires sur "Eaux usées : 20 x plus d’électricité grâce aux nanos"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
imagreen
Invité

L’article manque de donées chiffrées : combien de tonnes de biodéchets sont nécessaire pour produire 1 kwh d’électricité ? L’article indique “une production d’électricité augmentait de 20 fois” mais par rapport à quel chiffre de référence ? Comment se constitue l’anode et la cathode ? J’imagine que ce process produit un courant continu, donc l’installation doit comporter un onduleur à-priori. Bref, il aurait fallu un petit schéma sur ce sujet… En tout cas, “chapeau” aux scientifiques, car il s’agirait d’un progrès majeur !

michel123
Invité

il en serait différemment si l’on pouvait utiliser un métal courant come le fer

Pastilleverte
Invité

des bactéries, de l’eau (“usée”, donc avec du C), n’est-ce point également une possibilité de “former” des carburants alternatifs ?

1000 mille
Invité

d’EnR pouvant permettre une production non intermittente (chez ceux qui ont des eaux usées,bien sûr) Difficile quand même à vendre dans certaines régions du globe qui ont un accés très difficile à l’eau .

christian
Invité
Cher Pastilleverte, Ici le but est d’oxyder la matière organique carbonnée, pour produire de l’électricité et du CO2. Le dispositif est celui, en gros, d’une pile à combustible. Au passage, on évite sans doute la production de méthane, plus gênant du point de vue effet de serre que CO2. Ce que vous suggériez -faire des combustibles liquides- c’est à l’opération inverse : prendre de la matière organique et la réduire (=diminuer son état d’oxydation) par l’hydrogène ou électrochimiquement pour y stocker l’énergie apportée. Pour ceux qui veulent plus de détails (en anglais) : – La brève sur le site de l’Oregon… Lire plus »
Bcb
Invité

20 fois par rapport à combien antérieurement ? Comme l’a déjà demandé Imagreen .Si quelqu’un le sait,qu’il nous en fasse profiter,merci.

wpDiscuz