Hollande : “torpillage économique et irresponsabilité climatique”

Jeudi 28 mars sur France 2, le Président de la République « omet » de parler d’une des rares opportunités que nous avons de changer de paradigme en redressant le pays : la transition énergétique.

C’est pourtant en fanfare qu’il a lancé le débat lors de la conférence environnementale du 14 septembre dernier. A l’époque, il disait « La France doit devenir la nation de l’excellence environnementale ! » mais aussi « l’exigence environnementale est un atout pour l’emploi ».

Depuis que voit-on ? Du tragique et du funeste. Le débat national sur la transition énergétique, sans qu’il faille vouer aux gémonies les travaux en cours, est inaudible (4 français sur 5 n’en ont jamais entendu parler et pourtant 4 français sur 5 le jugent important (2). Le ministère de l’écologie persévère –mais en est-il seulement conscient ?– dans son travail de sape des filières énergies renouvelables, potentiellement créatrices de centaines de milliers d’emplois.

Malgré le cynisme affiché alors que le pays s’enfonce dans la crise, ce qui se passe est une honte qui éclabousse aussi le ministre du redressement productif.

Ainsi, les« mesures d’urgence » annoncées en septembre 2012 ne sont qu’incantatoires et pire, se révèlent être des « machines » à casser les PME. Sourds aux nombreuses recommandations de tous les acteurs (ONG, syndicats professionnels, experts) qui n’ont cessé de tirer la sonnette d’alarme depuis l’été 2012, force est de froidement constater que ce gouvernement n’a aucune conscience de ce qu’est une PME. Elles sont pourtant, par essence, l’arme absolue contre le chômage, et les seules à pouvoir concrétiser la transition énergétique sur ses trois piliers, maintenant fameux (3) : l’efficacité énergétique, la sobriété et les énergies renouvelables.

Ces deux dernières années, les filières éolienne et photovoltaïque ont perdu dans l’indifférence générale de 15 à 20.000 emplois. Elles auraient pu en créer 2-3 fois plus vue l’urgence absolue de développer massivement les énergies renouvelables. Au lieu de cela, on procrastine, on élude et faute de « cap », on laisse la technostructure jacobine et pro-nucléaire donner le « la » d’un ersatz de politique : d’ores et déjà, tout le monde convient que les engagements européens sont hors de portée.

Illustrations de l’impéritie gouvernementale :

– Maintien des procédures d’appels d’offres pour le solaire photovoltaïque alors que le monde entier (4) a déjà compris qu’elles sont totalement inefficaces par rapport aux tarifs réglementés parce qu’elles massacrent les PME. Bye-bye !, les « mesures d’urgence ».

– Fixation d’un objectif minimaliste de 920 MW/an dans cette même filière alors que nos deux voisins, l’Italie et l’Allemagne, ont installé en 2012 plus de 15.200 MW à eux deux (5). Il paraît burlesque d’annoncer vouloir créer une filière exportatrice avec de tels écarts. Du balais !, la politique industrielle.

– Alourdissement ahurissant des conditions réglementaires : désormais, il est nécessaire d’avoir signé un accord de partenariat avec un organisme de recherche agréé (objectif & budget) pour prétendre développer un projet photovoltaïque, même un tout petit projet de 250 kW, suffisant pour couvrir (théoriquement) la consommation d’un village de 200 habitants. Ouste !, les PME et les territoires.

– Pression outrancière pour astreindre une filière à une compétitivité en devenir à un coût du kWh produit presque 2 fois moins élevé que celui de l’énergie nucléaire, soi-disant mature (6). Exit !, la défense du faible contre le puissant.

Comment alors appeler cette politique qui, au milieu d’une crise aggravée, continue de torpiller le marché, néglige avec ostentation les engagements européens, asphyxie la création d’entreprise et les emplois ? « Le chômage est la priorité des priorités » disait sans rire, notre président sur France 2. Il faut croire que ce gouvernement est prêt à se payer ce luxe, préférant regarder le doigt que de viser la Lune.

Nous y voilà, entre la honte et l’indignation de ceux que fâchent l’irresponsabilité et la sottise…

TRIBUNE de Benoit Praderie
President Planete Eolienne

2) Sondage IPSOS, déc. 2012. Il confirme aussi que 9 français sur 10 sont favorables au développement des énergies
renouvelables et que 4 français sur 5 considèrent qu’elles ne se développent pas assez rapidement.
3) Merci négawatt ! (www.negawatt.org)
4) Voir rapport de l’ONU « Feed-in Tariffs », Programme des Nations Unis pour l’Environnement, déc. 2012.
5) Soit à peine 3 semaines pour arriver à l’objectif annuel français !!
6) La note maximale de l’appel d’offre solaire pour des centrales au sol est obtenue avec un prix de 7,9 centimes d’euros par kWh alors qu’EDF propose actuellement son EPR au Royaume-Uni à un prix de 14 centimes !

Partagez l'article

 



      

Articles connexes

Poster un Commentaire

40 Commentaires sur "Hollande : “torpillage économique et irresponsabilité climatique”"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Sonate
Invité

Il a parfaitement raison. 🙁

Bachoubouzouc
Invité
1) “Maintien des procédures d’appels d’offres pour le solaire photovoltaïque” Si on les maintient, c’est qu’il y a bien une raison, ce n’est pas pour le plaisir. Une raison financière, très probablement. 2) “Fixation d’un objectif minimaliste de 920 MW/an dans cette même filière alors que nos deux voisins, l’Italie et l’Allemagne, ont installé en 2012 plus de 15.200 MW à eux deux” L’Allemagne et l’Italie ont le droit de jetter leur argent par les fenêtres pour produire une part dérisoire de leur électricité et continuer à polluer à mort par ailleurs, nous ne sommes pas obligés de faire pareil.… Lire plus »
Teredral
Invité

S’il est vrai que le gouvernement actuel est pondéré vis-à-vis des ENRi, ce qui n’est pas évident au vu de certaines brèves de ces derniers jours, c’est peut-être la seule bonne action à son actif depuis 10 mois.

gaga42
Invité

Baratin habituel plein de contre-vérités, et un peu lassant, du lobby éolien qui veut toujours plus de gateau, avec si possible aucune contrainte, et surtout aucune critique. Ce qui est nouveau ce sont les insultes, comment enerzine peut laisser passer ce publi-reportage ignoble, au moins sur la forme?

Houuuu
Invité

C’est vrai que dans le nuk il n’y a jamais eu de subventions depuis 60 ans…. Bref le débat stérile continu

tesrien
Invité
Constat La société moderne à des besoins énormes et constant en énergie (déplacements, chauffage, machines, etc..) pour ne pas régresser. L’Europe n’a pas de projet de société Le gouvernement doit trouver de l’argent Les populations ont besoin de pouvoir se déplacer pour vivre et échanger. Sans échange plus d’innovation ,sans innovation la société ne peut que régresser. Se déplacer coûte et coûtera de plus en plus cher si on laisse aux autres le soin de se préoccuper de notre avenir. La France à elle seule a dépensée en 2012, pour son approvisionnement en énergie, 60 milliards d’euros (49 pour le… Lire plus »
Stephsea
Invité
“Bachou” n’est pas exactement pro nuke, en fait, du moins pas de la race des vrais pros, au sens professionnel, sinon, il aurait d’autres arguements que l’invective. C’est plus exactement un skud des anti ENR sur les thèmes spécifiques et populistes de leur prétendu surcout et de leur nuisance aux paysages, vous savez ces paysages d’un autre temps que l’on voit au Journal de 13H sur TF1, ou sur France3 aussi pour d’autres raisons éditoriales (Des racines et des ailes). Et comment tenir ce combat perdu d’avance? En torpillant méthodiquement tout ce qui ressemble à un PV ou à une… Lire plus »
Bachoubouzouc
Invité

“Mémoire courte C’est vrai que dans le nuk il n’y a jamais eu de subventions depuis 60 ans….” D’une part les montants de ces subventions, ramenés au kWh, n’ont rien à voir, et d’autre part avez vous jamais entendu l’industrie nucléaire geindre à longueur d’année comme cela ?

fredo
Invité
Je crois que c’est la première fois que je vois sur Enerzine une tribune politique, qui plus est issue d’un contributeur extérieur ! C’est peut-être un ballon d’essai ! Je vois en tous cas que les réactions sont directement virulentes (hein Bachou ?) Sur le fond, je pense que la DGEC fait la politique ENR, en fonction des seuls objectifs nationaux définis dans les ppi. La DGEC a pris la maîtrise de l’agenda grâce aux délais de consultations ou non de la CRE et autre Conseil de l’Energie, Inspection des Finances, Conseil Général des Mines, ce qui permet de sortir… Lire plus »
edc10
Invité
Les 10 premières lignes sont exactes … ensuite ce monsieur pleure en revenant au schéma des pro-enr ‘classique’. Faudrait abattre tout ce qui existe déjà en terme d’installations électriques, pour y mettre du PV et des éoliennes. Bref, toujours ce rêve naïf qu’il faudrait accomplir là, tout de suite, en claquant des doigts. Sauf que la transistion française se fera, mais raisonnablement dans le temps en profitant des installations présentes. Pas spécialement pour faire plaisir aux capitalistes verts qui veulent nous soutirer un max de blé. J’espère que les mouchoirs de ce monsieur sont en papier recyclé; là serait sa… Lire plus »
Pas naif
Invité
Hollande avait promis de baisser le nuc pour s’assurer des voix EELV (2.5% des votes) et se faire élire: Il est le premier individu français à profiter personnellement de la réduction du nuc. Il n’a fait qu’imiter Merkel qui n’en est pas à une volte-face près. Après quoi, ses amis ont fait les comptes et comme uils ont été pour la plupart des acteurs pro-nuc durant les années de construction massives de centrales nuc en France (années 1981-1995, soit les années “Mitterand”) ils doivent réfléchir avant de se déjuger… Les chiffres sortent et le virage élyséen de retour vers la… Lire plus »
s4m
Invité
Certains voudraient mettre la charrue avant les boeufs. Le plus gros contre sens de cette tribune est résumé dans cette phrase : “vue l’urgence absolue de développer massivement les énergies renouvelables”. Faisons un petit état des lieux : – La France n’émet déjà quasiment pas de CO2 pour produire son électricité, – Nos factures électriques (hors TVA), sont parmis les plus basses d’Europe, – La France est exportateur net d’électricité, – 15% du mixe électrique est déjà produit à partir d’ENR (hydraulique inclu), – 3000MW d’éolien offshore sont prévus au large des côtes bretonnes d’ici 2020 (coût 10Mds), – un… Lire plus »
ecoenergie
Invité

Avant Fukushima l’Allemagne émmetait 1,6 fois plus de CO2 par habitant que ,la France. Depuis Fukushima et la decision d’arrêter le nucleaire la productiuon d’electricite allemande par le charbon a augmenté de 12% et par la lignite de 6% (Info Fraunhoffer Institut) Et l’Allemagne ne croitb plus au solaire. Abandon du projet DESERTEC abandon par Siemens et Bosch de leur activiés solaires Les emissions de CO2 par habitant de ce pays qui mise sur ,le gaz combustible fossile n’on fait que bcroitre depuis Voilà comme on contribue a augmenter le rechauffement climatique

Sirius
Invité

Le vrai coût de l’éolien n’est jamais affiché , or les machines sont toutes importées. Peu importe que cette industrie soit ou non subventionnée ,de toutes manières ,c’est le contribuable français qui paye. En outre la valeur marchande des paysages est loin d’être une rêverie de poète,les apports du tourisme à notre balance commerciale sont de premier ordre. Mais les comptables de l’énergie, enfermés dans leur spécialité, semblent ignorer ce volet de notre économie.

Bachoubouzouc
Invité
“Hollande : torpillage économique et irresponsabilité climatique” D’une part on peut s’interroger sur le “torpillage économique” (la filière ENR se meurt partout en occident, avec ou sans gouvernement Hollande) et l'”irresponsabilité climatique” (notre mix électrique est à la base un des plus vertueux sur le plan climatique). D’autre part ces industriels seraient stupides de trop insulter le gouvernement le plus favorable aux ENR qu’ils puissent obtenir… Plutôt que de chercher à tirer au mieux profit des cartes qu’on leur donne en France et à l’export, ils vont finir par lasser le gouvernement et l’opinion avec leurs crises de gamins gâtés.… Lire plus »
nrjlibre
Invité
bonjour Vous avez déjà imaginé la cata nucléaire au bugey comme à fukushima? Sans être diplômé météo je prétends et j’affirme que les 3/4 de la radio activité balancé dans la nature par cet “accident inenvisageable” sont partis et partent encore tous les jours dans le pacifique sous forme liquide solide et gazeuse ! Et donc que viendrez-vous raconter sur les apports du tourisme quand la moitié de l’europe centrale (voir plus suivant météo) sera contaminée ainsi que toute la vallée du Rhone. Je languirais presque de vous lire ! ho pinaise ! on vit une époque formidable ps Je… Lire plus »
gp
Invité
S’il y a bien un point sur lequel Houuuu a raison C le fait que le débat stérile pro-anti continue… :(( Là où M. Praderie a RAISON c’est lorsqu’il évoque l’incapacité de nos dirigeants actuels à changer de paradigme. Notamment en matière d’énergie puisque l’immense majorité de nos décideurs brillent par leur incompétence sur le sujet. Résultat : les lobbys continuent de gouverner le pays au mépris de l’expertise indépendante sur nombre de problématique énergétique. Un VRAI problème! Il faudrait imposer davantage de diversité à l’AN. Les énarques sont en surnombre comparativement aux polytechniciens, aux paysans adeptes du bon sens,… Lire plus »
Pastilleverte
Invité

“irresponsabilité climatique” … rien que ça !!! On se demande où s’arrêtera la, comment dire pour être poli ? des commentateurs prétendument écolos (mais surement pas scientifiques); Y avait bien Don Quichotte qui voulait se battre contre les moulins à vent, et maintenant on aurait un président “irresponsable cimatique” ? Bigre ! Le débat sur la “transition énergétique”, risque d’avancer fortement et efficacement ave ce genre d’incrustes;

gp
Invité
Là où M. Praderie a TORT c’est dans la seconde moitié du titre. Comme rappeler très justement par @ecoenergie, il suffit de constater ce qui se passe actuellement en Allemagne ou en Espagne (CCGN) pour comprendre que les ENR électriques ne sont pas prêtes auj. à prendre le relais des fossiles et du nuk. Surtout pas dans les mêmes proportions… Mais comme rien n’interdit de s’attaquer d’ABORD à tous les autres usages autres que élec – transport et habitat en tête – je ne vois pas vraiment ce qui justifie de perdre autant de temps à parler ENR & Nuk… Lire plus »
Bachoubouzouc
Invité
“S’il y a bien un point sur lequel Houuuu a raison C le fait que le débat stérile pro-anti continue… :((” La faute à qui ??? Entre des industriels nucléaristes (EDF, Areva) qui prônent du nucléaire complémentaire d’ENR et des industriels ENR qui nous parlent de “technostructure jacobine et pro-nucléaire”, quand ce ne sont pas des mots pires ? Entre des politiques de gauche comme de droite qui ont malgré tout permis un certain développement des ENR et des écologistes hystériques qui sont prêt à rentrer dans le gaz ou le charbon si cela permet de sortir du nucléaire plus… Lire plus »
climax1891
Invité
Il ne faut pas oublier le potentiel d’amélioration des centrales au charbon. Le rendement moyen d’une centrale au charbon dans le monde est de 30%, 36% en Europe. Avec un rendement de 30%, une centrale au charbon émet 1,1 kg de CO2 pour 1 kWh produit. Avec un rendement de 45% et 20% de biomasse, une centrale au charbon émet environ 0,6 kg de CO2 pour 1 kWh produit. Demain, avec un rendement de 60% (centrales à gazéification avec piles à combustible) une centrale au charbon émettra environ 0,450 kg de CO2 pour 1 kWh produit. Donc une centrale supercritique… Lire plus »
Bruno lalouette
Invité

1961, population de 45 millions d’habitants, 45% de l’électricité était hydraulique! C’est vrai qu’aujourd’hui il y a les smartphones, mais qu’elle était en 1961 la consommation électrique de l’industrie dans l’économie par rapport à aujourd’hui? Je me souviens de Borloo en train d’annoncer à la télé qu’il fallait effacer 4000 barrages! 80% de rendement pour une centrale biomasse en cogénération, 2TEP d’énergie primaire gaspillé pour produire 1TEP d’électricité nucléaire. 400 millions de tonnes de décherts verts produit annuellement en France! En fait… Les solutions sont toutes simples et les lobbys sont tous les mêmes!

Sicetaitsimple
Invité
qu’on a une petite surprise à découvrir sur Enerzine une telle tribune, mais bon… Au-delà de la deception ( peut-etre?) de certains qui auraient un peu trop cru aux promesses de campagne, je trouve comme S4m qu’il y a un vrai mensonge dans cette tribune, c’est celui qui consiste à proclamer une “urgence absolue de développer massivement les énergies renouvelables.”. Absolument pas, il faut certainement les développer, mais il n’y a absolument aucune urgence absolue, sauf si l’objectif est de remplir de façon urgente et absolue les poches des développeurs de ces projets, dont M. Praderie, Président de Planête Eolienne,… Lire plus »
Dan1
Invité
Comme S4m et Sicetaitsimple, je pense qu’il n’existe qu’une urgence absolue à développer massivement les EnR en France : Remplir plus vite les poches des spéculateurs. Quand je vois ce qui se passe dans le photovoltaïque, je me dis que la façon raisonnable de gérer ce genre d’affaire est de tempérer les ardeurs des chasseurs de primes et de subventions qui sont essentiellement issu de la finance. A ce sujet l’affaire du forum photovoltaïque et du SIPR est éclairante. Quand les citoyens, de surcroît favorable au photovoltaïque et connaisseurs, tentent de se mettre en travers du chemin des requins, ils… Lire plus »
Sicetaisimple
Invité
c’est qu’on ( certains) ne soit pas capable de regarder ce qui s’est passé autour de nous et d’en tirer un certain retour d’expérience, notamment pour le PV: -2008 c’est l’Espagne, 3500MW si mes souvenirs sont bons installés en une année, depuis plus rien ou presque car le gouvernement à coupé les tarifs – 2009 / 2010 , la république Tcheque, je n’ai plus la valeur exacte en tête, mais stop. – 2011 l’Italie, près de 9000MW raccordés en un an, depuis stop. -l’allemagne, une exception, un objectif (corridor) d’environ 3500W par an et 7500MW installés en 2010,2011,2012, résultat tous… Lire plus »
Dan1
Invité

Relisez ce que l’UFE à publié à propos de l’Espagne, c’est exactement ce qu’il ne faut pas faire : La seule question est : Saurons nous résister aux requins partis à la chasse aux subventions ? Autre article concernant une analyse de l’UFE :

Dan1
Invité

Le camenbert jaunit : Si on écoute les réquins-sirènes le risque est que le camenbert explose.

climax1891
Invité

Soit environ 6660 TWh ou 570 TEP en 2005 (l’énergie finale en Europe était de 13,609 TWh). C’est plus que les transports (31%) et que l’électricité spécifique (20%) En ne prenant que les températures inférieures à 250 C°, cela faisait 4640 TWh ou 400 TEP. The Solar Thermal Potential in Europe

Guydegif(91)
Invité
Il n’y a pas que le PV et l’éolien au niveau EnR, dans la vie ! D’autres pistes existent !! Il faut cultiver le mix énergétique ! Les économies d’énergie sont AUSSI une forme d’EnR, car renouvelable à loisir, fonction de chaque effort d’économie d’énergie, couper les lumières et postes qd pas besoin, couper l’éclairage des bureaux et magasins la nuit, couper l’éclairage des rues qd il n’y a personne (REX concluant! demander à Louis et d’autres…), isoler les maisons-passoire avec ITE par ex, etc… Le post de Climax 1891 du 5/04 ci-dessus et son lien vers Elsam/DK, est AUSSI… Lire plus »
Guydegif(91)
Invité
Il n’y a pas que le PV et l’éolien au niveau EnR, dans la vie ! D’autres pistes existent !! Il faut cultiver le mix énergétique ! Les économies d’énergie sont AUSSI une forme d’EnR, car renouvelable à loisir, fonction de chaque effort d’économie d’énergie, couper les lumières et postes qd pas besoin, couper l’éclairage des bureaux et magasins la nuit, couper l’éclairage des rues qd il n’y a personne (REX concluant! demander à Louis et d’autres…), isoler les maisons-passoire avec ITE par ex, etc… Le post de Climax 1891 du 5/04 ci-dessus et son lien vers Elsam/DK, est AUSSI… Lire plus »
Guydegif(91)
Invité
Il n’y a pas que le PV et l’éolien au niveau EnR, dans la vie ! D’autres pistes existent !! Il faut cultiver le mix énergétique ! Les économies d’énergie sont AUSSI une forme d’EnR, car renouvelable à loisir, fonction de chaque effort d’économie d’énergie, couper les lumières et postes qd pas besoin, couper l’éclairage des bureaux et magasins la nuit, couper l’éclairage des rues qd il n’y a personne (REX concluant! demander à Louis et d’autres…), isoler les maisons-passoire avec ITE par ex, etc… Le post de Climax 1891 du 5/04 ci-dessus et son lien vers Elsam/DK, est AUSSI… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité

Pour ce qui me concerne, j’adore le PV ( en termes de technologie) et je suis sûr qu’il a un grand avenir. Ce que je dis simplement, et je pense ne pas être le seul dans cet état d’esprit parmi certains intervenants réguliers ( pas tous, certains sont quand même un peu bourrins!), c’est qu’il n’y a aucune urgence à se précipiter, au moins en France. Chi va piano va sano e va lontano.. J’ai rapporté ce proverbe des Pouilles aujourd’hui! Cordialement.

Dan1
Invité
Pour ma part, je ne fais non plus de fixation antiPV, mais je stigmatise le contexte actuel dans lequel on croit parler : – de mix énergétique en ne parlant que de l’électricité, – d’énergies renouvelables en ne parlant que du photovoltaïque et de l’éolien. Je pense que nous sommes focalisé sur les nouvelles EnR électrogènes pour des raisons financières et dogmatique. Pour le PV, je déplore l’emprise des financiers chasseurs de subventions et de primes (argent facile et rapide) au détriment d’un développement maîtrisé et mesuré. Comment expliquez-vous que des escrocs ou arnaqueurs proposent encore des système PV pour… Lire plus »
Sicetaitssimple
Invité
Il va sans dire que vous ne faites pas partie des certains intervenants un peu “bourins” dont je parlais, nous avons tous les deux suffisamment et régulièrement fait référence à la “feuille de route” du PV issue du Grenelle pour en être convaincus. Certains peuvent trouver ça un peu vieux jeu, mais la “planification” peut avoir du bon. Dire c’est 500, 750 ou 1000MW par an et c’est tout, pas plus , ça amène de la visibilité aux acteurs et ça n’empêche pas de réviser les objectifs à la hausse tous les 2 ou 3 ans s’il y a des… Lire plus »
Herve
Invité
Je suis d’accord avec vous Dan et Sicetaissimple. Vu la forme de production du Solaire PV (maximum le jour) et l’ondulation de la conso, un développement de 20 à 30GWc à bas cout est plus ou moins envisageable dans notre pays. ça couvrirait environ 4% du mix, ce serait complémentaire au nuke, et associé à l’hydrau, ça éviterait certainement plus de la moitié de la conso fossile pour la production d’élec. Donc une bonne chose. Mais autant le faire de manière intelligente, c’est à dire à bas cout. Actuellement, rien que les frais de pose la rendent non rentable sur… Lire plus »
Herve
Invité
Je suis d’accord avec vous Dan et Sicetaissimple. Vu la forme de production du Solaire PV (maximum le jour) et l’ondulation de la conso, un développement de 20 à 30GWc à bas cout est plus ou moins envisageable dans notre pays. ça couvrirait environ 4% du mix, ce serait complémentaire au nuke, et associé à l’hydrau, ça éviterait certainement plus de la moitié de la conso fossile pour la production d’élec. Donc une bonne chose. Mais autant le faire de manière intelligente, c’est à dire à bas cout. Actuellement, rien que les frais de pose la rendent non rentable sur… Lire plus »
Herve
Invité
Je suis d’accord avec vous Dan et Sicetaissimple. Vu la forme de production du Solaire PV (maximum le jour) et l’ondulation de la conso, un développement de 20 à 30GWc à bas cout est plus ou moins envisageable dans notre pays. ça couvrirait environ 4% du mix, ce serait complémentaire au nuke, et associé à l’hydrau, ça éviterait certainement plus de la moitié de la conso fossile pour la production d’élec. Donc une bonne chose. Mais autant le faire de manière intelligente, c’est à dire à bas cout. Pour cela il faut utiliser le solaire PV en tant que couverture… Lire plus »
Dan1
Invité

On parle beaucoup de moralisation en ce moment. Je crois que la filière PV en aurait singulièrement besoin pour redorer son blason dans l’opinion. Quand on voit les montages financiers et le pedigree de certains “spécialistes” du photovoltaïque, on se dit qu’il y a du boulot de balayage ! Trop de subventions = trop de perversion Le pire est que ceux qui tapent le plus sur l’Etat sont aussi ceux qui en dépendent le plus. Car sans les décisions de l’Etat sur la CSPE, les requins n’auraient plus à manger.

Herve
Invité
ça dépends comment vous le faites. Si vous contruisez un toit une pente de 150 à 200 m² rectangulaire et uni plein sud a une pente correcte (sans y mettre 36 cheminées…), ça peut être valable. Pour la réno, je suis d’accord, ça sera plus compliqué. La pose au sol, je suis plutot contre c’est de la surface perdue et puis couvrir des champs, sauf cas particuliers, n’a pas d’utilité secondaire valorisable. Aprés aux industriels de faire des solutions adaptées. Pour le moment, ils se sont contenté pour la pluspart d’adapter le toit à des panneaux rectangulaires et ça ça… Lire plus »
jmdesp
Invité

J’ai vu un cas au sol avec des panneaux surélevés pour que la surface au sol reste utilisable en paturage pour des moutons.

wpDiscuz