La cartographie des 5 sites éoliens en mer (3000 MW)

L’énergie éolienne surtout offshore (en mer) présente de nombreux avantages car elle permet de produire beaucoup d’énergie à des coûts raisonnables.

Ainsi, tous les pays qui ont décidé d’y recourir ont établi le même constat : les vents sont plus forts et plus réguliers en mer qu’à terre, les contraintes paysagères sont moindres et les possibilités d’implanter de fortes puissances et d’augmenter la taille des machines sont plus grandes.

Les expériences acquises par nos voisins européens ont montré que l’éolien en mer ne pouvait être considéré comme une simple extension de la composante terrestre.

• Pour être économiquement pertinents les parcs doivent présenter de fortes puissances, afin de mutualiser les coûts fixes.
• Les machines doivent être adaptées au milieu marin, et non des éoliennes terrestres que l’on aurait installé en mer : elles doivent être plus fiables, car la maintenance n’est pas chose facile, et elles doivent résister aux agressions du milieu marin.
• Les zones où doivent se développer les projets éoliens doivent être clairement identifiés.

Le processus de planification des zones propices lancé en 2009, devait répondre à une attente essentielle qui était de trouver des zones suffisamment vastes où l’implantation de grands parcs serait possible. Malgré les contraintes techniques particulièrement fortes qui pèsent sur les côtes françaises en terme de profondeur notamment, ce processus a permis d’identifier les zones techniquement favorables, et parmi celles-ci, de sélectionner celles qui présentaient le moins de contraintes en termes d’usages existants.

En moins de deux ans ce processus a permis de parvenir au résultat très concret d’identifier les premières zones représentant un potentiel de 3000 MW, soit environ 500 éoliennes, qui peuvent effectivement être raccordées au réseau électrique, sans nécessiter de renforcements importants, facilitant ainsi la mise en œuvre de cette première phase du programme éolien en mer.

La cartographie des 5 sites éoliens en mer (3000 MW)

5 zones ont été identifiées comme propices au développement de l’énergie éolienne en mer. Elles représentent un total de 533 km². Ces zones se situent au large des départements de Seine-Maritime, du Calvados, des Côtes d’Armor et de Loire-Atlantique.

• Le Tréport (Seine-Maritime, Somme) : 111 km2, pour une puissance maximale de 750MW ;

La cartographie des 5 sites éoliens en mer (3000 MW)
Cliquez sur l’image – zoom

• Fécamp (Seine-Maritime) : 88 km2, pour une puissance maximale de 500MW ;

La cartographie des 5 sites éoliens en mer (3000 MW)
Cliquez sur l’image – zoom

• Courseulles-sur-Mer (Calvados) : 77 km2, pour une puissance maximale de 500MW ;

La cartographie des 5 sites éoliens en mer (3000 MW)
Cliquez sur l’image – zoom

• Saint-Brieuc (Côtes d’Armor) : 180 km2, pour une puissance maximale de 500MW ;

La cartographie des 5 sites éoliens en mer (3000 MW)
Cliquez sur l’image – zoom

• Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) : 78 km2, pour une puissance maximale de 750MW ;

La cartographie des 5 sites éoliens en mer (3000 MW)

Le plan de développement des énergies renouvelables de la France issu du Grenelle Environnement prévoit une accélération du développement de l’énergie éolienne en mer et des énergies marines, et vise une puissance totale installée de 6 000 MW à l’horizon 2020, soit environ 1 200 éoliennes produisant 3,5 % de la consommation française d’électricité. Ce programme représente un investissement d’environ 20 milliards d’euros. Le surcoût de l’électricité produite par les éoliennes sera compensé par la contribution au service public de l’électricité. Pour financer ce programme, cette contribution sera relevée entre 2015 et 2020 pour un montant représentant 4 % de la facture des ménages en 2020, soit environ 25 euros par ménage et par an. Ce montant diminuera progressivement après 2020, en fonction des prix de marché de l’électricité.

L’objectif européen de développement de l’énergie en mer est d’atteindre 40 000 mégawatts (MW), représentant un investissement annuel de 16,5 milliards d’euros. Une capacité installée de 40 000 MW en 2020 produirait l’équivalent de 4 % de la consommation européenne d’électricité et serait en mesure de créer près de 160 000 emplois. D’autres programmes de grande ampleur sont prévus ailleurs dans le monde, notamment aux Etats-Unis et en Chine.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

30 Commentaires sur "La cartographie des 5 sites éoliens en mer (3000 MW)"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Inox
Invité

dans la brève j’ai l’impression que la surface annoncée pour le parc du Tréport n’est pas la bonne ? Probablement 110 ou 111 km² au lieu des 1110 annoncés,merci et bonne journée

dede29
Invité

Quelqu’un pourrait-il m’indiquer ou je pourrai trouver pour une éolienne marine : la courbe de charge attendue jour-nuit la courbe de charge attendue annuelle (fonction des saisons).Pour ces deux points ,je pense que les études des vents ont du faire ces prévisions . Je recherche aussi quelques indications sur les principales agressions auxquelles on s’attend (vents max ,fatigue par la houle ,corrosion par le milieu marin … ).

Einstein301
Invité

une telle quantite d’eoliennes pour 3000 MW ,c’est n’importe quoi ; 3000 MW peut-etre (!) quand toutes les machines fonctionnes a 100 % mais c’est de l’utopie ;en fait ce projet est uniquement fait pour ce mettre a jour avec le grenelle…et pour sarko de ne pas passer pour un c..; mais qui va payer la facture de ce projet de 20 Mds d’euros ( 5 epr); et les pecheurs ,ils vont aller pecher ou ?

Guydegif(91)
Invité
Ce projet et implantation parait tout à fait cohérent et enfin, bien pensé ! Exploiter les techniques actuelles les plus judicieuses pour exploiter ce que le Soleil nous met à disposition: le vent, donc l’éolien en font partie ! Et pour ce qui est des poissons et des pêcheurs, les 1ers pourront se refaire une santé en permettant au stock de se regonfler….(à force de chaluter à tout va, non seulement on rabotte et détruit les fonds mais on épuise les tocks vivants sans discernement, quitte à JETER les espèces qu’on ne veut pas: faut CHANGER ça !!) et les… Lire plus »
richelieu
Invité

en plein dans la zone natura 2000 pour le site de Fécamp …. bon courage

Inox
Invité

le choix de DCNS déçoit Sabella

Inox
Invité

le parc du Tréport était cité à 1110 Km² , mdr

Inox
Invité

que mon post soit éffacé,nul de chez nul… réflechissez avant de balancer n ‘importe quoi

Inox
Invité

que mon post soit éffacé,nul de chez nul… réflechissez avant de balancer n ‘importe quoi

Inox
Invité

que mon post soit éffacé,nul de chez nul… réflechissez avant de balancer n ‘importe quoi

Inox
Invité

que mon post soit éffacé,nul de chez nul… réflechissez avant de balancer n ‘importe quoi

Inox
Invité

que mon post soit éffacé,nul de chez nul… réflechissez avant de balancer n ‘importe quoi

Inox
Invité

que mon post soit éffacé,nul de chez nul… réflechissez avant de balancer n ‘importe quoi

Inox
Invité

que mon post soit éffacé,nul de chez nul… réflechissez avant de balancer n ‘importe quoi

Inox
Invité

que mon post soit éffacé,nul de chez nul… réflechissez avant de balancer n ‘importe quoi

Inox
Invité

que mon post soit éffacé,nul de chez nul… réflechissez avant de balancer n ‘importe quoi

Inox
Invité

que mon post soit éffacé,nul de chez nul… réflechissez avant de balancer n ‘importe quoi

Marbaf
Invité
Faible coût pour l’éolien surtout offshore dit la première phrase. Mon oeil, ça reste à prouver. Et malgré le meilleur taux d’utilisation car plus de vent, l’éolien marin restera plus cher que le terrestre. Et je me demande ce qu’il en est par rapport au nucléaire tout bien compris (déchets, démantellement, ….) Une étude à la louche : Par contre, je pense que les pêcheurs peuvent partager la mer sans souci avec les éoliennes, tout dépend de l’implantation des sites. Normalement en zones peu profondes, là où les chaluts ne viennent pas raboter en temps normal. Enfin, malgré l’intérêt technique,… Lire plus »
Einstein301
Invité

en fait ,pour repondre a Guidegif , les eoliennes futuristes pourront aussi couper les poissons en tranches ;91781

michel123
Invité
L’important c’est de lancer la filière en france car contrairement au photovoltaique cette filière dispose de nombreux avantages. 1- Une production de courant jour et nuit , plus importante en hiver qu’en été (au moment où on en a besoin) 2- Une filière qui peut se développer chez nous avec une technologie relativement rustique , apte à prendre racine sur nos chantiers navals en crise depuis 30 ans . 3- La possibilité d’installer des modèles véritablement industriels de 10 Mw voire 15 Mw qui feront baisser le prix (relatif) de la maintenance et de l’installation 4- L’établissement de sanctuaires pour… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité

On en a parlé recmment: c’est un appel d’offre, le tarif d’achat sera celui proposé par les opérateurs en réponse à l’appel d’offre: en tout état de cause supérieur à 13ct/kWh ( ones time plutôt 17 à 18, mais on verra bien les résultats). Les 13ct sont le tarif d’achat “officiel”. Il est manifestament trop bas, puisqu’aucun projet ne s’est réellement développé.

Sicetaitsimple
Invité

Mon post précedent vous était destiné, le lien sur la discussion récente:

michel123
Invité

oui je sais que le prix réel sera peut être un peut plus haut … ou peut être pas … Mais pour 13ct d’euro un premier projet était en cours et ne s’est bloqué qu’en raison de l’oppositions de riverains égoïstes craignant pour leur belle vue sur mer . C’est vrai qu’une dizaine de confettis sur l’horizon cela vous gache une aprés midi.

Sicetaitsimple
Invité

130 ou 180€/Mwh…Au moment ou Proglio et Mestralet se battent sur 35 ou 42 pour le prix du nucléaire historique… J’ai déjà exprimé ma sympathie pour l’éolien offshore, mais ce n’est quand même pas donné.. Rt il y a peu de raisons que ça baisse dans l’avenir.

airsol
Invité

pour michel123 Petit rappel 154 euros kwh c’est l’objectif de  Solaire direct pour sa centrale PV ” Il faut  être visionnaire pour monter un tel programme  face aux esprits chagrins qui de tous temps cassent les filières d’avenir sous prétexte que celles ci  n’ont pas de rentabilité immédiate “

michel123
Invité
Cependant je suis persuadé qu’il y a encore des marges de progression : En augmentant la taille des machines Par l’arrivée de nouveaux matèriaux Par des astuces technologiques parfois trés simples qui peuvent faire entrainer des ruptures technologiques: 1- Une nouvelle façon de fabriquer à bas prix la fibre de carbone par exemple: baisse de poids , baisse de coût , augmentation de taille , moins de corrosion si le pilone et de nombreuses pièces sont en carbone …… 2- Des astuces pour abaisser le coût de la maintenance qui sera bien sûr plus difficile et plus couteuse en pleine… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité

L’article parle d’un coût de 154€/MWh, pas d’un prix de vente.Il faudra bien que Solaire Direct gagne sa vie avec ses centrales. Les montants qui varient ne sont pas le privilège du “nucléaire historique”, visiblement!

airsol
Invité

à sicétaitsimple vous avez raison (c’est mon coté faux cul) il n’en reste pas moins que les ordres de grandeurs sont comparables

tortue
Invité
Bonjour Malheureusement les éoliennes sont en plein sur la zone de pêche et installer des pilones détruit les sites de reproduction. Les pêcheurs bretons, savent parfaitement conserver les stocks de poissons sans les épuiser.  J’ai été moi-même sur un bateau de pêche pour le voir et le vérifier.  On rejette que les petits poissons et ne sont pris que les gros poissons d’une certaine taille homologuée.  La pêche à la coquille est réglementée et ne comporte aucun signe d’épuisement. Quand à la pêche en bateau usine et au grand chalus elle n’est pas pratiquée sur les côtes françaises mais en… Lire plus »
jp
Invité

LES ÉOLIENNES DÉFINITIVEMENT BANNIES DU LITTORAL ? Toute construction, portant extension de l’urbanisation, ne peut intervenir qu’au sein ou en continuité d’un espace bâti particulièrement dense (30-40 constructions minimum). La Cour Administrative d’Appel de Nantes, dans un arrêt en date du 28 janvier 2011 met un coup d’arrêt à la construction d’éoliennes en zone littorale.

wpDiscuz