L’ASTM ouvre la voie du kérosène GTL pour l’aviation

ASTM, l’organisme de normalisation internationale vient de publier les spécifications de nouveaux carburants de synthèse (GTL – Gas to Liquid) à destination des moteurs d’avion produits à partir du charbon, du gaz naturel ou de la biomasse en utilisant le procédé Fischer-Tropsch.

La publication de cette spécification fait suite à deux années de recherche et de discussions au sein du groupe de normalisation ASTM, organisme multipartite réunissant des producteurs, des fabricants d’équipements et des consommateurs de carburant aviation.

Ainsi, la nouvelle norme ASTM D7566 "Carburéacteur d’aviation contenant des hydrocarbures de synthèse" approuve l’utilisation d’un carburéacteur contenant jusqu’à 50% de kérosène GTL dans l’aviation civile. Ces mélanges seront appelés GTL Jet Fuel. Le kérosène GTL est l’un des cinq produits de type GTL qui seront produits en volumes commerciaux par le projet Pearl GTL, actuellement en construction par Qatar Petroleum et Shell.

Sa production sera d’environ un million de tonnes de kérosène GTL par an, quantité suffisante pour propulser un avion de transport commercial type sur un demi-milliard de kilomètres (soit le transport de 250 passagers 4.000 fois autour de la terre) lorsqu’il est utilisé à 50% pour obtenir le GTL Jet Fuel.

La construction de Pearl GTL doit s’achever à la fin de l’année 2010, avec une montée en puissance durant 2011 et aboutir à la commercialisation du Kérosène GTL à compter de 2012.

Un consortium réunissant Shell, Airbus, Qatar Fuel Company (WOQOD), Qatar Petroleum, Qatar Science & Technology Park et Rolls-Royce mène actuellement des recherches sur les avantages potentiels de l’utilisation du Jet Fuel GTL dans les moteurs d’avion.

"Les qualités du Jet Fuel GTL, entre autres son potentiel de réduction de la pollution autour des aéroports et son aptitude à permettre une légère réduction de la charge de carburant va en faire un produit attractif pour les compagnies aériennes et les autorités aéroportuaires. Pour le Qatar, le GTL va lui permettre de commercialiser son gaz naturel sur divers marchés actuellement approvisionnés en produits dérivés du pétrole. L’approbation publiée aujourd’hui fait de l’aviation un autre de ces marchés et va aider le Qatar à maximiser la valeur qu’il peut tirer de ses ressources naturelles." indique le Directeur général du projet Pearl GTL,

Outre le kérosène GTL, Pearl GTL produira du gasoil GTL, un type de carburant diesel ; des huiles à base de GTL, utilisées pour fabriquer des lubrifiants de haute qualité ; de la paraffine normale de GTL, utilisée pour la production de détergents ; et du naphte de GTL, matière de base pour la production de plastique.

Partagez l'article

 



            

Articles connexes

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "L’ASTM ouvre la voie du kérosène GTL pour l’aviation"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Jan
Invité

– Ce procédé demande beaucoup d’énergie pour produire le carburant de synthèse. – Le charbon est de loin l’énergie fossiles qui est la plus polluante. – Un vol court-courrier nécessite environ 10l au 100 par passager car le temps de vol est majoritairement du ‘décollage’ qui nécessite bcp de kérozène… Ainsi l’avion confortera sa place de mode de transport le plus polluant. Bravo le progrès !

wpDiscuz