Enerzine

Les pays de l’OCDE auront besoins de GNL

Partagez l'article

« L’industrie du gaz connaît des changements rapides, la demande globale en gaz naturel augmente mais la production stagne », a déclaré Claude Mandil, directeur exécutif de l’agence internationale de l’énergie (AIE), jeudi à Amsterdam, lors du lancement d’une nouvelle publication (Revue 2006 du marché du gaz naturel : Vers un marché global du gaz).

« Cette évolution signifie que la dépendance d’importation de l’Union Européenne et de l’Amérique du Nord va s’accroître » a ajouté M. Mandil, soulignant au passage une croissance des échanges gaziers mondiaux et en particulier du gaz naturel liquéfié (GNL).

Dans les cinq ans à venir, l’AIE projette que la demande mondiale en gaz grimpera jusqu’à 3.2 trillion de mètres cubes, soit l’équivalent de 2.4 % par an. Malgré un prix élevé persistant du gaz, une diminution est seulement préssentie après 2010.

Actuellement, la part du GNL dans le marché du gaz n’est que de 6.5%. Mais les investissements sont croissants dans cette industrie. Par conséquent, « l’importance du GNL dans pays de l’OCDE doublera », a prédit Mr. Mandil. Le GNL permet de solutionner les problèmes d’approvisionnement des pays lointains, sans employer de canalisation. C’est devenu maintenant un moyen économique et concurrentiel de distribuer de l’énergie.

C’est important car les pays de l’OCDE possèdent seulement 9% de réserves prouvées, tandis que le Moyen-Orient en a 41% et la Russie 26%.

(SRC : préléminaire – rapport AIE)


Partagez l'article

 



          

    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    Soyez le premier à commenter !

    Me notifier des
    avatar
    wpDiscuz