L’heure d’été, une histoire d’éclairage naturel

L’heure d’été a été instituée en France en 1975 suite au choc pétrolier de 1974, avec l’objectif d’effectuer des économies d’énergie en réduisant les besoins d’éclairage. Il s’agit principalement de faire correspondre au mieux les heures d’activités avec les heures d’ensoleillement pour limiter l’utilisation de l’éclairage artificiel.

Une étude réalisée conjointement par le ministère de l’Industrie, EDF et l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME) estimait qu’en 1996 l’économie d’électricité (poste d’éclairage) était d’environ 1,3 TWh (soit environ 293 000 tep en équivalence énergie primaire).

Toujours d’après l’ADEME, le poste de la consommation électrique en éclairage a faiblement évolué ces dernières années et l’énergie économisée en 2003 serait toujours de 1,3 Twh, soit 0,28 % de la consommation intérieure d’électricité et 4 % de la consommation d’éclairage totale.

Ces études n’incluent pas la consommation accrue de carburant des véhicules lors des soirées estivales. En incluant l’ensemble des coûts énergétiques, la Commission européenne considère « que les économies effectivement réalisées sont difficiles à déterminer, et, en tout cas, relativement limitées ».

Appliqué au Royaume-Uni et en Irlande depuis la première guerre mondiale et en Italie depuis 1966, le régime de l’heure d’été a été introduit dans l’ensemble des pays de l’Union européenne au début des années 1980. Pour faciliter les transports, les communications et les échanges au sein de l’Union européenne, il a été décidé d’harmoniser par directive du Parlement européen et du Conseil, les dates de changement d’heure.

Ainsi, depuis 1998 pour l’ensemble des pays de l’Union européenne, le passage à l’heure d’été intervient le dernier dimanche de mars à 2 heures du matin et le passage à l’heure d’hiver intervient le dernier dimanche d’octobre à 3 heures du matin. Le régime de l’heure d’été consiste à ajouter 60 minutes à l’heure légale au cours de la période estivale (de fin mars à fin octobre).

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "L’heure d’été, une histoire d’éclairage naturel"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Lucio
Invité

La mesure de changement d’heure comporte une bonne dose de pédagogie, car “éduquer et sensibiliser les masses” était très en vogue. Il y a quelques années, le gain annoncé était de 3 €/an/français. Je pense que le bilan est très négatif: métabilsme des personnes fragiles, changement des horaires de train, d’avion, rendez-vous ratés, etc… De toute façon, en l’absence de résultat probant la suppression de cette mesure doit être envisagée.

De passage
Invité

Je me marre avec les soient disantes conséquenses de l’heure d’été.Combien de personnes se déplacent à l’étranger avec plusieurs heures de décalages et là on ne se pose pas de question .Avec une journée plus longue certains peuvent aller piquer une petite tête à la mer ,un pique nique le soir où bien bosser un peu dans sa maison…ça fait des années que c’est en place et moi perso je n’y trouve que des avantages.

wpDiscuz