Nouvel aménagement hydroélectrique de La Verna (64)

Gérard Mestrallet, le Président Directeur Général de Suez a inauguré le mercredi 2 avril, le nouvel aménagement hydroélectrique de La Verna aux côtés de Monsieur Albert Augiar, maire de Sainte-Engrâce (Pays Basque).

Situé dans le Gouffre de la Pierre Saint Martin, ce barrage construit à 700 m de profondeur par la SHEM, filiale du Groupe Suez, produit une énergie 100 % renouvelable. Il s’inscrit dans une démarche volontariste du Groupe qui entend disposer de 18 % de capacité de production d’énergies d’origine renouvelable en Europe à partir de 2009, dont 250 MW supplémentaires d’hydraulique à l’horizon 2014 en France, et ce conformément aux 10 engagements pris par le Groupe dans le cadre du Grenelle de l’environnement.

La construction de cet ouvrage réalisée par la SHEM avec l’appui d’Electrabel (filiale de Suez) se trouve dans une cavité de 240 mètres de diamètre et de 194 mètres de profondeur. L’aménagement hydroélectrique de La Verna est totalement intégré au milieu naturel. Il capte l’eau d’une rivière souterraine qui réalimente en permanence un cours d’eau à sec 6 mois de l’année.

Nouvel aménagement hydroélectrique de La Verna (64)

D’une puissance installée de 4 MW, ce barrage produira une énergie 100 % renouvelable qui sera certifiée EE-02 en 2008 par l’organisme indépendant TÛV-SUD, comme l’ensemble de la production électrique de la SHEM. Une énergie commercialisée par Electrabel, Groupe Suez sous la marque AlpEnergie.

Au-delà de l’inauguration, cet ouvrage d’art sera ouvert au grand public les 5 et 6 avril 2008 de 10 h 00 à 17 h 00 dans le cadre de la Semaine du Développement Durable, initiée par le Ministère de l’Ecologie, du Développement et de l’Aménagement Durables.

La SHEM assurera des visites guidées qui seront l’occasion de découvrir un patrimoine industriel riche et totalement intégré dans son environnement.

A propos de la SHEM,
La Société Hydro Electrique du Midi (SHEM) est un producteur d’électricité à l’expérience centenaire en matière d’hydroélectricité. En 2003, la SHEM devient filiale du Groupe SUEZ, un groupe international industriel et de services actif dans l’énergie et l’environnement.

La SHEM exploite 50 usines hydroélectriques sur 12 sites implantés dans les Pyrénées et le Massif Central, et dispose d’un parc de production de 773 MW. Elle emploie 230 collaborateurs.
Acteur engagé dans le développement durable, la SHEM souhaiter associer à sa production hydroélectrique des capacités éoliennes et photovoltaïques, et étudie différents projets dans cette optique.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

8 Commentaires sur "Nouvel aménagement hydroélectrique de La Verna (64)"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Dan
Invité
Puisque l’article ne le dit pas et que l’on pourrait croire qu’une société privée a réalisé “ex nihilo” un travail de titan, je vous propose un article du Figaro qui est plus équilibré : La SHEM qui a alimenté les trains et les français depuis plus de 70 ans, s’est appuyé sur des ouvrages parfois construit dans les années 1910 et qui produisent toujours (investissement à long terme !). Ce sont nos parents, grands parents et arrière grands parents qui ont bâti la France sur laquelle nous construisons l’avenir. Ils ont creusé des milliers de kilomètres de galeries dans nos… Lire plus »
Jean luc
Invité

Merci aussi aux “pionniers” spéléologues qui ont découvert (et typographié ce réseau permettant le creusement du tunnel) au péril de leur vie. A  l’époque s’était vraiment des pionniers dans cette discipline aussi.50 ans après les conditions énergétiques  remettent cela dans l’actualité c’est bien.Hier l’Ouzbékistan (voir information enerzine) nous  titillais  un peu  avec leur  four solaire  aussi grand que celui d’Odeillo.Gardons notre âme de pionniers (et d’industriel ) pour enfin  sortir  de notre age des cavernes  (du mix énergétique anesthésiés au nucléaire )Investissons dans nos pionniers des ENR.

Dan
Invité
Vous faites bien de rajouter les spéléologues (ils sont cités dans l’article du Figaro). Pour le four solaire, je vous propose le lien suivant : où il faut lire “le cas de l’énergie solaire”. C’est écrit en 1989 et quelques orientations ont été modifiées depuis, dont le nucléaire aux Etats Unis. ne nous trompons pas tout de même, on ne peut pas opposer l’hydraulique dans les pyrénées et le nucléaire en France… sauf à retourner à la consommation d’électricité du début du 20ième siècle. Si j’admire les réalisations hydrauliques de nos ainés, il faut garder à l’esprit que la France… Lire plus »
Jean luc
Invité
Loin de moi l’idée d’opposer la puissance de la centrale de la Verna par rapport à un EPR (pas encore en service) ni même  l’hydraulique en général contre le parc de centrale nucléaire français.Je ne suggère pas de revenir au début du XX siècle (soyons réaliste qui voudrais cela et pourrais même le croire).Le prix de l’uranium flambe plus que le prix du pétrole et les réserves descende aussi (ne parlons même pas des réserves d’uranium si tous les pays de monde voulaient produire leur électricité avec le nucléaire comme en France).Le soleil nous envoie beaucoup plus (la proportion est… Lire plus »
Dan
Invité
Si vous avez mes lu contributions (très nombreuses), vous verrez que je ne suis contre rien a priori mais que j’aime bien les arguments fondés. Chaque pays a son histoire, qu’il faut connaître. Chaque pays a son potentiel énergétique. Il n’y a pas de commune mesure entre l’Islande installée sur un volcan avec 20 fois moins d’habitants que la France mais une surface d’un cinquième et la bande de Gaza ! J’ai cru un moment, comme d’autres que les énergies diffuses pouvaient facilement couvrir les besoins de la France. Après pas mal de lectures, calculs, discussions et visites d’ouvrages, je… Lire plus »
Coco
Invité
ces usines ont été créées en 1909 pour les besoins de la traction électrique de la Compagnie du Midi qui allait en 1938 être intégrée dans la SNCF. Ce bien, éminament national rapportait en année moyenne près de 2 milliards de kWh à la SNCF ce qui couvrait 1/3 de sa consommation. A celà il faut ajouter quelques centaines de millions d’euros partagés entre la SNCF et l’Etat chaque année. Lors d’une expertise par un cabinet spécialisé, ce service a été qualifié de “société vache à lait” malgré cela, nos dirigeants ont opté pour une vente au groupe suez ce… Lire plus »
Dan
Invité
Le paysage énergétique de la France est en train de changer à toute vitesse et comme disent les spécialistes nous changeons de “paradigme” en clair de modèle de production. Il existe bien un risque de spoliation des citoyens, notamment à cause de l’ouverture du marché de l’électricité qui va faire monter les prix et de la privatisation des sociétés de production. Les français seront alors obligés de payer plus cher un kWh qui sera pratiquement toujours produit au même coût par EDF et ne pourront plus récupérer la mise auprès d’une société qui serait privatisée. Pour l’instant, l’Etat restant largement… Lire plus »
Coco
Invité
Je souscris à tout ce que vous affirmez, cela rejoint mon opinion personnelle mais je suis surtout d’accord avec votre analyse sur le citoyen “lambda” en fait, si les français se préoccupaient un peu plus de ce qui se passe chez nous et un peu moins des singeries de quelques “people” bien connus, ils sauraient qu’avec le pouvoir electif ils possédent une véritable arme pour canaliser des situations, qu’ils n’utilisent pas ou très peu. Les lois, et en particulier celles qui nous lèsent sont votées par nos députés et ces derniers c’est nous qui les élisons alors? Commençons donc par… Lire plus »
wpDiscuz