Novozymes : l’éthanol cellulosique rentable en 2010

La société danoise Novozymes annonce être parvenue à diviser par deux les coûts de fabrication des enzymes pour la production d’éthanol cellulosique. Elle prévoit de lancer sa première usine commerciale en 2010.

La seconde génération d’éthanol utilise les enzymes pour briser les déchets organiques comme les tiges de maïs, la bagasse de canne, ou les copeaux de bois. La matière première est ainsi transformée en sucre, avant d’être mise en fermentation pour produire de l’éthanol.

"Les résultats que nous obtenons en laboratoires (…) nous confortent dans notre objectif qui consiste à offrir à l’industrie de l’éthanol cellulosique des enzymes commercialement viable, en 2010", indique Peder Holk Nielsen, PDG de la société.

Par "commercialement viable", la société entend "compétitif avec l’éthanol issu du maïs, sur la base des coûts" de production. Novozymes vise plus particulièrement le marché américain et les subventions accordées aux producteurs d’éthanol. La société a lancé la construction d’une usine de production d’enzymes au Nebraska, qui sera opérationnelle en 2011.

Ces enzymes peuvent être utilisés sur plusieurs types de matériaux organiques.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "Novozymes : l’éthanol cellulosique rentable en 2010"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Kerbrun
Invité

Enfin un procédé Enzymatique pour du bioéthanol de deuxième génération . Cela évitera d’utiliser les terres cultivables et rendra enfin très crédibles les biocarburants de” deuxième génération ” face à tous les détracteurs et autres facheux critiques .En plus, ça sera vraiment industriel puisqu’une usine de production d’enzymes au Nebraska sera opérationnelle en 2011. Pas un rêve,mais la réalité vraie dès 2011 .

Denlaf
Invité

Ce procédé est acceptable parce qu’on peut l’utiliser(et on doit le faire)sans nous priver des terres agricoles dont nous avons besoin pour nourrir les populations. Ce n’est pas le cas de l’éthanol qui provient strictement du maïs. Dans ce cas, on prive les population d’un aliment populaire et, à la place, on l’utilise pour faire fonctionner les automobiles. Cherchez l’erreur. De plus, l’énergie qu’on investit pour produire cet éthanol (si on tient compte du procédé dans sa totalité) est supérieure à l’énergie qu’on peut en retirer. Articles sur les énergies renouvelables : http://www.denis-laforme.over-blog.com

wpDiscuz