PIVERT retenu parmi les « Investissements d’avenir »

Le projet PIVERT, acronyme pour Picardie Innovations Végétales Enseignements et Recherches Technologiques, a été retenu parmi les « Investissements d’avenir », avec un budget de 220 millions d’euros répartis sur 10 ans.

PIVERT constituera ainsi un des Instituts d’Excellence dans le domaine des Energies Décarbonées (IEED).

Installé à Compiègne (Picardie), sur le Parc Technologique des Rives de l’Oise, il deviendra un centre de recherche, d’innovation, d’expérimentation et de formation dans la chimie du végétal à base de biomasse oléagineuse (colza, tournesol, etc.). Il réunira, sur 10 ans, plus de 150 chercheurs, ingénieurs et enseignants travaillant dans différents laboratoires et sur des pilotes industriels. Il contribuera également à assurer le transfert des innovations du laboratoire au stade pré-industriel.

PIVERT sera aussi le premier centre européen visant à transformer la biomasse oléagineuse, c’est-à-dire la plante entière, en produits chimiques renouvelables, destinés à de multiples applications : alimentation, santé, cosmétique, matériaux de construction, etc. Parmi ses axes de recherche, figurent le traitement thermique de la biomasse, la chimie catalytique et la biotechnologie industrielle dite « biotech blanche ». L’originalité du projet réside dans les interactions entre les différents axes de recherche.

Le projet sera bâti sur un concept d’écologie industrielle : les sous-produits de certaines activités serviront de matières premières à d’autres activités, tandis que l’énergie et l’eau seront recyclées. Cette future raffinerie du végétal utilisera les ressources agricoles et forestières locales de la région de Picardie, permettant de renforcer le tissu agricole et industriel local.

Ensuite, PIVERT sera un projet interdisciplinaire touchant à de nombreux domaines de recherche qu’il faudra totalement reconsidérer afin de s’adapter au concept d’écologie industrielle. En parallèle, ce projet va créer de nouvelles offres de formation, garantissant la compétitivité économique de la filière et le transfert des connaissances indispensables à sa pérennité : licences professionnelles, masters, formation continue, e-learning…

Enfin, PIVERT reposera sur un montage et un fonctionnement financier original. En effet, il est porté par des centres techniques et de recherche, des universités, comme l’Université Technologique de Compiègne (UTC), des industriels et des acteurs privés, notamment Sofiprotéol et le pôle IAR (Industries Agro-Ressources). Retenu parmi les « Investissements d’avenir » financés par le Grand Emprunt, le projet est soutenu par l’Etat et les collectivités locales, en particulier la Région de Picardie et l’Agglomération de la Région de Compiègne (ARC).

Le projet sera géré par la SAS PIVERT, dont les actionnaires sont Sofiprotéol, Rhodia, Maguin, PCAS, SNC Lavallin, Pôle IAR, UTC, Université de Picardie-Jules Vernes, Université de technologie de Troyes.

Le projet doit encore faire l’objet d’une notification auprès de la Direction Générale de la Concurrence au sein de la Commission européenne.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz