Polluants atmosphériques : la population urbaine européenne trop exposée

Il apparaît que près d’un tiers des citadins européens sont exposés à des concentrations excessives de particules en suspension dans l’air ; ces particules figurent même parmi les polluants les plus nocifs pour la santé humaine, car elles pénètrent dans certaines parties sensibles du système respiratoire.

Bien que l’UE soit parvenue, au cours des dernières décennies, à réduire les polluants atmosphériques qui sont à l’origine de l’acidification, un nouveau rapport publié lundi par l’Agence européenne pour l’environnement (AEE) montre que de nombreuses régions d’Europe doivent faire face à des problèmes persistants liés aux concentrations de particules dans l’atmosphère et à l’ozone troposphérique.

« Ce rapport rappelle de manière opportune l’importance de la qualité de l’air pour la santé de nos citoyens. C’est pourquoi je souhaite que 2013 soit l’Année de l’Air et j’accorderai la priorité au renforcement de notre législation relative à la qualité de l’air pour faire face aux problèmes mis en évidence aujourd’hui » a déclaré M. Janez Potocnik, membre de la Commission européenne chargé de l’environnement,

Mme Jacqueline McGlade, directrice exécutif de l’AEE : « La politique de l’Union européenne a permis de réduire les émissions de nombreux polluants au cours de la dernière décennie, mais nous pouvons aller plus loin encore. Dans de nombreux pays, les concentrations de polluants atmosphériques demeurent supérieures aux limites légales et recommandées fixées pour protéger la santé des citoyens européens. En fait, la pollution atmosphérique réduit notre espérance de vie de près de deux ans dans les villes et les régions les plus polluées. »

Le rapport 2012 de l’AEE sur la qualité de l’air en Europe examine l’exposition des citoyens aux polluants atmosphériques et donne un aperçu général de la qualité de l’air en Europe. Ce rapport a pour but de soutenir la mise en place de politiques plus efficaces en faveur d’un air propre.

Polluants atmosphériques : la population urbaine européenne très exposée

Les principales conclusions du rapport :

Les particules (PM) constituent le risque sanitaire le plus grave lié à la pollution atmosphérique dans l’UE et entraînent une mortalité prématurée.

Les auteurs du rapport estiment qu’en 2010, 21 % de la population urbaine a été exposée à des concentrations de PM10 supérieures aux valeurs limites journalières les plus strictes de l’UE destinées à préserver la santé. Jusqu’à 30 % de la population urbaine a été exposée à des concentrations de particules plus fines, les PM2,5, supérieures aux valeurs limites annuelles (moins strictes) de l’UE. Selon les niveaux de référence de l’OMS, qui sont encore plus stricts que ceux imposés par la législation de l’UE, respectivement jusqu’à 81 % et 95 % des citadins ont été exposés à des concentrations de particules qui dépassent les valeurs de référence fixées pour la protection de la santé humaine, ce qui souligne l’urgence de réexaminer prochainement la législation en matière de qualité de l’air.

L’ozone (O3) peut être à l’origine de problèmes respiratoires et entraîner une mortalité prématurée. L’exposition à ce polluant est très élevée dans les villes; en effet, 97 % des habitants des zones urbaines de l’UE ont été exposés en 2010 à des concentrations d’ozone supérieures au niveau de référence de l’OMS. 17 % ont été exposés à des concentrations supérieures à la valeur cible de l’UE pour l’ozone. En 2009, 22 % des terres arables en Europe ont été exposées à des concentrations d’ozone préjudiciables, ce qui s’est soldé par des pertes agricoles.

Le dioxyde d’azote (NO2) est une cause majeure d’eutrophisation (croissance excessive des algues et des végétaux dans l’eau) et d’acidification, et contribue également à la formation de particules et d’ozone. En 2010, 7 % des Européens vivant en milieu urbain ont été exposés à des niveaux de NO2 supérieurs aux valeurs limites de l’UE. Dans de nombreux pays européens, les émissions d’oxydes d’azote dépassent encore les plafonds d’émission fixés par la législation de l’UE et dans le cadre des accords des Nations unies.

Le benzo(a)pyrène (BaP) est un agent cancérogène. Une proportion considérable de la population urbaine de l’UE (20 à 29 % entre 2008 et 2010) a été exposée à des concentrations dépassant la valeur cible de l’UE, qui doit être respectée d’ici à 2013. L’augmentation des émissions de benzo(a)pyrène en Europe au cours des dernières années est donc préoccupante.

• En ce qui concerne le dioxyde de soufre (SO2), des progrès notables ont été enregistrés: les émissions ont été réduites de manière significative au cours des dernières années grâce à la législation de l’UE qui exige l’utilisation de technologies d’épuration des émissions et une plus faible teneur en soufre des carburants. 2010 a été la première année où la population urbaine de l’UE n’a pas été exposée à des concentrations de dioxyde de soufre supérieures à la valeur limite de l’UE.

• Dans l’UE, les concentrations de monoxyde de carbone, de benzène et de métaux lourds (arsenic, cadmium, nickel, plomb) dans l’air extérieur sont généralement faibles, localisées et sporadiques, avec peu de cas de dépassement des valeurs limites et valeurs cibles fixées par la législation de l’UE.

Le rapport est téléchargeable au format .PDF : ICI

Partagez l'article

 



            

Articles connexes

Poster un Commentaire

7 Commentaires sur "Polluants atmosphériques : la population urbaine européenne trop exposée"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Nicolas_54
Invité

Merci le diesel ! Il faut interdire la monte de moteurs diesel sur les citadines, ça résoudrait déjà une partie du problème !

Espace europeen
Invité
Concernant le dédoublement 25 km de l’Autoroute A9 par VINCI et ASF, une voie transversale de l’agglomération de MONTPELLIER, IRRESPONSABLES seraient les politiques d’aménagements qui face à une question de santé publique, conforteraient inconsciemment ou non la DUP du dédoublement de l’A9 proposée par VINCI et ASF.Les avantages incontestables de la réduction des nuisances sonores qu’offre le concept ESPACE EUROPEEN MONTPELLIER par L’ENCAPSULATION des 16 voies PERMETTRAIT LA DEPOLLUTION DE L’AIR AVEC UN DÉPOUSSIÉRAGE PAR VOIE HUMIDE EN COLLECTANT LES PARTICULES FINES et de l’autoroute actuelle et du dédoublement construit au-dessus soit plus de 25 km d’une autoroute de 4X4… Lire plus »
Oliv7431
Invité
Ah bon les voitures polluent l’air des villes? Bientot on va nous dire que les OGM c est dangeruex pour la santé ! Ah oui et ensuite on sous entendra que la technologie nucléaire n’est pas forcement sans risque.. Vraiment on a peur de rien ! Critiquer les voitures… tout ca à cause de barbus descendant dirctement de l’ourang outan qui refusent le progrès et le^miracle de la maitrise de la nature par l’homme… Moi perso, j’ai un 4*4 et je vis à la campagne dans une belle maison de 150m2 chauffé à l’élec et je viens en ville tous… Lire plus »
Espace europeen
Invité
IRRESPONSABLES seraient les politiques d’aménagements qui face à une question de santé publique, conforteraient inconsciemment ou non la DUP du dédoublement de l’A9 proposée par VINCI et ASF. Les avantages incontestables de la réduction des nuisances sonores qu’offre le concept ESPACE EUROPEEN MONTPELLIER par L’ENCAPSULATION des 16 voies PERMETTRAIT LA DEPOLLUTION DE L’AIR AVEC UN DÉPOUSSIÉRAGE PAR VOIE HUMIDE EN COLLECTANT LES PARTICULES FINES et de l’autoroute actuelle et du dédoublement construit au-dessus soit plus de 25 km d’une autoroute de 4X4 voies BAU comprises. L’ensemble étant encapsulé et équipé d’une ventilation à dépression, intégrée derrière une végétation dense, cette… Lire plus »
Dan1
Invité

Le rapport parle des particules en Europe et tout de suite on pense aux diésels français, soit. Mais avez-vous pensé à téléchergé le rapport et accessoirement à le parcourir pour voir les cartes des concentrations en europe ?

bolton
Invité

“@Nicolas: pour moi interdire le moteur diesel est un pansement. Il faudrait à mon gout drastiquement interdire la circulation des centres ville^et la limiter aux véhicules de livraisons , de taxi et de soins (aides à a personnes,….) avec une politique dintallation de P+R en borudre des villes et pas filer 300 000 euros pour faire baisserde 0.3 centimes le litres de gazoil pendant 3 mois” Amen.

Zig24
Invité

Mais qui mesure le taux de particules fines dans l’air ? Par exemple pour les personnes qui habitent aux abords des grands axes routiers : personne ne les informe ! La concentration en particules fines de l’air qu’ils respirent tous les jours est-elle en deça des seuils ou bien au delà ? Ces personnes n’ont-elles pas le droit d’être informées par les autorités sanitaires de l’Etat ou les organismes chargés de la mesure de la qualité de l’air ?

wpDiscuz