Vers une reprise du développement de l’éolien et du photovoltaïque ?

Le Panorama des énergies renouvelables (ENR) au 1er semestre 2014, élaboré par RTE, le Syndicat des Energies Renouvelables (SER), ERDF et l’Association des Distributeurs d’Electricité en France (ADEeF) qui présente un état des lieux semestriel du développement de ces énergies et des enjeux liés à leur insertion aux réseaux électriques vient d’être publié.

Au terme du 1er semestre 2014, l’éolien et le photovoltaïque représentent respectivement 3,7 % et 1,2 % de la consommation française d’électricité sur une année glissante, pour des parcs installés atteignant 8 575 MW et 4 763 MW en France métropolitaine.

Le panorama du 1er semestre 2014 montre une croissance de la puissance installée plus soutenue que ces dernières années. En effet, après trois années de baisse continue du développement du parc éolien, l’étude dénombre près de 420 MW raccordés contre 248 MW pour le premier semestre 2013. Ce document révèle également une relance de la croissance du parc photovoltaïque avec près de 400 MW raccordés au premier semestre 2014.

Cette reprise, qui reste à confirmer, est en grande partie attribuable aux mesures prises pour simplifier les procédures administratives encadrant le développement de la filière éolienne et des réseaux et améliorer le cadre économique de la filière photovoltaïque. D’autres mesures sont également prévues dans le cadre du projet de loi relatif à la transition énergétique pour la croissance verte actuellement en discussion au Parlement.

Une nouvelle édition enrichie

Cette dernière édition est enrichie de trois nouveaux chapitres : le premier dédié à la filière hydraulique qui, avec une puissance installée de 25 434 MW, représente 13,8 % de la consommation d’électricité métropolitaine ; le deuxième consacré aux schémas régionaux de raccordement au réseau des énergies renouvelables ; tandis que le troisième présente les principaux chiffres des filières éolienne, photovoltaïque et hydraulique en Europe.

Par ailleurs, les chapitres consacrés à l’éolien et au photovoltaïque identifient les défis technologiques de ces filières tout en approfondissant les enjeux liés à leur intégration au réseau électrique.

La prochaine édition s’étendra à l’ensemble des énergies renouvelables productrices d’électricité (biomasse).

Eolien

Parc éolien raccordé au 30 juin 2014

La puissance éolienne raccordée aux réseaux électriques au 31 décembre 2013 est de 8 575 MW dont 414 MW pour le réseau de RTE, 7 709 MW pour le réseau d’ERDF, 434 MW pour les réseaux des ELD et 18 MW sur le réseau d’EDF-SEI en Corse. Le parc éolien est en progression de 5 % au premier semestre de l’année 2014 avec 418 MW nouvellement raccordés contre 248 MW au premier semestre 2013.

Vers une reprise du développement de l'éolien et du photovoltaïque

La production éolienne

Quatre pays européens ont eu en 2013 une production supérieure à 15 TWh : l’Espagne (54,7 TWh), l’Allemagne (50,8 TWh), la Grande-Bretagne et la France avec respectivement plus de 18 et 15,8 TWh. A l’échelle de l’ENTSO-E, la production de l’année 2013 a été de 223 TWh.

Vers une reprise du développement de l'éolien et du photovoltaïque

La couverture de la consommation électrique par la production éolienne

La production éolienne a permis en 2013 de répondre à 7 % de la consommation d’électricité dans les pays européens membres de l’ENTSO-E. Le Danemark, pays où la production éolienne participe le plus à la consommation avec 34 %, est suivi par le Portugal avec un taux de 24 %, puis par l’Espagne avec 21 % et l’Irlande avec 18 %. L’Allemagne se situe en sixième position avec 9,6 %, tandis que la France, avec 3,2 %, se situe au vingtième rang.

Vers une reprise du développement de l'éolien et du photovoltaïque

 

Photovoltaïque

Parc photovoltaïque raccordé au 30 juin 2014

Le parc photovoltaïque de France métropolitaine s’élève à 4 763 MW, soit une progression de 9 % depuis décembre 2013. Le volume raccordé au premier semestre est de 397 MW. Ce volume correspond à un doublement de la capacité raccordée par rapport au premier semestre de 2013.

Le parc photovoltaïque est en majorité raccordé sur le réseau public de distribution (93 %) avec 4 133 MW sur le réseau d’ERDF, 227 MW sur les réseaux des ELD et 93 MW sur le réseau d’EDFSEI en Corse. Le réseau de RTE accueille, avec 311 MW, 7% de la puissance photovoltaïque installée.

Vers une reprise du développement de l'éolien et du photovoltaïque

La production solaire

Trois pays européens ont une production supérieure à 10 TWh : l’Allemagne (31 TWh), l’Italie (22 TWh) et l’Espagne (12,8 TWh). La France dispose, quant à elle, d’une production de 4,6 TWh en 2013. A l’échelle de l’ENTSO-E, la production de l’année 2013 a été de 81 TWh.

Vers une reprise du développement de l'éolien et du photovoltaïque

La couverture de la consommation électrique par la production solaire

La production solaire a permis de répondre à 2,5 % de la consommation d’électricité dans les pays européens membres de l’ENTSO-E. L’Italie, pays où la production solaire participe le plus à la couverture de la consommation avec 7 %, est suivie par la Grèce avec un taux de 6,8 %, puis par l’Allemagne avec 5,8 % et l’Espagne avec 4,9 %. La France se situe, quant à elle, en dixième position avec 0,9 %.

Vers une reprise du développement de l'éolien et du photovoltaïque

>>> Le panorama complet est accessible en .pdf : ici

 

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

54 Commentaires sur "Vers une reprise du développement de l’éolien et du photovoltaïque ?"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Lafleur
Invité

Et tout ça pour avoir une électricité qui va sûrément augmenter régulièrement, avec l’éternelle dernière phrase ( moins d’émission de CO², zéro émission de CO²) cet argument qui permet de tou faire et n’importe quoi. Il serait grand temps de trouver des solutions individuelles ou EDF et l’état ne pourraient plus avoir d’emprises sur la gestion de notre électricité. Ce jour là seulemnt, nous aurons fait un grand pas.

Steph
Invité

Comme toujours la France a un temps de retard, et raison contre tout le monde. Pour repondre a la question du titre : aucun souci, la conspiration nucleocrate marche a plein puisque depuis mars 2014, plus aucun projet de grande taille ne sort de terre et idem depuis juillet 2014. Attendu que les projets entrent en fonction 12-18 mois apres depot de raccordement, l’effondrement final sera visible dans une annee … mais d’ici la Segolene-Becassine sera promue sous d’autres cieux. Les autres assumeront.

traonvouez
Invité

Avec une classe politique financée par des pays africains depuis 50 ans, des choses compliquées comme les ENR dépasse difficilement le stage des diners à Paris et à la Défense.

Tech
Invité

ces cartes sont très parlantes la france en sandwich entre l’espagne et l’allemagne est en dehors des clous et accuse un retard énorme en éolien et en solaire. yapluqua!

b api
Invité
Comme celui là donne à “rassurer” ses lecteurs. Les “objectifs” éoliens, photovoltaïques et hydrauliques décidés il y a quelques temps ne sont pas assez remis en cause, ajustés et justifiés par nos chers énarques et autres polytechniciens de service. L’éolien est en retard suivant ces objectifs. L’éolien terrestre a atteint une limite qui insupporte de plus en plus la population pour cause de pollution visuelle et de corruption dénoncée des élus dans les municipalités, et donc on encourage l’éolien offshore qui ne peut être réalisé que par de grands groupes techniques et financiers et qui nous coûte à tous pratiquement… Lire plus »
climax1891
Invité

Au 30 juin 2014, la puissance installée du parc éolien et photovoltaïque est de 13 300 MW. Le 14 octobre 2014, à 10h15, l’éolien et le photovoltaïque fournissaientt seulement 1 730 MW.

Papijo
Invité

Pour les fans des énergies “capricieuses”, le “Fraunhofer Institute” publie le détail de la production allemande en 2014: . A la page 219/221 se trouve le graphique relatif à la semaine dernière: – Production mini de l’éolien: 60 MW (pour 34 638 MW installés) – Production mini du photovoltaïque: 0 MW (pour 37 448 MW installés) Question: Pour arriver à ce résultat, les allemands paient leur électricité 2 fois plus cher que nous. Pour arriver à la totale autonomie, il leur faudrait payer leur électricité à quel prix ?

jpdebangui
Invité

Lorsqu’on compare les puissances, les ENR ne sont déjà pas à la hauteur des besoins. Mais lorsqu’on compare en énergie moyenne fournie sur une journée, c’est encore pire. L’expérience allemande le montre, et bientôt celle des japonais. Les ENR ne suffisent pas en elles mêmes. Il faut aussi ajouter des réductions drastiques de consommation et des augmentation de prix importantes de l’énergie. Le mieux vivre sur Terre est peut-être à ce prix, mais à vouloir tout mettre da,ns les ENR on va dans un cul de sac.

jpdebangui
Invité

Lorsqu’on compare les puissances, les ENR ne sont déjà pas à la hauteur des besoins. Mais lorsqu’on compare en énergie moyenne fournie sur une journée, c’est encore pire. L’expérience allemande le montre, et bientôt celle des japonais. Les ENR ne suffisent pas en elles mêmes. Il faut aussi ajouter des réductions drastiques de consommation et des augmentation de prix importantes de l’énergie. Le mieux vivre sur Terre est peut-être à ce prix, mais à vouloir tout mettre da,ns les ENR on va dans un cul de sac.

jpdebangui
Invité

Les reprises n’ont jamais donné des produits ni des idées neuves. Comme pour les chaussettes, il faut parfois les jeter pour les remplacer, avec un enterrement de première classe, à l’ancienne. Combien faut-il investir pour obtenir l’énergie fournie par une centrale nucléaire avec les ENR développées actuellement ? Certains prosent au sujet de nos impôts qui passent dans les EPR… ne passent-ils pas aussi dans les ENR, avec semble-t-il un accompagnement de fraudes dans certaines municipalités ? Il est peut-être plus difficile de frauder avec les grands projets… Peut-être…

Bachoubouzouc
Invité

“Les ENR ne suffisent pas en elles mêmes. Il faut aussi ajouter des réductions drastiques de consommation et des augmentation de prix importantes de l’énergie.” Il faut surtout du back-up ! Et, ô surprise, la pénétration de l’éolien et du PV est dans chaque pays à l’image de la pénétration… du gaz. Prix du kWh, émissions de CO2, dépendance aux pays de l’OPEP, faut juste savoir ce qu’on veut…

Tech
Invité
à badrien, et cette énergie si peu chère lequel de nos industriels en profite pour prndre des parts de marché? aucun car vous oubliez de dire que le prix de l’énerfie en allemagne esr à 2 vitesses. les industriels sont favorisé et ne paient pas l’énergie plus chère qu”en france ! ce sont les petits et sans grades qui eux payent plein pot et quiite à payer de plus en plus s’oriente vers l’autoconsommation qui n’apparait donc plus dans les statistiques! le combat anti ENR est d’arrière garde leur prix continue à la baisse pour le nuke c’est l’inverse et… Lire plus »
Bachoubouzouc
Invité

A 26% de pénétration du PV/éolien dans son marché électrique, l’Espagne crit “Assez”, et ne peut pas financer plus le développement des ENR. Reste pourtant 74% de son mix électrique. A 15,4% de pénétration du PV/éolien dans son marché électrique, l’Allemagne commence à avoir des doutes, mais continue. En même temps, il lui reste 84,6% du chemin à faire ! Suis-je le seul à trouver ridicule qu’on appelle ça “transition énergétique” quand seul un pouillième du mix énergétique change ? Et encore, avec difficulté !

Lord predator
Invité

Oui et puis hier on était a 5,2 Gw a 13h oh surprise en plein pic de consommation, bref les raisonnement par l’absurde. @Papijo “Production mini du photovoltaïque: 0 MW” Oh nan … ne me dites pas que le photovoltaique ne produit pas la nuit ? mon dieux quelle scoop, merci pour l’info Cordialement,

Tech
Invité

pourquoi voulez vous un DIRAC de transition? comparez donc la pénétration des ENR il y a seulement 15 ans et vous verrez que la progression est notable oui les changements se font souvent par “pouillèmes” et c’est souvent très bien, combine d’entreprise fonctionnent en “trial and errors”, jusqu’ au moment ou certains s’en emparent et accèlèrent!

Bachoubouzouc
Invité
“pourquoi voulez vous un DIRAC de transition? comparez donc la pénétration des ENR il y a seulement 15 ans et vous verrez que la progression est notable” En quinze ans, de 2000 à aujourd’hui, l’éolien en Allemagne est passé grosso modo de 4% à 9% de son mix. Pourtant, la consommation allemande d’électricité a baissé sur cette période. En quinze ans, de 1980 à 1995, le nucléaire en France est passé grosso modo de 20% à 87% de notre mix. Pourtant, la consommation française d’électricité a augmenté de 60% (!) sur cette période. C’est toujours marrant de vous voir nier… Lire plus »
Bachoubouzouc
Invité

Conclusion : Ce qu’a fait la France dans les années 80 peut vraiment être décrite comme une transition énergétique. En revanche, ce que fait l’Allemagne aujourd’hui ne peut être décrite que comme une légère variation à la marge, même s’il nous la vende comme The big truc.

trimtab
Invité
Après quelques jours des premières ‘souflettes’ d’hiver on voir des périodes (pour la France) d’entre 5% et 8% du contribution d’éole, et ça il faut dire sans le moindre de moulin ‘offshore’ (quand nos amis rosbifs et ecossais ont déjà au moins 1000 machines offshore qui brassent pour eux): Si on avait du offshore en plus, pourrait on taper dans les 20% éole par moment? et avec quelques ‘pouniemes’ de solaire en milieu de journée (3% à 4% par moment, toute même !) et de l’hydraulique, on pourrait être dans du 25% à 30% ENR…..? Dans un pays ‘électro-nucléaire’ à… Lire plus »
Reivilo
Invité

Effectivement on peut être fier de cette “transition” à la française qui met 20% des ménages en précarité énergétique, nous menace d’un bon clash en hiver, d’une catastrophe à tout instant et produit du déchet indestructible en veux-tu en voilà. Consommons, consommons de l’uranium et du pétrole. Les générations à venir seront béates d’admiration pour notre capacité à avoir tout consommé à cette allure. Quelques zeupéhères de plus et on va surement faire encore nettement mieux.

lr83
Invité

Je me demande parfois pourquoi on perds notre temps à essayer de convaincre les pro-nuk qu’ils font fausse route. Par charité probablement ! S’ils descendaient ne serait-ce que quelques heures de leur pied d’estale pour voir ce qui se passe au niveau du citoyen, ils verraient que la vrai “transition énergétique” est en marche. Les projets éco-citoyens fleurissent, les recherches d’amélioration et d’économie énergétique des habitations sont légions. C’est vrai que ce ne sont que quelques centaines de watts par-ci par-là, mais les petits ruisseaux font les grandes rivières.

Dan1
Invité
A Reivilo Vous n’avez pas mieux que cette caricature ce matin ? : “Effectivement on peut être fier de cette “transition” à la française qui met 20% des ménages en précarité énergétique, nous menace d’un bon clash en hiver, d’une catastrophe à tout instant et produit du déchet indestructible en veux-tu en voilà. Consommons, consommons de l’uranium et du pétrole. Les générations à venir seront béates d’admiration pour notre capacité à avoir tout consommé à cette allure.” Comment pouvez-vous être crédible en accusant le nucléaire de plonger 20% de la population dans la précarité énergtique ? D’abord dans “précarité énergétique”… Lire plus »
Bachoubouzouc
Invité
“S’ils descendaient ne serait-ce que quelques heures de leur piédestal pour voir ce qui se passe au niveau du citoyen, ils verraient que la vrai “transition énergétique” est en marche.” Ce ne vous choque pas, pour l’exemple de l’Allemagne, que au rythme où vont les choses (+5% en 15 ans), et à condition que la technologie comme les finances suivent (ce qui n’est pour l’instant pas le cas), leur “vrai transition” ne s’achèvera pas avant un peu plus de 300 ans !?! Êtes-vous trop occupé à vous branler la nouille sur vos “projets éco-citoyens” que vous ne puissiez pas simplement… Lire plus »
Luis
Invité

¤ The sun could be the world’s largest source of electricity by 2050, ahead of fossil fuels, wind, hydro and nuclear, according to a pair of reports issued today by the International Energy Agency (IEA). The two IEA technology roadmaps show how solar photovoltaic (PV) systems could generate up to 16% of the world’s electricity by 2050 while solar thermal electricity (STE) from concentrating solar power (CSP) plants could provide an additional 11%. Ainsi, le solaire pourrait produire 27% de l’électricité mondiale en 2050 (16% + 11%). Plus que les fossiles, l’éolien, l’hydraulique et bien sûr le nucléaire.

Luis
Invité

¤ On remarque que l’AIE, qui a toujours sous-estimé les énergies renouvelables, donne un coût en 2015 de 200$ (158€) le MWh photovoltaïque sur les toitures (rooftop) et 175$ (138€) celui des centrales au sol (utility). Pourtant, à ce jour en Allemagne, le tarif d’achat pour de nouvelles installations est seulement de 126 €/MWh pour les petites installations en toiture et seulement 88 €/MWh pour les grandes centrales.

lr83
Invité

Vous êtes génial ! Votre propos est une parfaite démonstration de ce que je disais 🙂 Franchement, je n’aurais jamais espéré autant !

trimtab
Invité
Je sent que ça va encore repartir dans une bataille de chiffres de ‘combien ça coûte(rai)’ ? Alors je vais m’y mettre aussi pour une fois…! Un peu hors de la boite….Pour démontrer que nos ‘esclaves énergies’ (equivalent kwh ou TEP etc) sont presque donnés…….! J’achète une ‘carosse carbonifère’ (‘voiture’ pour les non initiés) qui fait dans les 100 CV din, ie: qui a en puissance l’équivalent de 100 chevaux attelés devant…! – je vis comme un roi en sorte…! Si, si..c’est bien ça que ça veut dire, que vous le voulez ou pas…!! Je paie ma carosse 10,000 €… Lire plus »
Dan1
Invité

Négawatt 2006 est toujours disponible sur le site de Négawatt :

Temb
Invité

Il s’agit de l’analyste en charge des ENR pour l’AIE. Et Negawatt a eu raison avant tout le monde sur les scénarios d’évolution de la consommation. Aujourd’hui il ne reste (restait) que le chef des conservateurs, Henri Proglio, pour avoir une scénario personnel de croissance incroyable de cette consommation. Mais maintenant qu’il est viré, peut-être qu’EDF va revenir (un peu) à la raison?

trimtab
Invité

Juste pour info, pour ceux qui pensent que le ‘negawatt’ est quelques chose de ‘nouveau’, comme on dit en anglais, cette histoire est ‘un vieux cheval’, Alors un peu histoire s’impose, pour savoir que ça fait longtemps qu’on en parle (1989 ! il y a 25 ans déjà): C’est comme les ‘esclaves énergies’ de JMJ, qui n’a fait que ‘réinventé l’eau chaude’ (je le cite sa réponse lorsque je lui a fait remarquer la chose – et il ne connaissait pas Bucky !) de Bucky en 1940: trimtab

Luis
Invité

¤ Mais ce n’est pas n’importe quel particulier puisqqu’il travaille à l’Agence internationale de l’énergie depuis 2000 et que c’est lui qui a rédigé le rapport de l’IEA sur le solaire. Accessoirement, il est aussi professeur à Sciences Po sur les questions d’énergie.

Sicetaitsimple
Invité

Ce n’est pas vous qui nous disiez il y a un peu plus d’un an “Maintenant, les prévisions de l’AIE … il suffit de relire celles du passé.” ? 15/05 à 11h20.

Steph
Invité
Tous les intoxicateurs pro-nuke, amalgamant prix d’eletricite et EnR, EnR et peu de production, EnR et Gaz (alors que l’Allemagne a reduit sa production GES depuis 10 ans), ces gens-la ne meriteraient que le mepris s’ils ne tiraient le pays vers le bas. La realite est que s’il y aura des hausses de prix du kWh dans les annees a venir, ce sera du fait de la hausse du prix de revient du kWh nuke (tarif ARENH), evalue il y a 5 ans a 3.3 c€, maintenant deja a 4.2, demandé par EDF a 5 c€, et estimé par la… Lire plus »
Dan1
Invité

A Steph Pour ce qui conserne l’ARENH, je vous conseille les calculs de Fabien Choné de l’ANODE et Direct Energie : Il adore calculer le prix de l’ARENH et pour lui c’est nettement moins de 40 € !

climax1891
Invité

En Allemagne, les émissions de CO2 liées à la production d’électricité et de chaleur sont stables. 1990 : 335,8 millions de tonnes 2007 : 345,7 millions de tonnes La baisse du totale des émissions de CO2 en Allemagne est la conséquence de la baisse (parfois très importante) des émissions de l’industrie, du secteur minier et pétrolier (other energy industries), du secteur résidentiel et du secteur tertaire. Source Emissions de CO2 par secteur 1990-2007 Agence européenne pour l’environnement

plouc73
Invité
@M Luis J’apprécie la précision dont vous faites preuve. Ce qui importe, ce n’est pas les prévisions sur la baisse des coûts des installations, mais à quel prix les consommateurs, via les opérateurs historiques, vont être obligés d’acheter les kWh produits. Vous m’accorderez qu’actuellement, les prix français (ne pas oublier que les contrats des dernières années sont établis pour 20 ans avec des clauses d’indexation basées sur les taux de MO des Industries électriques et mécaniques) sont beaucoup plus élevés et qu’il pèsent lourdement dans la CSPE. Qu’en sera-t-il dans l’avenir et surtout, aux prix germaniques que vous citez, y-aura-t-il… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité

dans l’immédiat et disons pour quelques années, il me semble que l’augmentation annuelle de la CSPE liée à la compensation renouvelable sera bien supérieure à l’augmentation annuelle de la part energie des tarifs reglementés.Sur les 3 dernières années il n’y a pas photo. On peut en reparler dans quelques années, voire 10 car on pourra aussi vérifier si nos voisins allemands sont à 50% d’ENR dans l’electricité comme vous l’affirmez!

Dan1
Invité

A Steph “Bref, dans 10 ans nos voisins allemands en seront a 50% d’EnR” Mouais, mais vous parlez de quoi ? De l’électricité seule ou de l’énergie en globalité ? Parce que 50 % d’EnR dans le mix énergétique allemand dans 10 ans, c’est pas gagné. Ils viennent tout tout juste de sortir du 90% FOSSILE + FISSILE et actuellement l’Allemagne doit “tourner” à plus de 85 % encore au FOSSILE + FISSILE. Faudrait peut être arrêter l’électrocentrage en parlant d’énergie !

Dan1
Invité

A Steph Et si c’est si facile que ça pour les Allemands, expliquez moi pourquoi, dans le NREAP, ils sont engagé à seulement 18% d’EnR dans le mix énergétique en 2020 contre un engagement de 23 % pour la France ??

Bachoubouzouc
Invité

“Vous êtes génial ! Votre propos est une parfaite démonstration de ce que je disais 🙂 Franchement, je n’aurais jamais espéré autant !” Vous avez raison : Je suis tellement imbu de ma personne. Snif. Et sinon, cette transition énergétique éco-citoyenne allemande, qui au rythme actuel devrait durer minimum trois siècles (si tout va bien) ? Vile propagande impérialiste me direz-vous, ou effet d’optique lié à l’altitude (du haut de mon piédestal) ? Par quelle pirouette démagogique pensez-vous vous en sortir ? 😀

Dan1
Invité

A chelya Je vous trouve bien négatif et peu confiant dans l’avenir vis à vis de l’EPR. Pourtant ça avance bien : C’est plus facile pour vous de prévoir 100% d’EnR en 2050 que Flamanville opérationnel dans 3 ans.

Dan1
Invité
A chelya “Les objectifs allemands sont supérieurs aux objectifs européens, et 18% en Allemagne font plus en quantité d’énergie que 23% en France…” Vous allez essayer de m’expliquer clairement cela NREAP à l’appui, car en comparant les deux NREAP de 2012, ce n’est pas ce que je trouve. Pour l’Allemagne page 13, je lis : B) Target for the share of energy from renewable sources in gross final consumption of energy in 2005 (S2020) (%) = 18.0 % C) Expected total energy consumption in 2020 after adjustment (from Table 1, last line) (ktoe) = 197 178 D) Expected amount of… Lire plus »
sunny
Invité

On dirait une image du siècle dernier! Un peu normal pour une technologie des années 80. Certains retraités et députés en fin de carrières doivent avoir la larme à l’oeil

Bachoubouzouc
Invité

“On dirait une image du siècle dernier! Un peu normal pour une technologie des années 80.” C’est vrai qu’une hélice couplée à un alternateur au sommet d’un mat, c’est tellement plus moderne et pointu…

Dan1
Invité

Vous n’avez rien de mieux à nous proposer pour votre retour sur Enerzine après un repos bien mérité suite à votre performance d’il y a quelques mois ?

sunny
Invité

Je m’intéresse toujours à vos discusions. Mais il faut reconnaître que cela tourne un peu un rond.

Luis
Invité

¤ Ce n’est pas avec les pourcentages d’EDF que l’on s’informe sur la part du nucléaire dans la production d’électricité en France. Depuis plus de dix ans, la part du nucléaire en France est de 74% à 76% selon les années. En Allemagne, entre 2000 et 2013 (13 ans), la part de l’électricité renouvelable a progressé ainsi : – éolien, de 1,6% à 8,1% – solaire PV, de 0% à 4,1% – biomasse, de 0,3% à 6,3% (dernières statistiques officielles)

Dan1
Invité

A Luis Et vous en pensez quoi de l’affirmation de chelya à propos des NREAP où 18% en Allemagne ferait plus (en valeur absolue) que 23% en France en 2020 ? Reste que France et Allemagne sont pratiquement au même point aujourd’hui avec un mix énergétique à plus de 85% FOSSILE + FISSILE. Au fait, Luis, avez-vous trouvé la réponse sur le coût des importations moyennes annuelles d’uranium pour produire 420 TWh en France avec le parc 2G ? Avez-vous demandé à chelya ?

Luis
Invité
¤ L’AIE (IEA) a toujours sous-estimé l’importance des énergies renouvelables et surestimé celle des énergies fossiles, pétrole en particulier. Voici ce que disait IEA en 2006 : “Solar photovoltaic (PV) … The potential is huge, but unless there is a technological break-through it is not expected to become ready for mass deployment before 2030. … In the ACT scenarios, the total share of solar electricity production ranges from 1 to 2% by 2050, but reaches 3% in the TECH Plus scenario. Pourtant, le solaire pourrait bien représenter plus de 29% de l’électricité mondiale en 2050. Mais l’AIE attendra 2030 ou… Lire plus »
Dan1
Invité

On peut spéculer autant que l’on veut sur 2050, mais à plus cout terme : Pouvez-vous estimez à 50% près ce que nous coûtent annuellement les importations d’uranium ?

Anonyme
Invité

Un type qui ne sait pas quoi dire de sérieux et est obsédé par l’uranium

wpDiscuz