Volkswagen s’intéresse vivement à la technologie Lithium-air

La firme automobile allemande Volkswagen testerait un nouveau type de batterie basé sur la dernière génération d’accumulateur au lithium-air et qui serait jusqu’à quatre fois plus dense que la technologie existante.

Volkswagen a mis au banc d’essai une nouvelle batterie capable de fournir "entre trois et quatre fois la densité énergétique" d’un modèle comme celui que l’on retrouve dans la Golf Blue-e-motion. En clair, cela signifie un dispositif de stockage d’une taille similaire et capable de délivrer jusqu’à 80 kWh d’énergie contre 26,5 kWh actuellement.

A l’occasion du salon de l’automobile de Genève le Pr. Heinz-Jakob Neusser, responsable du développement chez Volkswagen a précisé que la firme testait des batteries lithium-ion avec son principal fournisseur (Sanyo). Leur densité énergétique était comprise entre 24 et 28 kWh, voire même jusqu’à 37 kWh. Il a ajouté : "une unité de 80 kWh était en cours de développement et intégrait une technologie maison."

Le professeur a refusé de donner précisément les éléments chimiques composant cette fameuse batterie, mais n’a pas réfuté l’argument d’un type de batterie basé sur le lithium-air, une technologie capable de délivrer de grandes quantités d’énergie.

Il a également confirmé des recherches sur la pile à combustible. Volkswagen aurait ainsi opté pour la pile classique à membrane échangeuse de protons (eau / hydrogène) à la place de la pile à acide phosphorique à haute température que la firme a étudié il y a quelques années déjà.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

51 Commentaires sur "Volkswagen s’intéresse vivement à la technologie Lithium-air"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
gaga42
Invité

Capacité énergétique et pas puissance!, ou capacité tout court, même si ce terme reste impropre, mais quand même moins que puissance qui exprime la puissance instantanée (et donc le courant pour une batterie) maximale disponible.

Pecor
Invité

Pour les véhicules électrique, il est prouvé que c’est la batterie à flux la plus éfficace, la moins cher, la plus pratique et la plus écologique. Elle permetterait en plus d’utiliser l’infrastructure déjà existante des pompes à essence pour y faire son plein d’électrolyte comme on fait son plein d’essence. Quel est le frein à cette technologie ? Quelqu’un pourrait-il faire la lumière sur ce mystère ?

beuhji
Invité

Salut la rédac’ d’Enerzine ! Je vous aime vraiment beaucoup mais s’il vous plait prennez une petite demi-heure quand un stagiaire arrive pour lui faire un topo sur ces notions de base. @Pecor : Si c’est si bien PROUVÉ, je ne voit pas de quel mystère tu peut parler …

jumper
Invité
certes une telle batterie offre des qualités et bien plus de défauts. Un proto , la Quant, est équipée d’une telle batterie :2 fois 200 litres Pour faire le plein d’énergie il faut : – vidanger les 400 litres d’eau et les stocker – remplir de 400 litres => 600 kms d’autonomie selon Quant (admettons) – les litres vidangés doivent être envoyés en usine où ils seront retraités et rechargés – il faut via des camions pour transporter en station service les litres rechargés. j’ignore ce que cela coûte en énergie de recharger l’électrolyte. Le Vanadium coûte 20 à 34… Lire plus »
Tech
Invité

Les unités, c’est important, mais ne brouillez pas le message, le plus important, c’est le facteur 3 ou 4 de gain par rapoort aux générations actuelles, ce qui veut dire à poid ou volume batterie équivalent 3 ou 4 fois plus de distance ou alors distance légèrement améliorée, mais poids et habitabilité et coût améliorés également le stockage progresse ;o)

jmdesp
Invité
un facteur de gain de 3 à 4 peut faire une différence considérable. Toyota a annoncé il n’y a pas très longtemps qu’ils privilégiaient maintenant l’hydrogène avec pile à combustible en considérant qu’il n’arriverait jamais à leurs objectifs d’autonomie avec les VE, mais si on fait un tel progrès la batterie redevient très compétitive. Les problèmes de l’hydrogène que Toyota met de coté, c’est le faible rendement de bout à bout qui augmente fortement au final le prix de l’énergie, et la difficulté d’utiliser cette technologie en masse de manière sure. Ainsi que le fait que même si eux voient… Lire plus »
Rickobotics
Invité

Le pb de la techno li-Air résite ds le nb de cycle particulièrement faible: entre 10 et 50 charges/décharges max avant perte de capacité importante … donc même en doublant à 100 cycles et en mettant 80kWh, il faudrait remplacer la batterie tous les 50’000km … ont ils résolu ce pb ? Ds ce cas c le St Graal !

gaga42
Invité

Merci pour les corrections mais… c’est pas encore ça… “Leur densité énergétique était comprise entre 24 et 28 kWh, voire même jusqu’à 37 kWh”: il s’agit ici de capacité, ou d’énergie stockée: passage d’environ 30 kWh pour un Li-ion à 80 pour Li-air?? De toutes façons ce n’est pas clair… Et ce ne sont certainement pas des densité énergétiques en kWh/kg, ou alors trop forts ces allemands!

Electro-car
Invité

–une unité de 80 kWh est en cours de développement— Avec un superchargeur de 135 KW de puissance(comme pour tesla)à 4 étapes différentes. On pourra se faire le Nice-brest (1475 km) en 4 recharges(une demi-heure à 80%,chaque fois) en cours de route en partant pleinement chargé de Nice à 6 heures du matin,pour arriver vers 21 heures(temps de recharges en 4 fois une demi-heure,compris)à Brest. Oui,avec un tel progrès,la batterie devient,en effet, très compétitive pour l’avenir du VE,par rapport à l’H2.

Electro-car
Invité

80 KWh équivaut à environ 375 km à vitesse raisonnable sur autoroute(exemple tesla). (375 * 0.8 = 300) 4 étapes(après le départ) de 300 km. 4*300=1200 et 1200+375= 1575 km,supérieur aux 1475 km de Nice-brest. C’est réaliste.Et la tesla 85 S actuelle, avec sa batterie de 85 Kwh,pourrait déjà le faire,si se trouvait déjà en bonnes places,4 superchargeurs de 135 KW,le long du parcours.

sunny
Invité

Où va t-on trouver toute cette électricité pour faire marcher ses batteries? Réponse dans ce PDF La vision est onirique mais a le mérite de poser question.

Dan1
Invité
“Où va t-on trouver toute cette électricité pour faire marcher ses batteries?” Pour ce qui concerne la France, la réponse est : pas très loin car nous l’avons potentiellement déjà. En fait, le transport routier en totalité représente une consommation de produit raffinés (essence + gazole) d’un peu moins de 50 millions de m3 pour environ 500 TWh d’énergie. Avec cela, les 38 millions de véhicules français parcourent un peu plus de 500 milliards de km par an. Si on passait intégralement à l’électrique rapidement (pur onirisme). On diviserait la quantité d’énergie nécessaire par 3 à 4, compte tenu du… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité
pour le réservoir performant: le jour où la solution émerge à un coût accessible, il ne sera pas très compliqué de trouver les moyens de le remplir, et dans une certaine mesure la gestion de ces millions de remplissages quotidiens pourra contribuer à une intégration plus aisée des renouvelables intermittents. Même si ça n’a pas grand chose à voir avec l’article, votre premier lien nous ramène à un débat où bien entendu l’aspect “local” des renouvelables avaient été mis en avant par certains, par exemple: “Entièrement d’accord avec les intervenants qui souhaitent une production aussi locale que possible et bien… Lire plus »
Dan1
Invité
Le “consommez local” c’est pour la COM. La mutualisation des EnR à l’échelle continentale, ce serait pour l’éfficacité. Mais comment vendre un concept “vert” en faisant la promotion éhontée des lignes à haute tension. Bien sûr on peut tenter de séparer les électrons : verts d’un côté et gris, noir et autres couleurs de l’autre. Alors affichons la couleur, un mix énergétique majoritairement EnR, c’est des dizaines de GW de transfert d’électricité Nord-Sud et Est-Ouest. Et vous aurez noté qu’il y avait encore du nucléaire. Les nouvelles EnR électrogènes , c’est à consommer sur place ou à emporter… très rapidement… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité

que dans l’étude il y avait encore du nucléaire, du charbon avec ou sans CCS, du gaz….. C’est bien pour ça que j’ai été relativement modéré dans mon appréciation (“on peut discuter des hypothèses et des résultats”), on n’est pas dans le “battle of the grid” de nos amis dont on a amplement discuté ici: Là c’était plus sérieux, on parlait de 150GW de capacité d’export de la péninsule ibérique vers la France!

sunny
Invité
7 % du nucléaire dans le scénario de la Roadmap 2050. Allez, si ce sont des EPR super sécurisé à 15 c€/KWh et que Sarkozy s’il gagne les élections en 2017 ne cherche plus à vendre des centrales nucléaire en Lybie et au Qatar et dans d’autres charmants pays non démocratiques ou dans des zone de conflits (chiites-sunnites). Je suis prêt à signer dans le cadre d’un compromis si on met en oeuvre la roadmap 2050 (à condition que la construction des centrales ne démarre pas avant dix ans, au cas où). J’espère juste que les russes ou les terroristes… Lire plus »
Bachoubouzouc
Invité
“même si vous êtes en défaut sur la problématique des déchets, passons” Non ==> Cigeo. Qu’il n’y ait pas de solution aux déchets est un vieux slogan des écolos qui font tout ce qu’ils peuvent pour que cette solution n’apparaisse effectivement jamais… “Bon, moi je lis la presse internationale. On écrit partout que le coût de production du solaire et l’éolien est en train de chuter, que le modéle des utilities est remis en question, qu’on est en train de changer de paradigme.” La presse dit beaucoup de conneries. “Le nucléaire, selon moi, ce sera trop cher, et restera toujours… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité
Faut pas vous enerver! Résumons: – vous nous balancez un lien vers des slides complètement creux sur une roadmap Europe – 3 gugusses un peu plus curieux que le autres vont voir l’étude amont. – étude dont on pourrait discuter abondamment, mais qui a au moins le mérite de parler d’énergie ( via des usages de substitution) et non uniquement d’électricité. – bah y’a du nucléaire, du charbon, du gaz, du réseau en masse, on ne fait que lire et le souligner. – Eh là, c’est parti sur Sarkozy, la lybie, le Qatar….Quel rapport? Fallait pas envoyer le lien sur… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité
L’étude est déjà un peu vieille ( 2010), et on voit bien que certaines hypothèses sont déjà malmenées. Un seul exemple, le PV. Le PV c’est plutôt au Sud, là où il y a du soleil, ça c’est le bon sens. C’est une des hypothèses de l’étude, même si il manque des tableaux sur les puissances installées par pays ( ou alors je ne les ai pas vu). Mais c’est juste faux. Le PV, s’il devient un jour compétitif ( il le deviendra notamment dans des schémas auto-consommants, la question est de savoir quand) se répartira un peu partout en… Lire plus »
Bachoubouzouc
Invité

Je précise : 100-110€/MWh pour un mix EPR, j’ai pris là un chiffre ultra conservatif, en imaginant pleins de nouvelles prescriptions ASN, des emmerdes sur un ou deux chantiers d’EPR, etc. La rentabilité future du nucléaire ne fait pas vraiment de doute pour qui a vraiment pris la peine de s’intéresser au dossier, raison pour laquelle le Royaume-Uni, la Turquie, la Chine, l’Inde et d’autres investissent assez massivement. La capacité à fournir un coût de production quasiment fixe alors que celui de la plupart des autres énergies va exploser avec le temps est clairement un avantage.

Sicetaitsimple
Invité

et pour en revenir à l’article, c’est bien au travers de nouveaux usages et en substitution ( transport, chauffage) que les ENR électrogènes pourront dépasser à terme un certain volume en Europe. Sans me réferer en détail à leur contenu mais uniquement à leur titre, le bon scénario ce n’est pas Négawatt, mais NégaTEP.

Bachoubouzouc
Invité
Et de son côté, mon calcul du coût ENR + stockage est lui assez généreux : Je suis parti du principe que chaque étape de transformation (électricité en énergie chimique, puis énergie chimique en électricité) coûterait grosso modo le même prix que pour une centrale au gaz (transformation énergie chimique en électricité). Or l’électrolyse et les piles à combustible font encore beaucoup appel à des métaux rares et précieux, ce qui les rend actuellement hors de prix. Mon calcul de coût prend donc comme hypothèse qu’on trouvera le moyen d’ici 20 ans de les faire fonctionner qu’à partir de béton… Lire plus »
Storage-waste
Invité
“même si vous êtes en défaut sur la problématique des déchets, passons” La solution aux déchets sera l’incinération des actinides mineurs dans les futurs réacteurs 4 G. Et l’enfouissement définitif des produits de fission du genre Cs137,Sr90,etc… dans des lieux d’un genre,comme à Bure et Saudron, un système de centre industriel de stockage géologique (en quelques siècles,la radio-activité des PF sera ramenée au niveau de la radio-activité naturelle). C’est donc un mensonge,monsieur Sunny,que de dire:”vous êtes en défaut sur la problématique des déchets.” Comme le dit monsieur Bachoubouzouc : “Qu’il n’y ait pas de solution aux déchets est un vieux… Lire plus »
Dan1
Invité

“le bon scénario ce n’est pas Négawatt, mais NégaTEP.” Oui, effectivement comme nous l’avons souvent écrit, pour la France, qui contrairement aux pays du Golfe mais aussi au Danemark, à la Norvège et même à l’Allemagne, ne possède pas de ressources fossiles indigènes (comme le Japon), il est extrêmement utile de réduire sa dépendance aux combustibles fossiles. Et dans ce cadre, on peut regarder autrement notre parc électronucléaire. Je rappelle que Fessenheim = le carburant de 8 millions de voitures Evidemment, on pourra faire avec autre chose, mais ça au moins on le tient et on l’a déjà payé.

Bachoubouzouc
Invité

La question du véhicule électrique devrait pas mal avancer après les municipales : Des décisions devraient ainsi être prises pour la création d’un réseau national de 1000 à 5000 bornes de recharge rapide. Enfin !

sunny
Invité
@ Dan1 “Oui, effectivement comme nous l’avons souvent écrit, pour la France, qui contrairement aux pays du Golfe mais aussi au Danemark, à la Norvège et même à l’Allemagne, ne possède pas de ressources fossiles indigènes (comme le Japon), il est extrêmement utile de réduire sa dépendance aux combustibles fossiles.” On est déjà d’accord sur un point. Sur le second, c’est le marché qui décidera. Que pensez-vous de cette article et du raisonnement économique qui y est associé. Il y en de plus en plus et de plus récents sur le sujet mais celui ci est bien structuré. Vous n’ignorez… Lire plus »
sunny
Invité
@ Dan1 “Oui, effectivement comme nous l’avons souvent écrit, pour la France, qui contrairement aux pays du Golfe mais aussi au Danemark, à la Norvège et même à l’Allemagne, ne possède pas de ressources fossiles indigènes (comme le Japon), il est extrêmement utile de réduire sa dépendance aux combustibles fossiles.” On est déjà d’accord sur un point. Sur le second, c’est le marché qui décidera. Que pensez-vous de cette article et du raisonnement économique qui y est associé. Il y en de plus en plus et de plus récents sur le sujet mais celui ci est bien structuré. Vous n’ignorez… Lire plus »
sunny
Invité
@ Dan1 “Oui, effectivement comme nous l’avons souvent écrit, pour la France, qui contrairement aux pays du Golfe mais aussi au Danemark, à la Norvège et même à l’Allemagne, ne possède pas de ressources fossiles indigènes (comme le Japon), il est extrêmement utile de réduire sa dépendance aux combustibles fossiles.” On est déjà d’accord sur un point. Vous avez oublié le réchauffement climatique en plus, ce qui n’est pas rien, mais bon. Sur le second, c’est le marché qui pourrait trancher le débat. Que pensez-vous de cet article et du raisonnement économique qui y est associé. Il y en de… Lire plus »
Bachoubouzouc
Invité
Votre document (un lien internet aurait été mieux) part du principe que le coût des ENR baisse jusqu’en dessous du prix des énergies centralisées. L’effondrement des installations de nouvelles capacités avec les dernières baisses de tarif est la preuve que les industriels ne peuvent plus suivre : Le PV a bien vu son coût se stabiliser de 100-150€/MWh, l’éolien autour de 70-80. Ces énergies sont industrialisées, il n’y a donc plus de miracle à attendre. Et une énergie ne s’envisage que dans le cadre d’un mix. Avec le calcul que j’ai effectué tout à l’heure, vous avez la preuve que… Lire plus »
Dan1
Invité
La bataille du prix unitaire de chaque filière n’a de sens que remis dans le contexte global du service garanti 24h/24 et 365 jours par an. Or, les nouvelles EnR veulent se faire plus grosse que le boeuf sans assurer le même service, voire en étant payées par lui. Il faut raisonner MIX, SYSTEME ELECTRIQUE et GARANTIE DE SERVICE. N’oublions que dans CSPE, il y a d’abord Service Public de l’Electricité avant la contribution. Le dévoiement de celle-ci la fait considérer comme une machine à subventionner. Et là, les coûts peuvent être tout autre. J’ai d’ailleurs évoqué, il y a… Lire plus »
sunny
Invité
En France, Solairedirect affirme qu’ils sont en train d’installer une centrale à 84 € le MWh (aujourd’hui en France). Accrochez-vous, Solaire Direct a signé un contrat de vente d’électricité avec une grande compagnie d’électricité américaine pour le site d’ADERA Californie (25 MW) à un prix record de 60€/MWh. Le président de Solaire Direct, Thiery Lepercq, est en train de railler la filière nucléaire avec un sourire qui lui monte jusqu’en haut des oreilles. Il est en train de parcourir le monde pour vendre des centrales de 20, 25 30 MW, au Chili, en Inde, …….. Vous lisez la presse? Source:… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité
en marche. C’est parfait! Deux points que je souligne régulièrement: – la transition energétique, si elle n’est pas mondiale, c’est quand même du flan, voire une façon (pour l’europe)de se tirer une balle dans le pied. Et vous avez écrit il y a peu: “En 2012, la progression de la production electrique PV+ éolien au plan mondial n’a contribué qu’à hauteur de 28,2% à la progression totale de consommation d’électricité.” Donc il y a encore du boulot, d’autant que que l’énergie ce n’est pas uniquement l’électricité. Point 2, (même lien), “il faut multiplier par 4 la production annuelle de panneaux… Lire plus »
Bachoubouzouc
Invité
Super vous avez un lien internet vers des articles confirmant ces infos ? Par ailleurs, ça ne change pas grand chose : Si on prend un coût moyen de production ENR à 80€/MWh, ça donne un coût mix ENR+stockage égal à 145€/MWh. Toujours pas rentable. Le problème n’est pas vraiment le coût du MWh ENR, le problème est le rendement du stockage qui n’est pas égal à 1, et le coût du système de stockage qui vient se rajouter au coût de la production. Sachant que je ne prend évidemment pas en compte le coût du renforcement de réseau, des… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité

Mes points 1 et 2 se rejoignent, donc ajoutons un point 3, là aussi inlassablement ressassé: Dans la mesure où la production mondiale de panneaux PV ou d’éoliennes est dans l’immédiat inférieure à ce qui permettrait de couvrir la croissance mondiale de la demande, autant les installer préférentiellement dans les endroits où cette demande croit et où le productible est maximal.

Dan1
Invité
“Solaire Direct, Thiery Lepercq, est en train de railler la filière nucléaire avec un sourire qui lui monte jusqu’en haut des oreilles.” Qu’il raille donc… dans son coin, pour l’instant, c’est majoritairement le nucléaire et l’hydraulique qui font tourner la France avec 500 TWh. Les Allemands qui jouent dans la cour des grands avec presque 36 GW de photovoltaïque, ne font toujours pas tourner l’Allemagne avec une part majoritaire de nouvelles EnR. En revanche avec les FOSSILES + FISSILES… Mais bon j’admets qu’avec dix fois de PV en France que ce qu’il y a actuellement en Allemagne, on devrait pouvoir… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité

qui va parler. Tout-à-fait d’accord! Et donc, comme vous le soulignez, le marché est désormais mondialisé, et que l’Europe “a acheté à crédit la compétitivité du solaire et de l’éolien via le tarif d’achat qu’elle va payer encore pendant 20 ans “, on décide d’arreter de vivre à crédit, on stoppe la CSPE renouvelables ( pas de tarifs d’achats hors ZNI) et on recentre les efforts vers l’efficacité énergétique, l’isolation, etc… Si votre réponse est oui, je vous embrasse!

sunny
Invité
@ Si c’était si simple Vous ne comprenez pas que l’Europe a passé le relai au marché mondial (américain, japonais et chinois, reste du monde). J’ai dit 28 % de la progression mondiale dans le monde en 2012 mais due en grande partie au marché européen (ce qui correspond à la puissance cumulée fin 2011 car il ya tjrs un décallage d’1an entre l’installation et la production au niveau du suivi statistique, et on est 2014!!), Vous voulez savoir, ce que cela représente dans l’UE seul (faites le calcul) et potentiellement en 2014. Maintenant le relai est passé, les derniers… Lire plus »
Dan1
Invité
A sunny. Vous ne voulez toujours pas entendre parler de coûts systémiques… ceux que paiera le consommateur. Alors je donne le lien vers les annexes au rapport de la Cour des Comptes : Et là, à partir de la page 364 à la page 371, vous avez les explications et un tableau de synthèse page 370. En conclusion : “Ces « coûts systémiques au niveau du réseau », qui représentent les coûts actuels ou à venir pour les producteurs, les consommateurs, les contribuables ou les exploitants de réseau, peuvent être globalement divisés en deux catégories. Les premiers correspondent aux coûts… Lire plus »
sunny
Invité
@ Si c’était si simple “Par ailleurs, ça ne change pas grand chose : Si on prend un coût moyen de production ENR à 80€/MWh, ça donne un coût mix ENR+stockage égal à 145€/MWh. Toujours pas rentable” Dans 10 ans, cela va donner quoi, dans 20 ans, dans 30 ans. Alors qu’un EPR c’est 60 ans (3 générations) au même coût. Le problème c’est que de plus en plus de gens (et d’entreprises) vont choisir l’autoconsommation car le prix sur le réseau va devenir de plus en plus cher. Et plus l’électricité sur le réseau sera cher, et plus l’autoconsommation… Lire plus »
Dan1
Invité
“Alors qu’un EPR c’est 60 ans (3 générations) au même coût” Pas de surencère, 60 ans c’est deux générations aujourd’hui (et peut être moins)… on ne se reproduit plus aussi vite qu’aux temps préhistoriques ! Et justement c’est un avantage d’avoir un coût stable, voir décroissant en monnaie constante. Les Etats-Unis ont des problèmes de qualité d’électricité que la France ne connaît pas et le pire qui puisse nous arriver est de nous rapprocher du modèle américain. “Le problème c’est que de plus en plus de gens (et d’entreprises) vont choisir l’autoconsommation car le prix sur le réseau va devenir… Lire plus »
sunny
Invité

Si vous voulez on peut parler des coûts cachés du nucléaire, ca vaut combien en assurance une centrale qui pète à 100 kM de Paris. Cela vaut combien de gérer des déchets pendant des millènaires. Cela vaut combien de sécuriser l’exploitation des mines d’uranium au Niger. Cela vaut combien la R&D pour financer la recherche sur le nucléaire, ………………………………………………………………………………… Le concorde, l’avion français le plus sûre du monde, s’est écrasé une fois.

Sicetaitsimple
Invité
d’interlocuteur! C’est Bachou qui a écrit ça.Très honnetement je ne sais pas quel peut être le chiffre, mais à coup sur la gestion d’un parc très ENR va engendrer des coûts annexes importants (cf le lien de Dan1). Vous arrivez depuis peu sur Enerzine et avez donc loupé quelques échanges, sur l’autoconsommation je n’ai absolument aucun problème: Si un particulier, une entreprise, qui que ce soit peut produire son electricité moins cher que celle fournie via le réseau, c’est très bien, rien à dire, c’est “le business”.Obligation de “vente des surplus” uniquement, pas de “vente totale”, bien entendu. Et si… Lire plus »
Dan1
Invité

Nous avons déjà abondamment répondu sur les coûts du nucléaire, vous relirez Enerzine. Bon et alors ces coûts systémiques évoqués par la CdC, vous en pensez quoi ?

Sicetaitsimple
Invité

Et les 47GW d’interconnexions entre Espagne et France, vous en pensez quoi?

sunny
Invité
@Dan 1 Je ne connais pas votre appréciation des coûts cachés du nucléaire et je ne vais m’amuser à relire tous les sujets de discussions publiés dans Enerzine. Le rapport de la CDC est juste et ils ont bien identifié le problème que je viens d’expliquer (expliqué dans l’article cité plus haut). Ces coûts systémiques existent, ils existeront et ils seront élevés. On a déjà annoncé au consommateurs que la facture électrique aller coûter de plus en plus cher, à cause des investissements réseaux, les ENR, les travaux de sécurisation du parc nucléaire, les travaux d’entretien du parc hydroélectrique qui… Lire plus »
sunny
Invité
@ Si c’était si simple Cela reste évidemment de l’anticipation. Techniquement je n’ai pas de réponse. Je laisse cela aux ingénieurs. Mais la réalisation de ce type d’infrastructure ne pourra se faire que dans un cadre politique européen. La mise de fonds sera européenne. Cela devra être gérer par un régulateur (gestionnaire) unique en Europe. Il y aura forcément des négociations et des contre-parties dans le cadre d’une vraie politique énergétique européenne. Ce sera bon pour l’Europe, pour l’Europe politique je veux dire. Il faudra déterminer qui produit quoi, qui installe quoi et où. Noter que le système de compensation… Lire plus »
Dan1
Invité

“Je ne connais pas votre appréciation des coûts cachés du nucléaire” Encore faudrait-il qu’il y en ait. Car la Cour des Comptes ne parle pas de coûts cachés (vache sacrée antinucléaire) dans le cas de notre parc nucléaire mais, dans certains cas, de coûts difficilement chiffrables’notamment s’agissant de l’avenir, et c’est confirmé par ministère : Relisez le rapport de 2012, c’est instructif et ça évite de se décridibiliser par la suite : Si nous dépassons le niveau des vaches sacrées, nous pourrions appeler les coûts induits par l’intégration des EnR : des “coûts difficilement chiffrables”.

Dan1
Invité
Le chauffage électrique est une petite partie du problème de la précarité énergétique (il n’y a pas que l’électricité dans la vie). Et précisément, c’est le prix de l’électricité qui peut être le mieux maîtrisé en France et qui l’a d’ailleurs été. En plus, on nous promet du courant à gogo avec le nouvelles EnR qui sont puissamment et exclusivement électrogènes. Avec le PV, on va raser gratis si on écoute certains. On notera d’ailleurs que le différentiel de prix entre l’électricité et le gaz tend à se restreindre et je ne sais si nus connaîtrons un “miracle comme les… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité
Je ne vais pas vous reprocher d’avoir une vision planificatrice des questions énergétiques, ça peut également m’arriver! Cependant, quand vous dites “Il faudra déterminer qui produit quoi, qui installe quoi et où.(en Europe)”, là je pense que vous allez un peu loin, et que ce n’est pas demain la veille qu’on risque d’y arriver! On parlait du caractère “local” de l’electricité ci-dessus, et c’est effectivement une de ses caractéristiques essentielles, le local n’étant bien entendu ni le village ni le département. Il n’y a que dans des cas bien précis (je pense à l’hydraulique ) que la ressource étant localisée… Lire plus »
sunny
Invité
@Dan 1 Nous parlons bcp d’électricité car c’est un sujet sensible qui nous intéresse mutuellement dans le cadre du débat sur la transition énergétique. Je serais capable de débattre sur bcp d’autres choses tenant à l’énergie et à l’efficacité énergétique. Nos débats sont passionants et instructifs, et je vous en remercie. Mais difficile de maintenir votre rythme sur ce forum de discussion. Quand j’avance une idée ou un argument, je me retouve avec une page de contre arguments. Vos idées et vos arguments sont respectables mais je trouve que vous êtes excessivement présents sur ce forum, plus dans le lobbying… Lire plus »
wpDiscuz