Woopa : un bâtiment architectural à énergie positive (I)

Le bâtiment à énergie positive Woopa, un projet architectural de 20 000 m2 situé au Carré de Soie, à Vaulx-en-Velin, dans la banlieue lyonnaise a été livré à l’été 2011.

Woopa qui accueille des bureaux, constitue une véritable vitrine du mouvement coopératif et du développement durable. Alimenté par des sources d’énergies renouvelables, le bâtiment répond aux normes de 2050 en matière de rejet de CO2.

Afin de surveiller le bon rendement des installations et de détecter les écarts de consommation en matière de chauffage et de climatisation, Sensus, spécialiste des solutions de comptage d’eau et d’énergie thermique a fourni les compteurs d’énergie thermique destinés à vérifier la consommation et à valider les objectifs fixés en matière de performance énergétique du bâtiment.

Woopa est un bâtiment à énergie positive répondant aux normes de 2050 en termes de rejets de C02 et de consommation énergétique. Les concepteurs du bâtiment se sont ainsi engagés à utiliser des sources d’énergies alternatives pour l’alimenter et à respecter des normes de consommation très contraignantes.

Pour atteindre ces objectifs et surveiller les niveaux de consommation d’énergie thermique, l’installateur du réseau d’alimentation en énergie du bâtiment, Cofely, a fait appel à Sensus pour lui fournir des compteurs d’énergie thermique.

Conçu selon une approche bioclimatique visant à minimiser les besoins tout en assurant un confort thermique grâce à une excellente isolation, l’optimisation des surfaces vitrées, un triple vitrage et un atrium, Woopa intègre diverses sources d’énergies renouvelables pour répondre à ses besoins énergétiques, comme :

150 m2 de panneaux solaires thermiques, qui assurent la production d’eau chaude pour les logements,

1500 m2 de panneaux photovoltaïques pour ses besoins électriques,

3 chaudières bois à granulés et condensation et 1 chaudière à cogénération à huile qui permettent d’assurer le chauffage et la production d’électricité,

Une dalle active inerte qui passe sous le bâtiment et émet de la chaleur grâce à la circulation d’eau à l’intérieur et permet le «rafraîchissement » en utilisant la nappe phréatique.

Cette diversification des sources d’énergies permet à Woopa de respecter ses normes de consommation et de respect de l’environnement.

Woopa : un bâtiment architectural à énergie positive (I)

[ Photo © Christine Chaudagne ]

Parallèlement à ce dispositif, les compteurs d’énergie thermique, des calculateurs PolluTherm associés à des mesureurs mécaniques, vont permettre d’évaluer en temps réel le niveau de production et de consommation énergétique des 11 000 m2 de bureaux qu’abrite le bâtiment. Ainsi, le comptage devient stratégique puisqu’il permettra de gérer de manière fine la performance des sources d’énergies et de contrôler les écarts de consommation.

L’ensemble des compteurs intègre des modules Modbus qui transmettent les données via un réseau local, afin que les gestionnaires du bâtiment puissent à tout moment accéder, sur leur portail dédié, à la relève à distance des compteurs et ainsi vérifier les niveaux de production et de consommation en temps réel.

« Nous sommes très heureux d’être impliqués dans un projet environnemental et social tel que Woopa. La confiance que nous accorde Cofely conforte le discours que nous tenons depuis plusieurs années : les compteurs ne servent pas uniquement à établir une facture en fin de mois mais bien à gérer au plus près les installations pour les rendre plus performantes et plus respectueuses de l’environnement », a commenté Michel Jacquet, Directeur commercial de Sensus France.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Woopa : un bâtiment architectural à énergie positive (I)"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Pastilleverte
Invité
Cconception bioclimatique, isolation, régulation/comptage, ventialtion (pas citée mais surement intégrée au programme), solaire thermique, voilà les piliers sur lesquelq, dans ce cas, on rajoute du PV et de la géothermis basse énergie. C’est dans cet ordre qu’il faut agir et pas commencer à parler des enr ou des réductions émissions de CO2 qui sont des conséquences ou si l’on préfère des suites logiques. Une phrase très intéressante : “cette diversification des sources d’énergie…”, intéressante mais incomplète, car le premier travail, effectué, consiste à tout imaginer à la base dans le sens de l’efficacité énergétique (je ne reviens pas sur les… Lire plus »
wpDiscuz