Enerzine

1ère centrale solaire au sol de Nouvelle-Calédonie

Partagez l'article

Le groupe Tenesol implanté en Nouvelle-Calédonie, par le biais de sa filiale de Nouméa, vient de terminer l’installation de la première centrale au sol de l’île, exploité par la société Helios Bay.

« A l’échelle régionale, il s’agit de la première centrale au sol de cette envergure. Même en Australie, il n’y a pas d’équivalent » commente Emmanuel Vincent, Responsable Tenesol en Nouvelle-Calédonie.

En Nouvelle-Calédonie, de nombreuses réflexions sont en cours afin de trouver le meilleur mix énergétique pour la région. La particularité des lieux, leur éloignement des réseaux électriques de grande envergure nécessitent de trouver des alternatives comme l’utilisation de l’énergie solaire photovoltaïque, au vu du taux d’ensoleillement exceptionnel de la région.

Avec un taux d’ensoleillement très favorable (plus de 1900 h / an) et des précipitations faibles (moins de 80mm / an), le site d’Helios Bay est situé en bord de mer, idéalement exposé puisqu’il bénéficie de la ventilation naturelle des alizées. A 40 km de Nouméa, la presqu’île sur laquelle a été installée la centrale au sol pour le compte de l’entreprise Helios Bay présente une topographie spécifique, de type colline. Traditionnellement, les centrales au sol impliquent une fixation des structures par des plots en béton. Dans le cas d’Helios Bay, cette solution aurait impliqué plus de 30 000m² de terre à déplacer.

Afin de ne pas défigurer le terrain et respecter les impératifs naturels de la topographie, les experts Tenesol ont porté leur choix sur une fixation au sol réalisée avec des ancres. Cette solution présente l’avantage de permettre un démantèlement facile de la structure quand, d’ici 25 à 30 ans, la centrale au sol sera en fin de vie. Le choix des ancres sera déployé sur d’autres chantiers à Mayotte et en Martinique prochainement.

Quelques chiffres

Avec 9 560 panneaux solaires et 239 structures, soit une surface de 17 000m² de capteurs, la centrale Helios Bay est un chantier réalisé entre mai et décembre 2009, date du raccordement au réseau électrique local. La puissance installée de 2,1 MWc a nécessité près de 85 km de câbles et jusqu’à 40 techniciens pendant 8 mois, soit environ 20 000 heures de travail.

La centrale au sol a un productible de 3 millions de KWh, soit l’énergie consommée par 1 000 foyers en un an !

Le centrale d’Helios Bay est un projet dit « connecté au réseau », qui injectera dans le réseau électrique local l’électricité produite. En Nouvelle-Calédonie, c’est donc l’entreprise Enercal (gestionnaire du réseau de distribution d’électricité – l’équivalent d’EDF en France par exemple) qui achètera la production d’Helios Bay, pour la distribuer ensuite aux clients de son réseau, proches du site.

Dotée d’outils de supervision, la centrale possède une station météo et des organes de mesure en temps réel, et est connectée aux experts de la maintenance par un contrôle à distance en ligne, et des alertes emails. Les outils de reporting permettent de visualiser la production cumulée, le compteur d’énergie, mais également un éco-comparatif qui met en avant la production de Co2 évitée par l’utilisation de l’énergie solaire.

« Cette centrale au sol est une nouvelle occasion de démontrer notre savoir-faire, acquis en plus de 26 années de travail », commente Benoît Rolland, Directeur Général de Tenesol. Helios Bay est en effet considéré comme un projet-pilote pour le territoire, dans lequel les pouvoirs publics calédoniens se sont également impliqués : « Ce chantier est le premier que Tenesol gère avec Helios Bay, et nous espérons pouvoir en mener plusieurs autres », poursuit Emmanuel Vincent.


Partagez l'article

 



    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    1 Commentaire sur "1ère centrale solaire au sol de Nouvelle-Calédonie"

    Me notifier des
    avatar
    Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
    Maurice.arnaud
    Invité

    3000/2,1 = 1428,57 heures 1428,57/8760 = 0,1630 .Donc 16,3 % de facteur de charge(solaire). C’est sur que c’est mieux qu’en métropole.Et les éoliennes en mer serait surement intéressantes aussi en Nouvelle-Calédonie car le FDC offshore,là bas,doit probablement dépasser les 30 %.

    wpDiscuz