• Informer
  • Participer
  • Professionnels
login
pass
lettre d'information ▼
    Exemple ?  
EPR/Réacteur coréen : le mieux est l'ennemi du bien
3589 visites
Article publié le 12/04/2010 à 09:25 par CaDerange
 
Vous savez qu'à la surprise générale, du moins en France, notre "équipe nucléaire" s'est fait battre à plate couture par le Sud Coréens pour l'appel d'offre des centrales nucléaires d'Abu Dhabi. Alors que nos médias et nos hommes politiques ne manquent pas une occasion d'affirmer fort haut que nous sommes les rois mondiaux du nucléaire. On nous a dit que la raison de la perte de ce contrat était la mauvaise entente entre les différents participants, Areva, Total, GDF Suez à qui le pouvoir politique a adjoint en dernière minute EDF. Ca a sans doute été un facteur important. Mais comment pouvait on raisonnablement espérer gagner un tel marché avec la réalité qui se fait jour désormais : nous étions deux fois plus cher que les Sud Coréens !

C'est une étude de l'AEI, Agence Internationale de l'Energie, et de l'AEN, Agence de l'Energie Nucléaire, qui vient d'être publiée qui nous dit que la vrai raison de la perte de ce marché est le cout de l'électricité produite par l'EPR français qui était deux fois plus cher que celui de l'électricité produite par le réacteur sud coréen concurrent ! Vous avez bien lu, deux fois plus cher !!! L'étude montre que le cout de électricité qui sera produite à Flamanville par notre premier EPR sera compris dans une fourchette de 56 à 92 dollars le Mégawattheure contre une fourchette de 29 à 42 dollars pour l'électricité produite par le Coréen KEPCO.

La grande variabilité du cout de production est lié au cout de l'argent prêté pour bâtir la centrale qui va abriter le réacteur et à la durée de construction. Or un EPR, qui n'est qu'un prototype, prend 8 à 9 ans pour construire contre 5 environ pour le réacteur coréen qui bénéficie d'être un réacteur simple, achevé et fabriqué en série dans son pays. Rajouter là dessus le surcout des performances de sureté de l'EPR et l'écart se creuse irrémédiablement pour le matériel coréen. L'étude indique d'ailleurs que d'autres réacteurs dans le monde sont dans le même cas dont le réacteur Chinois CPR 1000 qui est une copie d'un réacteur français plus ancien et dont l'électricité produite revient entre 30 et 44 dollars ou le russe VVR 1150 entre 43 et 68.

Ce marché, qu'en bon français ignorant des réalités économiques, nous pensions quasiment acquis à nos couleurs, risque de s'avérer infiniment plus difficile à s'approprier que prévu, du moins tant qu'une norme internationale batie autour des caractéristiques de l'EPR ne s'imposera pas à tous les pays du monde.

C'est une partie du mal français de s'imaginer en permanence que le monde tourne autour de nous, de nos idées et de nos choix technologiques. Il est vrai que l'EPR a été conçu sans se préoccuper du cout de production du produit final fabriqué, l'électricité, tellement les EDF ou Areva vivent dans un monde sans concurrence où le prix de l'électricité s'imposera de toutes façons à "l'usager", vous et moi.

C'est un peu le même débat que pour la taxe carbone. Nous allons devoir payer notre électricité future bien plus cher que celle de beaucoup des autres pays industriels tant que les normes de sûreté que nous nous sommes autoimposées n'auront pas été acceptée par les autres pays industrialisés. Le mieux est parfois l'ennemi du bien... et la compétitivité un mot vide de sens pour nos élites politiques et industrielles en situation de monopole.

 
 
Le surcout de l'epr est le fait
1 - De sa nouveauté
2 - Des investisements dans les organes de sécurité (piscine sous le coeur du réacteur permettant de récupérer le combustible en cas de fonte , double enceinte bétonnée lui permettant d'absorber la chute d'un avion de ligne , bétonnage et mise à l'abri de 2 des quatre groupes de sécurité electrique...)
3 - d'une modification dans la structure lui permettant de répondre en temps réel à la consommation (5% de variation de puissance par minute )
Toutes ces innovations sécuritaires on un coût de développement qui ne sera amorti qu'aprés la construction d'une dizaine de centrales .

MC
Trouvez vous ce commentaire pertinent ?   2     0
>EPR/Réacteur coréen : le mieux est l'ennemi du bien

 
Bonjour,

Déjà merci pour cette analyse pertinente. Il faut que la France arrête de s'auto-congratuler sans arrêt...

Un point toutefois : vous affirme que le réacteur Coréen APR 1400 est "un réacteur simple, achevé et fabriqué en série dans son pays".

A ma connaissance, aucun APR 1400 ne fonctionne actuellement. D'après la base de donnée PRIS de l'IAEA, seul 2 sont en construction en Corée sur le site de SHIN KORI. L'expérience dans la construction de ce réacteur est donc semblable à celle de l'EPR.

Par contre les Coréens eux n'ont jamais cessé de construire des centrales (autres modèles) et ont donc conservé leurs compétences, contrairement à la France...
Trouvez vous ce commentaire pertinent ?   1     1

Participer vous aussi à ce forum
ATTENTION, vous devez préalablement vous inscrire et être connecté

Vous avez la possibilité de laisser un commentaire dans notre forum de discussion afin d'éclaicir et d'enrichir l'article publié ci-dessus.

N'hésitez pas à nous signaler toutes formes d'abus en cliquant sur le lien présent en bas de chaque commentaire pour pouvoir le supprimer rapidement. Nous vous demanderons d'indiquer le motif de l'abus, ainsi qu'une courte explication ...

Pour pouvoir commenter, donner votre vote à un commentaire ou signaler un abus, vous devez préalablement vous enregistrer. Merci de vous connecter ici avec vos identifiants. Si vous n'êtes pas enregistré, inscrivez vous ici.

Cet article vous paraît intéressant ?
(Pour voter, faîtes 1 clic sur l'une des 8 étoiles ci-dessous)

Pertinence: 3.5/8 (87 votes)

Du même auteur :
Documentation