• Informer
  • Participer
  • Professionnels
login
pass
lettre d'information ▼
    Exemple ?  
La voiture électrique, c'est pas encore gagné !
3174 visites
Article publié le 30/03/2012 à 18:49 par CaDerange
 
Si vous écoutez nos médias, qui font toujours aussi peu cas de la réalité objective, la voiture électrique et tout électrique en particulier, c'est parti, c'est super et nous nous précipitons déjà pour en acheter. Si vous lisez ce blog régulièrement, vous savez que tout en étant le "produit automobile" de l'avenir,- ce que je reconnais bien volontiers -, cela reste surtout un produit en devenir.

Pour plusieurs raisons. L'absence d'un réseau de prise de recharges électriques rapides dans nos logements d'abord. Mais que fait EDF me direz vous ? C'est simple, elle attend que vos copropriétés décident de payer pour équiper vos garages et parkings.

La lenteur de la recharge, 8 heures avec une prise normale, 5 heures au minimum avec une prise rapide et la nécessité d'avoir un autre véhicule, au carburant traditionnel, pour couvrir cette plage de temps pendant lequel vous "avez le droit" quand même d'en avoir besoin.

Le coût qui reste, malgré les subventions, très nettement supérieur à celui d'une voiture classique. Comptez 2.500 euros de plus à l'achat, subvention déduite, pour la Peugeot 608.

Le poids et l'encombrement supplémentaire du pack de batterie 260 kg de plus sur la Peugeot 608 qu'il vous faut transporter en plus pour toute la durée de vie de la voiture. Sacré gaspillage tout de même n'est ce pas ? Et pas ou plus beaucoup de coffre à bagages ! Si Peugeot lance son hybride en break, ce n'est pas par hasard. Et si vous allez voir la Volt que je considère comme le modèle hybride le plus abouti, vous verrez qu'il vous faudra restreindre sévèrement les bagages familiaux pour partir en vacances. Ceux qui sont tombés, par hasard, sur un taxi Prius pour aller à aéroport savent qu'ils vaut mieux voyager léger.

Enfin sur le pur plan écologique, ce n'est pas évident que ce soit une telle affaire. Tout dépend d'abord de la source d'énergie primaire avec laquelle la dite électricité est fabriquée. Quel surcout en énergie engendre le trimballage du pack batterie également sur toute la vie de la voiture ? Et enfin comment se débarrasse t-on des batteries en fin de vie ?

Comment donc ces nouveaux modèles sont ils accueillis par la clientèle qui est censée se précipiter dessus ? Eh bien, pas aussi bien que les constructeurs l'espéraient. Savez vous combien de voitures électriques ont été immatriculées l'année dernière en France ? 2.630 voitures exactement dont un certain nombre pour des clients obligés, flottes captives ou voitures d'administrations, soit 0,12% de part de marché.

La Général Motors qui avait prévue de vendre 10.000 Volt n'en a vendu que 7.700 et vient d'en arrêter temporairement la ligne de fabrication. Nissan, dont le modèle Leaf est également très abouti n'en a écoulé que 22.000 en 2011 dont 2000 en Europe. Toyota qui est le précurseur de la voiture électrique et celui qui, de manière pragmatique, a su choisir la voie hybride a réalisé 10% de ses ventes en Europe grace à la Prius et pense arriver à 14% en 2012 grace à l'extension du nombre de modèles proposés. Pour autant, par rapport aux 80 millions de voitures vendues dans le monde, c'est une goutte d'eau dans l'océan.

La bataille n'est pas perdue, néanmoins, et l'accueil du public devrait se préciser cette année avec le lancement de l'Opel Ampéra, celui du quadricycle Twizy et de la Renault Zoe, l'élargissement de la gamme Toyota et le lancement des Peugeot/Citroën hybrides 3008, 5008, DS5 et 608. Il sera intéressant également de constater l'acceptation par les acheteurs de Zoe du système d'un prix réduit du véhicule compensé par un cout de location mensuel des batteries. A 15.700 euros de prix d'achat subvention déduite et 78 euros par mois de location batterie, c'est sans doute plus jouable qu'avec un prix de véhicule plein pot de l'ordre de 25/30.000 euros. Reste qu'après les enthousiasmes télécommandés de Monsieur Ghosn et de ses troupes, la montée en charge de la production de la Zoé à 150.000 exemplaires par an à Flins n'est pas garantie pour tout de suite.

Il faut reconnaitre par contre que le public fait bon accueil à l'absence de bruit dans l'habitacle en fonctionnement électrique. Est ce suffisant pour passer sur les autres inconvénients ? L'avenir le dira. C'est donc toujours pour moi un produit en devenir auquel il manque le fameux bond technologique dans le domaine des batteries sur lequel les chercheurs travaillent depuis des années. Espérons que ce sera pour bientôt !

 
 
Il est a noter que l'on n'acquière pas un véhicule électrique pour répondre aux mêmes besoins qu'un véhicule thermique, pour votre gouverne on ne part pas en vacance avec ce genre de véhicule.
J'aimerai reprendre les points que vous exposez car vous évoquez l'avenir de la filière, qui n'est qu'à ses débuts, de manière très critique.

Tout d'abord le coût d'un véhicule ,ne s'évalue pas uniquement sur le coût d'achat Il y a les Coûts d'entretien, d'assurance, et le coût du carburant. Le coût d'usage est à prendre en compte, celui ci est directement lié au mode de consommation. Une personne se trouvant en centre ville ou en banlieue et une personne se trouvant en raz campagne n'utiliseront pas du tout de la même manière leur véhicule. N'oublions pas également qu'il existe une part subjective et non négligeable,dans la disposition à payer des consommateurs pour un véhicule.

La particularité du véhicule est une plus grande autonomie, on ne passe plus à la pompe.
Au delà du simple intérêt du silence dans l'habitacle il y a celui de garder une voiture personnelle, pour les petits trajets dont le coût d'utilisation n'est pas directement liée à la spéculation financière que les marchés pétroliers.

Enfin l'intérêt écologique existe sans aucune doute et quelque soit l'énergie utilisé pour la production de l'électricité, en effet, avez vous intégrer la pollution générée pour le transport de l'hydrocarbure jusqu'à votre voiture?
Nos centres urbains sont très pollués par les émissions de Gaz à Effets de Serres, au delà du problème environnemental, cela devient un problème de santé si le véhicule électrique se standardise la pollution baisserait.

On ne pense pas une voiture électrique comme une voiture thermique, sinon elle n'existerait pas. Sa particularité technologique en fera un modèle économique différent, pour vous donner un exemple on pense déjà à la voiture électrique comme unité de stockage de l'électricité afin de répondre aux problématiques de pointes, non ce n'est pas qu'un véhicule qui émerge, c'est une nouvelle dimension énergétique.
Trouvez vous ce commentaire pertinent ?   4     0
 
L'article est intéressant, ainsi que les remarques de Gaëla...
Pour un usage urbain ou périurbain, la Zoe me parait tout à fait adaptée avec son autonomie pire cas de 100/130km. C'est effectivement "autre chose". Par exemple, pas de vitesse. Il faudrait comparer à une boite automatique. Couple présent même à faible régime. Silence royal. Voiture branchée sur votre iphone...
Bref, si les bornes de recharge sont au rendez vous, ça va décoller.

Une remarque sur la fourniture d'électricité : Posez des panneaux PV sur votre toiture. Une installation de 3kWc produira dans l'année de quoi alimenter votre Zoe en énergie. Si vous faites la recharge sur le parking de votre travail, il y aura synchronisme de surcroit.
Cdlt
Trouvez vous ce commentaire pertinent ?   4     0
>La voiture électrique, c'est pas encore gagné !

 
Comme le dit Crolles dans son post: L'article est intéressant, ainsi que les remarques de Gaëla..sont tres pertinentes;de plus les voitures electriques actuellement sur le marché sont loin d'etre au top de ce qu'il peut etre possible de faire.En effet elles sont conçu par des ingenieurs de l'automobile thermique, et les imperfection de ces derniere se retrouve sur les voitures electriques.a commencer par les moteurs que l'on retrouve a la meme place que les moteurs thermiques!alors que le moteur electrique avec sa compacité et son couple dès le premier tour permet de l'instaler dans les roues(voir:moteur roues Protean, et bien d'autre)ce qui permet de l'utliser pour le freinage,se qui rend ce dernier infatigable et surtout permet de recuperer + de85% de l'energie utilisée pour lancer le véhicule habituellement gaspillé en chaleurs sur les voitures thermiques,donc consomation d'electrcité negligeable en circulation urbaine et le fait de monter 4 moteurs roue degage l'integralitée de la platforme, et de ne plus additionner les pertes du au differentiel ,boite de vitesse ,transmission etc.
Autre point l'autonomie;les moteur roues ameliore le rendement du systeme d'environ 35% par rapport au moteur in board voir plus; haute recuperation d'energie meilleur utilisation de la traction ,moins de pertes;tout ceci permet d'embarquer moins de batterie,et ces meme batterie n'en sont qu'a leur balbuciments , en effet les batteries vont énormement evoluer,vu le peut d'interret qu'elles ont sucitées depuis un siecle et le lent reveille de la recherche sur le sujet il y a un autoroute d'innovation devant nous!

Et comme l'ecris Gaëla Lamer dans son post: "" on pense déjà à la voiture électrique comme unité de stockage de l'électricité afin de répondre aux problématiques de pointes, non ce n'est pas qu'un véhicule qui émerge, c'est une nouvelle dimension énergétique"" en effet c'est FONDAMENTALE, quel remarquable stokage d'energie peuvent representer ses milliers de véhicules stationnébrancher, en effet chaque véhicule n'est utilisé que 2 à 3 heures par jour le reste du temps il peut etre branché pour etre rechargée ou utliser c omme reserve d'energie on peut; grace a cette energie stockée entrevoir une meilleur utilisation des energies renouvelables inermitentes par hypothese.Donc l'utilsation de voiture electrique ne reglerait pas que le probleme du transport mais aussi celui d'une meilleur exploitation des renouvellable: la boucle est bouclée.
Trouvez vous ce commentaire pertinent ?   1     0
>La voiture électrique, c'est pas encore gagné !

 
Le problème avec la voiture tout électrique, ce n'est pas la technologie, c'est que les fabricants eux même n'en veulent pas. Voyez ici pourquoi:

http://lecercle.lesechos.fr/entreprises-marches/industrie/221135486/pourquoi-fabricants-automobiles-veulent-voitures-electriques
Trouvez vous ce commentaire pertinent ?       

Participer vous aussi à ce forum
ATTENTION, vous devez préalablement vous inscrire et être connecté

Vous avez la possibilité de laisser un commentaire dans notre forum de discussion afin d'éclaicir et d'enrichir l'article publié ci-dessus.

N'hésitez pas à nous signaler toutes formes d'abus en cliquant sur le lien présent en bas de chaque commentaire pour pouvoir le supprimer rapidement. Nous vous demanderons d'indiquer le motif de l'abus, ainsi qu'une courte explication ...

Pour pouvoir commenter, donner votre vote à un commentaire ou signaler un abus, vous devez préalablement vous enregistrer. Merci de vous connecter ici avec vos identifiants. Si vous n'êtes pas enregistré, inscrivez vous ici.

Cet article vous paraît intéressant ?
(Pour voter, faîtes 1 clic sur l'une des 8 étoiles ci-dessous)

Pertinence: 2.9/8 (87 votes)

Du même auteur :
Documentation