Accès à l’eau et à l’énergie, enjeu du développement

La Société Financière Internationale (SFI) et Proparco investissent conjointement dans le capital de Veolia Water Afrique, Moyen-Orient, Inde, pour le développement d’infrastructures d’accès à l’eau et à l’énergie.

Cette prise de participation a pour objectif de favoriser le développement d’infrastructures et de services d’eau potable, d’assainissement des eaux usées et d’électricité en Afrique, au Moyen-Orient ainsi que dans le sous-Continent Indien.

La Société Financière Internationale (SFI), institution du Groupe de la Banque Mondiale chargée des opérations avec le secteur privé, et la Société de Promotion et de Participation pour la Coopération Economique (Proparco), filiale de l’Agence Française de Développement (« AFD »), sont entrées au capital de Veolia Water Afrique, Moyen-Orient et Inde (« Veolia Water AMI »), filiale de Veolia Eau, opérateur des services d’eau, d’assainissement et d’électricité sur l’Afrique, le Moyen-Orient et le sous-Continent Indien.

La prise de participation s’est réalisée dans le cadre d’une augmentation de capital, qui a permis à la SFI et à Proparco de souscrire respectivement à 13,89% et 5,56% du capital de la Société Veolia Water AMI.

La participation de la SFI revêt la forme d’un financement en fonds propres de 25 millions d’euros ainsi qu’une facilité de prêt d’un montant de 35 millions d’euros. Veolia Water AMI compte affecter cette participation dans son capital au financement de son programme d’extension d’infrastructures et de fourniture de services, à travers ses filiales locales.

De même, Proparco investit 10 millions d’euros, afin de favoriser le développement des projets de Veolia Water AMI liés à l’accès à l’eau, à l’assainissement et à l’électricité sur l’ensemble de sa zone d’activité.

Pour Rashad Kaldany, Chef du département des infrastructures de la SFI, « il reste d’immenses besoins à satisfaire et l’accès à des financements locaux est primordial pour obtenir des investissements permanents dans l’infrastructure destinée à l’eau. »

En effet, dans certains pays, l’absence d’infrastructures ou la vétusté des ouvrages existants sont des composantes majeures du problème de l’accès des populations à l’eau et à l’énergie, de même qu’un frein à leurs capacités de développement social, environnemental et économique.

Antoine Frérot, Directeur général de Veolia Eau, explique pour sa part dans un communiqué, que
« l’activité de Veolia Water AMI permet aux collectivités publiques de moderniser leurs infrastructures et de faire face au défi de la démographie et de la concentration urbaine. Par notre soutien à l’accès des populations à l’eau, à l’assainissement et à l’électricité dans les pays où nous sommes présents, nous contribuons à atteindre les Objectifs du Millénaire pour le Développement fixés par l’ONU. »

La Société Financière Internationale, institution du groupe de la Banque Mondiale chargée des opérations avec le secteur privé, est le plus important bailleur de fonds multilatéral à destination de l’entreprise privée dans les pays en voie de développement. La SFI finance des investissements du secteur privé, mobilise des capitaux sur les marchés financiers internationaux, facilite les échanges commerciaux, aide ses clients à améliorer leur viabilité sociale et environnementale, et fournit une assistance et des avis techniques aux entreprises et aux États. Depuis sa constitution en 1956, jusqu’à l’exercice 2006, la SFI a engagé plus de 56 milliards de dollars de capitaux propres pour des investissements du secteur privé dans le monde en voie de développement, et mobilisé 25 milliards de dollars supplémentaires sous forme de syndications pour 3 531 entreprises dans 140 pays en voie de développement. Grâce à l’appui de financements apportés par des donateurs, la SFI a également procuré des services d’assistance technique et de conseil pour un montant supérieur à 1 milliard de dollars.

De 1990 à 2006, la SFI a financé 568 projets d’investissement en Afrique, représentant un total de 4,5 milliards de dollars. La SFI investit dans des entreprises privées, dans tous les secteurs. En Afrique, son portefeuille de financements confirmés est ventilé sur le secteur minier (28 pour-cent), les institutions financières (25 pour-cent), l’infrastructure (16 pour-cent), ainsi que la fabrication et les services (16 pour-cent).

Proparco, filiale de l’Agence Française de Développement (AFD), et membre des European Development Finance Institutions (EDFI), a pour mission le financement des investissements privés dans les pays en développement, pour la croissance, le développement durable et l’atteinte des objectifs du millénaire (600 M€ engagés en 2007).

Son actionnariat public/privé et ses spécificités au sein des EDFIs lui permettent d’offrir des solutions innovantes face aux défis de l’investissement à long terme dans les pays émergents ou en développement. Proparco investit en fonds propres (0.5 à 20 M€ par opération), prête à moyen et long terme (2 à 100 M€ par opération), garantit des emprunts (2 à 100 M€ par opération) et propose des accès aux produits et facilités d’accompagnement de projets de l’AFD.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz