Allemagne : Un parc éolien de 1000 MW en Mer du Nord

Près de 1000 MW, c’est la puissance que fournira le parc éolien Innogy Nordsee, au large des côtes de Basse-Saxe (Nord de l’Allemagne). Repower Systems vient de conclure avec RWE le contrat de fourniture de 250 éoliennes d’une puissance nominale de 5 et 6 MW.

Selon les termes de cet accord, REpower fournira 250 turbines 5M et 6M entre 2011 et 2015. Le montant du contrat, l’un des plus importants de l’histoire de l’énergie éolienne, s’élève à 2 milliards d’euros.

La majeure partie de ces éoliennes sera destinée au parc Innogy Nordsee 1. "Innogy Nordsee 1 est un projet extrêmement enthousiasmant. A 40 km au nord de l’île de Juist, nous prévoyons de construire entre 150 et 180 turbines éoliennes de 5 et 6 MW, par une profondeur d’eau comprise entre 26 et 34 mètres. Avec une capacité installée avoisinant les 1 000 MW, le parc éolien sera statistiquement capable de répondre aux besoins de 780 000 foyers" précise Matthias Schubert, CTO de REpower Systems AG. RWE assure que le parc ne sera pas visible depuis la côte.

Avec un diamètre de rotor de 126 mètres, les éoliennes 5M et 6M font partie des plus grands modèles actuellement sur le marché. Elles sont équipées de 3 pales d’une longueur de 61,5 mètres. REpower installe actuellement ses trois premiers modèles 6M sur un autre projet, terrestre celui-ci, sur la côte danoise.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

12 Commentaires sur "Allemagne : Un parc éolien de 1000 MW en Mer du Nord"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Momo
Invité
2 milliards d’EUR pour 1000MW x 3000H  ( environ , et par hypothese ), cela se rapproche assez nettement du cout en investissement d’un reacteur nucleaire de cette puissance fonctionnant 8000H/an … cela devient tres interessant , sans aucun doute …. reste a voir le cout du raccordement et de la stabilisation de l’injection de cette puissance ds. le reseau ( compris ou non ds. ces 2 milliards ? je ne le pense pas … cela ne semble etre que le cout de fourniture des turbines ) … et le cout de maintenance long-terme ds. les conditions meteo-corrosion de la Mer… Lire plus »
pasnaif
Invité

fonctionnant à 16% du temps, cela équivaut à 8125€ le KW moyen lissé sur un an. Un EPR tête de série à 4500€ pour 90% de l’année équivaut à 5000€ le KW sûrement présent. Les EPR suivants ramèneront cela vers 3500€. Le coût du cycle combustible ne compense pas la différence. En offshore l’augmentation du coût éolien surcompense le taux de vent plus élevé. Je me demande pourquoi une économie fortement dépendante de l’énergie se lance-t-elle autant tête baissée dans un mur? Et ce sans vraiment travailler d’autres énergies renouvelables comme le soleil, la biomasse?

stef
Invité

Ah bon, l’Allemagne ne travaille pas sur le solaire ? Vous êtes sur ?

tolo1950
Invité
Il y a un élément déterminant de la comparaison entre les coûts de l’éolien et du nucléaire qui est systématiquement passé sous silence et qui fausse tout calcul. C’est la durée de vie moyenne de ces deux moyens de production, 20 ans pour une éolienne, 60 ans pour une centrale EPR. Autrement dit il faut multiplier par trois le coût d’une installation éolienne puisqu’il faudra la remplacer dans 20 ans et dans 40 ans. Dans ces conditions il va sans dire qu’il n’y a plus de doute que l’oélien est infiniment moins rentable dans les conditions actuelles des coûts de… Lire plus »
renewable
Invité
A Pasnaïf : Les 16% que vous citez sont valables pour l’Allemagne, pour des implantation terrestres. En France on est à 23% et en mer du nord les conditions de vent font que les machines sont dimensionnées pour des fc de 40%! ça change pas mal les choses, d’autant plus qu’il s’agit de profils plus aisés à contrôler que sur terre car on peut supprimer les effets de sillage, les turbulences et les effets de site. Il est certain que l’on ne peut comparer une éolienne off shore à un EPR, ce dernier produira toujours plus et plus souvent. Mais… Lire plus »
Lepetit
Invité

oui mais faut prendre en compte aussi pour le fonctionnement de la centrale nucléaire , le coût de l’uranium qui ne cessera d’augmenter (le vent c’est gratuit) , le coût et la pollution qu’engendre les déchets ainsi que le cout et le temps pour le démantèlement de la centrale a la fin de son périple

Papoumontchat
Invité
J’adore ces élucubrations sur des chiffres partiels!: si 2 Mrds € est sûrement le coût seul des machines, ça comprend le support ou pas? Il faut bien sur rajouter le coût de l’installation en mer yc la fixation du support (au total le MW en mer revient vers 3 M€). D’un autre côté on sait bien que le coût du nucléaire n’intègre pas le coût du combustible (0 pour le vent…), le coût de l’entretien et de la maintenance (sur 60 ans c’est énorme!) et encore moins les coûts du démantellement et du stockage des déchets irradiés (gigantesques, à la charge du… Lire plus »
Momo
Invité
Vs. avez raison sur les infos tres partielles donnees par cette info provenant de RWE elle-meme , et c’etait pour en savoir un peu + que j’avais lance ce 1er calcul de l’equivalence ( tres approximative , mais tt. de meme d’un ordre de grandeur correct ) entre un reacteur 1000Me “classique ” ( et non pas un EPR encore proto ….. ) et cet ensemble ( futur ! ) de turbines eoliennes  protos ( l’article le dit bien ds. sa derniere phrase ) , et donc succeptibles de derives nombreuses ds. le domaine du prix final global ! Merci… Lire plus »
Hayabs1
Invité
Les protos des machines offshore sont testés pendant plusieurs années sur sites côtiers pour vérifier leur tenue et fonctionnement… C’est l’enseignement tiré des difficultés rencontrées par les 1ers parcs offshore (Vestas de Horns Rev par exemple). Si REpower a fait l’objet de cette longue bataille ayant conduit à sa prise de contrôle par Suzlon (indien) au détriment d’AREVA, c’est bien parce qu’ils sont les plus avancés sur ce type de machines de la classe 5 MW. L’installation des machines de Thornton Bank utilise la technique Monopile, classqiue pour des fonds peu profonds. Pour le parc de 1 GW envisagé, avec… Lire plus »
Momo
Invité
Repower appartient a Suzlon parce que Areva lui a vendu sa participation ( avec une + value de l’ordre de 350 millions d’Euros ! …. pas si mal , non ? )  J’avais mal redige mon texte d’hier 14H : je voulais dire que ” l’implantation offshore  profond ” de ces mega-moulins serait certainement sources de derives financieres … Vos renseignements techniques + precis que le texte original de RWE me font penser que je ne me trompais pas beaucoup ( et il n’y a aucune gloire a cela ….. c’est TJRS. ainsi que cela se passe , ds. n’importe… Lire plus »
Hayabs1
Invité

Non, AREVA a vendu à Suzlon les 30% qu’il détenait qques temps après avoir perdu sa bataille pour la prise de contrôle total de REpower… en empochant une + value il est vrai 🙂 Suzlon s’était au départ associé à Mortifer (Portugal) pour détenir entre 20 et 30% au moment de l’appel d’offre. Du coup, AREVA a pris le contrôle de Multibrid qques mois après. Mais cette société semble moins en avance dans la mise au point. REpower peut par ailleurs compter sur sa gamme d’éoliennes terrestres pour “lisser” les coûts de développments de ses protos offshore.

Momo
Invité
On est bien d’accord ts. les 2 : Areva a bel et bien vendu sa participation ds. Repower a Suzlon avec une jolie + value ( n’en deplaise a d’aucuns , l’eolien permet parfois de tes jolis coups financiers a certains de ses promoteurs ) Vu d’Inde , croyez-moi ce point etait + que souligne pour montrer polemiquement que certaines ” defaites ” etaient de tres ” bons coups ” . Cela etant dit , Suzlon ( n’en deplaise encore a X ou Y ) gagne tres bien sa vie , ici ou a l’export ( meme si les pales… Lire plus »
wpDiscuz