Bahia, un banc de tests pour pile à combustible

Répondre à la demande des universitaires et des grandes écoles scientifiques, permettre aux étudiants de comprendre le principe théorique des piles à combustible, se familiariser avec leur fonctionnement au cours de travaux pratiques, telle est la vocation de Bahia.

Labellisé en 2006 par le pôle de compétitivité Capenergies spécialisé dans le secteur des énergies non émettrices de gaz carbonique et de la maîtrise de l’énergie, a reçu le soutien du fonds unique interministériel (FUI) lors du 1er appel à projets.

La croissance de la consommation énergétique, l’épuisement de certaines ressources d’énergie fossiles et les risques environnementaux associés ont pris une importance toute particulière. Dans ce contexte, l’hydrogène apparaît comme un vecteur énergétique à fort potentiel. Associé à la pile à combustible, il offre de nouvelles perspectives pour produire de l’énergie mais aussi pour le stockage de l’électricité produite par les énergies renouvelables intermittentes telles que l’éolien ou le photovoltaïque. Cette dernière fonction la rend très attractive auprès des industriels, de l’enseignement supérieur et des universités.

Formation : Bahia, un banc de tests pour pile à combustible

L’enjeu du projet était de développer un outil de formation de haut niveau, permettant aux étudiants de comprendre le principe théorique d’une pile à combustible et de se familiariser avec son fonctionnement pratique. Le seul système commercialisé était allemand et il intégrait une pile à combustible canadienne. Les demandes des universitaires et les études de marché ont montré l’intérêt d’un produit innovant, intégrant un contenu pédagogique, un simulateur et un banc de qualité industrielle fortement instrumenté.

Le projet qui a été coordonné par la société Helion, spécialisée dans les systèmes hydrogène et le stockage de l’énergie, filiale du groupe Areva a réuni divers partenaires**.

L’objectif initial du projet consistait à développer deux prototypes de bancs didactiques fonctionnant avec une pile à combustible. Les travaux ont permis la définition des exigences pédagogiques et de sécurité ; la réalisation d’un premier prototype intégrant une pile à combustible de 1kW électrique et thermique, puis d’un second prototype représentatif d’une tête de série ; la livraison des deux bancs prototypes aux clients/partenaires et la récupération de données sur leur retour d’expérience.

Les premières retombées

La réalisation de deux prototypes a permis de poursuivre des objectifs d’industrialisation et de commercialisation en lançant, dès 2009, le premier produit industriel de la ligne Helion Didactic System. Le système a été amélioré. Il dispose d’un simulateur de fonctionnement de la pile à combustible au travers de modules applicatifs pour le secteur naval, le secours électrique et le couplage aux énergies renouvelables.

A ce jour, une vingtaine de systèmes ont été vendus à des partenaires et clients nationaux.

Un club d’utilisateurs a été créé pour permettre notamment aux écoles et laboratoires universitaires d’échanger leurs modules de travaux pratiques. Face à ces ventes prometteuses et à la satisfaction de ses clients français, Helion vise à présent des ventes de ces bancs d’essais à l’international. Il monte actuellement un réseau de distribution en Europe. Par ailleurs, un contrat de distribution avec la société SDMS a été signé début 2009, afin d’élargir les ventes de ces modules aux lycées. L’équipe Bahia travaille sur une nouvelle version dont l’objectif est d’en diminuer le prix de moitié pour élargir l’accès à ce marché.

** L’Ecole Polytechnique, l’IUT de Marseille et l’Ecole des Mines (Armines) qui ont contribué à la définition des spécifications du système, à l’élaboration de supports pédagogiques et à la conduite des tests des bancs en conditions réelles ; la société CAPSIM intervenant dans l’ingénierie de simulation ; Alphea Hydrogène, pour la diffusion des informations sur l’hydrogène et ses applications.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

35 Commentaires sur "Bahia, un banc de tests pour pile à combustible"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
fredo
Invité

il me revient que la directrice actuelle de la R/D d’Areva a occupé le même poste chez Air Liquide de 2007 à 2012. Helion initiateur de Bahia étant filiale d’Areva, ce sujet doit donc être suivi avec intérêt à la maison-mère, voire par l’actionnaire principal le CEA qui communiquait hier sur de nouvelles piste de Piles a COmbustible. L’hydrogène devenu enjeu stratégique en France? En tous ca ça commence à bouger sur le sujet !

Lionel-fr
Invité
Tout juste un frémissement dans les millieux universitaires français. Certains se demandent ce qu’il va advenir de toutes nos belles études qui ignorent complètement les piles à combustibles alors qu’elles arrivent sur le marché grand public avec des puissances en 10aines de kw et des volumes annoncés de millions d’unités. On peut se féliciter de voir les universitaires s’en inquiéter maintenant que tous les grands noms de l’industrie mondiale travaillent d’arrache-pied sur cette révolution annoncée par Toyota pour l’année 2015 (en Allemagne, Japon, USA…) On ne peut pas encore parler de précipitation dans les vénérables labos estudiantins, mais on devine… Lire plus »
Bob1
Invité

helion s’apele désormais Areva Stockage d’Energie depuis bientôt 1 an @fredo ca date pas d’hier que le CEA s’interesse aux piles a combustibles ! et concernant areva, bahia c’est un petit modèle didactiue mais ils développent des systèmes beaucoup plus gros (cf. la plateforme myrte en corse ou ce qui sera installé a la croix valmer)

Sicetaitsimple
Invité

De l’allure, de la vision, des chiffres pour illustrer, super! J’ai juste une question:quand on parle de “pile à combustible”, c’est bien qu’il y a un combustible, non? Vous n’en parlez pas. La matière première est certainement fournie gratuitement par le Pêre, le Fils ou le Saint-Esprit via le soleil ou ses dérivés ( vent, marées, hydro,…), mais il y a encore un peu de boulot de transformation, non? C’était juste une reflexion, comme ça…

Sicetaitsimple
Invité

Je vous rejoins dans le principe quand même sur un point: la place des véhicules (futurs) , qui sont pour la très grande majorité des trucs utilisés moins de 500h/an (et donc un “gachis” en termes d’utilisation du capital investi) est certainement une voie d’avenir en termes d’équilibre des systèmes electriques. Reste à inventer le modêle, et surtout à trouver le combustible si ça passe par la pile à combustible.

Lionel-fr
Invité
Certes chaque question en appelle une autre et les premiers pas de l’économie hydrogène ne risquent pas d’être faciles. Pour la fourniture d’H2 , les pays “enthousiastes” ont simplement pris leur meilleur Google et ont cherché des fournisseurs, tout simplement. Donc pour éviter de refaire le monde à chaque post, je vais juste les imiter : pour avoir votre H2, “Passez commande à Air Liquide” Je crois qu’ils connaissent leur boulot. Quand vous les aurez entre 4 yeux, vous leurs ferez part de vos opinions et vous verrez bien si ça les inspire ou pas. En attendant, c’est : Allô… Lire plus »
Good mix
Invité

Pour produire tout l’hydrogene qui alimentera un parc de 33 000 000 de véhicules,de manière décarbonnée en France, il faudra à la fois le nucléaire,l’éolien et le PV(et l’hydro). En plus,le nucléaire,l’éolien et le PV (et l’hydro)alimenteront tous le reste nécessaire + les exportations .C’est comme ça que je vois les choses pour l’avenir…

Lionel-fr
Invité
La fourniture d’hydrogène est un problème complètement indépendant. Il n’y a pas de corrélation claire entre le déploiment de fuel cells et la fourniture le combustible. (L’hydrogène est déjà très utilisé par l’industrie) A priori, le petit millier de stations européennes en place à partir de 2015 se fournira comme l’industrie avec 95% de gaz reformé. Le prix du litre d’H2 sera alors fixé, la demande pourra se développer. Quand la demande se comptera en milliers de m3/jour, les sociétés comme CEA-Areva mettront à leur catalogue des electrolyseurs, négocieront avec les opérateurs électriques pour obtenir des prix en heures creuses… Lire plus »
Aero47
Invité

Juste un lien du CEA-Jeunes ( forme de vulgarisation ), ce qui tente à démontrer une certaine orientation : @Good mix oui, évidement c’est the question . . .

Good mix
Invité

Air liquide ne sera pas embarassé pour électrolyser l’eau avec indifférement du nucléaire,éolien,PV, hydro… Ou même peut être avec vaporeforming de méthane ou autre hydrocarbure.Ce sera selon ce qu’il considerera opportun .

Good mix
Invité

les éventuels esprits malveillants que je ne confond pas electrolyse et vaporeforming.

Bob1
Invité
“Aucun des protagonistes de ce marché n’appartient à un état, c’est une initiative entièrement libérale. Terminé le discours néo-communiste. Le monde du droit individuel existe encore et il frappe très fort.” Je trouve ca bien gonflé… jetez un oeil à mon commentaire qui vous suit Heureusement qu’il y a de la commande publique pour assurer le role de casse coup et encaisser les chocs des premières commandes des industriels Demandez donc a Areva combien ils en ont vendu des piles a part aux universités et a la commune de la croix valmer Cette partie de votre commentaire est surréaliste et… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité
Je précise tout de suite que ca n’est absolument pas une attaque d’Air Liquide, qui est une boite tout-à fait respectable, juste un trait d’humour… M. le Maire n’est absolument pas un verrou dans cet affaire: comme pour un parc éolien ou une ferme PV, il va chercher des loyers pour les terrains, des taxes et un peu d’emploi local auprès des industriels, c’est son rôle. Maintenant, c’est à l’industriel de répondre, et là ça se complique. La station d’Air Liquide, pour être “rentable”, elle doit afficher combien en €/l équivalent diesel ou essence? Certes, faut bien démarrer un jour… Lire plus »
Lionel-fr
Invité
Quand le Gvt américain a abandonné les subventions à l’hydrogène, tout le monde a pensé que c’était foutu. Mais Toyota et GM ne se sont pas laissé intimider et ont continué l’aventure en solitaire C’est à eux qu’on doit ce développement et personne d’autre, les français arriveront comme toujours bien tard avec une offre plutôt haut de gamme de bonne qualité qui se vendra plutôt bien.. Je vous rappelle que Bloom energy est rentable aux états unis en vendant des SOFC à tous les grands acteurs du numérique. Je ne dis pas que les français n’ont pas le QI (je… Lire plus »
Good mix
Invité

la fourniture d’hydrogène par voie nucléaire électrique en France (i.e: électrolyse par l’électricité nucléaire actuelle)deviendrait déjà possible maintenent en heures creuses s’il y avait une montée sérieuse de la demande d’hydrogene a cause d’une arrivée prochaine conséquente de véhicule à fuell cell.Les nouveaux électrolyseurs nécessaires seraient vites installés au fur et à mesure des besoins qui augmenteraient…

Sicetaitsimple
Invité
“La fourniture d’hydrogène est un problème complètement indépendant. Il n’y a pas de corrélation claire entre le déploiment de fuel cells et la fourniture le combustible. (L’hydrogène est déjà très utilisé par l’industrie) “. Il y a parfois sur Enerzine des perles comme celles-ci! Il n’y a pas de corrélation claire entre la fourniture d’un combustible et son utilisation… Je suis peut-être un peu basique, mais pour moi la corrélation est très claire. C’est 1. La question c’est avec quoi, mais si c’est du reformage de méthane il vaut peut-être mieux faire des véhicules GNV, non? Ca me parait beaucoup… Lire plus »
Aero47
Invité

Euh OUI, il convient de démocratiser la Tech pour arriver à un produit + accessible, et là . . . Petite pile : – petits véhicules routiers, – petits avions de tourisme, – etc. J’ai le droit de réver? Non ? Aller soyez gentils . . .

Lionel-fr
Invité
6ct : parce que vous voulez absolument dire que la fourniture d’hydrogène est polluante , qu’il n’existe pas à l’état naturel , que l’electrolyse a un rendement inférieur au batteries bla bla, bref ramener les piles à combustible dans votre Landerneau de rentabilité de petits sous, pseudo-scientifique looser et primitif Or toutes ces affirmations sont à la fois vraies, fausses, absurdes et hors sujet ! (inutile de choisir , c’est tout en même temps) Le développement des fuel cells ne souffre pas actuellement d’un quelconque problème d’approvisionnement et lorsque cela arrivera, il y aura des professionnels plus calés que vous… Lire plus »
Bob1
Invité
“Or comme le dit l’article : c’est en 2013 que les universités françaises integrent les fuel cells dans leurs programme alors que leur développement ne fait plus le moindre doute.” Vous avez mal lu, dans l’article c’est bien écrit que c’est en 2009 que ca a commencé. Et c’est pas parce qu’avant il n’y avait pas ce materiel publicitaire dans les salles de TP que les universitaires n’étudiaient pas les PAC… Je ne comprend pas trop votre obsession envers ce qui semble etre a vos yeux un état muselé infecté de vermine marxiste, ca n’a strictement aucun rapport avec le… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité
Vous me faites dire beaucoup de choses que je n’ai pas dites. Concernant le GNV, je n’en ai parlé qu’en alternative à mon avis très favorable à de l’hydrogène à base de reformage de méthane. Effectivement, je ne serais certainement (ni vous malgré votre cocotte minute à la super glue) jamais producteur d’H2 . Il faudra donc bien que les producteurs d’H2 vivent, et que ceux qui leur fournissent leur matière première ( de l’électricité non carbonée sinon ça n’a pas de sens) vivent aussi. Bref, aucune raison que le secteur electrique au sens large subventionne la production d’hydrogène, pas… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité

C’était “lindustrie produit” et non “l’industrie ne produit pas”.

Lionel-fr
Invité
Bob1 : désolé si ma prose vous heurte. En fait , il y a bien un gros fondamental marxiste dans le système français , que ce soit dans l’éducation (où elle se mélange à une certaine utopie juvénile) et dans le système politique qui prend les décisions stratégiques qui ne peut absolument pas échapper aux pressions nucléocrates Ensuite les entreprises privées (dont je suis) ne peuvent pas survivre sans faire de chasse aux subventions, c’est comme ça , je n’y peux rien Enfin dans les professions techniques, le système éducatif français forme d’excellents ingénieurs , j’en ai embauché assez pour… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité
Mon cher Lionel, j’avais cru comprendre qu’Enerzine était un forum dédié aux energies en général. Si vous ne voulez pas souffrir la contradiction, allez vous masturber avec vos pairs sur un forum dédié aus piles à combustibles ou à l’économie de l’hydrogène. Que vous pensiez que mes interventions sont contre-productives est votre droit, mais ça me fait un peu rigoler alors que vous ne cessez pas de dire ( avec raison!) que l’avenir energétique du monde ne se décide pas sur Enerzine! En tous les cas votre premier post sur cette page ( qui nous a amené ici) était une… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité
“Ensuite quand vous dites que l’hydrogène doit être issu de sources décarbonnées , vous entrez en politique .. dans les faits , vous avez besoin d’H2 point final ” Je n’entre pas en politique, ça n’a juste aucun sens! Utiliser un hydrocarbure “noble” comme le méthane pour en faire de l’H2 n’a de sens que si vous avez besoin d’une molécule d’H2 dans votre process. Si c’est pour en faire un usage energétique ( une combustion, c’est à dire une oxydation dans une PAC), c’est simplement une bétise. Si vous voulez développer une économie de l’H2, elle passe par des… Lire plus »
Lionel-fr
Invité
Bon ben je vais employer une expression de janco que je déteste : les ordres de grandeur ! Vous avez une révolution technologique qui cartonne au plus haut niveau du secteur spatial, puis militaire dans la dissuasion, puis dans la logistique dont dépend la survie de l’humanité (demandez à un immeuble parisien de se nourrir de la culture de son balcon..) Ca c’est la situation actuelle. L’année prochaine , le gratin de la première industrie mondiale (auto) commence à la distribuer avec pour objectif de remplacer 50% de la consommation de pétrole ni plus ni moins ! Cette technologie aurait… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité

Essuyez vous…… Oui, Toyota a inventé l’hybride, c’est de mon point de vue un excellent concept ( ce n’est pas la première fois que je le dis) et l’hybride rechargeable est certainement encore mieux. Mais on reste sur le domaine pur de la bagnole, rien à demander aux autres secteurs en termes d’investissements, ça roule dans son jus. Pour produire et distribuer de l’hydrogène en masse,ça devient tout-à-fait différent.

Sicetaitsimple
Invité
On peut toujours se lancer, après tout le seul risque c’est d’être ridicule 30 ans après… Alors: – d’abord et avant tout, sous l’effet de l’évolution des technologies et de la réglementation, une diminution continue de la consommation moyenne des véhicules purement thermiques. Ma bagnole consomme 2l de moins que celle que j’avais il y a 10 à 15 ans, ça doit encore pouvoir progressser. – l’hybride, mais on est un peu sur le même thème que ci-dessus – l’hybride rechargable, version améliorée de l’hybride, certainement un must pour certains, aucun impact (surcoût) sur le système electrique – le VE… Lire plus »
Devoirdereserve
Invité

… de l’hydrogène naturel ou natif ? ène-natif-une-nouvelle-source-dénergie-.html

Good mix
Invité

Ah!! Voilà quelque chose qu’il sera intéressant de suivre de près dans l’avenir.Pour l’instant,il est trop tot pour “tirer des plans sur la comète”.

Sicetaitsimple
Invité

Très interessant, merci! Il y a encore bien du chemin pour y voir plus clair, mais après tout les shale gas n’existaient pas ( industriellement) il y a dix ans aux US.

Luis
Invité
¤ L’hydrogène est seulement un vecteur énergétique et on ne le trouve pas au fond d’un trou comme le pétrole ou le gaz naturel. La production mondiale de gaz devant atteindre son maximum dans vingt ans environ, seule l’électrolyse pourrait à l’avenir servir pour produire l’hydrogène. Et pour cela, il faut de l’électricité. Afin de fixer les idées pour le remplacement du pétrole par de l’hydrogène, dans le cas des véhicules routiers (pas seulement les petites voitures urbaines), une saine lecture : “Aux Etats-Unis, le remplacement du carburant des véhicules à moteur par de l’hydrogène demanderait la production annuelle de… Lire plus »
Lionel-fr
Invité
Vous oubliez de dire que la production d’hydrogène résout complètement les problèmes d’intermittence, et pas seulement dans les EnR ! La demande est très intermittente et par voie de conséquence la production nucléaire aussi. Il y a aussi un impact énorme sur les réseaux : liquide ou comprimé, l’hydrogène est de toutes façons transportable (par route ou par pipe) sur le lieu de consommation voire, peut être produit en heures creuses et restitué en heures pleines. Cette spécificité répond à elle seule à une quantité impressionante de besoins non-pourvus actuellement. Bref, avant de balancer un chiffre-assomoir , il faudrait apprendre… Lire plus »
Verdarie
Invité
Dans ce blog tout le monde ne parle que performances de l’H2 et l’on oubblie une seule chose ?………… La sécurité des gens ? Je pose donc la question à ceux qui souhaitent le développement de cette énergie dans le véhicule routier. Avez vous pensé à ce qu’il pourrait advenir en cas de fuite ?. .. Multiplier le nombre de véhicules de plusieurs millions de millions serait sans risque ? Le risque que parmis ces millions de millions les véhicules aucun ne présenteraient de défauts même en vieillissant ? Combien de véhicules en circulation aujoud’hui présentent des fuites actuellement ?… Lire plus »
Temb
Invité

On arrive bien à gérer 58 réacteurs nucléaires, des déchets radioactifs dans tous les centres hospitaliers, pourquoi pas de l’hydrogène dans les véhicules, ou la portée d’un accident sera toujours limitée à quelques mètres… Et ne posera aucun problème de contamination d’aucune sorte? De la même manière on se chauffe au gaz, on cuisine au gaz, on a des armoires électriques dans tous les logements, on a 50litres d’essence ou de gasoil dans nos reservoirs de véhicules, on fait circuler des trains à 300km/h, des vions de ligne à 800km/h, etc…

Lionel-fr
Invité
Le risque , c’est l’affaire des mines, s’ils homologuent , alors le risque devient une composante comparable aux autres risques (GPL, GNV, ..) Contrairement à un secteur qui fait joujou avec des risques à 500 milliards par accident, les autos sont obligatoirement assurées par le privé qui répercute le risque dans ses primes. L’homologation, ça veut aussi dire que les mines sont tombées d’accord avec les assurances. Techniquement parlant, il faut être complètement malade pour faire 1000km dans une boite de conserve à 130kmh, oui mais… Les assurances calculent chaque année le montant des primes en fonction des coûts réels.… Lire plus »
wpDiscuz