Bientôt une éolienne flottante au large de la Norvège

StatoilHydro s’apprête à mettre au point un modèle en taille réelle d’éolienne flottante. Baptisé Hywind, le projet sera testé pendant deux ans au large de Karmøy, en Norvège.

La compagnie investit plus de 50 millions d’euros dans ce projet, dont le démarrage est programmé pour l’automne 2009.

L’éolienne de 2,3 MW est fixée sur une bouée, et ses pales de 80 mètres de diamètre culminent à 65 mètres au-dessus du niveau de la mer.

L’élément de flottaison a un tirant d’eau de 100 mètres sous la surface de l’eau, qui sera ancré grâce à trois points d’amarrage. L’éolienne pourra ainsi être transportée et installée dans des eaux d’une profondeur comprise entre 120 et 700 mètres.Bientôt une éolienne flottante au large de la Norvège

"Transporter des éoliennes en mer offre de nouvelles possibilités. Le vent y est plus fort et plus constant, les zones plus vastes, et les obstacles que nous rencontrons habituellement sur des projets terrestres sont moins nombreux."

Le modèle d’essai sera assemblé à Åmøyfjorde, près de Stavanger, à environ 10 kilomètres de la côte de Karmø, dans le comté de Rogaland. L’éolienne en elle-même doit être construite par Siemens. Technip sera chargé de construire l’élément de flottaison et aura la responsabilité de son installation au large des côtes. La société Nexans installera pour sa part les câbles à terre.
Enova soutient le projet à hauteur de 8millions d’euros.

Pour Statoil, ce prototype représente un investissement de plus de 50 millions d’euros pour sa conception et son développement. L’objectif majeur état d’en réduire les coûts :

"L’énergie éolienne flottante n’est pas encore une technologie mature", Alexandra Bechu Gjorv, directrice du département nouvelles Energies chez StatoilHydro. "la route vers une commercialisation et un développement à grande échelle est encore longue."

Avec Siemens, Statoil a signé un contrat de développement technologique, afin que les éoliennes fonctionnent de manière optimale, même en cas de mer démontée.

"Les éoliennes doivent fonctionner de façon satisfaisante, même lorsqu’elles sont soumise à des mouvements, et il doit être possible d’effectuer l’entretien nécessaire tout en respectant les plus hautes normes de sécurité" ajoute Alexandra Bechu Gjorv.

Bientôt une éolienne flottante au large de la Norvège

Un prototype de 3 mètres de haut a déjà été testé avec succès, grâce au simulateur de vagues de Trondheim.

"Si nous réussissons, alors on aura franchi un pas important vers un déplacement de l’industrie éolienne en mer. L’éolien flottant peut apporter une contribution majeure pour proposer au monde des projets propre, mais il y reste des obstacles techniques et commerciaux importants que nous devons résoudre. Si nous voulons réussir, nous devrons coopérer étroitement avec les autorités. Comme pour les autres technologies d’énergies renouvelables, l’éolien flottant dépendra des systèmes d’incitation pour être viables."

 

Partagez l'article

 



      

Articles connexes

Poster un Commentaire

7 Commentaires sur "Bientôt une éolienne flottante au large de la Norvège"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Tatayoyo
Invité

Eolienne en mer, ça sonne bien :- Loin des habitations- Pas de problème d’intégration dans le paysage (quoique…)Et que penser de ces détails :- Problème des lignes à haute tension déplacé sous la mer. Quid du risque d’électrocution en cas de câble abîmé ?- Prix de maintenance ?- Coût d’installation / production / rendement ?Je persiste à penser que la production doit se décentraliser et que l’énergie doit être produite au plus proche du lieu de consommation, sans défigurer le paysage.Des idées pour une production souterraine sans aucun rejet et à prix modique ?

centrosier
Invité

Puisqu’ on va tout de même l’ arrimer en mer et lui pourvoir un solide câble électrique, autant faire d’ une pierre deux coups et bâtir le pylône de l’ éolienne  sur une hydrolienne placée dans le courant, elle sera la quille de stabilité et de flottaison et fournira de l’ énergie grâce au courant d’ eau, souvent d’ un débit plus constant et très puissant également.

Momo
Invité

OK , pas bete ….sur le papier …. Mais a n’experimenter que lorsque la 1ere innovation aura donner toute satisfaction , pas AVANT ! … il y a souvent loin de la coupe aux levres ds. ce domaine , et accoupler 2 innovations revient souvent a multiplier de maniere exponentielle les emmerdes ! On verra bien de toute facon ce que cela va donner …. dans qq. annees quelque soient les espoirs mis la-dedans . Patience

benkebab
Invité
@tatayoyo: 1. Vous seriez surpris du nombre d’ombilicaux a haute tension qui parsèment déjà notre plancher océanique. Ce n’est pas un “petit” câble comme celui ci qui changera la donne. 2. “ce prototype représente un investissement de plus de 50 millions d’euros pour sa conception et son développement. L’objectif majeur état d’en réduire les coûts” Ouh la jolie facture! Il est cependant encore beaucoup trop tôt pour juger les coûts de ces projets éoliens en mer (flottant ou non) qui sont souvent a l’état de prototype. Laissons mûrir ces technologies quelques années (et le baril flamber entre temps) et on… Lire plus »
centrosier
Invité
Il me semblerait intéressant de prévoir de coupler les deux hélices sur deux entrées différentes de la boîte de vitesse, de façon à additionner les puissances des deux rotors couplés grâce à cette boîte particulière à un seul alternateur et un seul transfo vers le réseau. Ainsi, au moyen du courant d’ eau, cet alternateur fonctionnerait déjà à mi-puissance et lorsqu’ il y a du vent, du fait qu’ il tourne déjà, l’ inertie serait moins grande et l’ éolienne démarrerait facilement et tournerait déjà et produirait déjà du courant avec une vitesse de vent plus faible que si l’… Lire plus »
Guydegif(91)
Invité
“Transporter des éoliennes en mer offre de nouvelles possibilités. Le vent y est plus fort et plus constant, les zones plus vastes, et les obstacles que nous rencontrons habituellement sur des projets terrestres sont moins nombreux.” Ce // n’est pas surprenant pour des norvégiens au vu de leurs expériences dans l’exploration et la production pétrolière en Mer du Nord. En effet, la structure envisagée est très similaire aux plateformes (Rig) semi-submersibles (mobiles) lors de la phase ”exploration” et aux plateformes posées sur le sol marin (Condeep) lors de la phase ”production”. Au lieu du derrick, (tour de forage avec le… Lire plus »
alain843
Invité

sur des plates formes pétrolières/gazières existantes ? je cours prendre un brevet.  

wpDiscuz