Carrefour et la RATP disent adieux à EDF

Le groupe de distribution Carrefour et la Régie Autonome des Transports Parisiens (RATP) ont confirmé l’information publiée hier par le Figaro, en faisant le choix d’abandonner Electricité de France (EDF), au profit de plusieurs autres fournisseurs d’énergie.

Ainsi, concernant la RATP les deux fournisseurs d’énergie, l’autrichien Verbund et l’allemand E.on fourniront respectivement 23% de ses besoins en base et 77%, lors des périodes de pointe. Le nouveau contrat cadre de 3 ans porte sur une consommation totale d’électricité annuelle de 1,3 million de mégawatheures (MWh) et doit commencer dès le 1er janvier 2011.

De son côté, Carrefour avait déjà anticipé sa décision, en lançant en juin dernier un appel d’offres européen pour un approvisionnement électrique de ses magasins situés dans 3 pays. Ainsi, en France, c’est l’italien Enel qui a proposé l’offre la plus attractive, tandis qu’en Italie, c’est l’italien Edison qui rafle la mise.

Partagez l'article

 



         

Articles connexes

Poster un Commentaire

30 Commentaires sur "Carrefour et la RATP disent adieux à EDF"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Michel1
Invité

Le métro consommerait 1,3 Twh / an ?

Lo
Invité

@michel 1,3 million de méga = 1300 Twh /an eclairage, escalier mécaniques, rames , portillons c’est que cela consomme…

ccsiaix
Invité

Il y a 365 x 24 =  8760 heures par an 1300 Twh par an correspond à une moyenne de 0.148 TW par heure soit 148 GW par heure (en moyenne) Soit environ un dixiéme d’un réacteur de type EPR ? Je me trompe ?

Christophe
Invité

k = 1000 M = 1000 000 G = 1000 000 0000 T = 1 000 000 000 000 c’est Michel qui a juste pour moi la conso est de 1,3 Twh , accelerer entre chaque station des rames de plusieurs centaine de tonnes c’est ça qui explique la consommation de la RATP à mon avis

Pastilleverte
Invité

et ces sympathiques forunisseurs étrangers, ils produisent leur électricité de quelle manière ?: centrales à lignite ou à charbon ? au gaz ? au mazout ? éolien (pour alimenter la ratp ça m’étonnerait…) ? PV (encore moins…) ? La peste ou le choléra ? Les déchets nucléaires ou le CO2 ? Quant à Carrefour, ils doivent s’alimenter avec le PV monté sur les auvents de parking de leurs hypermarchés… en été..entre 11H et 15h… dans le sud de la France… les jours ensoleillés…

Inox
Invité

RATP a supprimé les poinconneurs,sinon il aurait fallut doubler la capacité de la filière électo-nuclèaire… ouf, on a eu chaud

timhinch
Invité

Bonjour, le site de l’Agence International de l’Energie permet d’avoir quelques ordres de grandeurs: Par exemple, une consomation par les utilisateurs finaux en france (ie sans les pertes) en 2008 de 433 TWh. Et au niveau mondial une production d’electricite d’environ 20 261 TWh en 2008, et 16 816 TWh d’electricité consomée. Cordialement

Dan1
Invité
Lorsqu’il s’agit des statistiques de l’électricité en FRANCE, c’est tout de même beaucoup plus simple d’aller consulter d’abord les publications de RTE qui sont faites pour cela et ont été citées des centaines de fois sur Enerzine : Si vous voulez des statistiques annuelles très détaillées : Commencez par là et après vous pourrez télécharger les données précises qui vous intéressent : Consommation : Production : Ou les nouvelles données plus complètes : Après, vous pouvez effectivement aller voir l’AIE ou L’ENTSO les chiffres annuels de production et consommation de la France ont été cités des centaines ou milliers de… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité

Je ne suis pas loin de partager votre avis sur la loi Nome, mais bon, elle est là… Par contre,un commentaire,elle ne permet pas d’acheter au tarif à définir des TWh “nucléaires” pour les revendre à l’étranger. Les opérateurs “non historiques” ne peuvent acheter qu’à hauteur de la consommation de leurs clients francais. Ca va j’imagine donner lieu à la mise en place d’une usine à gaz pour contrôler tout ça et il y aura bien quelques petits malins pour en profiter, mais le principe est là.

Samivel51
Invité

Et en pratique, comment des fournisseurs d’électricité allemand et autrichien vendent-t-ils leur électricité à Paris? Ont-ils des moyens de production en France? Paient-ils RTE (entre autres) pour transporter leurs petits électrons depuis Munich et Vienne? Les petits électrons consommés par les rames de métro seront-ils réellement produits par E-On et Verbund? Tout cela m’a l’air très virtuel!

Dan1
Invité

C’est tout simplement une spoliation de rente dont nos élus devront tôt ou tard rendre compte. Le “peuple” n’a pas encore appréhender exactement les effets. Ceci n’a n’empêche pas de continuer à taxer le nucléaire de diverses façon. Il devient la vache à lait universelle. Voir à ce sujet le rapport N° 1935 sur la fiscalité écologique : Voir pages 30 et 31. On a drôlement bien fait de développer notre programme nucléaire… sinon, sur quoi on taperait ?

Dan1
Invité

Oui, la virtualité économique a été institutionnalisé pour l’électricité par les VPP (Virtual Power Plant). Là au moins c’est clair !

Sicetaitsimple
Invité
Eon en France, c’est l’ancienne SNET, donc avec des capacités de production (environ 3000MW). Poweo a également une centrale à Pont sur Sambre, plus un peu d’éolien, plus un contrat long terme avec EDF pour 160MW en base, plus une grande envie de se séparer de ses clients particuliers… Bref, ce sont quand même des producteurs. Ceci dit, ils ont peut-être anticipé la loi Nome, qui va leur donner accès à de l’électricité en base à un tarif normalement avantageux. Pour résumer, quoiqu’on pense d’Eon ou de Poweo, ils sont quand même producteurs en France. Qu’ils achètent ou ce qui… Lire plus »
a dan1
Invité

Je ne suis pas sûr d’avoir bien compris le sens de votre post ci-dessus.. Les VPP, ça n’a rien d’honteux à mon avis. C’est vendre à un prix convenu et à horizon convenu de la capacité plus un coût variable. On est complètement hors de la spéculation ou du trading, c’est tant de MW à tel prix, tel cout par MWh, tel prix, use it or loose it…

Sicetaitsimple
Invité

Toujours le même problème..le post ci-dessus était de moi.

Sicetaitsimple
Invité

pour completer: En gros , on est à 30000€/MW et par mois et un coût proportionnel de 10€/MWh. Tous ceux qui souscrivent vont bien entendu tirer leur puissance en permanence. Soit un coût au MWh de (30000+24*30*10)/720=52€/MWh. Ce n’est pas scandaleux, c’est le résultat d’enchères dans un marché européen, la différence entre ce prix et le prix de cession issu de la loi Nome sera le préjudice causé à EDF…et à ses clients directs dont les tarifs n’ont pas fini d’augmenter….

Dan1
Invité

Pour les VPP, je voulais juste mettre en exergue que c’est des centrales virtuelles, puisque en créant les VPP, on a pas construit des centrales supplémentaires, on s’est contenté de commercialiser autrement ce qui l’était déjà :

christian
Invité
qui peut dire comment tout cela va tourner. La preuve qu’aucun de nous n’est lobbyiste professionnel, c’est que la stratégie d’EDF (“opérateur historique” qui fait 51% de son chiffre d’affaire hors de France) ne nous est pas connue. EDF va-t-il y trouver son compte ? Si oui, comment ? Si non, pourquoi se laisserait-il faire (alors que la moitié des contributeurs sur ce site lui attribuent une certaine toute puissance financière et politique) ?  Si non, et si EDF n’est finalement pas si puissant, c’est qu’alors nous devrions en tirer bénéfice… Je suis certain que les analystes et économistes d’EDF… Lire plus »
Samivel51
Invité

Au fait, “adieu” ne prend pas de “x”, même si plusieurs personnes disent adieu.

Sicetaitsimple
Invité

Votre lien va vers une communication qui date de 2006. Je pense qu’aujourd’hui la même consultation ne trouverait que des échos positifs si la loi Nome n’était pas d’actualité. EDF trouve aujourd’hui des acheteurs à 52€/MWh, les mêmes ou presque font leur lobbying pour que le prix d’achat du nucléaire historique soit de 35€/MWh. La vérité sera certainement entre les deux.

a christian
Invité

Entre Henri Proglio qui dit en dessous de 42€, c’est du pillage et Gérard Mestrallet qui proclame que 35 € est le bon prix,bon courage à M. Champsaur pour trouver la bonne formule de calcul… Dans tous les cas, et ça devrait faire réfléchir nos tenants à tout prix des renouvelables, on est bien dans cet ordre de grandeur…

Sicetaitsimple
Invité

décidement.. Bon, c’est moi ci dessus

Sicetaitsimple
Invité

La loi Nome, ce sont également des centrales virtuelles. Comme le périmètre est limité à la France et que les capacités allouées sont normalement liées au portefeuille client des opérateurs ” non historiques”, on est dans un superbe Monopoly…En tous les cas, ça ne change absolument rien à court terme coté production. EDF vendra à GDFSUEZ (ou d’autres) qui vendra à ses nouveaux clients qu’il aura piqué à EDF, pour le même nombre de MWh……Ca s’appelle le libéralisme et les marchés ouverts de l’électricité…

Sicetaitsimple
Invité

Vous avez raison sur le fond, VPP ou ventes à terme , ce n’est pas très différent. La différence est historique, l’introduction des VPP correspondait à une obligation faite à EDF de mettre de façon transparente un certain volume de capacité aux enchères en “contrepartie” de son entrée en Allemagne via EnBW (ce qui est différent d’un vente à terme au bon vouloir d’EDF, même si le prix doit effectivement être à peu près le même). Ce sytème va j’imagine disparaitre avec la sortie d’EDF d’Allemagne et la loi Nome.

Sicetaitsimple
Invité

Je ne suis pas sûr de bien comprendre vos questions ni vos réponses. Et je suis en tous les cas bien sûr que l’objet n’est pas de reverser une rente aux consommateurs(qu’ils soient petits, moyens ou gros). D’où vient la loi, d’abord et avant tout donner à Bruxelles une réponse sur le degré de libéralisation du marché de l’électricité en France,en organisant un Monopoly sur la partie commercialisation.

Sicetaisimple
Invité

J’aime bien cette présentation du coût marginal… Alors maintenant ,le “en faisant bénéficier l’attractivité du territoire et l’ensemble des consommateurs de la compétitivité du parc électro-nucléaire français”, vous concéderez que c’est quand même de la langue de bois! Pour faire ça, c’était simple, il suffisait de ne rien changer!

Sicetaitsimpe
Invité

A mon avis, c’est quand même EDF qui est en ligne de mire de la commission…Elargir le champ à l’hydraulique historique, c’était élargir le champ à d’autres opérateurs, dont la CNR. Et comme vous le soulignez, le problème du renouvellement des concesssions hydrauliques est un sujet suffisament sensible pour éviter que la commission n’y mette son nez.C’est mon interprétation, je suis preneur de la vôtre.

Northman
Invité

La rente est toujours une spoliation, surtout lorsqu’il s’agit de celle d’un monopole comme celui d’edf.

Sicetaitsimple
Invité
Bruxello compatible est à mon avis le bon mot sur le court terme. En 2015, c’est quand même la disparition des tarifs réglementés pour les moyens et grands consommateurs, ce qui est me semble-t-il la préoccupation essentielle de la commission.A court terme, c’est la disparition du Tartam, qui était quand même, reconnaissons le, un machin particulièrement tordu… Pour l’hydraulique, j’imagine que le sujet a effectivement été reporté volontairement à plus tard, sur la base d’une répartition des capacités plus ouverte que sur le nucléaire. Je ne pense pas que M. Mestrallet soit particulièrement enclin à vendre une partie de la… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité
Je ne pense pas que les tarifs des particuliers soient vraiment une préoccupation de la commission, au contraire de ceux pour les grands consommateurs. Un avis personnel: ça va de moins en moins le devenir, car le prix final de l’electricité va de plus en plus basculer vers un plus de prix “fixes” ( transport, distribution, CSPE ou équivalent, taxes diverses) et de moins en moins vers le prix “sortie usine” Bref, sous le très bon prétexte de la libéralisation supposée pourvoyeuse de compétitivité et donc de performance, on en revient à des tarifs qui seront de plus en plus… Lire plus »
wpDiscuz