Des opportunités pour les pays exportateurs de pétrole

L’économiste en chef du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD), Louis Kasekende, a déclaré que la flambée des cours du pétrole pourrait constituer une bonne opportunité économique pour les pays africains exportateurs nets de pétrole, en dépit des défis qu’ils auront à relever pour en bénéficier.

Dans une interview récemment accordée au journal interne du Groupe de la BAD, M. Kasekende a estimé que des revenus pétroliers en hausse pourraient aider les pays africains exportateurs de pétrole à accélérer la mise en oeuvre de leurs stratégies de réduction de la pauvreté, les aidant ainsi à atteindre les Objectifs du millénaire pour le développement.

« En principe, les pays exportateurs nets de pétrole ainsi que les exportateurs de métaux devraient bénéficier d’un afflux massif de revenus extérieurs, qu’ils pourraient consacrer à leur action de développement, comme par exemple l’accélération du rythme de mise en oeuvre des stratégies de réduction de la pauvreté et la réalisation des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) », a-t-il indiqué.

Les pays exportateurs de pétrole, a-t-il ajouté, ont toutefois une difficile équation à résoudre : préserver en valeur l’accroissement de leurs réserves généré par la hausse des cours alors que leurs actifs sont essentiellement libellés en dollar. Ces pays doivent, en parallèle, faire en sorte que les retombées de cette manne profitent non seulement à l’ensemble de la population ainsi qu’aux générations futures mais également aux grands équilibres, en servant notamment de matelas de sécurité contre d’éventuelles distorsions macroéconomiques.

L’impact de la hausse des cours diffère pour les pays importateurs de pétrole. Bien qu’en termes réels le prix du pétrole reste inférieur aux niveaux de la fin des années 1970 ou du début des années 1980, la récente flambée pourrait avoir des conséquences dramatiques sur les pays importateurs, met en garde M. Kasekende. Selon lui, ces répercussions seront encore plus importantes dans les pays qui sont excessivement dépendants du pétrole ou qui ont un accès limité aux marchés internationaux des capitaux, grevant leur solde extérieur.

L’Afrique comporte 38 pays importateurs nets de pétrole, et les effets de l’allégement de dette dont certains de ces pays ont bénéficié au cours de ces dernières années risquent d’être réduits à néant par la flambée des cours.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

6 Commentaires sur "Des opportunités pour les pays exportateurs de pétrole"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Dan
Invité
L’augmentation des prix du pétrole est beaucoup plus dure à supporter pour les pays pauvres et en particulier pour l’Afrique. Quand on voit tous les jours, les gens faire le plein avec une bouteille de 1 litre achetée au bord de la route, on comprend mieux le concept d’énergie chère. Imaginez en France, le litre d’essence à 30 ou 40 Euros, ça donne une idée de la relativité des prix. Paradoxalement, les pays producteurs de pétrole (Nigéria en tête) sont aussi les plus gros importateurs de produits raffinés (dont les 3/4 viennent d’Europe pour l’Afrique de l’ouest). Cela permet d’avoir… Lire plus »
Jerome 57
Invité
2,5 L à 5 francs environ en 1985 fait 12,5 FRANCS DE L’heure or le smic était à 26F/h brut donc on pouvais acheter 26/5 =5,2 LITRES. On est environ au même niveau qu’en 1985. Et la plupart des véhicules vendus aujourd’hui sont au gazole, et c’est encore plus vrai avec le gazole car il grimpe plus vite que l’essence quand le prix du petrole augmente. Donc on n’est au meme niveau.La seule différence c’est qu’on est moins dépendant qu’à l’époque. Mais ne nous trompons pas nous sommes bel et bien dans un choc pétrolier. Alors chasse au Gaspis comme… Lire plus »
Dan
Invité
Très bonne vigilance : Grossière erreur de ma part, j’ai pris le SMIC de 1980 (2,18 €) qui m’avait servi pour une autre comparaison. En effet, le SMIC de mai 1985 était à 3,89 € (25,51 F) et le prix du litre de super a atteint un pic le 24 mai 1985 (89,03 € l’hectolitre, source ministère industrie). Le bon calcul est donc 4,36 litres pour 1 heure de SMIC. Après c’est redescendu (en décembre 1986 le litre était à 0,7 euros avec un SMIC à 4,1 €), une heure de SMIC permettait d’acheter 5,8 litres de super. Le gazole… Lire plus »
Chaalal m
Invité
Cette analyse est idéale est très optimiste, sauf que dans ce cas précis, les quelques pays africains exportateurs vivent une instabilité politique et institutionnelle chronique, et sont généralement soumis a des pressions sociales qui annihilent toute action en faveur d’un développement qui intègre une dimension economique et sociale à même de réduire les retards accumulées des années durant. Certaines économies sont incapables d’absorber tous ces flux de dollars, en l’absence d’une vision économique et sociale globale,associée à une piètre gestion des deniers publics. Généralement ces recettes si elles ne sont pas dilapidées, voire détournées, elles font dans le meilleur des… Lire plus »
Guydegif(91)
Invité
Comme dit ci-dessus par plusieurs, dont Chaalal et Dan: ”equipements sous-exploités ou trop vieux ou les 2”, ”instabilité politique et institutionnelle chronique”,”pressions sociales qui annihilent toute action en faveur d’un développement”, ”retards accumulées des années durant”, ”Certaines économies incapables d’absorber ces flux de dollars”,”absence d’une vision économique et sociale globale”, ”piètre gestion des deniers publics”… Si on fait abstraction des cas de détournements frauduleux de certains dirigeants ou leur cour de sujets-sangsues, trop nombreux dans certains pays africains au fil des ans, et qu’il faudrait éradiquer par une surveillance par une autorité supra-nationale BAD ou autre, l’une des actions prioritaires… Lire plus »
Momo
Invité
Cher Monsieur , votre optimisme ( ou naivete , ou grde. jeunesse ? ° fait plaisir a lire ! Votre programme ci-dessus est merveilleux , vraiment ! Les detournements des fonds publics africains ( et autres , no pb. de ce cote-la , meme en Birmanie ravagee ….. )seraient du domaine du passe ? Oh Bonne Mere , comme on dit chez moi , mais vs.revez completement !” …. leur faire prendre conscience par une demarche pedagogique constructive …. ” Mais cher Monsieur , ils sont PARFAITEMENT formes … au pillage et aux ” bonnes ” pratiques bancaires ” offshore… Lire plus »
wpDiscuz