Enerzine

Eolien : les professionnels réclament des modifications de loi

Partagez l'article

Le Gouvernement a annoncé les résultats de l’appel d’offres, publié en novembre 2010, et sur les 95 MW de projets éoliens terrestres en Corse, en Guadeloupe, en Guyane, en Martinique, à La Réunion et dans les collectivités de Saint-Barthélemy et Saint-Martin, seuls, 66 MW ont été retenus.

A travers le Syndicat des énergies renouvelables (SER), les professionnels du secteur se sont dits satisfaits de ces annonces, attendues depuis longtemps. Ils souhaitent maintenant que des précisions sur les contraintes d’implantation des éoliennes dans ces territoires soient apportées rapidement avant une modification nécessaire du cadre législatif et réglementaire.

En effet, le développement de l’éolien sur ces territoires est confronté à deux lois contradictoires : la première, la loi Littoral, interdit l’extension de l’urbanisation en dehors des agglomérations existantes, la seconde, la loi Grenelle 2, interdit l’implantation d’éoliennes à moins de 500 mètres des habitations existantes.

Dans ces conditions, la plupart des sites retenus par les porteurs de projets s’avèrent, en l’état, dans l’impossibilité d’accueillir des éoliennes.

Par ailleurs, les professionnels souhaitent une clarification des conditions de financement des projets compte tenu des évolutions, depuis le dépôt des offres en mai 2011, de la défiscalisation et du taux de l’impôt sur les sociétés applicables en Outre-mer. Cette clarification permettra selon eux, pour cette technologie éolienne, stockable et prévisible, de développer des parcs dans un cadre stable et plus efficace, sécurisant l’investissement des industriels intervenant dans ces territoires.

Les objectifs du Grenelle prévoient 50% d’énergie renouvelables dans le bilan énergétique de l’Outre-mer en 2020. Le SER a décliné cet objectif dans un « mix énergétique » adapté à chaque territoire : il convient, pour éolien, de produire environ 1 000 000 MWh par an, soit plus de 10 fois plus qu’aujourd’hui, en installant près de 500 MW.

Les industriels demandent, conformément aux annonces du Gouvernement, en 2010, "le lancement de la seconde tranche de cette consultation au plus vite."


Partagez l'article

 



    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    6 Commentaires sur "Eolien : les professionnels réclament des modifications de loi"

    Me notifier des
    avatar
    Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
    oeildecain
    Invité

    . Le changement, on le demande toujours aux autres ………… ! Et si au lieu de vouloir changer les lois on commençait pour une fois à changer la technique pour justement s’adapter aux lois ! Il est utile de rappeler que le vent est une force la plupart du temps horizontale, et qu’il y a divers moyens de l’utiliser …. Vu le prix des inscriptions au SER, on pourrait supposer qu’ils ont tous les moyens de pousser leur R&D …. Si l’éolien n’évolue pas, il ne progressera pas ! Un pro-éolien …

    renewable
    Invité
    Hum… Sauf que là on fait un appel d’offres et au beau milieu on passe une loi qui rend impossible la construction des éoliennes autorisée par l’appel d’offres… Faut savoir ce que l’on veut! je ne vois pas le rapport avec la technique! Si c’est interdit à moins de 500mètres de maisons et obligé d’être accolé aux meme maisons, on fait quoi? Vous pouvez les faires roses, à 30 pales et en bois ça ne change rien à la loi qui les interdit… Expliquez-nous comment dans ce cas précis on peut s’adapter à une absurdité legislative pareille?? En attendant Vergnet… Lire plus »
    oeildecain
    Invité

    Bien sûr que vous avez raison sur le plan de nos Elites qui se délitent …. Mais par contre aucune loi n’interdit des grosses puissances par hectare au ras du sol ! Vous pouvez augmenter la hauteur pour aller chercher 200% de vent en plus, ou décider de rester au ras du sol avec 300% de voilure supplémentaire ! Avec beaucoup moins d’emm….. collatéraux !

    renewable
    Invité

    Vous avez un exemple de modèle disposant d’une grande puissance au raz du sol et produisant sur des plages de vent significatives? Ce n’est pas par plaisir que les éoliennes font 100m de haut, il existe des contraintes physiques (rugosité, vitesse de vent, surface de balayage)…

    oeildecain
    Invité
    — Malheureusement, la civilisation actuelle favorise la « panurgitude », peut-être à cause des standards industriels ………. Prenons en exemple le secteur automobile très représentatif : – en poids lourd, le système a privilégié une traction par l’avant, avec des essieux suiveurs porteurs, mais non moteurs …. – en véhicule léger, seul Citroën a fabriqué des doubles essieux arrières porteurs et non moteurs, mais cela n’a jamais pris …. Or mécaniquement parlant, il s’agissait-là d’un système idéal et très économique …. d’un côté devenu un standard et d’un autre complètement délaissé … Il s’agirait-là d’un cas d’école de « PANURGITUDE » Il en est… Lire plus »
    Reivilo
    Invité

    Oui on peut effectivement chercher à faire fonctionner des éoliennes à ras de terre ou du solaire PV dans les sous sol, mais ça semble un peu vain quand même non ? Pour mémoire l’énergie éolienne est fonction du cube de la vitesse du vent, et le vent augmente de façon très sensible quand on s’élève par rapport au niveau du sol. C’est pour ça que les constructeurs montent les nacelles sur des mats ce qui coûte effectivement plus cher, est plus visible mais a l’avantage de fonctionner nettement mieux que par terre.

    wpDiscuz