Hydrogène : un Banc didactique pour l’enseignement

La croissance de la consommation énergétique, l’épuisement de certaines ressources d’énergie fossiles et les risques environnementaux associés ont pris une importance toute particulière.

Dans ce contexte, l’hydrogène apparaît comme un vecteur énergétique à fort potentiel. Associé à la pile à combustible, il offre de nouvelles perspectives pour produire de l’énergie mais aussi pour le stockage de l’électricité produite par les énergies renouvelables intermittentes telles que l’éolien ou le photovoltaïque. Cette dernière fonction la rend très attractive auprès des industriels, de l’enseignement supérieur et des universités.

C’est pourquoi, dans le cadre du 1er appel à projets, Capenergies spécialisé dans le secteur des énergies non émettrices de gaz carbonique et de la maîtrise de l’énergie, a reçu le soutien du fonds unique interministériel (FUI) pour développer un banc autonome destiné à l’apprentissage des technologies des piles à combustible PEM.

L’enjeu du projet était de développer un outil de formation de haut niveau, permettant aux étudiants de comprendre le principe théorique d’une pile à combustible et de se familiariser avec son fonctionnement pratique. Le seul système commercialisé était allemand et il intégrait une pile à combustible canadienne. Les demandes des universitaires et les études de marché ont montré l’intérêt d’un produit innovant, intégrant un contenu pédagogique, un simulateur et un banc de qualité industrielle fortement instrumenté.

Le projet a été coordonné par la société Helion, spécialisée dans les systèmes hydrogène et le stockage de l’énergie, filiale du groupe Areva.

Il s’agit d’une suite pédagogique comprenant un banc pile à combustible de 1 kWe ainsi qu’une partie logicielle permettant la préparation des travaux pratiques, la simulation, l’interprétation et la valorisation des résultats.

Hydrogène : un Banc didactique pour l'enseignement

Développés en partenariat avec plusieurs acteurs de l’enseignement supérieur, les premiers exemplaires sont utilisés par les étudiants de l’IUT de Marseille et de l’École Polytechnique depuis début 2008.

La réalisation de ces prototypes, a permis à Helion de poursuivre ses objectifs d’industrialisation et de commercialisation en lançant, dès 2009, son premier produit industriel de la ligne Helion Didactic System, Bahia.

Une équipe Bahia a été constituée afin d’assurer le suivi des ventes et la fabrication du banc didactique nécessitant l’embauche de 3 personnes supplémentaires. Le système lui-même a été amélioré et dispose, à présent, d’un simulateur de fonctionnement de la pile à combustible au travers de modules applicatifs pour le secteur naval, le secours électrique et le couplage aux énergies renouvelables. En outre, un contrat de distribution avec la société SDMS a été signé début 2009 afin d’élargir les ventes aux lycées.

A ce jour, une vingtaine de systèmes ont été vendus à des partenaires et clients nationaux (l’ENSEM Nancy, l’ENIM Metz, l’INSA Lyon, l’IUT de Marseille, l’école des Mines Nice, le CEA Tours, GDF Paris, l’IUT de Poitiers, l’Université de l’Ile de la Réunion, l’IUT de Corte, l’ENSAM Aix-en-Provence, l’UFR Belfort, l’Ecole Polytechnique de Paris, l’IUT de Bourg-en-Bresse, le lycée Martin Nadaud de Saint Pierre des Corps, l’ESIP Poitiers, l’IUT de Cherbourg, la société Mc PHY).

Un club utilisateur est en train de se mettre en place et permettra aux écoles et laboratoires universitaires d’échanger leurs expériences, leurs modules de travaux pratiques et de prioriser les améliorations du produit.

[ Credit image : Aelion ]

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "Hydrogène : un Banc didactique pour l’enseignement"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
zelectron
Invité

espérons que l’aspect sécurité (matériel antidéflagrant + doubles electrovannes par exemple) n’a pas été “oublié”. Les gens de l’enseignement ont souvent tendance à dire: je sais, je sais …

Andre_13
Invité
@ zelectron: Vous avez raison, mais la sécurité n’a pas été ouliée bien au contraire…Il y a, non seulement deux électrovannes en série sur la ligne d’alimentation en hydrogène, mais la mahine possède un capot en plexiglas et il y a au point haut de la machine un capteur de H2 qui analyse en permanence le pourcentage de H2 dans l’air interne. De plus il est recommandé de placer un autre capteur de H2 dans le local. Ce capteur pilotant une électrovanne qui coupe l’arrivée de H2. Les bouteilles de H2 sont stockées à l’extérieur du bâtiment….. La ceinture et … Lire plus »
wpDiscuz