La fonte des glaces signe du réchauffement climatique

L’inlandsis groenlandais qui est un des reliquats dans l’hémisphère nord de la dernière glaciation fond à vitesse certaine mais un peu moins vite que les précédentes études sur le sujet ne l’ont montré, ont déclaré des scientifiques de la Nasa.

Ses dimensions sont impressionnantes : 2 400 kilomètres de long et 1 000 kilomètres de large. Sa surface, relativement plate, est de 1 726 000 km2 et a une altitude moyenne de 2 135 mètres. La glace peut atteindre l’épaisseur de 3 000 mètres au centre de l’inlandsis, ceci représente un volume global de 2 000 000 km3 de glace, soit 10% de l’eau douce à la surface du globe.

Les régions côtières de la région ont perdu de 2003 à 2005, 155 gigatonnes (155 milliards de tonnes) de glace chaque année. Par contre, l’intérieur a gagné 54 gigatonnes (54 milliards de tonnes) chaque année en raison de chutes de neige plus abondantes.

Conclusion : le Groenland perd autour de 100 milliards de tonnes de glace chaque année. La calotte glacière du Groenland est considérée comme un indicateur précurseur des conséquences du réchauffement du climat mondial.

"Il s’agit d’un très important changement en très peu de temps", estime Jay Zwally, coauteur de l’étude. "Au cours des années 1990, la calotte glaciaire grossissait à l’intérieur et rétrécissait beaucoup sur les marges, ce qui correspond à ce que les modèles climatiques prévoyaient, comme conséquence du réchauffement mondial".

"Désormais, les processus de perte de masse commencent nettement à l’emporter sur l’augmentation à l’intérieur, et nous n’en sommes qu’aux premières phases du réchauffement climatique prévu pour ce siècle", ajoute Zwally.

(src : Nasa et Wikipedia)
Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz